Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

jeudi 7 septembre 2017

Keith Haring - Hôpital Necker

keith1

Posté par jourstranquilles à 21:22 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Winnie Harlow

winnie25

winnie28

Posté par jourstranquilles à 20:54 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Numero

numero 26

numero24

numero25

Posté par jourstranquilles à 20:52 - Presse - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'Aérosol, musée éphémère à Paris dans le 18e arrondissement.

Paris regorge d’espaces en friche depuis longtemps explorés par les graffeurs mais inconnus du grand public. L’Aérosol remédie à cette relative confidentialité. Pour accéder à ce nouvel espace consacré au street art, un ancien hangar de la SNCF des quartiers nord parisiens, il faut passer une grille en fer et longer un terrain vague. Ouvert au cœur de l’été, entre food trucks, DJ sets, boutique de bombes de peinture et salle de rollers, le lieu permet aux amateurs de tous âges et aux graffeurs confirmés de jouer de l’aérosol sur les façades disponibles des entrepôts. Depuis le 1er septembre, il s’est adjoint le Maquis-art Hall of Fame, un musée du street art et du graffiti de 1 200 m² en intérieur. On y trouve plusieurs centaines d’œuvres signées des figures mondiales de la discipline comme Banksy, Invader, Shepard Fairey, JonOne… dont la plupart ont été exécutées dans les années 1980 et 1990, décennies glorieuses du graff. Fidèle à la vocation éphémère de cet art, l’Aérosol fermera ses portes en janvier.

Autre lieu phare du street art dans la capitale, le 13e arrondissement, avec le parcours Street Art 13. Son site internet doté d’une carte détaillée permet de déambuler dans le quartier, où un grand nombre d’artistes sont intervenus. La galerie Itinerrance a conçu un cheminement où, au milieu des anonymes, on découvre les traces laissées par des maîtres du genre, comme Invader et ses personnages de jeu vidéo en mosaïque. Mais on y découvre surtout des fresques de l’Américain Shepard Fairey, auteur de l’affiche « Hope » pour la campagne de Barack Obama. En 2016, la grande star mondiale de la discipline a peint trois œuvres d’inspiration Art nouveau dans le quartier : une rendant hommage aux femmes (avenue du Général-Simon), une célébrant l’écologie (rue Jeanne-d’Arc) et une dernière reprenant la devise française (à l’angle du boulevard Vincent-Auriol et de la rue Nationale). Les prochains mois en verront éclore une vingtaine d’autres sites qui compléteront ce « parcours in progress ».

Laerosol.fr, Streetart13.fr

Posté par jourstranquilles à 20:50 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Armano Scacci

armano27

armano219

Posté par jourstranquilles à 20:48 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chine. On ne badine pas avec l'hymne national

La Chine vient d'adopter une loi qui sanctionne, rendant passible de 15 jours de détention, quiconque se permettra la moindre fantaisie dans l'interprétation de son hymne national, « la Marche des volontaires » : utilisation interdite, tant dans les publicités que dans les fêtes privées. Et posture solennelle requise lors des cérémonies officielles. Rompez !

Posté par jourstranquilles à 20:48 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]