Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

jeudi 16 février 2017

Une couronne d'épines pour Fillon

Le parquet financier est-il adepte du supplice chinois ? Le quart de décision qu’il vient de prendre en déclarant qu’il ne pouvait pas classer sans suite le dossier Fillon – ce dont on se doutait – prolonge d’autant le chemin de croix du candidat LR. Le non-classement ne signifie nullement que Fillon soit coupable. Mais que des charges consistantes (ou des doutes sérieux) pèsent sur son affaire d’emplois supposés fictifs.

Ce nouveau délai, s’il se prolongeait, pose deux problèmes contradictoires. Si les juges financiers décident de renvoyer directement Fillon devant le tribunal correctionnel, avec procès à la clé, cet événement surviendra au plus fort de la campagne. Le candidat ne manquera pas de hurler à l’ingérence judiciaire dans le processus démocratique, même si la procédure est strictement légale. S’il s’agit d’une information judiciaire, l’enquête recommencera, avec un risque de mise en examen, et donc d’interruption brutale de la candidature Fillon.

Mais si les choses restent indéfiniment en suspens, et que Fillon est élu, la conclusion judiciaire de l’affaire sera repoussée de cinq ans. Une partie de l’opinion aura, à juste titre, le sentiment qu’un responsable politique, une nouvelle fois, passe au travers des procédures, à la différence de tant de citoyens lambda. François Fillon avait demandé une décision judiciaire rapide. Il en est réduit à tabler sur la lenteur. Malsain à tous égards.

Posté par jourstranquilles à 09:23 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire