Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

lundi 24 avril 2017

Emmanuelle Béart et Stanislas Nordey - Théâtre du Rond Point ( j'y vais demain soir)

emmanuelle beart et stanislas nordey


Mystificateur et génie / Erich von Stroheim par WebTV_du_Rond-Point

erich01

ertich02

ERICH VON STROHEIM

de : Christophe Pellet, mise en scène : Stanislas Nordey, avec : Emmanuelle Béart, Thomas Gonzalez, Laurent Sauvage, en alternance avec* : Victor de Oliveira

SYNOPSIS

*Victor de Oliveira remplacera Laurent Sauvage les 25 et 26 avril et les 4, 5, 6, 10, 11, 12 et 13 mai

Cette histoire privée est celle de l’humanité.

Emmanuelle Béart est cette femme qui va droit au but. Elle veut un enfant. Autour d’elle, deux hommes, paumés. Nordey met en scène les troubles tangibles d’individus fissurés qui cherchent réparation.

sur-les-planches

Posté par jourstranquilles à 21:02 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vendre la peau de l'ours...

Il faut saluer la performance mais aussi confesser un doute. L’itinéraire d’Emmanuel Macron est totalement inédit dans l’histoire politique française. Novice en politique, jamais élu, doté d’un programme social-libéral qui n’a jamais pris dans une élection française, fondateur d’un mouvement qui compte à peine douze mois d’existence, il se hisse en tête d’une présidentielle. Ce n’est pas une surprise, c’est un tour de force. Pour les amateurs d’histoire, il faut remonter à l’élection de Louis-Napoléon en 1848 pour trouver un vague précédent. Et encore le patronyme du neveu à longues moustaches expliquait-il beaucoup de choses. Le nom de Bonaparte, qui avait conquis l’Europe, évoquait plus de souvenirs que celui de Macron, qui a libéralisé des lignes d’aut obus. Macron partait de plus bas. La chance l’a servi, certes. Mais qui l’eut cru il y a un an ?

Pourtant le doute s’instille dans l’esprit du commentateur. Il tient à l’étrange spectacle d’hier soir. Un discours trop long et trop pâle, une posture de vainqueur avant la vraie victoire, des partisans dont on attendait qu’ils scandent «République ! République !» et qui se contentent d’un «Brigitte ! Brigitte !». Dangereux de vendre la peau de l’ours dans une élection aussi décisive. Ou plutôt la peau de la panthère, installée sur un socle de sept millions de voix, prête à bondir en jouant le remake de 2005, quand les partisans de l’Europe au référendum, partis à 60% d’intentions de vote se sont ramassés à 45%. Pour ou contre la mondialisation ? Si telle est la question, le résultat n’est pas si assuré dans une France à vif. Le destin du jeune premier du premier tour n’est pas encore écrit. Obama junior ou Lecanuet enfant ? Sa chance, c’est le vote raisonnable des électeurs rationnels. Fragile…

Et aussi

La droite est dans les cordes mais beaucoup de ses électeurs estiment qu’on leur a volé l’élection. Ils peuvent se venger en jouant le pire. Il faut toujours se souvenir que Fillon est sorti de la primaire avec 30% des intentions de vote. La défaite était impensable. C’est son obstination à se maintenir malgré la mise en examen qui a conduit au désastre pour LR. Non le recul de ses idées très droitières et si peu macroniennes.

La gauche creuse ses divisions. Hamon maintient la ligne frondeuse qui lui a valu un petit 6%. Valls annonce une scission du PS et se voit en supplétif d’En Marche. Mélenchon exhale son amertume alors qu’il a réalisé un score remarquable. Les uns veulent rejoindre Macron, les autres le démolir. La soupe ou la ciguë. Dans les deux cas, c’est l’effacement assuré pour cinq ans.

Victoire des sondeurs, dont on se méfiait tant. Depuis un mois, les enquêtes avaient annoncé les quatre premiers, et depuis une dizaine de jours l’ordre exact d’arrivée. C’était déjà le cas en 2007 et en 2012. Ce qui ne dispense pas de rester prudent. En 2002, les pronostics ont été déjoués. Comme la météo, c’est un instrument fiable qui se trompe de temps en temps. Laurent Joffrin - Libération

unnamed

Posté par jourstranquilles à 19:22 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le bon « plaisir » de Macron à la Rotonde

rotonde01

Par Solenn de Royer

En fêtant sa première place dans la mythique brasserie parisienne, dimanche soir, le candidat d’En marche ! a ravivé le souvenir du Fouquet’s de Nicolas Sarkozy.

