Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

lundi 13 février 2017

VOGUE

Une photo publiée par Madonna (@madonna) le 12 Févr. 2017 à 23h04 PST

Posté par jourstranquilles à 19:29 - Presse - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fillon : la messe est dite ?

Excellent article de Laurent Joffrin - LIBERATION

Dimanche matin, en la paroisse de Saint-Gilles à la Réunion, François Fillon a communié. Comme on ne saurait accomplir ce rite sans avoir au préalable confessé ses péchés, il serait logique qu’à un moment ou à un autre, le candidat LR ait avoué ses turpitudes réelles ou supposées dans le creux d’une oreille bienveillante et ecclésiastique. Un prêtre, quelque part, connaît donc la vérité sur l’affaire Fillon. Dommage qu’il soit tenu par le secret de la confession…

Qu’il ait ou non respecté la règle romaine, François Fillon a reçu, bien involontairement, une leçon de morale chrétienne pendant la lecture de l’Evangile. Le père Russel Torpos a lu ce passage de Saint-Mathieu, édifiant en diable : «Accorde-toi vite avec ton adversaire pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge et qu’on ne te jette en prison. Amen je te le dis, tu ne t’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.» Puis celui-ci : «Si tu commets une faute, même si tu n’en as pas conscience, tu es responsable…» Au huitième rang des fidèles, le candidat n’a pas bronché…

On ne le répétera jamais assez : il a grand tort. Dans le Journal du Dimanche, (avant ou après la messe ?), il annonce que son retrait ouvrirait «une crise de régime» car «cela aboutirait à priver un courant de pensée, qui est majoritaire en France, de candidat crédible». Les autres leaders de la droite apprécieront : aucun d’eux, selon Fillon n’est «crédible».

Encore l’Evangile : il s’agit d’un péché d’orgueil. Car la «crise de régime», en fait, est déjà là. On sait que les juges, au vu des éléments rassemblés, ne peuvent pas classer le dossier sans suites. Ils ouvriront une information judiciaire, ce qui pourrait déboucher sur une mise en examen en pleine fin de campagne (c’est peu probable). Ou bien ils gèleront toute décision, ce qui laissera le doute perdurer. Ou enfin ils choisiront de renvoyer le prévenu directement devant le tribunal correctionnel, ce qui sous-entendrait qu’ils ont accumulé des charges crédibles contre le couple Fillon : encore pire. Le retrait rapide du candidat est la seule solution honorable, dans l’intérêt même de la droite républicaine. Une fois le choc passé, il faudrait bien trouver un champion. Personne ne peut croire qu’aucun chef de file LR n’est en mesure de se porter candidat. Alain Juppé, tout à fait «crédible», pourrait se faire violenc e. Ou bien laisser la place à un espoir LR. Dans ce domaine, ce n’est pas le vide qui menace la droite mais plutôt le trop-plein. Après tout, les électeurs de droite sont toujours là. S’ils ont un candidat, ils voteront…

Posté par jourstranquilles à 14:31 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

59ème World Press Photo

L’image de l’assassin de l’ambassadeur russe en Turquie primée au World Press Photo

Les organisateurs ont salué le courage du photojournaliste turc Burhan Ozbilici, auteur d’un cliché témoignant « de la haine de notre époque ».

Doigt en l’air, une arme à la main et le visage marqué par la colère : l’image de l’assassin de l’ambassadeur russe en Turquie, prise par le photographe turc Burhan Ozbilici, a remporté le premier prix du plus prestigieux concours de photojournalisme, ont annoncé lundi 13 février les organisateurs du World Press Photo.

Les juges ont salué le courage de Burhan Ozbilici, photojournaliste pour l’agence Associated Press (AP), qui a pris la photo le 19 décembre peu après que Mevlüt Mert Altintas, un policier âgé de 22 ans, a tiré sur l’ambassadeur de Russie à Ankara, Andreï Karlov. Il avait ensuite été lui-même abattu, après avoir lancé « Allahou akbar ! » et affirmé vouloir venger la ville syrienne d’Alep.

« C’était une décision très, très difficile, mais à la fin, nous avions le sentiment que l’image de l’année était une image explosive qui témoignait vraiment de la haine de notre époque », a commenté Mary F. Calvert, membre du jury citée dans un communiqué.

Vue plusieurs millions de fois dans les heures qui ont suivi l’assassinat, cette image « a marqué un moment important dans l’histoire de la Turquie », a déclaré à l’AFP Burhan Ozbilici, soulignant qu’il « devait faire son travail » : « en tant que journaliste, je ne pouvais pas partir pour sauver ma peau. »

L’un des membres du jury, Stuart Franklin, a pourtant souligné sa désapprobation quant au fait de décerner le prix à cette image. « J’ai voté contre » a écrit l’ancien président de l’agence de photojournalisme Magnum dans une tribune publiée par le quotidien britannique The Guardian. « Il s’agit de l’image d’un meurtre, montrant l’assaillant et sa victime, tous les deux dans la même image, c’est moralement aussi problématique que de publier une image de décapitation. »

5 000 photographes, 125 pays, 80 000 images

Le photographe français Laurent van Der Stockt remporte de son côté le premier prix de la catégorie « Informations générales » pour une image réalisée pour Le Monde le 2 novembre 2016 dans un quartier libéré de Mossoul, en Irak.

Les images de l’Agence France-Presse (AFP) prises en Syrie ont également été récompensées par le deuxième prix des catégories « Informations brûlantes ». Un cliché d’Abd Doumany montre deux petites filles, le visage couvert de poussière et de sang, soignées par un infirmier. Des enfants vivant l’horreur de la guerre et secourus des décombres d’Alep sont également au cœur de la série d’Ameer Alhalbi. Stuart Franklin, président du jury, a salué le courage de ces jeunes journalistes syriens « prenant des risques terribles (et) racontant leur histoire depuis l’enfer ».

Plus de 5 000 photographes issus de 125 pays ont soumis quelque 80 000 images au jury. Parmi eux, 45 ont été récompensés dans huit catégories différentes.


La photo de l’année

Posté par jourstranquilles à 14:04 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Maison Rouge - save the date

Posté par jourstranquilles à 13:00 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

"Halte au feu, Monsieur Fillon !"

Le Syndicat national des journalistes (SNJ), première organisation de la profession, a appelé dimanche François Fillon et ses soutiens à "se ressaisir" et "cesser ce 'spectacle' indigne d'une démocratie", à la suite des attaques du candidat LR contre les médias.

"Ces derniers jours, François Fillon et les principaux responsables de sa campagne s'en sont pris à plusieurs reprises à la presse, rendue responsable de ses difficultés actuelles, à la suite des révélations publiées notamment par Le Canard enchaîné et France 2", écrit le SNJ dans un communiqué.

Prenant la défense de "journalistes qui ont simplement fait leur travail d'enquêteurs au service des citoyens", le syndicat estime que "la vieille recette politicienne consistant à s'attaquer au messager pour détourner l'attention a toujours eu ses adeptes". Mais poursuit-il, "désigner en meeting à la vindicte des militants les journalistes présents dans la salle pour couvrir l'événement est une tout autre affaire".

Le syndicat appelle le candidat LR et son équipe à cesser ses attaques contre les médias "avant que ne survienne un grave incident dont ils porteraient alors l'entière responsabilité". "Leur responsabilité ne serait pas moins grande que celle des incendiaires des cars régies de RTL et Europe 1", samedi soir à Bobigny, ajoute--t-il.

Parallèle avec la campagne de Trump

Un camion-régie aux couleurs de RTL a été incendié en marge d'une manifestation réclamant "justice pour Théo", victime d'un viol présumé lors d'une interpellation, et une camionnette d'Europe 1 a essuyé un jet de pavé qui a brisé une vitre. "La récente campagne électorale aux États-Unis au cours de laquelle Donald Trump s'est ainsi comporté a démontré que les violences verbales du candidat et de son entourage pouvaient se traduire par des violences physiques de militants et sympathisants à l'encontre de journalistes", souligne le SNJ.

Lundi dernier, lors d'une conférence de presse, François Fillon a accusé les médias d'en avoir "trop fait" pour le "lyncher" et l'"assassiner politiquement" à la suite des révélations du Canard enchaîné sur de présumés emplois fictifs de sa femme. Jeudi, lors d'une réunion publique à Poitiers, le candidat LR a critiqué "le tribunal médiatique". La foule du Palais des congrès, emmenée par un autre ex-premier ministre Jean-Pierre Raffarin, conspuant dans la foulée les journalistes présents.

Posté par jourstranquilles à 11:02 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Beyonce

Posté par jourstranquilles à 09:03 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Meteor

La ligne 14 du métro de Paris est l'une des seize lignes du réseau métropolitain de Paris et la seule exploitée de manière complètement automatique dès sa mise en service. Elle relie la station Saint-Lazare à la station Olympiades en traversant le centre de Paris selon une diagonale nord-ouest / sud-est.

Ouverte le 15 octobre 1998, elle est la ligne la plus récente du réseau et la première ligne du métro parisien à conduite intégralement automatisée. Elle est également utilisée comme vitrine du savoir-faire de la RATP, via la filiale Systra, d'Alstom pour le matériel roulant et de Siemens Transportation Systems pour les automatismes, lorsque ces entreprises répondent à des appels d'offres internationaux pour la réalisation de métros. La ligne est aussi connue sous son nom de projet : Meteor pour « MÉTro Est-Ouest Rapide ».

ds3

Moi, dans le métro METEOR - Photo : Noémie

Posté par jourstranquilles à 08:59 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Britannique Adele, grande gagnante des Grammy Awards

La diva a été récompensée à cinq reprises, pour sa ballade « Hello » et son album « 25 », lors d’une cérémonie ponctuée de messages politiques.

