Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

jeudi 19 juillet 2018

Carrelet

carrelet

Posté par jourstranquilles à 05:22 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

La une de Charlie Hebdo

IMG_8941

Posté par jourstranquilles à 04:29 - Presse - Commentaires [0] - Permalien [#]

MEMORIA : PHOTOGRAPHIES DE JAMES NACHTWEY (derniers jours)

A la MEP jusqu’29 juillet 2018

L'exposition rassemble près de 200 photographies de celui que l'on peut considérer comme le photoreporter le plus prolifique de ces dernières décennies, un observateur exceptionnel des conflits de notre monde contemporain et probablement l'un de ses témoins les plus clairvoyants. Depuis quarante ans, James Nachtwey photographie la douleur, l'injustice, la violence et la mort. Cette mort si particulière qui ne connaît ni la plénitude de la vieillesse ni la chaleur des êtres chers, mais qui a les yeux d'un enfant, les mains émaciées d'une femme ou le visage d'un homme que la pauvreté a ravagé. Mais pour que jamais ne soient oubliées la souffrance et la solitude humaines, il crée des images d'une beauté vertigineuse, impeccablement cadrées et éclairées.

L'extraordinaire beauté et l'infinie tendresse qui en émanent sont autant de moyens de lutter et de résister.

james1

james2

Posté par jourstranquilles à 03:32 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Télécoms : le gouvernement pousse la 5 G

Par Sandrine Cassini - Le Monde

Les déclarations des pouvoirs publics sont loin de ravir les opérateurs, qui veulent des engagements plus concrets.

Voitures autonomes, opérations chirurgicales à distance, usines 4.0 : le gouvernement rêve de voir les promesses de la 5G, la norme de téléphonie mobile qui succédera à la 4G, se réaliser le plus vite possible. Lundi 16 juillet, le secrétaire d’Etat auprès du premier ministre chargé du numérique, Mounir Mahjoubi, et son homologue au ministère de l’économie, Delphine Gény-Stephann, ont donné le coup d’envoi à « une feuille de route » destinée à accompagner au mieux l’émergence de cette nouvelle technologie, qui promet des débits 10 fois supérieurs à ceux de la 4G et une réactivité (latence) multipliée par 10, donc quasi immédiate. « Avec la 5G, nous réinventons un modèle d’affaires, commercial. Mobilité, transports, lieux d’hyperlogistique, telles sont quelques-unes des grosses attentes de la technologie », a déclaré M. Mahjoubi.

Principal chantier : l’attribution de nouvelles licences de téléphonie mobile, localisées dans les fréquences de 3,5 gigahertz et de 26 gigahertz. Une consultation auprès des différents acteurs sera lancée dès l’automne, pour une attribution dès 2020. Une grande ville française devrait être couverte en 2020, et les principaux axes de transport en 2025.

Pour le moment, le gouvernement ne sait pas encore s’il est prêt à renoncer à un processus d’enchères financières. C’est pourtant le modèle pour lequel il a opté en négociant en début d’année avec les opérateurs télécoms un « new deal », les engageant à accélérer la couverture du territoire en 4G et à en finir avec les zones blanches. Pour les inciter à remettre la main au portefeuille, le gouvernement a accepté de renouveler leurs licences actuelles pour une décennie. « Nous ne sommes pas forcément dans les mêmes logiques que pour la 4G. Ces licences [5G] pourront être partitionnées. Ces processus seront ouverts et d’autres modèles pourront émerger », a estimé Mme Gény-Stephann.

Faire venir des industriels

Avec la 5G, le gouvernement espère visiblement faire venir des industriels, qui pourraient prétendre à une partie des fréquences pour mettre en place des réseaux privés dans un hôpital, une usine, etc. Autant de déclarations loin de ravir les opérateurs, qui auraient déjà souhaité être fixés sur la question des enchères. « Nous aurions aimé être encouragés en matière de modèle économique », lance Michel Combot, directeur général de la Fédération française des télécoms (FFT), qui avertit que le rythme d’investissement des opérateurs sera soumis à la capacité de la 5G à générer de nouveaux revenus.

Quant à l’idée de céder des fractions de fréquences à des industriels, elle ne leur plaît guère. « C’est opposé à l’attribution de larges bandes de fréquences. On voit déjà la difficulté d’avoir des bandes propres », poursuit M. Combot, qui se réfère aux licences Wimax, une technologie qui n’a jamais vu le jour. Propriété de Vincent Bolloré, elles occupent une partie du spectre sans être utilisées.

