Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

dimanche 2 juillet 2017

Milo Moiré

milo2148

milo56214

Posté par jourstranquilles à 19:50 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Street Art à la Cité Universitaire - vu hier

DSCN5953

DSCN5959

DSCN5961

DSCN5963

DSCN5971

DSCN5982

DSCN5984

DSCN5985

DSCN6013

DSCN6017

DSCN6021

DSCN6027

DSCN6028

DSCN6030

DSCN6035

DSCN6051

DSCN6056

DSCN6058

DSCN6067

DSCN6077

DSCN6082

DSCN6091

Posté par jourstranquilles à 19:46 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

PREMIER DIMANCHE DU MOIS = gratuit. MAC VAL — Nouvelle exposition des œuvres de la collection (vu aujourd'hui)

MAC VAL — Nouvelle exposition des œuvres de la collection 

Cette 8e exposition de la collection, conçue à partir des œuvres historiques du musée et des acquisitions récentes, s’articule autour de la construction des récits et explore la force expressive des œuvres, leur capacité à raconter, interroger ou suggérer et présente des ensembles significatifs d’artistes majeurs de la création d’aujourd’hui.

Elle propose d’expérimenter le pouvoir d’expressivité des œuvres, leur capacité à raconter, interroger, dire ou suggérer. Bavardes ou silencieuses, parfois contemplatives, discrètes ou immersives, toutes sont narratives et nous transportent à travers la réalité, la fiction ou l’imaginaire, provoquant l’émotion, soulignant la fragilité des situations.

Cette exposition reflète également l’histoire de la collection, un voyage au long cours, ponctué de découvertes, d’intuitions, de rencontres et de retrouvailles, permettant au fil du temps de constituer des ensembles conséquents et significatifs autour de figures artistiques majeures de la création d’aujourd’hui

Avec les œuvres de : Claire Adelfang, Dove Allouche, Élisabeth Ballet, Ismaïl Bahri, Oliver Beer, Amélie Bertrand, Anne Brégeaut, Elina Brotherus, Clément Cogitore, Stephen Dean, Sylvie Fanchon, Lola Gonzàlez, Benoît Maire, Angelika Markul, Charlotte Moth, Jean-Christophe Norman, Vincent Olinet, Evariste Richer, Sophie Ristelhueber, Jérôme Robbe, Franck Scurti, Alain Séchas, Tatiana Trouvé, Jean-Luc Vilmouth

Posté par jourstranquilles à 19:21 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Françoise Nyssen, « Shiva » à la culture

Qui-est-Francoise-Nyssen-la-nouvelle-ministre-de-la-Culture

 Par Alain Beuve-Méry

Femme aux mille et un réseaux, l’ancienne patronne des éditions Actes Sud entend être « la ministre des possibles » autant que celle « des travaux pratiques ».

« Je t’attends », écrit le 24 mai, sur son compte Facebook, Georges Séguier. Assis devant la porte cochère de la maison d’édition Actes Sud, au cœur du 6e arrondissement de Paris, il guette le retour de Françoise Nyssen, partie diriger le ministère de la ­culture.

Georges Séguier est… le chat d’Actes Sud. Ses faits et gestes sont chroniqués par des salariés de la maison d’édition arlésienne, dirigée jusqu’ici par la nouvelle occupante de la Rue de Valois. Une semaine plus tôt, le matou avait été l’un des premiers dans la confidence. Désormais, tout le monde ­attend sa maîtresse.

A 66 ans, Françoise Nyssen entame une nouvelle vie. Pourtant, l’histoire de sa nomination doit presque tout au hasard. Lorsque, lundi 15 mai dans l’après-midi, à Arles, elle reçoit un appel du président de la République – « Je suis Emmanuel Macron » –, elle lui coupe la parole. « Vous avez été formidable », lâche la présidente du directoire d’Actes Sud, en félicitant chaleureusement le nouvel élu.

« Un nouveau monde en marche »

Rendez-vous est pris dès le lendemain ­matin à Paris. Le chef de l’Etat cherche un ­ministre de la culture. « Cela ne se fait pas de refuser l’offre de celui qui a été élu », dit-elle. Quelques proches se moquent de son sens du devoir ­républicain, mais, ce soir-là, elle ne ­redescendra pas en Provence. mercredi 17 mai, sur le perron de l’Elysée, son nom est prononcé, en huitième ­position, après celui de son ami ­Nicolas ­Hulot : deux personnalités dites de la « société civile ».

