Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

vendredi 24 avril 2015

Chantal, des rings de boxe au sable de Koh-Lanta

On la surnomme la« guerrière discrète » . Chantal Ménard s’en amuse. C’est une battante, un trait de caractère de la Plescopaise qui a tapé dans l’œil de la production de KohLanta, le jeu d’aventure à succès de TF1, dont la nouvelle saison démarre ce vendredi 24 avril. Ce défi n’a pas effrayé cette grande sportive, âgée de 45 ans, triple championne du monde de kick-boxing. Chantal a eu mille et une vies, à Milan particulièrement où elle a passé vingt ans.« C’est l’Italie qui m’a offert mon premier contrat professionnel de kick-boxing, raconte-telle.Et j’y suis restée car, parallèlement à ma carrière, de nombreuses opportunités se sont offertes à moi. J’ai été longtemps préparatrice athlétique pour la championne de tennis Jennifer Capriati, mannequin, styliste, garde du corps. J’ai aussi été commentatrice sportive pour une chaîne de télé. Mais la Bretagne me manquait. »

« J’ai la bougeotte »

En 2014, elle s’est installée à Plescop où vit sa mère. Tout en continuant à voyager au Brésil, à Madagascar.« J’ai la bougeotte, confie-t-elle.Il faut toujours que je mène des projets. » Un jour, un coup de téléphone est venu interrompre son footing.« Sans que je le sache, ma mère qui est hyper fan du jeu, m’a inscrite. Au bout du fil, la production m’annonçait que ma candidature était retenue. Je pensais que c’était une plaisanterie. » Ce qui a séduit la production ?« Ma spontanéité, ma carrière de sportive et aussi mes racines malgaches qui me procurent une capacité d’adaptation. La brousse et la solitude, on est assez copines ! » Quelques semaines plus tard, elle se retrouvait à l’ Institut national du sport, de l’ expertise et de la performance (Insep).« On y a subi des tests approfondis d’effort et médicaux. La moindre anomalie, on ne pouvait pas la cacher. Même en tant que sportive professionnelle, je n’avais jamais eu autant d’examens aussi poussés. »

« Me faire mal, repousser mes limites »

Puis, direction la Malaisie pour cinq semaines de tournage.« J’avais envie de me faire mal, de repousser mes limites , affirme-t-elle.Je redoutais de me retrouver face à d’autres gens aussi déterminés que moi. Des amitiés sont nées. D’autres pas ! Koh-Lanta, c’est 90 % de choses positives. » Sportive ou pas, elle en a bavé !« On doit affronter le froid, la pluie, le manque de sommeil car si on dort, on ne cherche pas de nourriture et donc on ne mange pas. Un combat, c’est dur, mais c’est finalement très court. Là, on a l’impression que ça ne finira jamais. Pour moi, dès le départ, il était hors de question de penser à l’abandon. » Le tournage a eu lieu bien avant celui de Dropped au cours duquel plusieurs sportifs de haut niveau sont décédés dans un crash d’hélicoptères, le 9 mars.« J’ai longtemps pratiqué un sport violent. J’ai des amis qui sont morts sur le ring. Le fait qu’on bénéficie d’un suivi sanitaire et médical très étroit et au top, ça rassure. Les accidents, ça arrive partout, tout le temps. Le mot d’ordre était de ne jamais se mettre en difficulté et en danger. » Est-elle la gagnante de la saison 2015 de Koh-Lanta ?« Tous les candidats sont dans l’incertitude ! Personne ne sait qui a remporté l’aventure. On le découvrira à la toute fin de la saison lors d’un plateau en direct. » Son avenir ?« Avec Xavier Bastard, champion du monde de boxe thaï, j’ai un projet intergénérationnel qui me tient à cœur et que je souhaite réaliser dans le pays de Vannes. Une autre belle aventure… » Article de Lionel CABIOCH.

Vendredi 24 avril, à 20 h 55, sur TF1.

Posté par jourstranquilles à 07:41 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    encourragement

    j ai connu chantal au collège de grand champ.c est une femme battante.c est tres bien.elle a un supporter

    Posté par denis, lundi 14 novembre 2016 à 14:45

Poster un commentaire