Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

samedi 30 juillet 2016

AURAY : Joutes du Loch : un bain de bonne humeur dimanche

107491542_o

À Saint-Goustan, dimanche, 22 équipages s’affrontent sur les

10 Joutes du Loch. Objectif : plonger l’adversaire dans la rivière

Que celles et ceux qui n’aiment pas les grands bains de bonne humeur passent leur chemin. Les Joutes du Loch d’Auray, dixième du nom, se jouent dimanche à Saint-Goustan, le port d’Auray. Le site idéal pour ces jeux nautiques qui engagent 22 équipages représentant des communes du pays d’Auray.

7 000 spectateurs sur les quais

Le principe est on ne peut plus simple : les équipages sont composés de six rameurs, d’un jouteur et d’un barreur. Tous déguisés pour le meilleur ou pour le pire. Il s’agit tout simplement d’immerger l’adversaire jouteur devant une foule, qui en redemande, et des supporters galvanisés par les exploits de leurs jouteurs préférés. C’est sportif, loufoque, déjanté, mais franchement sympa à voir. À l’issue de Joutes, pour enfoncer le clou, l’association des commerçants d’Auray organise, vers 18 h, une grande course de canards… en plastique. Entre 2 000 et 3 000 seront jetés à l’eau ! À la clé, de nombreux lots à pêcher et à empocher, dont un voyage de rêve… À condition toutefois d’avoir pris ses billets chez les commerçants d’Auray jusqu’à samedi soir ou sur les stands de SaintGoustan le jour même. À la barre de l’organisation, le club Kiwanis, dont le but est d’aider les enfants en difficulté au niveau local, national et international. Les Joutes du Loch obligent à une mise en place qui doit gérer entre 6 000 et 7 000 spectateurs attendus ce jourlà sur les quais. Ce dimanche, l’opération sera très renforcée en raison des mesures de sécurité décrétées en raison de l’état d’urgence. Elles imposent cette année un contrôle drastique des accès sur le site. Soixante bénévoles sont sur le pont en plus de prestataires spécialisés. Article de Pierre WADOUX.

Dimanche, de 9 h 30 à 18 h, à SaintGoustan, le port d’Auray

Posté par jourstranquilles à 07:56 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les communes bretonnes : Plou-Plo, Ac-Ec...

Des stats sur la Bretagne, il y en a bien plus que la région compte de villages ou de saints. Certaines données sont à découvrir au travers d'une série ludique, « La Bretagne dans le panneau ». Sous formes de « matches », voyons donc s'il y a plus de communes en « Plo » ou en « Plou », en « Ac » ou en « Ec », en prenant bien soin de savoir à quels saints se vouer. Mettons-nous deux petites secondes dans la peau d'un touriste qui découvre, à bord de sa voiture, les petites routes de la pointe bretonne et ses particularismes. Des « Plou » et des « Plo » en veux-tu, en voilà ! Voit-il plus de villages en Plou- ou en Plo- ?

S'il arrive du nord, par la RN12, passé Saint-Brieuc, il risque fort d'être un peu déboussolé par l'abondance de « Plou » qu'il va croiser sur son chemin. Près de 70 villages bretons commencent par ce préfixe et plus de 90 % d'entre eux sont situés au nord d'une ligne qui court de la presqu'île de Crozon (29) à la couronne briochine.

Si notre voyageur vient du sud, par la RN165, il en croisera bien quelques-uns mais passé Quimper, c'est face à une foule de « Plo » qu'il se retrouvera. Pourquoi tant de noms de villages commençant par la même syllabe ? Simple. En breton, « Plou » et « Plo » signifient « paroisse », selon les spécificités locales de la langue régionale. Des noms de saints ont parfois été ajoutés (Ploudaniel, Ploujean...) et des adjectifs comme « grand » pour Plomeur ou « petit » pour Pleubian ont également été utilisés pour qualifier ces villages.

