Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

vendredi 25 août 2017

Libération de Paris

libértaion paris

paris (1)

Cérémonie militaire à la Porte d'Orléans en hommage à la 2e D.B. du général Leclerc, entrée il y a 73 ans dans la Ville de Paris pour libérer la capitale

Posté par jourstranquilles à 15:24 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

Journées du Patrimoine - save the dates

Posté par jourstranquilles à 12:31 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mario Testino - photographe

mario t 01

mario testino589

Posté par jourstranquilles à 12:25 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dinard. Le Festival du film britannique de l'après-Brexit

Le jury du Festival du film britannique a été dévoilé. Mélanie Thierry (à droite), Vincent Elbaz et Clémence Poésy en font partie. Figure majeure du cinéma français, Nicole Garcia présidera la 28e édition du Festival du film britannique de Dinard (35), du 27 septembre au 1er octobre.

« Notre défi n'est pas de faire plus mais de faire mieux », a souligné, hier, Hussam Hindi, directeur artistique du festival. Véritable vitrine d'un cinéma éclectique, vif et actuel, à la fois pointu et populaire, le Festival du film britannique de Dinard, sur fond de l'après Brexit, proposera aux cinéphiles une programmation riche et « So British » ! Pendant cinq jours, à partir du 27 septembre, la cité emblématique de la Côte d'Émeraude présentera au public et aux professionnels, six films en compétition, 11 courts-métrages, de nombreuses avant-premières, des rétrospectives, des séances spéciales, des rencontres et rendra hommage à de grands acteurs du cinéma britannique, tel que Jim Broadbent ou encore Phil Davis.

Côté jury, on attend sur la croisette dinardaise, aux côtés de la présidente Nicole Garcia, les acteurs Mélanie Thierry, Clémence Poésy, Valérie Donzelli, Vincent Elbaz. Il y aura également le scénariste Philippe Besson, la journaliste Annette Lévy-Willard et la monteuse Annette Dutertre. Trois Britanniques accompagneront ces personnalités françaises : l'actrice Alice Lowe, l'acteur Roger Allam et le producteur Michael Ryan.

Le Brexit et les migrants au coeur de la programmation

Cette première édition « post-Brexit » s'annonce très ouverte. Selon Hussam Hindi, « le festival va être le lieu où la résistance au Brexit va s'organiser autour des producteurs et réalisateurs britanniques, qui sont très attachés à l'Europe ». Une image que l'on retrouve aussi dans certains des films sélectionnés. Trois traitent aussi de la question des migrants et des conflits intergénérationnels. Mais le cinéma britannique a toujours cette force d'aborder les films graves avec un certain humour, qui fait son charme.

Les six films inédits en compétition :

Pili, de Leanne Welham

God's Own Country, de Francis Lee

A prayer Before Dawn, de Jean Stéphane Sauvaire

Steven Before Morissey, de Mark Gill

Daphne, de Peter Mackie Burns

Jawbone, de Thomas Napper

Posté par jourstranquilles à 11:56 - Visites - Salons - Reportages - Tourisme - Commentaires [0] - Permalien [#]

Armano Scacci

armano52

armano55

armano66

Posté par jourstranquilles à 11:52 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Film : 120 battements par minute

120

Posté par jourstranquilles à 11:49 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Emmanuel Macron en quête d’une communication présidentielle

Bucarest. De notre envoyé spécial - Source : Ouest France

La campagne fut rude, l’été ne le fut pas moins. Mais pour d’autres raisons. Après la débauche médiatique de l’élection, Emmanuel Macron avait choisi, sitôt élu, de raréfier la parole présidentielle. Certes, on l’a entendu au Congrès. Et on l’a vu un peu partout depuis mai. Avec Trump, avec Poutine. À Bruxelles, Versailles et Berlin. Mais pas question de commenter son action avec les journalistes, comme le faisait François Hollande. Macron veut rompre avec ses prédécesseurs pour redonner du lustre à la fonction. Raréfier la parole, c’était le mot d’ordre. Du moins, jusqu’à maintenant. Car si la séquence internationale a été réussie, le jeûne médiatique a montré ses limites. L’été a apporté son lot de coups politiques inattendus. Affaire Ferrand, démission de Bayrou, couac des APL, ruades des Insoumis. Les sondages étant en baisse, un besoin d’explication s’impose. De « pédagogie », diton à l’Élysée.

