Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

jeudi 20 avril 2017

Ministère Intérieur

Posté par jourstranquilles à 22:27 - Attentat - Terrorisme - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fusillade sur les Champs Elysées

Posté par jourstranquilles à 21:39 - Attentat - Terrorisme - Commentaires [0] - Permalien [#]

Salon de la Photo - save the date

17883197_788806737964152_4494956834615984128_n

Posté par jourstranquilles à 20:47 - Visites - Salons - Reportages - Tourisme - Commentaires [0] - Permalien [#]

Gérard Rancinan

Posté par jourstranquilles à 20:44 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

« CESSEZ-LE-FEU » Dans ce film poignant, Romain Duris incarne un vétéran traumatisé par la Première Guerre mondiale. Vu ce soir

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, Georges (Romain Duris) a choisi d’oublier la boucherie des tranchées et la mort de l’un de ses deux frères en gagnant l’Afrique. Le deuxième, Marcel (Grégory Gadebois), violoniste, rescapé des combats mais si traumatisé qu’il en est devenu muet, vit chez leur mère tandis qu’une spécialiste de la langue des signes (Céline Sallette) tente de le réconcilier avec la parole. Il y a pourtant un soleil dans la vie de Marcel : les apparitions de la jeune Madeleine (Julie-Marie Parmentier). Un jour, Georges est de retour…

Des acteurs magnétiques

La France manque un peu de beaux films historiques à l’ancienne qui résistent avec souplesse et puissance à l’amidon des reconstitutions. Après Nicole Garcia et son « Mal de pierres », voici ce « Cessez-le-feu », premier long-métrage d’Emmanuel Courcol, servi par une photographie remarquable et des acteurs magnétiques. Grégory Gadebois y livre une partition exceptionnelle, égrenant dans son regard toutes les nuances de son personnage. Du grand cinéma. Pierre Vavasseur

« Cessez-le-feu », drame historique français d’Emmanuel Courcol, avec Romain Duris, Céline Sallette, Grégory Gadebois, Julie-Marie Parmentier… 1 h 43.

romain (1)

romain (2)

romain (3)

romain (4)

romain (5)

romain (6)

Posté par jourstranquilles à 20:00 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Toilet Paper

18011870_1843620975886472_5547067107369287680_n

Posté par jourstranquilles à 07:18 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu sur instagram

14474374_557553861121177_4963576129257472000_n

14592026_368761750125304_6111582627909599232_n

14723701_1666941640283773_4976010751069126656_n

Posté par jourstranquilles à 07:18 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Actuellement au Carreau du Temple

17933976_206716863161590_2159371816827617280_n

Posté par jourstranquilles à 07:16 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Juppé, le soutien du bout des lèvres

Le maire de Bordeaux s’est affiché, hier, au côté de François Fillon… mais reste réservé sur sa campagne très droitière.

Par  Olivier Beaumont (avec Catherine Lagrange, À Lyon) - Le Parisien

Avant Nicolas Sarkozy qui devrait très vraisemblablement s’afficher demain avec François Fillon, c’est au côté d’un autre poids lourd de la droite que le candidat à l’Elysée s’est présenté hier : Alain Juppé ! Le maire de Bordeaux est venu lui apporter un soutien en demi-teinte, arraché au forceps et mis en scène lors d’une visite au siège de l’entreprise de musique en streaming Deezer, à Paris. Arrivée conjointe en voiture, poignée de main, grands sourires, rencontres et table ronde avec le personnel de la société, le tout devant une noria de caméras et d’appareils photo pour une opération de communication savamment orchestrée… du moins sur le papier.

Car s’il a « fait le job », le maire de Bordeaux n’en reste pas moins sévère à l’égard de celui qui l’a battu à la primaire. La faute aux affaires, « qui ont sidéré Juppé », dixit son entourage, mais aussi au comportement de Fillon qui s’est accroché quand tout le monde lui conseillait d’abandonner, et enfin à l’orientation de sa campagne jugée « trop à droite » par les juppéistes. Dernier sujet sensible, la possibilité d’intégrer Sens commun (l’émanation politique de la Manif pour tous) au gouvernement, en cas de victoire. Une hypothèse soulevée par Fillon lui-même le week-end dernier et qui aurait fait bondir Alain Juppé en privé : « Je ne soutiendrai pas un gouvernement dont la ligne serait dictée par Sens commun. C’est simple, je serai dans l’opposition », aurait-il ainsi juré, selon des propos rapportés par « le Canard enchaîné ». Des mots qu’il n’a pas assumés hier devant les caméras : « Si je devais répondre à tous les ragots, on ne serait pas couché ! » a-t-il botté en touche. « C’est faux, il n’a jamais dit ça », renchérit de son côté Virginie Calmels, sa première adjointe à Bordeaux.

Pour l’essentiel…

Il n’empêche, tout est dans la nuance. Loyal à son parti, droit dans ses bottes, Alain Juppé assume, sourire crispé, ce déplacement au côté du candidat malgré ses réserves : « D’abord car je tiens mes engagements et que je suis fidèle à ma famille politique », confie-t-il à notre journal. « Ensuite, parce que je veux éviter un second tour cauchemardesque Le Pen - Mélenchon, la peste et le choléra », poursuit-il. Et que penser de Macron ? « Il n’a pas su affirmer une stature nécessaire, pour l’instant », répond Juppé qui dit se retrouver « pour l’essentiel dans le projet de François Fillon ». Pour l’essentiel…

Une attitude mi-figue, mi-raisin, qui a aussi le don d’agacer certains proches de Juppé. « C’est une mascarade, une comédie hypocrite, un soutien contraint et forcé ! » tonne Bernard Constantin, ancien responsable du Comité AJ de Lyon pendant la primaire. « Il soutient François Fillon comme Chirac a soutenu Giscard en 1981 », enchaîne celui qui a signé hier, avec dix-sept autres responsables de comités Juppé Rhône-Alpes, une tribune appelant à voter en faveur d’Emmanuel Macron « dès le premier tour ». @olivierbeaumont

Posté par jourstranquilles à 07:12 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu sur instagram - j'aime beaucoup

Posté par jourstranquilles à 07:10 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]