D'« Ac » à l'est, du « Ec » à l'ouest

Autre statistique : plus de 120 communes bretonnes se terminent par « -ec » ou « -ac ». Doit-on y voir comme pour les Plou- et les Plo- évoqués précédemment une variation locale de la langue bretonne ? Pas vraiment.

Les communes bretonnes se terminant par « -ac » sont (presque) toutes situées à l'est de la Bretagne historique. Tandis que les villes et villages affichant un suffixe en « -ec » se concentrent essentiellement sur la partie ouest du territoire. Une variation de la langue bretonne ? Visiblement non. Le « -ac » viendrait du suffixe gaulois « -acum », qui définit un lieu ou l'ancien emplacement d'une villa gallo-romaine. On relève également sa présence sur les panneaux de nombreuses communes du Sud-Ouest : Cognac, Armagnac, Pessac, Mérignac... Ce qui explique que de nombreux cas d'homonymies existent entre villes de Bretagne et du Sud-Ouest. 220 saints pour seulement douze saintes

Autre match : celui des saints et des saintes.

La forte imprégnation catholique de la Bretagne apparaît nettement dans le nom de ses communes. Pas moins de 332 villes ou villages de la région, dans ses limites historiques, ont une appellation qui débute par Saint- ou Sainte-, avec une écrasante domination des figures masculines. Il n'y aurait ainsi que douze saintes en Bretagne. Et encore, en comptant les quatre repérées en Loire-Atlantique, en considérant que ce recensement s'appuie sur les limites historiques de la région. Douze saintes donc, pour 220 saints répartis sur tout le territoire, avec une prédominance à l'est. L'ouest serait-il moins religieux ? Non. Mais, la langue bretonne est plus présente à la pointe. « Plou » et « Plo » signifiant « paroisse », on pourrait donc, par exemple, en interprétant très librement les noms de communes, considérer que Ploujean, c'est un peu comme Saint-Jean... Jean, justement, parlons-en ! Il s'agit du saint le plus voué dans la région avec pas moins de huit communes bretonnes portant son nom, qu'il soit sur Vilaine, du Doigt, de la Mer, la Lande ou Trolimon. Oui, de « Plou » en « Plo », d'« Ac » en « Ec » et de Saint en Sainte, voilà un Tro Breizh qui promet ! Source : Le Télégramme

Posté par jourstranquilles à 07:49 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Etel : « E.-Daniel ». Un monument historique en mer

les-participants-a-la-balade-adherents-a-l-association-sur_3021001

Les participants à la balade, adhérents à l'association, sur le pont, mercredi, avec l'équipage.

Tout au long de l'été, l'équipage de l'ancien canot de sauvetage tous-temps d'Etel, « Patron-Emile-Daniel » (1962), propose d'assister aux mises à l'eau, à l'abri du bout du quai, et d'embarquer pour des balades en ria. Mercredi après-midi, la balade a fait le plein, et le public était nombreux à la mise à l'eau et à l'embarquement, au quai. Les prochains embarquements sont programmés pour les 9 et 17 août (15 h, réservation au tél. 06.83.99.92.48). Mais d'ici-là, l'association qui gère, entretient et fait vivre ce canot du patrimoine, inscrit aux Monuments historiques cette année, invite à un repas moules-frites, le 5 août, midi et soir, sous la criée, au profit de son entretien. Pratique Repas moules-frites. Vendredi 5 août, midi et soir sous la Criée. Menu : kir, moules-frites, fromage et far breton. Tarifs : 13 € ; menu enfants : 7 €.

http://jourstranquilles.canalblog.com/tag/snsm

Posté par jourstranquilles à 06:25 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 juillet 2016

Etel : Fête du Thon. L'élite des bagadoù sera là

Cercle et bagad de la Kerlenn Pondi, tous deux évoluant en première catégorie, sont à l'affiche de la Fête du thon, dimanche. Le 30e anniversaire de la Fête du thon, le comité des fêtes le célèbre dimanche avec une programmation magnifiée, invitant, entre autres, deux cercles de première catégorie, la Kerlenn-Pondi de Pontivy et les Festerion ar Brug de Pluneret, et deux bagadoù de première catégorie, le bagad de la Kerlenn Pondi et le bagad Elven.