Pourtant, le gouvernement appelle tous les acteurs à multiplier les expérimentations. « C’est maintenant : il faut que l’on ait des projets qui inspirent et qui donnent à tous le regard de ce qui va se passer ensuite. Sinon on va prendre un an ou plus de retard », a averti M. Mahjoubi.

A la recherche d’un modèle économique

Pour l’instant, les opérateurs traditionnels tels qu’Orange ou Bouygues Telecom se sont portés candidats sur les expérimentations, lesquelles ont moins séduit les industriels. « Notre métier n’est pas la communication », s’est justifié un porte-parole de Peugeot, invité lundi 16 juillet à témoigner à Bercy devant les responsables du gouvernement.

Un seul duo d’industriels s’est pour l’instant déclaré candidat à un test grandeur nature, celui constitué par l’équipementier Nokia et l’institut de recherche Vedecom pour les véhicules autonomes sur le plateau de Saclay. « Nous avons aussi de très bonnes discussions avec la SNCF », a voulu positiver Sébastien Soriano, le président de l’Arcep, l’autorité qui régule les télécoms. La France n’est pas une exception : partout dans le monde, la 5G se cherche, et aucun modèle économique n’a encore émergé.

En attendant, la FFT met en garde le gouvernement sur sa feuille de route 5G. « Les ministères de l’écologie, du transport, et du logement ne sont pas autour de la table. Or, il faut que le gouvernement soit aligné », explique Michel Combot, qui prend pour exemple les mésaventures vécues sur le « new deal » à l’occasion de la loi ELAN sur le logement, censée simplifier les procédures administratives, pourtant indispensables à d’implantation des 5 000 nouveaux pylônes qui reçoivent les antennes de téléphonie mobile nécessaires à la mise en œuvre du plan. « Nous n’avons aucune assurance de la position du gouvernement sur le projet de loi ELAN, qui est revenu sur ses positions. Avec la 5G, on nous demande de déployer de nouvelles antennes, mais en zone dense, c’est devenu quasiment impossible. » Comme toujours, le diable est dans les détails.

Posté par jourstranquilles à 01:43 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 18 juillet 2018

DES PHOTOS DE FEMMES NON RETOUCHÉES AFFICHÉES DANS LE MÉTRO

fem1

Par cette action militante, le collectif «52 » vous souhaite un été décomplexé.

52 comme le pourcentage de femme dans la société française. Le collectif «52» a mené une campagne d’affichage sauvage lundi pour décomplexer les femmes et rappeler aux hommes que les corps photoshoppés des top-modèles restent des mirages construits par des heures de travail.

Dans l’esprit du hashtag #ObjectifBikiniFermeTaGueule qui moque les injonctions sur les couvertures des magazines féminins, le collectif a collé six images pour représenter la diversité des physiques sous toutes ses formes: ethnique, générationnelle, morphologique. Les photos ont été posées dans des rames des lignes 4 et 9, de 6h à 9h du matin.

Même si le slogan affirme « Le collectif 52 et la RATP vous souhaitent un bel été décomplexé », cette initiative n’a pas été réalisée en partenariat avec la RATP.

Si le collectif a choisi le métro, c’est « parce que c’est un lieu ou les usagers sont très confrontés à la publicité ». Les militantes affirment leur «ral le bol des injonctions au corps parfait véhiculé par la publicité ». Un beau message pour accepter son corps !

fem2

fem3

fem4

fem5

fem6

https://www.instagram.com/noussommes52/

fem7

Posté par jourstranquilles à 19:21 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Arles - Photomaton...

photomaton

Posté par jourstranquilles à 07:56 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Beachbody

beachbody

Posté par jourstranquilles à 07:50 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Street Art

street33

street34

Posté par jourstranquilles à 07:37 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Avec les Bleus, « l’Afrique championne du monde » ? La réponse efficace de Benjamin Mendy

Le défenseur français a répondu sur Twitter à un énième message mettant en avant les origines diverses de l’équipe de France. Un tweet devenu rapidement viral.

