Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mardi 11 avril 2017

Terry Richardson - photographe

terry

terry318

terry318lkj

Posté par jourstranquilles à 20:52 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Benoit Hamon...une bouteille à la mer...

Une lettre aux Français. Un peu comme une bouteille jetée à la mer, pour éviter le naufrage... dans les urnes, le 23 avril. L’équipe de Benoît Hamon a démarré ce mardi l’envoi de sa missive en 9 millions d’exemplaires. Le candidat socialiste tient d’abord à nous rassurer : « Ces dernières semaines, écrit-il, n’ont ébranlé aucune de mes convictions, elles les ont confirmées ». Sa chute dans les sondages au-dessous de 10%? Les lâchages des camarades du PS en transhumance vers l’écurie Macron ? Les folles rumeurs, faussement étayées par un SMS bidon, de son désistement au profit du rival honni, Jean-Luc Mélenchon ? Même pas mal !, assure, bravache, le « petit Benoît », comme l’a maladroitement désigné l’autre jour Martine Aubry. Bien sûr, il ira jusqu’au bout de ce qui ressemble de plus en plus à un calvaire. « Je me bats, je résisterai à tout : je viens d’une terre granitique », dit le Breton. Peut-être. On l’espère pour lui. Mais le PS, lui, que deviendra-t-il ? Car la maison Solferino n’est pas de granit. Plutôt un palais en carton empli de courants d’air...  

Posté par jourstranquilles à 19:40 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu sur instagram

Posté par jourstranquilles à 08:22 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le dilemme du Kremlin face à la fronde des jeunes

Par Isabelle Mandraud, Moscou, correspondante

Deux semaines après les plus grands rassemblements de protestation qu’a connus la Russie depuis les années 2011-2012, marqués par une forte présence de jeunes dans la rue, le pouvoir cherche une issue.

La répétition s’interrompt. Sous le regard atterré de ses collègues, Andreï Ossipov, jeune premier violoniste de l’orchestre symphonique de la ville de Tcheboksary, située à 600 kilomètres de Moscou, dans la région de Tchouvachie, est emmené ce 31 mars par un policier. « J’étais à la manifestation contre la corruption du pouvoir. Dmitri Medvedev [premier ministre] nous a volé des milliards, dit-il en se levant avec calme. Que quelqu’un s’occupe de mon violon. » Deux semaines après les plus grands rassemblements de protestation qu’a connue la Russie depuis les années 2011-2012, marquées une forte présence de jeunes dans la rue, le pouvoir cherche une issue.

Les interpellations, plus de 1 600 sur tout le territoire, se sont poursuivies sans donner lieu, jusqu’ici, à des condamnations pénales. Le sort de l’opposant Alexeï Navalny, qui devrait sortir de prison lundi 10 avril, après avoir été placé 15 jours en rétention, reste en suspens. Cible numéro un de la contestation, après la diffusion d’une vidéo l’accusant de corruption massive, Dmitri Medvedev, est en chute libre dans les sondages avec 57 % d’opinions négatives en mars, selon l’Institut Levada. Jamais, depuis 2006, le premier ministre n’était descendu en dessous de 50 % d’opinions favorables. Un deuxième sondage du même institut, publié jeudi 6 avril, révèle que 38 % des Russes approuvent les manifestants, motivés, selon eux, par un mécontentement « accumulé ».

Echange cinglant

Profitant de la trêve ouverte par l’attentat meurtrier survenu le 3 avril dans le métro de Saint-Pétersbourg, M. Medvedev est pour la première fois sorti de son silence. En visite mardi dans une usine de Tambov, il a dénoncé les « objectifs politiques » d’Alexeï Navalny, à l’origine de la vidéo, sans le nommer autrement que « ce personnage ». Sans démentir sur le fond, le chef du gouvernement a surtout mis en avant le « principe de la compote : on prend de la boue, on récolte des absurdités et on mélange (…). Ils [l’opposition] rassemblent des paperasses, des photos (…) et ils en font un tout ». Jeudi, d’autres rassemblements ont pris le relais. A Moscou, 50 000 personnes selon la police se sont réunies « contre le terrorisme », à l’initiative des autorités.

Des enseignants sont montés au créneau pour tenter de raisonner les adolescents et les étudiants descendus massivement dans la rue le 26 mars. Mais loin de faire profil bas, les jeunes persévèrent dans le registre de la fronde. Comme à Tcheboksary, tout est filmé avec des téléphones portables, et immédiatement publié sur les réseaux sociaux. A Bryansk (350 km au sud-ouest de Moscou), un élève a ainsi enregistré la directrice de son établissement venue sermonner toute une classe après l’interpellation de l’un d’eux. « Ce que fait Navalny est une pure provocation (…), notre situation économique est très instable… » plaide-t-elle. Mal lui en prend. A cause de la Crimée et des sanctions, lui répondent du tac au tac des élèves.


