Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

jeudi 13 juillet 2017

Trump à la Tour Eiffel...

trump tour eiffel

Posté par jourstranquilles à 21:14 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Trump à l'Elysée

Posté par jourstranquilles à 17:21 - Politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

En accueillant Trump à Paris, Macron tente de remettre la France au cœur du jeu diplomatique

Par Marc Semo

Le président français accueille son homologue américain les 13 et 14 juillet, à l’occasion du centenaire de l’entrée des Etats-Unis dans la première guerre mondiale.

Son premier contact direct avec son homologue américain Donald Trump fut une très virile poignée de main lors du sommet de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) à Bruxelles le 25 mai, « un moment de vérité » expliqua ensuite Emmanuel Macron au Journal du dimanche affirmant vouloir ainsi montrer « son refus de petite concession même symbolique ». Cette précision après coup ne fut guère du goût de la Maison Blanche, à en croire la presse américaine.

Depuis, les deux présidents se sont plusieurs fois téléphoné et recroisé lors du G7 de Taormine (Italie) puis lors du G20 à Hambourg (Allemagne). Et leurs relations sont très cordiales, malgré leur différend de fond sur l’accord de Paris sur le climat, dénoncé le 1er juin par le président américain, de plus en plus isolé sur ce dossier. En témoigne la venue dans la capitale française de M. Trump et de sa femme les 13 et 14 juillet pour une visite officielle à très forte charge symbolique, à l’occasion du centenaire de l’entrée en guerre des Etats-Unis dans le premier conflit mondial.

Le président américain doit assister, à la tribune d’honneur, au défilé du 14-Juillet, où seront présents 200 militaires américains. Une première depuis 1989 et l’invitation du président George H. W. Bush par François Mitterrand pour les cérémonies du bicentenaire de la Révolution française. La veille, les deux chefs d’Etat doivent s’entretenir des grands dossiers communs avant d’aller dîner avec leurs épouses au restaurant Jules-Verne sur la Tour Eiffel.

Un programme qui ne peut que changer les idées d’un Donald Trump englué dans une tourmente politique à Washington en raison de contacts entre son fils aîné et des émissaires russes pendant la campagne présidentielle de 2016. « A chaque fois que vous pouvez rencontrer un couple comme les Macron dans la Ville lumière, c’est vraiment fantastique », s’est-il enthousiasmé, selon un responsable de la Maison Blanche.

Pari

M. Macron aime l’histoire et ses symboles. Il l’avait déjà montré en invitant le président russe Vladimir Poutine à Versailles pour l’inauguration d’une exposition commémorant le 300e anniversaire de la visite du tsar Pierre le Grand. Le centenaire de l’entrée en guerre des Etats-Unis en 1917, coup d’envoi de leur implication dans la politique européenne au nom d’une certaine idée de la démocratie, a une portée encore plus forte.

« Il traite de fait Donald Trump encore mieux que Vladimir Poutine, soulignant l’importance de l’alliance avec Washington » analyse Bruno Tertrais, de la Fondation pour la recherche stratégique. M. Tertrais relève que le président français « invite avant tout le président des Etats-Unis au-delà même de Donald Trump ».

C’est un pari pour le président français. « Il achète du Trump à la baisse en misant sur le fait que les Etats-Unis restent de toute façon incontournables quels que soient les errements de Trump », note un fin observateur de la scène diplomatique. L’imprévisibilité du président américain, son refus de s’engager dans la lutte contre le réchauffement climatique comme sa tendance protectionniste au nom de « l’Amérique d’abord » compliquent ses relations avec nombre de dirigeants internationaux, à commencer par Angela Merkel. La chancelière allemande a eu souvent des propos très durs à son encontre.

M. Macron, lui, a certes pris la tête d’une contre-offensive diplomatique pour rappeler le caractère irréversible de l’accord de Paris. Mais aussi bien lors du G7, où il évoquait encore son espoir de convaincre M. Trump, qu’au G20 de Hambourg, le chef de l’Etat a multiplié les gestes d’amabilité vis-à-vis du président républicain. « L’alchimie personnelle fonctionne bien entre les deux hommes », relève un responsable de la Maison Blanche.