C’est le symbole de son ascension. Ça deviendra celui de sa victoire, s’il bat la candidate du Front national (FN) Marine Le Pen au second tour de la présidentielle le 7 mai. C’est à La Rotonde, mythique brasserie du quartier Montparnasse, que le leader d’En marche ! Emmanuel Macron a pris ses habitudes, quand il était ce talentueux banquier bien décidé à conquérir Paris.

C’est là aussi qu’il réunissait le groupe d’économistes chargés d’élaborer le programme économique de François Hollande, en 2012. Là encore qu’il se fournit pour les déjeuners de travail organisés à son QG, depuis le début de sa campagne : « C’est la salade Rotonde ! Ça vous va ? », glisse-t-il à ses invités.

C’est dans cette brasserie autrefois fréquentée par Cocteau, Apollinaire et Hemingway, tenue par des générations d’Auvergnats, que M. Macron avait donc convié ses amis à prendre un verre, après l’annonce des résultats du premier tour, dont il est arrivé en tête, dimanche 23 avril. « On s’y retrouve quand vous serez sortis des plateaux télé », a-t-il lancé à ses soutiens, en début de soirée. Un SMS de son staff est venu confirmer l’invitation.

« Pas de leçons à recevoir du petit milieu parisien »

Lourdes tentures rouges, orchidées blanches, lampes tamisées : derrière les vitres, le candidat et sa femme Brigitte reçoivent leurs invités. Se mêlent « soutiers » de la campagne, conseillers et soutiens politiques, comme les députés Arnaud Leroy et Christophe Castaner, les sénateurs François Patriat et Gérard Collomb ou l’éminence grise Jacques Attali…

Sont également présents une poignée de « people » : l’académicien Erik Orsenna, l’animateur Stéphane Bern, les acteurs Pierre Arditi et François Berléand, la chanteuse Dany ou l’amie des Chirac, Line Renaud.

La joyeuse troupe partage un poisson et des asperges ou picore des radis, une coupe de champagne à la main. On se congratule sous le regard des caméras qui ont suivi le candidat comme un vainqueur jusqu’à l’angle des boulevards Raspail et Montparnasse. Inquiet, un proche vient mettre en garde l’organisateur de ces imprudentes agapes : et si La Rotonde devenait son Fouquet’s, du nom de ce restaurant des Champs-Elysées où Nicolas Sarkozy avait fêté sa victoire à la présidentielle en 2007, avec tout le CAC 40. Une tâche sur le quinquennat.

M. Macron est furieux de la comparaison. En quittant la brasserie, vers 2 heures du matin, il se défend ainsi, devant le journaliste qui l’alpague : « Cher ami, si vous n’avez pas compris que c’était mon plaisir ce soir d’inviter mes secrétaires, mes officiers de sécurité, les politiques, écrivains (…), qui depuis le premier jour m’accompagnent, c’est que vous n’avez rien compris à la vie ! » Avant de conclure : « Je n’ai pas de leçons à recevoir du petit milieu parisien. »

« Ça faisait un peu gagnant du loto… »

Pas de leçons à recevoir mais des explications à donner. Le lendemain, les proches du candidat d’En marche ! ont tenté de déminer les critiques de leurs adversaires qui reprochent à M. Macron une fête « indécente » (Gérald Darmanin, Les Républicains), au regard des enjeux du deuxième tour et du score historiquement haut de Mme Le Pen, qui a laissé à beaucoup un goût amer.

A gauche, les critiques ont également fusé, mezzo vocce, contre cette « faute de communication » : « Ça faisait un peu gagnant du loto… », murmure un député PS, qui appelle à la « retenue ». « Le Fouquet’s, c’était le goût du fric. La Rotonde, la jouissance du pouvoir », observe un ministre.

Le député Arnaud Leroy, proche du candidat, assume : « On a célébré la réussite d’un pari que tout le monde moquait. Macron a voulu remercier ceux qui lui ont fait confiance, et le faire ouvertement. Ce ne sera pas une présidence faux-cul. »

rotonde

Posté par jourstranquilles à 10:18 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

KARTEL

18011274_519504458437918_2963673256969633792_n

Posté par jourstranquilles à 07:35 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

"Django" après-demain dans les salles... avec Reda Kateb

django

Posté par jourstranquilles à 07:32 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Actuellement à la MEP

Posté par jourstranquilles à 07:32 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sensuelle et sans suite

17881462_267624313698452_5274728050083233792_n

Posté par jourstranquilles à 07:30 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Photomontage - moi aussi j'ai des fans !

_suHuHtpRq6Zp_pWhLZiNw

Posté par jourstranquilles à 07:28 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fillon, une défaite historique

Pour la 1re fois sous la Ve République, la droite ne sera pas au second tour, ce qui va ouvrir une période de règlements de comptes et bouleverser le parti.

Par  Olivier Beaumont

Jean-édouard arrête de croquer sa tartine de rillettes quand le résultat du premier tour tombe sur la grande télévision installée à côté du buffet. « Bah, je vais la reposer. J’ai plus faim du tout là… », lâche dépité le jeune militant, dans un silence de mort. Au deuxième étage du QG de campagne de François Fillon, rue Firmin-Gillot, dans le XV e arrondissement de Paris, la claque est monumentale.

Arrivé troisième de ce scrutin, l’ancien Premier ministre n’est donc pas parvenu à déjouer les sondages. Et il en endosse l’entière responsabilité : « Cette défaite est ma défaite. C’est à moi et à moi seul qu’il revient de la porter », a-t-il lâché peu après 20 h 30, dans une courte allocution devant les journalistes, ses supporteurs et son épouse Penelope, discrètement installée au fond de la salle. « Malgré tous mes efforts et ma détermination, je n’ai pas réussi à vous convaincre », enchaîne-t-il, digne et sobre dans la défaite.

Mais amer quand même, surtout après cette campagne parasitée par le climat des affaires. « Les obstacles mis sur ma route étaient trop nombreux, trop cruels… Le moment venu, la vérité de cette élection sera écrite », jure-t-il, toujours persuadé qu’on a cherché à l’abattre. « On a fait une campagne avec un paquet d’eau salée tous les matins. Comment pouvait-il gagner ? » s’interroge sa communicante, Anne Méaux.

Depuis hier soir, François Fillon est désormais un homme plus que jamais seul. « Les électeurs ne vont pas tourner la page Fillon, ils vont la déchirer », glisse, très en colère, un ancien ministre de Nicolas Sarkozy. « Il ne s’est pas retiré alors qu’à un moment on avait un autre candidat capable de reprendre la campagne, Alain Juppé », a taclé de son côté Jean-François Copé sur le plateau de France 2, pendant que Rachida Dati évoquait une « défaite historique et morale ».

Baroin rêve déjà de matignon

Reste une droite désormais sans leadeur, plus que jamais fragilisée et sous le risque de l’implosion. Dès hier soir, la grande majorité des ténors a appelé à faire barrage au Front national, en appelant sans états d’âme à voter pour Emmanuel Macron. C’est notamment le cas d’Alain Juppé, François Baroin, Xavier Bertrand, Jean-Pierre Raffarin et bien sûr François Fillon lui-même. Cet après-midi, à 17 heures, au siège des Républicains, un bureau politique extraordinaire devrait acter solennellement cette position. Avec les yeux déjà tournés vers les élections législatives. Objectif : tenter de décrocher malgré tout une très hypothétique victoire en juin prochain. Baroin, qui rêve encore de Matignon, pourrait porter ce combat, en s’imaginant Premier ministre d’un gouvernement de cohabitation.

Encore faut-il que les candidats LR investis ne prennent pas la poudre d’escampette chez Macron. « S’il y en a qui partent, les mesures de rétorsion seront très fortes, avec d’autres candidats LR investis contre eux », prévient déjà un ténor du parti. « C’est n’importe quoi. Au nom de quoi les Républicains parviendraient à être majoritaires après une défaite présidentielle ? C’est une idée folle », s’étouffe le juppéiste Benoist Apparu.

Quant à la question de la direction du parti, elle va très vite se poser aussi. « L’assaut du fort a déjà commencé ! », reconnaissait hier soir un élu sarkozyste. Avec un homme plus que jamais à l’avant-poste des assaillants : Laurent Wauquiez. L’ambitieux quadra, qui a les faveurs de l’ancien président de la République, lorgne la direction des Républicains depuis des semaines, malgré de nombreuses réticences internes. Laissant entrevoir une nouvelle page de la guerre des chefs à droite.

@olivierbeaumont

Posté par jourstranquilles à 07:27 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pour le second tour...

capote

Posté par jourstranquilles à 07:24 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]