Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

samedi 3 juin 2017

Avenue Foch tout ce long week-end

Posté par jourstranquilles à 21:27 - Visites - Salons - Reportages - Tourisme - Commentaires [0] - Permalien [#]

Belles images et vieilles péloches

bièvres

Par  Bénédicte Agoudetsé - Le Parisien

Et soudain, tous les objectifs se braquent sur cet adorable bourg de la vallée de Chevreuse, en Essonne. Une fois l’an, le temps d’un week-end, la population de Bièvres quintuple. Pour la foire internationale de la photo, 25 000 passionnés, amateurs et professionnels affluent sur la place de la mairie, à l’invitation du photo-club de Paris Val-de-Bièvre, avec le concours de la municipalité. Ce sont ainsi deux hectares qui se tapissent de stands, de lentilles, d’optiques, de boîtiers et de tirages de toutes les époques. Un spectacle à l’ambiance absolument magique.

« J’y suis venu pour la première fois à l’âge de 15 ans avec mon père, photograveur », se souvient Gérard Ségissement, 69 ans, toujours à l’affût de matériel et d’appareils, mais également passionné des techniques et de l’histoire de cet art majeur. « Malgré l’avènement du numérique et des smartphones, l’argentique reste une valeur sûre », martèle cet amateur acharné qui a rejoint le photo-club en 1997.

« Cette 53 e édition s’adresse à la fois aux spécialistes et au grand public, pour lequel nous avons concocté des animations ludiques et pédagogiques », précise Marie-Jo Masse, la commissaire générale de la foire. On peut, par exemple, se faire immortaliser dans des cadres amusants et des panneaux à trou pour se transformer en star de publicité. Ou se faire tirer le portrait dans le studio éphémère et repartir avec un tirage petit format. C’est aussi l’occasion de visiter les expositions ainsi que le musée de la photo local.

Mais la majorité des visiteurs viennent à la fois découvrir et s’offrir les nouveautés ou dénicher la bonne occasion. « J’ai trouvé des appareils Lomo russes des années 1980-1990 en excellent état pour 40 à 50 €, alors que neufs, ils en coûtent 200 € », sourit Gérard Ségissement. « J’adore échanger avec la clientèle de Bièvres », assure de son côté Pierre Euvrard, qui vient de Chalon-sur-Saône, en Bourgogne, avec son stock de livres spécialisés.

« Beaucoup de vendeurs réservent leurs meilleurs articles pour les écouler ici », observent les organisateurs. « On vient en repérage le samedi après-midi en espérant pouvoir s’offrir le lendemain l’objet convoité à un meilleur prix, puisque le dimanche, les prix baissent en fin de foire », souffle un connaisseur. Mais ceux qui cherchent un produit précis ne prennent pas ce risque !

Où : place de la mairie. Quand : samedi de 13 à 20 heures et dimanche de 7 à 18 heures. Combien : accès gratuit. Se renseigner : www.foirephoto-bievre.com/fr

Posté par jourstranquilles à 15:13 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Free the nipple

Bad arse. Artist unknown. Check out @TheStreetsOf_

Une publication partagée par StreetArtGlobe (@streetartglobe) le 3 Juin 2017 à 4h21 PDT

Posté par jourstranquilles à 13:24 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Donald Trump

Posté par jourstranquilles à 12:16 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

« L’accord de Paris vivra » Anne Hidalgo

Par  Julien Duffé

Après l’image symbolique de l’Hôtel de Ville éclairé en vert jeudi soir en signe de « désapprobation », les paroles. Hier matin, la maire (PS) de la capitale Anne Hidalgo a tenu une conférence de presse pour dire tout le mal qu’elle pensait de la décision du président des Etats-Unis Donald Trump de retirer son pays de l’accord de Paris sur le climat. « Une décision grave, lourde, qui méconnaît la réalité attestée par les scientifiques des dégâts que provoque le changement climatique sur la planète », a dénoncé Anne Hidalgo.

un appel aux fondations et aux investisseurs privés

« L’annonce de Donald Trump est forcément une mauvaise nouvelle mais l’accord de Paris vivra » a pourtant assuré celle qui est aussi depuis décembre 2016 présidente du C40, réseau de 91 grandes villes du monde mobilisées pour le climat (dont 12 villes américaines) représentant 650 millions d’habitants et 25 % du PIB de la planète. Fervente partisane d’une diplomatie des villes, Anne Hidalgo a insisté sur le rôle de ces métropoles, « les territoires démocratiques où se prennent les décisions », dont « les actions concrètes et collectives » sont « essentielles pour réussir l’accord de Paris ».