La fête avancée de quelques jours

Pouvoir inviter de tels groupes supposait de se décaler du festival Interceltique de Lorient, où ils concourent au championnat national des bagadoù ou participent à la grande parade et aux spectacles. C'est là une des raisons de l'avancée de la Fête du thon au dernier dimanche de juillet, alors qu'elle se tenait, habituellement, le premier ou deuxième dimanche d'août. Aux côtés de ces groupes, le comité des fêtes a convié également les voisins et amis du cercle de Belz, le pipe-band Askol ha Brug, de Saint-Herblain, le plus ancien pipe-band de France en activité, Roland Becker et son « Orchestre national breton », un trio costumé et festif composé d'une bombarde, d'un biniou (Alan Ar Tennour) et d'un tambour (Alan Ar Bozec). À l'affiche, enfin, un autre ensemble humoristique dont le comité garde le secret et plusieurs fanfares et harmonies, dont la fanfare Saint-Michel. Au total, le budget d'animation de la fête grimpe à 24.000 € pour 12 h de spectacle non-stop. Tous ces groupes escorteront le défilé (départ à 14 h 30), avant une série de prestations sur l'espace de la fête. Pratique Fête du thon, dimanche. 

======================

Fête du thon. 12.000 h pour les chars fleuris

Pour les équipes du comité des fêtes, la confection des chars fleuris de la fête du Thon représente un travail important qui début dès l'automne. Le défilé des chars fleuris constitue le premier des temps forts de la Fête du thon. Ils sont le fruit d'un important travail bénévole amorcé dès l'automne. Ce travail, Louis Boyer, l'évalue à 12.000 h : « Les fleurs sont réalisées durant tout l'hiver par une équipe de 15 à 20 dames. Au total, cette année, elles en ont réalisé 40.000 ». Elles s'ajoutent, sur les chars, à toutes celles qui ont été récupérées des années précédentes. Quant aux structures, « j'ai commencé en octobre à raison de quatre après-midi par semaine », résume le maître-soudeur du comité des fêtes, aidé dans son ouvrage, par Roland Le Bail, entre autres, pour l'habillage des armatures. Ensuite, en juin, toute une équipe se remet à l'oeuvre pour garnir les chars de fleurs et leur donner l'aspect qui émerveillera petits et grands lors du défilé.

En écho à la COP21

Traditionnellement, le défilé s'ouvre avec les chars du thonier et du thon. Puis viennent les créations nouvelles. Cette année, le thème s'inscrit en écho à la COP21, mais d'un point de vue souriant. Cette édition du trentenaire de la fête se singularisera aussi par son char des reines : point de majestés issues d'un concours d'élégance, mais l'exaltation du bénévolat avec, à l'honneur, et en costume breton, des ambassadrices choisies pour leur engagement au service du collectif. Les chars seront escortés des bagadoù de la Kerlenn Pondi et d'Elven, des cercles Festerion ar Brug, Kerlenn Pondi, Sevenadur Bro Belz, Danserion an Avel, le pipe-band Askol ha Brug, les fanfares Saint-Michel, Breiz-Iles, Show Parade MBO et de Branderion, et des groupes de rue festifs et à surprises.

Pratique Fête du thon. Dimanche : défilé à 14 h 30 puis prestation des groupes. À partir de 18 h 30, repas de thon. À 19 h, chants de marins avec Rhum et Eau « au complet ». 21 h, bal et à 23 h 15, feu d'artifice sur la rivière. Entrée et parkings gratuits.

Posté par jourstranquilles à 06:40 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 28 juillet 2016

AURAY : Jeudis du Port. La Kevrenn allume St-Goustan (aujourd'hui)

Chaque semaine, durant tout l'été, les Jeudis du Port enchantent Saint-Goustan. Une série d'animations riche et variée est proposée par l'office de tourisme du pays d'Auray, à la demande des commerçants du port, avec la participation financière de la ville et du Département.