Et si, après le « black-blanc-beur » de 1998, les Bleus de 2018 ne voulaient pas être renvoyés à leurs origines ? Depuis la victoire des Français à la Coupe du monde, dimanche 15 juillet, des commentaires fleurissent sur les réseaux sociaux, sur les plateaux de télévision et dans certaines prises de parole publiques pour mettre en avant la diversité de l’équipe, parfois avec beaucoup de bienveillance. Pour autant, le défenseur Benjamin Mendy, très présent sur les réseaux sociaux, a tenté de clore ce débat par un message publié sur Twitter et devenu quasi immédiatement viral, avec près de 20 000 « retweets » en moins de trente minutes.

En réponse à un message du site Sporf, qui, voulant vanter la diversité des joueurs, associait plusieurs footballeurs de l’équipe de France au drapeau représentant leur pays d’origine, le joueur a repris la même liste, a accolé un seul et même drapeau pour chaque nom, le drapeau bleu-blanc-rouge, et a conclu par un petit émoticône clin d’œil et le commentaire « réparé » :

Au-delà des déclarations relevant ouvertement du racisme, entendu en France ou en Italie, certains ont loué les origines diverses de l’équipe, et les ont même célébrées, à l’instar de Trevor Noah, le présentateur vedette du « Daily Show », aux Etats-Unis. « Je suis tellement content, l’Afrique a gagné la Coupe du monde ! », s’enthousiasmait-il mardi.

Avant lui, c’est l’hebdomadaire français Paris Match qui écrivait, dès dimanche que « la victoire de la France au Mondial 2018 est aussi une victoire pour le continent africain, dont sont originaires quatorze joueurs [sur vingt-trois] ». Dans son article « L’Afrique aussi championne du monde de foot », le magazine rappelle notamment que Samuel Umtiti est né à Yaoundé, au Cameroun, que Steve Mandanda est né à Kinshasa, en République démocratique du Congo, ou que N’Golo Kanté est franco-malien.

« La France gagne grâce aux joueurs africains ou fils d’Africains », disait lundi, dans la même veine, Nicolas Maduro. Le président vénézuélien profitait d’un discours pour demander qu’à l’occasion de cette deuxième étoile tricolore, la France et toute l’Europe cessent le « racisme » et la « discrimination » envers les immigrants africains et latino-américains.

« Regardez l’équipe de France qui vient de remporter la Coupe du monde, a même lancé l’ancien président américain Barack Obama, lors d’un discours en Afrique du Sud, mardi. Tous ces gars ne ressemblent pas, selon moi, à des Gaulois, mais ils sont français, ils sont français ! » Benjamin Mendy n’aurait pas dit mieux.

LeMonde.fr

A Johannesburg, Obama rend hommage à Nelson Mandela… et aux Bleus C’était un discours très politique prononcé à Johannesburg par Barack Obama, pour le centenaire de la naissance de Nelson Mandela, mardi 17 juillet. Avec une digression rendant hommage à l’équipe de France championne du monde. « Le régime [sud-africain] de l’apartheid [tombé en 1994] était entièrement artificiel », a déclaré l’ancien président américain, en reprenant des propos de Nelson Mandela. « Ce qui était vrai à l’époque l’est toujours aujourd’hui. (…) On se voit dans l’autre, on partage des espoirs et des rêves communs. C’est une vérité incompatible avec toute forme de discrimination fondée sur la race, la religion ou le sexe », a-t-il poursuivi. « Et c’est une vérité qui porte ses fruits de façon très pratique, puisqu’elle permet à une société de profiter de l’énergie et des qualités de tous ces gens-là. Regardez l’équipe de France qui vient de remporter la Coupe du monde », a-t-il lancé, faisant une digression sur les Bleus, incarnation selon lui de la vision défendue par le premier président sud-africain noir et combattant de l’apartheid. « Tous ces gars ne ressemblent pas, selon moi, à des Gaulois, mais ils sont Français, ils sont Français ! », a-t-il ajouté en souriant, sous les applaudissements du stade Wanderers de Johannesburg, où étaient massées quelque 15 000 personnes.

Posté par jourstranquilles à 07:31 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Toujours en cours au Palais de Tokyo...

DSCN7799

DSCN7800

DSCN7803

DSCN7804

DSCN7806

DSCN7813

DSCN7815

DSCN7816

DSCN7817

DSCN7818

Photos : J. Snap

http://www.palaisdetokyo.com/

Posté par jourstranquilles à 07:15 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]