Dans le sillage du président Emmanuel Macron, la maire de Paris a lancé « un appel aux fondations, aux investisseurs, à tous les acteurs privés pour qu’ils se mobilisent aux côtés des villes et des métropoles en faveur de la transition énergétique ». Dans cette optique, et comme l’y autorise la loi, la mairie a d’ailleurs créé « un fonds permettant de mobiliser ces investissements privés » dans les domaines des mobilités, du bâtiment, des énergies, a rappelé l’élue. Selon un rapport, afin de parvenir à limiter l’élévation de la température globale à 1,5 °C, les villes du C40 devront investir 1 000 Mds$ d’ici à 2050 et 375 milliards dans les quatre prochaines années.

Pour Anne Hidalgo, « contrairement à ce que dit Donald Trump, la transition énergétique est une formidable opportunité économique et Paris assurera pleinement son leadership », affirmant que, « depuis l’Europe », elle comptait aider les villes américaines.

Décidément très remontée contre le président américain, la maire de Paris n’a visiblement pas goûté sa formule où il dit vouloir « représenter les habitants de Pittsburgh et pas Paris ». « Il n’aime pas Paris, ce doit être la seule personne sur la planète qui n’aime pas Paris, a ironisé Anne Hidalgo. Ce sont des déclarations provocantes qui ne sont pas à la hauteur d’un président d’une grande nation amie de la France. »

Posté par jourstranquilles à 10:55 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

Street Art

street art (1)

street art (3)

street art (4)

street319

 

Posté par jourstranquilles à 10:48 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

C’est Paris-campagne pendant trois jours....

D’aujourd’hui à lundi, l’avenue Foch sera piétonnisée et accueillera 10 000 m2 de verdure, des animaux, des œuvres, des débats... L’occasion de mettre en lumière les enjeux écologiques.

Par  Christine Henry

Bordée d’immeubles cossus, la très huppée avenue Foch (XVI e) prend des airs bucoliques. Moutons mérinos, vaches, veaux, alpagas, chèvres, abeilles, vers à soie… La prestigieuse artère noyée sous un épais tapis de fleurs, à l’ombre de l’Arc de Triomphe, accueillera aujourd’hui, et jusqu’à lundi, Biodiversi’Terre, une promenade éphémère de 600 mètres, entre la place de l’Etoile et l’avenue Raymond-Poincaré.

Cette œuvre végétale de 10 000 m 2 est signée Gad Weil, l’artiste de rue qui a créé Nature Capitale sur les Champs-Elysées en 2010 et métamorphosé la place Vendôme en champ de blé en juillet dernier. « Le projet est né lors de la COP 21 d’une rencontre avec Anne Hidalgo, la maire de Paris, et Serge Orru, son conseiller en charge du développement durable, explique Gad Weil. L’idée était de rendre tangible auprès du grand public la question de la biodiversité qui a été nommée citoyenne d’honneur de la Ville de Paris en 2016. » Hasard du calendrier, cette opération intervient après l’annonce de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l’accord de Paris.

huit mois de préparation et près de 350 personnes mobilisées

Jardins, potagers, ferme pédagogique, labyrinthe de balles de papier, reconstitution d’une agora pour débattre de la biodiversité, champ de lin, reconstitution d’une autoroute A1 bordée de champs, entre l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle et Paris… Six tableaux vivants mettent en scène les enjeux écologiques et la responsabilité de l’homme face à son environnement. De part et d’autre de la chaussée occupée par ces écosystèmes, des animations seront proposées. Et des débats s’enchaîneront tout au long de ces trois jours.

« J’aime les mises en scène immédiates, simples, épurées pour faciliter la compréhension de tous les publics », explique l’artiste qui aime à se définir comme un saltimbanque.

« La Ville de Paris a souhaité s’associer à cet événement car il s’inscrit dans la politique que nous poursuivons depuis maintenant trois ans pour faire de Paris une ville durable et résiliente », explique pour sa part Pénélope Komitès, l’adjointe (PS) de la maire de Paris chargée de la nature qui présentera un nouveau plan de la biodiversité à l’automne.

Cette opération a nécessité huit mois de préparation et mobilisé près de 350 personnes, dont 150 agents de la direction des espaces verts et de l’environnement de la mairie de Paris.

Biodiversi’Terre, d’un coût de 2 M€, a été entièrement financé par des partenaires privés, des entreprises mécènes, des start-up, des filières professionnelles et des collectivités dont la Ville de Paris qui a fourni notamment les 45 000 plantes en provenance de son centre de production de Rungis (Val-de-Marne). « Tout le monde, quel que soit son statut ou sa taille, avance vers un nouveau monde avec discernement », lance Gad Weil. Un million de promeneurs sont attendus par les organisateurs.

La chaussée sera bien sûr interdite à la circulation, mais les véhicules pourront emprunter les contre-allées.

@leparisien_75

Posté par jourstranquilles à 10:38 - Visites - Salons - Reportages - Tourisme - Commentaires [0] - Permalien [#]

Extrait d'un shooting

instant (4)

instant (5)

Posté par jourstranquilles à 10:25 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Toiletpaper

snip_20170601072144

Posté par jourstranquilles à 10:24 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]