Avant leur premier tête-à-tête, le président et sa ministre ne se connaissaient presque pas. Une seule rencontre a précédé le coup de fil élyséen, en mars, au Salon du livre de Paris, où Françoise Nyssen a offert au candidat un ouvrage de Cyril Dion paru chez Actes Sud en 2015 : Demain et après… Un nouveau monde en marche. Prémonitoire.

Le président et l’éditrice ont quelques passions en commun, notamment pour le théâtre. Elève à « La Pro », le collège jésuite huppé d’Amiens, où il a rencontré sa future épouse, Brigitte, alors professeure de lettres, ­Emmanuel Macron a sans aucun doute lu les auteurs contemporains dans la collection ­Actes Sud-Papiers, consacrée à la publication de pièces de théâtre. A un an près, « Macron a l’âge d’Actes Sud », relève Bertrand Py, le directeur éditorial de la maison fondée en 1978 par Hubert Nyssen, le père de Françoise.

« Votez Macron. Ne vous abstenez pas »

D’Arles, où elle vit, Françoise Nyssen a de son côté entendu monter la rumeur du monde, ce discours frontiste, hostile aux étrangers, qui gagne régulièrement des voix jusqu’à ­peser un gros tiers du corps électoral.

Née à Bruxelles, de parents belges, avec une ascendance suédoise, elle parle un français sans ­accent, héritage de douze ans passés au lycée français de Bruxelles entre 1956 et 1968, et est une européenne militante. Elle dirige aussi une grande maison d’édition qui a placé la ­ littérature étrangère au cœur de son projet éditorial, avec des auteurs méditerranéens comme l’Algérien Kamel Daoud, l’Egyptien Alaa Al-Aswany, la Turque Asli Erdogan…

Alors, le 3 mai, entre les deux tours, ­Françoise Nyssen s’est jetée à l’eau. Classée à gauche, elle répond « oui » à l’appel du monde de la culture contre le Front national, à Avignon, soutenu par Christian Estrosi, président (Les Républicains, LR) de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), aux côtés d’Irina Brook, Macha ­Makeïeff, Michel Boujenah, Charles Berling et Olivier Py. Leur message est simple : « Votez. Ne vous abstenez pas. »

Elle ne s’est pas abstenue lorsque Marc Schwartz, haut fonctionnaire qui s’était mis en disponibilité pour rédiger le programme culture du candidat En marche !, l’a contactée pour qu’elle s’engage à soutenir Emmanuel Macron. Dans un texte publié le 6 mai sur les réseaux sociaux, Françoise ­Nyssen a appelé à voter pour lui « avec détermination et joie ».

Adepte des « cinq Tibétains »

Peu de directeurs de cabinet peuvent se flatter d’avoir choisi leur ministre. C’est ce qui est arrivé à Marc Schwartz. Avec l’appui de l’académicien Erik Orsenna, lui aussi sollicité, cet ancien du cabinet de Dominique Strauss-Kahn à Bercy a été la bonne fée de la nouvelle ministre de la culture, faisant ­remonter le nom de l’éditrice auprès du chef de l’Etat. Ils rêvaient chacun du poste pour eux, mais l’un a été jugé trop techno quand l’autre semblait trop occupé à jongler avec ses multiples casquettes.

Dans son nouveau métier, Françoise Nyssen arrive en novice. Mais ses amis ne s’inquiètent pas pour elle. « Françoise est une femme d’affaires, grosse bosseuse et excellente négociatrice », note Teresa Cremisi, ­ex-PDG de Flammarion, qui a été, un temps, actionnaire d’Actes Sud. « Ce n’est pas une femme de réflexion, elle agit toujours », ajoute une proche collaboratrice.

Cheveux raides, petites lunettes rondes, mince sourire en permanence sur les lèvres, Françoise Nyssen donne souvent l’impression de planer. Elle serait plutôt control freak. Elle commence d’ailleurs sa journée par une ­demi-heure de méditation, en suivant les « cinq Tibétains », des exercices de yoga qui insufflent de l’énergie. Zen, mais pas ­effacée : « Si elle était dans une secte, elle en serait le gourou », rit un collaborateur.