Ce soir, le nouveau rendez-vous mettra à l'honneur quelques artistes talentueux et l'ambassadeur du pays d'Auray, la Kevrenn Alré, évidemment immanquable, que l'on soit Alréen ou de passage... Au programme aujourd'hui Sandrine Hurel propose, à partir de 15 h et jusqu'à 18 h, une activité autour de la création avec l'argile mais aussi le grand jeu de la barbotine en famille.

DE 16 h 30 à 18 h, place aux Yp's : quatre jeunes musiciens plein de talent qui font découvrir leur univers pop rock. Dans les mêmes heures pour commencer, mais jusqu'à 21 h, Gaston Muller enchantera les quais avec son attelage de chevaux nains tirant une diligence.

De 16 h à 20 h, les P'tits sulkys proposeront un petit tour de chevaux à pédales sur un parcours clos pour les jeunes enfants... Du théâtre et la Kevrenn Delphine et Martin se baladent sur une voie verte et rencontrent des personnages pas banals : cyclistes en jachère sentimentale, rollers en pleine scène de jalousie, skis à roulettes en crise d'identité, canoéistes débutantes en manque d'eau, et vieux pleins de vie sur de drôles de machines.

Chacun finalement croquant dans sa part de bonheur... C'est l'invitation que lancent les deux comédiens qui proposeront leur spectacle de théâtre familial « Voie verte et rouges émois » à partir de 18 h 30. Le spectacle, créé en 2014 en Lorraine, s'est offert une escapade en Provence l'été dernier et se pose ces jours-ci en Bretagne. Il met en scène une douzaine de comédiens qui donnent vie à des personnages burlesques et poétiques, réunis dans des duos se livrant à des joutes verbales ou le jet de mots n'est jamais loin du jeu de mots. L'humour est donc souvent au coin de la phrase et chacun, de 10 à 100 ans y trouvera son compte. La Kevrenn Alré baisse le rideau de cette nouvelle proposition du jeudi, pour une prestation d'une heure, à partir de 20 h. Toute la famille de la Kevrenn vous donne rendez-vous pour un spectacle vivant et plein d'émotion. L'occasion de les encourager, à quelques jours de la deuxième manche du championnat des bagadoù, à Lorient. Source : Le Télégramme

Posté par jourstranquilles à 06:49 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Plouharnel : VISITE GUIDEE DES VESTIGES DU MUR DE L'ATLANTIQUE (aujourd'hui)

b1 (2)

b3 (2)

IMG_2697

IMG_2699

IMG_2700

 

Photos : Jacques Snap

http://www.plouharnel.fr/evenement/visite-guidee-des-vestiges-du-mur-de-latlantique-2338.html

snip_20160728064244

Posté par jourstranquilles à 06:37 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 juillet 2016

ETEL : Fête du thon. La tradition des chars

le-char-des-joyeux-forgerons-devant-l-ecole-d-apprentissage_3017802_498x330p

Le char des Joyeux-Forgerons, devant l'école d'apprentissage maritime située alors boulevard des « Zinzins ». (l'actuel boulevard du Général-de-Gaulle).