« Je ne désespère jamais de convaincre »

« Je ne désespère jamais de convaincre, c’est un trait de caractère », expliquait M. Macron à Hambourg. Avec sa diplomatie du « en même temps », le président français se pose volontiers depuis son entrée sur la scène internationale comme un médiateur profitant des tensions des derniers mois entre Moscou, Washington et Berlin. Il est le dirigeant politique capable tout à la fois de claquer la bise à Angela Merkel, de dialoguer dans la fermeté avec l’homme fort du Kremlin et de garder l’oreille du magnat de l’immobilier qui dirige les Etats-Unis. Ce dernier, toujours plus décrédibilisé, a tout à gagner à s’afficher aux côtés d’un président français dont l’image est excellente, y compris aux Etats-Unis, et qu’il salue d’ailleurs comme un trailblazer (un pionnier).

Sur de nombreux points, Paris et Washington sont plus que jamais au diapason. « Il y a beaucoup de sujets sur lesquels nous travaillons ensemble, la lutte contre le terrorisme, la crise en Syrie et en Libye et beaucoup d’autres domaines d’intérêts communs », rappelait le président français à l’avant-veille de l’arrivée de l’occupant du bureau Ovale. L’Elysée souligne aussi que « la coopération est au beau fixe en matière de défense et d’opérations militaires ».

Côté américain, les mots sont les mêmes pour saluer l’engagement de la France dans la coalition contre l’organisation Etat islamique (EI) et dans la lutte contre le terrorisme, notamment au Sahel. M. Macron compte bien demander au locataire de la Maison Blanche de contribuer au financement de la force conjointe antidjihadiste des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Tchad Mali, Niger, Burkina Faso) alors que les Etats-Unis se sont jusqu’ici montrés très réticents à mettre la main à la poche.

L’autre grand sujet sur la table sera l’après-EI, en Irak comme en Syrie. Un cessez-le-feu dans le sud-ouest de ce pays a été négocié lors de la rencontre en marge du G20 à Hambourg entre MM. Trump et Poutine. Un processus s’amorce. La France est absente d’Astana, où se déroulent les négociations sous l’égide de la Russie, de la Turquie et de l’Iran, parties directement engagées dans le conflit, afin de créer des zones de « désescalade » et elle reste marginale à Genève, où se tiennent les pourparlers de paix intersyriens sous l’égide de l’ONU. Mais M. Macron ne cache pas sa volonté de vouloir revenir dans le jeu.

Posté par jourstranquilles à 16:24 - Politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

Trump aux Invalides

Posté par jourstranquilles à 16:19 - Politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

Emmanuel Macron exécute en public le chef d'état-major des armées

Par Michel Cabirol  - La Tribune

"Je suis votre chef", a rappelé Emmanuel Macron aux armées. Le président qui aime "le sens du devoir et de la réserve", va augmenter le budget de la défense à 34,2 milliards d'euros en 2018.

Emmanuel Macron a été dur. Très dur (trop) envers le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, qui pourrait démissionner dans les prochaines heures après avoir été violemment tancé par le président de la République lors d'une réception au ministère des Armées la veille du 14 juillet. "Je considère pour ma part qu'il n'est pas digne d'étaler des débats sur la place publique. J'ai pris des engagements, je suis votre chef. Les engagements que je prends devant les concitoyens, devant les armées, je sais les tenir et je n'ai à cet égard besoin de nulle pression, de nul commentaire", a-t-il lancé avec un ton très ferme.

IMG_0768

"De mauvaises habitudes ont parfois été prises sur ces sujets considérant qu'il devait en aller des armées aujourd'hui comme il en va de nombreux autres secteurs. Je le regrette", a fait valoir le chef e l'Etat. "J'aime le sens du devoir, j'aime le sens de la réserve qui a tenu nos armées là où elles sont aujourd'hui, a martelé le président. Et ce que j'ai parfois du mal à considérer dans certains secteurs, je l'admets encore moins quand il s'agit des armées", a-t-il asséné.