Sa réussite à la tête d’Actes Sud ne doit rien au hasard. « Françoise a un esprit scientifique doté d’une grande capacité de synthèse, note Danièle Dastugue, présidente du conseil de surveillance d’Actes Sud et fondatrice des éditions du Rouergue. Elle a une gestion en étoile, comme PDG, elle lance des rayons. » Solaire…

Des menus bio Rue de Valois

Les mille réseaux qu’entretient Françoise Nyssen lui permettent de défendre les causes auxquelles elle croit. L’association du Méjan, avec la tenue de concerts, d’expositions, l’ouverture de salles de cinéma, a transformé la vie culturelle à Arles. Elle est aussi proche de Thierry Frémaux, délégué général du ­Festival de Cannes.

Par ses études – un diplôme en biologie ­moléculaire – et sa famille – son beau-père était le généticien René Thomas –, elle a également fréquenté très tôt de grands scientifiques, comme le prix Nobel 1965 de médecine François Jacob, père de l’éditrice Odile Jacob. Avec l’association Prima Vera à Uzès, où elle retrouve la diplomate palestinienne Leïla Shahid et la comédienne Isabel Otero, elle ­rejoint les réseaux écolos.

Il y a surtout le mouvement Colibris, lancé par le très médiatique Pierre Rabhi, chantre de l’écologie durable, dont Françoise Nyssen a signé l’appel et édite les livres à succès. Et, enfin, des réseaux patronaux, comme l’Association pour la promotion et le management (APM), un club fondé à l’origine par Pierre Bellon, le patron marseillais de la Sodexo, le plus grand groupe français de restauration collective. Qui sait que la première décision de la ministre de la culture a été d’introduire des menus bio Rue de Valois ?

Françoise Nyssen est également comme un poisson dans l’eau avec le milieu éducatif. Elle a imaginé, à Arles, l’Ecole du domaine du possible, un établissement scolaire alternatif, qui accueillera 150 élèves à la rentrée prochaine, des ­adolescents différents, inadaptés au système scolaire classique. C’était le cas d’Antoine ­Capitani, son petit dernier, un enfant hyper­sensible, né de son mariage avec l’éditeur Jean-Paul Capitani. Antoine a mis fin à ses jours en 2012, à l’âge de 18 ans.

« Françoise a plus de bras que le dieu Shiva », susurre un proche. Au Paradou, le mas ­mythique où son père fonda Actes Sud, elle se tenait, six mois après le début de l’aventure, tout près de la grande table où tout se décidait. Légèrement en retrait, elle s’occupait de la comptabilité, sans rechigner.

Aujourd’hui encore, Françoise Nyssen dirige une maison d’édition sans être vraiment une éditrice. La seule auteure qu’elle suit personnellement est la romancière italo-algérienne Jeanne Benameur, sa plus proche amie.

Si elle se met au service des auteurs, c’est plutôt pour les accompagner dans une librairie, à l’étranger… « On n’a pas de relations professionnelles avec elle, on ne la rencontre que pour les ­aspects humains », note Jérôme Ferrari, deuxième prix Goncourt de la maison pour Le Sermon sur la chute de Rome, en 2012.

« Airbnb mondain d’Arles »

Trente ans que cela dure : l’hospitalité de la ministre compte beaucoup dans son ascension. « C’est le Airbnb mondain d’Arles », plaisante une éditrice. A l’été 2016, quand ­François Hollande s’invite de manière ­impromptue aux Rencontres de la photographie, où termine-t-il la journée ? Chez ­Françoise Nyssen, qui improvise un repas sur le pouce pour une trentaine de convives.

La nouvelle ministre de la culture n’est pourtant ni mondaine ni ambitieuse, au sens parisien du terme. « Elle a réussi à rebours de l’édition française », observe la journaliste ­Sylvie Tanette. Le jour de sa nomination, c’est d’ailleurs au sein de la petite famille du livre que l’accueil a été le moins chaleureux, alors que dans le monde du cinéma, de la musique, des arts plastiques, les compliments ­fusaient. « Normal, ils étaient tous verts de ­jalousie », commente un éditeur.