La Fête du thon, qui célébrera ses 30 ans dimanche, s'inscrit dans la tradition des fêtes des thoniers, organisées depuis les années 1920 autour de la bénédiction des flottilles, à l'heure du départ pour les campagnes de thon (Voir Le Télégramme du 20 juillet). La fête se tenait alors début juillet. De ces fêtes des thoniers, la Fête du thon a repris plusieurs incontournables, à commencer par les chars fleuris. La première véritable Fête des thoniers a eu lieu en 1924, avec le bal, l'élection de reines et le défilé de chars accompagnés de groupes folkloriques. Le schéma de la fête était en place. Une fête foraine s'y est ajoutée, et, parmi les groupes, Etel a vu défiler le cercle des Ajoncs d'Or de Pont-Aven, des gardians à cheval, la fanfare ételloise des Thoniers de Notre Dame, celle de l'école des Mousses de Loctudy, la musique du bataillon colonial des commandos parachutistes de Meucon, mais aussi, à partir des années 50, des ensembles de binious et des bagadoù venus de toute la Bretagne. S'y ajoutaient des groupes locaux costumés, les enfants des écoles en habits bretons ou illustrant un thème particulier, les marins et leurs épouses en coiffe. Toute la population s'investissait alors dans la fête. Tous les moyens de locomotions réquisitionnés Pour les chars, tous les moyens de locomotion étaient « réquisitionnés », à commencer par les charrettes et les chevaux de trait des agriculteurs du voisinage, puis les premières automobiles et les camions des usiniers. Les décorations florales rivalisaient d'élégance et de surprise. Car une vraie émulation s'était développée entre quartiers et groupes locaux pour construire ces chars. Les photos conservées au Musée des thoniers témoignent de l'imagination et de la créativité mises en oeuvre comme pour le char des « Joyeux Forgerons » ou celui des « Sans-soucis briseurs de coeur ». L'engouement à confectionner ces chars fleuris était tel qu'en 1945, les Étellois encore réfugiés à Pipriac (la ville avait été évacuée en novembre 1944), en avaient réalisé un, représentant un dundee-thonier. Le char du Thonier ouvre toujours, avec celui du thon, le défilé de la Fête du thon. Quant au parcours, s'il consiste aujourd'hui en une descente vers les quais, il était beaucoup plus long autrefois : de la place Saint-Louis, il remontait la Grande-Rue, filait par la route de Belz, revenait par la rue Traversière et la route d'Erdeven, et redescendait par la place du Marché et la rue de la Fontaine. Source : Le Télégramme

Voir mes précédents billets sur la Fête du Thon

Posté par jourstranquilles à 05:58 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Presqu'île de Quiberon

Posté par jourstranquilles à 05:38 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Brec'h : Frelons asiatiques. Des attaques recensées

Les frelons vont bientôt quitter leurs nids primaires pour aller se loger dans des endroits plus difficiles à atteindre. L'Absap (Association brec'hoise de sauvegarde des abeilles et des pollinisateurs) met en garde contre les dangers que représentent en ce moment les nids de frelons asiatiques. Les accidents avec les frelons se multiplient sur la commune, plusieurs habitants ayant été victimes de piqûres. Le dernier accident a eu lieu dimanche au lieu-dit Kerizan, et la victime s'est rendue aux urgences. « Les nids primaires ont fortement augmenté par rapport à 2015 et ont beaucoup grossi depuis un mois », explique Michel Le Boudec, président de l'Absap. Des nids qui sont passés de 5 à 14 cm « De 5 cm de diamètre, ils sont passés à 14 cm, et contiennent quelques dizaines de frelons et de nombreuses alvéoles contenant des larves qui vont se transformer en ouvrières et encore développer la colonie ». Les cinq derniers nids que les apiculteurs de l'Absap ont détruits se trouvaient à l'intérieur de garages ouverts sur l'extérieur, à 4-5 m de hauteur, parfois à côté de petits nids non actifs. « Nous pouvons aussi les trouver dans des haies, des massifs de fleurs, à l'intérieur d'arbres creux », indique le président. Malgré une apparence paisible, les frelons qui occupent ces nids sont très dangereux s'ils sont dérangés. Les personnes de l'Absap qui sont intervenues avaient découvert ces nids depuis quelque temps mais ne se doutaient pas de la dangerosité de ses occupants. Aussi, l'association brec'hoise préconise de garder une distance de 5 m et de ne pas tenter de détruire le nid par soi-même. Pas de perche ou de jet d'eau « Il faut contacter la mairie qui donnera la marche à suivre. L'Absap peut intervenir sur des nids de moins de 5 m de hauteur ». Il ne faut surtout pas tenter de décrocher le nid sans protection avec une perche ou encore un jet d'eau. « C'est l'attaque garantie », prévient Michel Le Boudec. Les conséquences peuvent être très graves. Avec l'été, il faut continuer à être vigilant. Les nids non découverts vont donner des nids secondaires pouvant atteindre 80 cm à 1 mètre de diamètre. Les frelons vont quitter le nid primaire pour aller s'établir ailleurs, dans les buissons, dans les arbres à 20 m de hauteur. Il sera alors plus difficile de les voir et d'éliminer en raison du feuillage. Contact Absap : Michel Le Boudec, tél. 06.18.14.34.07.