Carton plein pour Adele. Avec, entre autres, le Grammy de la chanson de l’année pour sa ballade mélancolique Hello et celui du meilleur album de l’année pour son opus 25, la diva britannique est la grande gagnante de la 59e cérémonie des Grammy Awards, la grand-messe annuelle du monde de la musique, qui se déroulait dimanche 12 février au Staples Center de Los Angeles (Californie). En tout, elle aura remporté cinq prix.

La scène des Grammys n’a toutefois pas semblé lui réussir : pour la deuxième année de suite, sa performance a été émaillée de problèmes techniques. Cette fois, elle a laissé échapper un juron et a recommencé son interprétation langoureuse et émouvante de Fast Love, en hommage au crooner anglais mort récemment George Michael. Les larmes aux yeux après l’incident, elle a toutefois été chaleureusement applaudie par un parterre de stars, pour une standing ovation.

La performance de Beyoncé en forme d’ode à la maternité

Avec ces prix, Adele a devancé Beyoncé, qui s’annonçait comme l’autre grande favorite de la nuit. Elles étaient aussi concurrencées par le canadien Drake et l’idole des jeunes filles Justin Bieber, pour les principaux prix. Déjà lauréate de plus de 20 Grammys, Beyoncé a cette fois empoché le prix du meilleur vidéo-clip pour Formation, puis celui du meilleur album « urbain ». Elle a déclaré, en recevant ce prix, qu’elle avait voulu, avec « Lemonade », « donner une voix à notre douleur, nos luttes, notre noirceur et notre histoire, et nous confronter aux problèmes qui nous mettent mal à l’aise ».

Adele avait d’ailleurs rendu un hommage appuyé à sa rivale américaine, au moment de recevoir la récompense suprême pour l’album de l’année : « Nous les artistes, nous t’adorons. Tu es notre lumière », a-t-elle lancé à une Beyoncé visiblement émue.

Mais « Queen B. » a surtout ébloui le public dans une performance en forme d’ode à la maternité, où elle a dévoilé pour la première fois devant les caméras son ventre rebondi de femme enceinte – elle attend des jumeaux de son mari, le rappeur Jay Z. Dans une mise en scène spectaculaire, elle est d’abord apparue de profil, quasi nue, dans une vidéo où elle ne portait qu’un bikini en chaîne dorée. Vêtue d’une robe dorée et brodée de strass, les cheveux surplombés d’une coiffe impressionnante et parée d’un collier évoquant les bijoux tribaux, elle a ensuite entonné Love Drought et Sandcastles, entre déesse africaine et vierge Marie.

Messages politiques

La soirée, animée par James Corden, fut également ponctuée de déclarations politiques, beaucoup d’artistes s’opposant ouvertement à Donald Trump. « C’est précisément le moment pour les artistes de se mettre au travail », a notamment lancé la chanteuse sex-symbol Jennifer Lopez, citant l’écrivaine afro-américaine Toni Morrison, mais sans jamais nommer le président américain. La fille de Michael Jackson, Paris, a de son côté appelé à utiliser ce type de retransmissions comme une « plateforme de protestation », concluant par un message contre la construction d’un oléoduc controversé dans le Dakota du Nord – auquel Donald Trump vient de donner son feu vert.

La prestation la plus chargée politiquement est revenue au groupe de rap A Tribe Called Quest. Ces membres ont clôturé leur prestation par le cri « Résistez ! Résistez ! », après avoir fait lever le poing à des artistes noirs, mis en scène des policiers évoquant des nazis, et fait sauter des musiciens au travers d’un mur qui s’écroule, référence au mur que le président Trump veut construire à la frontière avec le Mexique.

Chance The Rapper, meilleur nouvel artiste

Le chanteur de hip-hop Chance The Rapper a remporté le Grammy Award du meilleur nouvel artiste, récompensant son rap aux accents gospels et militants. Le jeune homme de 23 ans, originaire de Chicago, a bénéficié de nouvelles règles qui permettent aux diffusions exclusives en streaming de concourir. « Je dédie cette victoire au Seigneur », a-t-il déclaré lors de la remise de son prix.

Carton plein pour David Bowie

L’icône du rock David Bowie, décédé deux jours après la sortie de son album « Blackstar » en janvier 2016, a remporté un Grammy dans les quatre catégories dans lesquelles il était en lice individuellement, dont celle du meilleur album de musique alternative. Avant les récompenses glanées dimanche, le Londonien, davantage célébré dans son Royaume-Uni natal que dans son Amérique adoptive, n’avait obtenu qu’un seul Grammy Award en plus de celui, hors catégorie, récompensant l’ensemble de sa carrière. « Blackstar » a également été récompensé dans la catégorie meilleur coffret.

@adele literally pulled a Cady Heron and gave half of her award to @beyonce. (📷: @gettyimages) #Grammys #adele

Une photo publiée par Glamour Magazine (@glamourmag) le 12 Févr. 2017 à 21h54 PST

Posté par jourstranquilles à 08:57 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mario Testino

Posté par jourstranquilles à 08:51 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]