Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

dimanche 16 avril 2017

Référendum en Turquie : le camp Erdogan revendique la victoire, l'opposition dénonce des manipulations.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, est en passe de gagner son pari. Le camp du "oui" au renforcement de ses pouvoirs dimanche 16 avril, est en tête, à l'issue d'un référendum historique, selon l'agence de presse pro-gouvernementale Anadolu. Mais l'opposition dénonce des manipulations et va contester les résultats.

Posté par jourstranquilles à 21:02 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

On a décrypté les affiches des candidats à la présidentielle avec un spécialiste

Posté par jourstranquilles à 20:44 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commémoration du centenaire de l'offensive du Chemin des Dames

Le président François Hollande participe, dimanche 16 avril, dans l'Aisne, au centenaire de l'offensive du Chemin des Dames, une bataille longtemps négligée par la mémoire officielle, car symbolique des errements sanglants de l'état-major français lors de la première guerre mondiale.

Mobilisant un million de combattants français, l'attaque était censée mettre fin à la guerre de tranchées. Mais l'offensive s'est fracassée sur les lignes allemandes. Les conditions exécrables achèvent de transformer l'offensive en calvaire pour les soldats, dont 40 000 meurent en une semaine. L'assaut est suspendu avant de reprendre au début du mois de mai 1917, sans succès.

Cent mille Français tués en un mois

Le fiasco provoque une déception à la hauteur de l'espoir qu'avait suscité l'offensive, et les soldats, harassés par trois années de guerre, déclenchent une vague de mutineries, durement sanctionnées avec des exécutions pour l'exemple.

C'est la première fois qu'un chef de l'Etat participe aux commémorations de ce chapitre meurtrier de la Grande Guerre qui fit en un mois quelque 100 000 morts côté français et fut à l'origine de mutineries dans l'armée. Pour François Hollande, la bataille revêt un caractère particulier, son grand-père Gustave, alors sergent dans l'infanterie, ayant participé à l'assaut.

Un programme chargé pour le président

Le président de la République se rendra sur les sites marquants de la bataille, comme la Caverne du dragon, ancienne carrière transformée en caserne souterraine pendant les combats, désormais aménagée en musée.

Il doit également se recueillir aux côtés de l'ambassadeur d'Allemagne, Nikolaus Meyer-Landrut, dans le cimetière militaire allemand de Cerny-en-Laonnois (Aisne), avant de se rendre à la nécropole nationale qui abrite les restes des soldats français morts dans les combats, où il présidera la cérémonie officielle du centenaire.

Voir mes précédents billets sur la Première Guerre Mondiale

caverne-dragon

======================

Chemin des Dames

L'échec de l'offensive Nivelle

En 1917, après trois années d'une guerre meurtrière et indécise, la lassitude touchait l'ensemble des armées européennes dont le moral était au plus bas.

À l'intérieur des troupes françaises, le coût humain élevé de l'offensive Nivelle sur le chemin des Dames au printemps 1917, dont les gains sont seulement tactiques, les conditions de vie effroyables dans le froid, la boue, les bombardements d'artillerie et la rareté des permissions, tous ces facteurs s'additionnent et provoquent une montée de la protestation parmi les hommes au front.

L'espoir suscité par l'offensive avait été énorme à la veille du 16 avril 1917 : le général Nivelle promettait la fin de la guerre et donc, pour chaque soldat, le retour chez soi. L'offensive ayant été enrayée face aux fortifications allemandes, puis terminée sur ordre du gouvernement fin avril, la déception et la colère grondent : les soldats ont l'impression que la bataille a été mal préparée.

Or début mai, l'ordre est donné de reprendre l'offensive dans les mêmes conditions sur un terrain toujours aussi désavantageux pour les Français. Face à l'entêtement de l'état-major qui souhaite poursuivre cette offensive à outrance, des mutineries éclatent et gagnent progressivement toutes les armées le long du front pendant 8 semaines. Par leur paroxysme, elles touchent 68 divisions sur les 110 qui composent l'Armée française1.

Beaucoup de mutins ou de protestataires sont des soldats aguerris, qui ont prouvé leur valeur au combat. Ils demandent moins un arrêt de la guerre, ce qui aurait peu de sens dans la mesure où les Allemands n'ont pas l'intention de se retirer, qu'un commandement plus soucieux de la vie des soldats et plus attentif aux conditions réelles du combat moderne.

Posté par jourstranquilles à 09:48 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

Deauville

snip_20170408081703

Posté par jourstranquilles à 09:40 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Turquie: vote crucial sur le renforcement des pouvoirs d'Erdogan

Turquie: référendum crucial sur le renforcement des pouvoirs du président Erdogan dont l'issue pourrait remodeler le système politique du pays

La Turquie a commencé à voter dimanche pour ou contre le renforcement des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, lors d'un référendum crucial dont l'issue pourrait remodeler le système politique du pays et redéfinir ses relations avec l'Occident.

Quelque 55,3 millions de Turcs sont appelés à se rendre aux urnes pour dire oui ou non à une révision

constitutionnelle qui prévoit notamment la suppression du poste de Premier ministre au profit d'un hyperprésident qui concentrerait entre ses mains de vastes prérogatives.

S'il l'emporte, M. Erdogan, qui a échappé à une tentative de putsch il y a neuf mois, disposerait d'un pouvoir considérablement renforcé et pourrait en théorie rester président jusqu'en 2029.

"La Turquie prendra (dimanche) l'une des décisions les plus importantes de son histoire", a déclaré samedi M. Erdogan, au cours du dernier d'une très longue série de meetings de campagne pour le référendum dont le résultat s'annonce serré.

Le gouvernement présente cette réforme comme indispensable pour assurer la stabilité du pays et lui permettre d'affronter les défis sécuritaires et économiques. Mais l'opposition dénonce la dérive autoritaire d'un homme qu'elle accuse de chercher à museler toute voix critique, surtout depuis le putsch manqué.

Les bureaux de vote ont ouvert à 04h00 GMT à Diyarbakir et dans d'autres villes de l'est de la Turquie, a constaté un correspondant de l'AFP. Le scrutin débutera à 05h00 GMT dans l'ouest du pays, notamment à Istanbul et Ankara.

"Les résultats s'annoncent bons", a assuré samedi M. Erdogan. "Mais cela ne doit pas nous rendre léthargiques. Un oui fort sera une leçon donnée à l'Occident", a-t-il ajouté, après s'en être régulièrement pris à l'Union européenne pendant la campagne.

- Etat d'urgence -

M. Erdogan a notamment indiqué que la candidature de la Turquie à l'UE, au point mort depuis des années, serait mise "sur la table" après ce référendum. Il a aussi relancé le débat sur le rétablissement de la peine capitale, une ligne rouge pour Bruxelles.

Si le texte est approuvé, "il enclencherait la restructuration la plus drastique des 94 ans d'histoire de la politique turque et de son système de gouvernance", selon un rapport signé par Sinan Ekim et Kemal Kirisci, du think-tank Brookings Institution.

Pour Kemal Kiliçdaroglu, chef du CHP, le principal parti d'opposition, la Turquie a le choix : "Voulons-nous poursuivre avec une démocratie parlementaire ou un système de gouvernement par un seul homme ?", a-t-il déclaré samedi au cours d'un meeting près de la capitale, comparant le système présidentiel voulu par le gouvernement à "un bus sans freins dont on ne connaît pas la destination".

L'opposition et les ONG ont déploré ces dernières semaines une campagne inéquitable, avec une nette prédominance du oui dans les rues et les médias.

La Turquie est par ailleurs sous état d'urgence depuis le putsch manqué. Quelque 47.000 personnes ont été arrêtées et plus de 100.000 limogées ou suspendues.

Le parti prokurde HDP a ainsi dû faire campagne avec ses deux coprésidents et nombre de ses élus en prison, accusés de liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), classé "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux.

- Menace 'terroriste' -

Les principales incertitudes pour M. Erdogan résident dans le vote des Kurdes, un cinquième de la population, et celui du camp de la droite nationaliste, dont le chef, Devlet Bahçeli, soutient la révision constitutionnelle, mais dont la base est divisée.

La sécurité occupe également une grande place dans l'organisation du scrutin, la Turquie ayant été frappée ces derniers mois par une vague sans précédent d'attaques meurtrières liées au groupe Etat islamique (EI) et à la rébellion kurde. Selon l'agence Dogan samedi, 49 membres présumés de l'EI ont été arrêtés à Istanbul cette semaine. L'EI avait appelé dans le dernier numéro de son hebdomadaire Al-Naba à des attaques contre les bureaux de vote dimanche.

Quelque 33.600 policiers seront déployés à Istanbul pour assurer le bon déroulement du scrutin, selon l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Âgé de, 63 ans, M. Erdogan a occupé le poste de Premier ministre entre 2003 et 2014 avant d'être élu président. Source AFP

Posté par jourstranquilles à 09:33 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fun selfies

selfie (1)

selfie (2)

Posté par jourstranquilles à 09:09 - Autoportraits - Jeux de rôles - Autodérisions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Paris by night vu de l'espace...

paris by night

Posté par jourstranquilles à 08:57 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Aujourd'hui c'est Pâques...

resurection

Posté par jourstranquilles à 08:35 - Religion - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'enfant Jésus par Pierre et Gilles

L'enfant Jésus 👼👼👼👼👼👼👼👼 whith Adrien @anoirmont #pierreetgilles #2003 #jesus #enfant #clous #crussifiction #pâques

Une publication partagée par Pierre et Gilles (@gilles_pierreetgilles) le 15 Avril 2017 à 3h14 PDT

Posté par jourstranquilles à 08:20 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]