Posté par jourstranquilles à 04:54 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 juillet 2016

Syrie. « Un plan pour "vidanger" le pays de ses chrétiens ? »

aujourd-hui-la-ville-d-alep-compte-environ-170-000_3015719_460x330p

Aujourd'hui, la ville d'Alep compte environ 170.000 chrétiens. 

Le Grand pardon de Sainte-Anne d'Auray (56) rassemble depuis hier des milliers de pèlerins. Il est présidé par Mgr Jean-Clément Jeanbart, l'archevêque d'Alep, qui évoque la situation en Syrie et les difficultés rencontrées par les chrétiens. Sur les bombardements. « Tous les jours, des bombes tombent. Et chaque jour, il y a de nouvelles victimes parmi les civils. Les rebelles ciblent les écoles, les hôpitaux, là où il y a des regroupements de civils. Il y a un mois, plusieurs obus sont tombés sur une école. Les trois prêtres et la vingtaine d'enfants ont juste eu le temps de se mettre à l'abri dans une cave... Nous sommes sous les bombes depuis cinq ans. L'archevêché a été bombardé six fois et détruit, mais nous n'avons pas de victimes à déplorer de notre côté... » Sur l'avancée de l'armée syrienne. « L'armée syrienne a éloigné les rebelles de la ville. C'est une situation critique pour eux... Un peu comme un chat qu'on coince et qui sort ses griffes. La guerre est toujours là. Heureusement, nous sommes dans une partie d'Alep qui est sécurisée par rapport aux incursions des islamistes. » Sur le début du conflit. « Avant le conflit, nous n'osions pas demander la religion des personnes croisées. Nous vivions en harmonie. Mais au départ, lors des trois ou quatre premiers mois de la révolution, nous étions heureux. Ce pays avait besoin de changements. Cela a vite dégénéré. On a vu des francs-tireurs faire feu sur des manifestants. Puis on s'est rendu compte qu'il y avait là quelque chose de bien organisé, de préparé depuis longtemps... Il y a une quinzaine d'années, certains pays du golfe ont déversé des milliards pour créer des écoles musulmanes qui ont éduqué les enfants à un fondamentalisme dangereux. Au début du conflit, des pays comme le Qatar ou l'Arabie saoudite ont ouvert des bureaux dans différents pays pour recruter des mercenaires, qu'ils ont grassement payés. » Sur les départs de Chrétiens. « Il y a 70 ans, 45 % des citoyens d'Alep étaient chrétiens. Nous sommes aujourd'hui environ 170.000. Beaucoup de jeunes s'en vont. À chaque bombardement massif, il y a de nouveaux départs. Peut-être y a-t-il un plan pour "vidanger" les Chrétiens de Syrie ? C'est très difficile de leur dire de rester. Mais c'est ma responsabilité. » Sur Bachar al-Assad. « Bachar al-Assad tient à conserver les chrétiens sur le territoire. Leur présence renforce le regroupement des minorités qui veulent maintenir un régime laïc en Syrie. Je dois dire que j'espère la victoire des troupes de Bachar El-Assad pour alléger le contingent de terroristes, même si les rebelles ne sont pas tous des terroristes. » Article de Gwen Rastoll

Posté par jourstranquilles à 04:58 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]