L’échange est cinglant. « Vous avez vu des troupes russes en Ukraine ? », s’étrangle la principale. « Oui, il y a des vidéos », lui répond sans se démonter un jeune. « Des montages (…). Vous regardez dans une seule direction », poursuit la responsable, s’attirant pour toute réponse : « Oui, et nos chaînes de télé montrent seulement ce qui est bon pour le gouvernement. » « Ça signifie quoi, être un patriote ? Que vous soutenez les autorités ? », lance un autre. « Bon, donc, vous pensez que la vie dans ce pays est pire depuis l’arrivée de Poutine et Medvedev ? », s’énerve la directrice. « Non, mais ils sont restés trop longtemps », riposte un élève.

« Colombes » ou « faucons »

La même scène s’est produite ailleurs. A l’université de Tomsk (Sibérie occidentale), un enseignant, qui tentait de minimiser la corruption, s’est vu vertement répondre : « Ça vous plaît, quand on vous vole ? ». A Samara, non loin de la frontière avec le Kazakhstan, d’autres étudiants ont dû assister à un forum baptisé « non à l’extrémisme », au cours duquel ont été diffusées des vidéos sur les « printemps arabes » et le soulèvement de 2014 à Kiev, en Ukraine. Là encore, un étudiant malvoyant a été expulsé après avoir entonné un chant ironique. Selon Kirill Martinov, rédacteur en chef du journal indépendant Novaïa Gazeta, le pouvoir, tiraillé entre « colombes » et « faucons », hésiterait sur la marche à suivre. « La victoire des seconds amènerait à une augmentation inacceptable des risques pour la société et pour le Kremlin », prédit-il. A un an de l’élection présidentielle, l’embarras est manifeste.

Plusieurs projets de loi sont sur la table, l’un pour renforcer l’« éducation patriotique », l’autre pour restreindre l’accès des jeunes aux réseaux sociaux, considérés comme le principal vecteur du succès des manifestations. Leur accès deviendrait impossible aux mineurs de moins de 14 ans et obligerait les autres à s’identifier « avec leur passeport », selon le quotidien Izvestia de jeudi 6 avril. « La pertinence de ce texte est confirmée par les événements récents », y soulignait Vladimir Petrov, député de l’assemblée législative de la région de Leningrad. Citant des sources anonymes de l’administration présidentielle, le site RBK rapporte pour sa part que le Kremlin réfléchirait à une « reconfiguration » de la télévision russe sous son pouvoir, où l’on parlerait davantage de la situation intérieure du pays.

Posté par jourstranquilles à 07:18 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tartarus Magazine

tartarus maga

Posté par jourstranquilles à 07:11 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mario Sorrenti (photographe)

sorrenti

Posté par jourstranquilles à 07:11 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jean Luc Mélenchon : Tout un programme

C’est avec des civils qu’on fait des militaires. C’est avec des modérés qu’on fait des mélenchonistes, avec des soumis qu’on fait des insoumis. Avérée par tous les instituts, la percée de Jean-Luc Mélenchon correspond au glissement réel d’une partie de l’opinion. Le candidat de La France insoumise a gagné quelque six points depuis le début de la campagne, soit environ 1,8 million de voix, peut-être 2 millions (cela dépend du taux d’abstention, qu’on ne connaît pas encore). Ces transfuges ne sont plus rebutés, de toute évidence, par le discours radical de Jean-Luc Mélenchon. Ils adhèrent à la personne. Ont-ils vraiment lu le projet ? Si oui, nous assistons à un gauchissement spectaculaire de l’opinion française, dans un pays qui tend à se droitiser (paradoxe compliqué mais réel : des deux côtés, les extrêmes progressent).

Un cinquième environ de l’électorat, donc, souhaite désormais accroître les salaires de 6% en moyenne, revenir aux 35 heures, aller vers les 32 heures, restaurer la retraite à 60 ans, lancer un plan d’investissement de 100 milliards d’euros, supprimer le CICE, instaurer une gratuité totale des soins, accroître les indemnités de chômage, créer une allocation autonomie pour les jeunes, nationaliser les industries d’armement et la production d’électricité, embaucher 60 000 professeurs… Le tout financé par un accroissement des prélèvements obligatoires de 45% à 49%, une augmentation de l’impôt sur le revenu jusqu’à 90%, une hausse de l’ISF, une inflation à 4% en fin de période, et une création monétaire conséquente qui financerait la dette publique. Et l’Europe ? On l’obligerait à ratifier cette politique ou bien on en sortirait. Bref, un programme de rupture qui aurait fait dresser les cheveux sur la tête des mà ªmes électeurs s’ils étaient restés là où étaient il y a deux semaines. Après, on dira que les Français sont rétifs au changement. A moins qu’ils n’aient pas encore lu le programme de Jean-Luc Mélenchon… Texte de Laurent Joffrin - Libération

Posté par jourstranquilles à 07:10 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

ARLES : Festival Européen de la Photo de Nu - save the date...

arles fepn

Posté par jourstranquilles à 07:08 - Visites - Salons - Reportages - Tourisme - Commentaires [0] - Permalien [#]

Extrait d'un shooting

shooting snap (9)

shooting snap (20)Photos prises dans mon studio

 

Posté par jourstranquilles à 06:54 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

SAVE THE DATE : David Hockney, l'expo évènement au Centre Pompidou du 21 juin au 23 octobre 2017

hockney25

hockney321

Posté par jourstranquilles à 06:45 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]