La question des subventions et des conflits d’intérêts a aussitôt surgi. Selon les calculs de Livres Hebdo, qui a épluché le rapport annuel du Centre national du livre en 2016, la ­maison arlésienne est celle qui reçoit le plus de subventions après Le Seuil : une somme qui s’est élevée à 264 167 euros en 2016. Rapporté aux 76 millions d’euros de chiffre d’affaires d’Actes Sud, le montant semble plutôt ­modeste.

« Actes Sud n’a pas à changer de politique, il s’agit d’une entreprise indépendante qui fonctionne sans moi », réplique la ministre. Elle a non seulement démissionné d’Actes Sud, mais aussi quitté ses mandats au Centre ­national du cinéma, à la Bibliothèque nationale de France, au Syndicat ­national de l’édition, au Musée du quai Branly, à EuropaCorp, la société de Luc Besson, à la ­Marseillaise de crédit. En creux encore, l’étendue de son réseau…

Rapprocher culture et éducation

Sa chance ? La nouvelle ministre a autour d’elle un clan familial, élargi aux amis, qui tient la maison en son absence. Au premier rang : Jean-Paul Capitani, son mari et copropriétaire d’Actes Sud, avec lequel elle forme un couple fusionnel.

Viennent ensuite ­Bertrand Py, l’éditeur en chef, également ­actionnaire. Et puis, évidemment, les trois filles du couple qui ont intégré la maison : Julie Gautier, ­Anne-Sylvie Bameule et ­ Pauline Capitani. La moitié de la tribu Nyssen-Capitani travaille au sein de la PME familiale.

Françoise Nyssen entend être « la ministre des possibles » et celle « des travaux pratiques ». Elle rêverait de rapprocher culture et éducation et a déjà tissé une relation étroite avec Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation nationale. Qui ne demande pas mieux : « Avec la ministre de la culture, nous allons travailler en profondeur sur la question du livre à l’école », vient-il de déclarer.

Avec le président de la République, elle partage le goût de faire et la volonté d’afficher une certaine bienveillance. Elle ne cherche pas à cacher son admiration, au point d’oser cette comparaison troublante : « Avec ­Antoine, j’ai été confrontée à ce qu’est un enfant précoce. Mais Emmanuel, c’est un surdoué. »

Posté par jourstranquilles à 14:51 - Politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le nu absolu - ARTE

Bien que controversé, le nu s'est imposé pendant des siècles comme l'un des genres les plus importants de l'art occidental. Mais peu d'artistes se consacrent aujourd'hui à cet exercice autrefois incontournable. L'art contemporain boude-t-il le nu ? Quelles perspectives le genre offre-t-il aux artistes et aux modèles ?

Bien que controversé, le nu s’est imposé pendant des siècles comme l’un des genres les plus importants de l’art occidental. Mais peu d’artistes se consacrent aujourd’hui à cet exercice autrefois incontournable, qui fait parfois figure de pensum académique. La perte du tabou de la nudité, la montée du médium photographique ou encore le rejet de la longue domination du regard de l’homme – et de son désir – dans la création artistique peuvent éclairer cette évolution. Que l’œil soit masculin ou féminin, existe-t-il une perception purement artistique du corps, dénuée de tout caractère voyeuriste ? À travers des interviews d’artistes (Bettina Rheims, Andreas Bitesnich...), de modèles et de critiques d’art, le documentaire se penche sur l’histoire de la nudité et sa représentation, qui n’ont pas fini de fasciner.

Documentaire de Herbert Eisenschenk (Autriche/France, 2010, 1h) ARTE

Posté par jourstranquilles à 09:31 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le LUXE c'est à Arles ...

luxe

Posté par jourstranquilles à 08:06 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

A table !

k1

k2

Posté par jourstranquilles à 08:02 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

AURAY - 1862-2017. De la vapeur à la LGV

gare uray

Avant son grand lifting qui devrait débuter dans quelques mois, dans le cadre du PEM (Pôle d'Échange Multimodal), la gare d'Auray passe ce week-end dans une autre dimension avec l'arrivée des premiers usagers de la Ligne grande vitesse (LGV). En voiture pour le début du siècle.