Une causerie au coin du feu ?

D’où le tournant opéré mercredi à Salzbourg par Emmanuel Macron dans sa communication. Il avait promis de ne pas parler de politique intérieure lorsqu’il était en déplacement à l’étranger. Depuis mercredi, il n’a cessé de faire référence aux sujets sensibles de la rentrée française. Il a longuement plaidé pour la cohérence de sa politique sociale à propos des travailleurs détachés. Il l’a expliqué hier à Bucarest.« Cette tournée européenne me permet d’expliquer la cohérence entre l’agenda français et l’agenda européen. » Sa posture réformatrice en politique intérieure et proactive à l’échelon européen offre un terrain propice. Le voyage en Autriche, Roumanie et Bulgarie a lieu, d’ailleurs, dans les trois pays qui assureront successivement, à partir du 1er janvier 2018, la présidence de l’Union européenne. Le Président invite ainsi ses ministres à occuper le terrain. S’adressera-t-il très prochainement plus directement aux Français ? À l’Élysée, après avoir rompu avec la tradition de l’entretien télévisé du 14 juillet, on réfléchit à une nouvelle formule, à échéance régulière. Permettant d’expliquer l’action gouvernementale et de la remettre en perspective. Cela pourrait être une fois par mois. Voire deux. En s’inspirant des causeries radiophoniques au coin du feu que le président Roosevelt avait rendu populaires avant la guerre. Pierre Mendès France en avait repris la formule dans les années 1950. Macron va-t-il la relancer à la radio ? À la télévision ? Sur Internet ? On sera bientôt fixé, tant la nécessité de s’adresser plus souvent à l’opinion est désormais une évidence. En trois mois, Emmanuel Macron a touché du doigt toute l’ambivalence de la fonction présidentielle. Le président est pour la Constitution de 1958 un arbitre, mais l’introduction du suffrage universel direct en 1962 en a aussi fait un acteur. Jouer sur les deux registres est délicat. L’excès de présence médiatique est dangereux pour l’arbitre. Trop d’abstinence peut être létal pour l’acteur. En trois mois, il vient de faire l’expérience de ces deux limites. Cela s’appelle, en démocratie, rendre des comptes. Article de Laurent MARCHAND. Ouest France.

bucarest

Posté par jourstranquilles à 11:45 - Politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rassemblement de soutien à Paris pour Loup Bureau

loup

Reporters sans frontières et le comité de soutien à Loup Bureau – dont le porte-parole est le journaliste Pierre Haski – ont déployé, hier, une banderole sur le parvis de la mairie du IVe arrondissement à Paris. Mathias Depardon, qui avait été détenu un mois en Turquie, était présent. Tous réclament la libération du journaliste nantais de 27 ans, écroué à la prison de Sirnak (Turquie) depuis un mois. Une pétition a recueilli plus de 27 000 signatures.« Il s’agit d’une arrestation politique et c’est donc au politique de régler cette situation. » Loïc Bureau, le père de Loup, attend une nouvelle prise de parole du Président Macron, et regrette de ne recevoir« aucune information du Quai d’Orsay ». Christophe Girard, le maire socialiste, l’a assuré du soutien de Marielle de Sarnez, présidente de la Commission des Affaires étrangères à l’Assemblée.

Posté par jourstranquilles à 11:41 - Presse - Commentaires [0] - Permalien [#]

Extrait d'un shooting - nu masqué

shooting55

Posté par jourstranquilles à 09:11 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Toiletpaper

toilet268

toilet531

Posté par jourstranquilles à 09:09 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]