Le nom du général Pierre de Villiers n'a jamais été cité mais c'est pourtant bien lui qui était visé par la violente charge d'Emmanuel Macron devant un parterre de militaires, d'industriels et d'invités internationaux. Était-ce vraiment nécessaire de le faire dans ce cadre-là? Le chef d'état-major des armées a vivement critiqué mercredi devant des députés de la commission de la défense le train d'économies de 850 millions d'euros imposé à la défense en 2017, jugeant la trajectoire budgétaire "non tenable" pour les armées. Il a relayé l'incompréhension d'une communauté militaire déjà sous tension qui juge que les moyens alloués ne sont pas à la hauteur des missions extérieures (Sahel, Levant) et intérieure (Sentinelle) actuelles.

Un budget de défense porté à 34,2 milliards

Emmanuel Macron a bien confirmé les 850 millions d'euros de coupes dans le budget de la défense en 2017. Ce montant est à déduire des 2,7 milliards d'euros de crédits gelés pour l'exercice en cours au titre des régulations annuelles."Un effort a été demandé pour cette année à tous les ministères, y compris le ministère des Armées", a souligné le chef de l'Etat. "Il était légitime, il était faisable sans attenter en rien à la sécurité de nos troupes, à nos commandes militaires et à la situation telle qu'elle est aujourd'hui", a-t-il souligné. Le ministère des Armées, qui contribue à hauteur de 20% des économies, est celui qui est le plus fortement impacté par les coupes budgétaires (4,5 milliards d'euros au total).

En revanche, Emmanuel Macron a annoncé que le budget de la défense serait porté à 34,2 milliards d'euros en 2018 (contre 32,7 milliards cette année), dont 650 millions pour les opérations extérieures (OPEX). Une hausse nette de 1,3 milliard par rapport à 2017 si le budget est exécuté à l'euro près. C'est beaucoup moins que l'objectif du général de Villiers (2 milliards). Le chef de l'Etat a enfin assuré que la trajectoire financière en cours d'élaboration permettrait de concrétiser son engagement de porter les ressources de la Défense à 2% du PIB en 2025.

Pour le budget 2018, il a souhaité que "200 millions d'euros soient consacrés au renforcement de la protection de nos forces partout où elles sont engagées". Devant les députés, le général Pierre de Villiers avait notamment exprimé son inquiétude vis-à-vis de la sécurité des militaires sur le terrain, jugeant le nombre de véhicules blindés insuffisant.

"Parce que c'est ce que nous vous devons, parce que c'est l'engagement que j'ai pris. En aucune façon parce que quelques commentaires se seraient élevés", a souligné le président de la République.

Emmanuel Macron, qui dès son élection a affirmé avec force son statut de chef des armées, a donc vertement et cruellement répliqué aux critiques émanant depuis quelques jours des rangs militaires et adressé un rappel à l'ordre cinglant au général de Villiers, qui était présent, au côté notamment du Premier ministre, Edouard Philippe, et de la ministre des Armées Florence Parly. Dans une tribune à paraître vendredi dans Le Figaro, il renouvelle son appel à augmenter les moyens des armées. Le général de Villiers, qui a toujours protégé ses troupes, est-il allé trop loin? Jupiter l'a foudroyé... La Tribune

Posté par jourstranquilles à 14:23 - Politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

#beyoncé vient de dévoiler le premier cliché de ses jumeaux. Ne sont-ils pas adorables ?

beyo,n

Posté par jourstranquilles à 07:34 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu sur internet

19367698_276518772816258_8288607297194688512_n

Posté par jourstranquilles à 06:12 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Laetitia Casta - Othoniel Studio (Sète)

Posté par jourstranquilles à 06:09 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Extrait d'un shooting - jeux de rôles (soumission)

soumission f

soumission h

Posté par jourstranquilles à 05:59 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mario Testino (photographe)

testino

Posté par jourstranquilles à 05:55 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]