Que de chemin parcouru par le train entre l'inauguration de la ligne de chemin de fer de Lorient à Nantes le dimanche 21 septembre 1862 à Lorient et l'arrivée de la Ligne à grande vitesse le dimanche 2 juillet 2017.

Autres temps, autres fêtes, ce 21 septembre 1862, Mgr Dubreuil, évêque de Vannes, est apparu à 2 h 30, précédé de bannières et suivi par de nombreux prêtres qui entonnaient des chants religieux (*). Le pasteur des Morbihannais devait procéder à la bénédiction de la locomotive. Auray a organisé le 24 septembre 1862 un banquet dans le salon d'honneur de l'Hôtel de ville. Elle bénéficiait non seulement d'une station sur la ligne Nantes-Lorient, mais était choisie comme tête de la ligne à destination de Napoléonville (ligne inaugurée à Pontivy le 18 décembre 1864) et, cerise sur le gâteau, son port de Saint-Goustan était doté d'un service quotidien de bateau à vapeur reliant Belle-Ile et le continent.

La gare était Brechoise

La gare de chemin de fer, construite sur le territoire de Brech, est mise en service en 1862 et prend le nom de gare d'Auray. Deux ans plus tard, la ligne de Pontivy est ouverte. La situation de la gare engendre alors des inconvénients importants. Les contraventions qui y sont constatées et les réclamations liées à ce nouveau mode de transport sont traitées par la justice de paix de Pluvigner. C'était bien trop loin pour régler les conflits. La police d'Auray n'avait alors aucun pouvoir dans la gare pas plus que dans les faubourgs.

Extension d'Auray

Face à ce problème, le conseil municipal d'Auray réclame avec insistance une extension de son territoire. En 1865, la commune compte 3.867 habitants. Elle se trouve un peu à l'étroit entre Pluneret et Brech, deux communes d'une étendue considérable. La solution envisagée était de prendre 100 hectares et 150 habitants à Pluneret et 361 hectares et 409 habitants à Brec'h, ainsi la gare et les faubourgs passeraient sous le contrôle de la police alréenne. Cette proposition rencontre une vive opposition des communes concernées. Le désir de rester en dehors des limites de l'octroi d'Auray, la crainte de voir un système de surveillance plus efficace s'étendre aux cabarets établis dans les faubourgs et aux abords du chemin de fer sont pour beaucoup dans la résistance manifestée par les populations concernées par l'annexion.

L'intérêt général est cependant évident : les habitants du quartier trouveront des avantages pour l'exercice du culte, l'état-civil et l'instruction primaire. Aussi le conseil municipal de Brec'h accepte la perte des faubourgs et de quelques hameaux, mais souhaite garder sa gare. Soutenu par le Conseil général et le garde des Sceaux, le projet de loi du préfet du Morbihan est adopté au Conseil d'État le 30 mars 1865. La gare dépendra désormais d'Auray.

Retour au présent. Dimanche, les premiers usagers de ligne grande vitesse (LGV) seront accueillis à 16 h, par une grande haie d'honneur formée par les Alréens. La gare sera animée de 13 h 30 à 20 h 30. Des concerts sont programmés à partir de 13 h 30. Le parvis de la gare sera ainsi animé par Spontus (13 h 30 à 14 h 15 puis 15 h 30 à 16 h 30) et Zygomates (entre 17 h et 20 h). En partenariat avec le groupement d'agriculteurs bio du Morbihan (Gab 56) et le comité régional de conchyliculture (CRC), les producteurs du pays d'Auray se mobiliseront et proposeront une dégustation d'huîtres, tisanes, cidres, jus, plantes aromatiques et autres produits locaux bio.

* Sources, Pierre Robino, historien de la Société d'histoire pays d'Auray

gare d'auray autrefois

Posté par jourstranquilles à 07:25 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Louise Bourgeois - Bilbao

louise bourgeois bilbao

Posté par jourstranquilles à 07:05 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Devant le Centre Pompidou - "Rien à déclarer ?"

DSCN5892

DSCN5893

DSCN5894

Posté par jourstranquilles à 06:48 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]