Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

vendredi 25 décembre 2015

Ce matin - plage de Kerhilio

916055_122089674831609_1032668293_n

Posté par jourstranquilles à 13:49 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 24 décembre 2015

Crèche de Noël à l'église d'Erdeven

DSCN1137

DSCN1138

DSCN1142

Posté par jourstranquilles à 19:02 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Messe de Noël à Erdeven

IMG_8208

Posté par jourstranquilles à 19:00 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

La plage de Kérouriec le 24 décembre 2015

DSCN1134

DSCN1136

Posté par jourstranquilles à 16:01 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bretagne

12353871_1025808434143040_1477262737_n

Posté par jourstranquilles à 05:30 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 23 décembre 2015

Bretagne

f1

Posté par jourstranquilles à 09:15 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 22 décembre 2015

Morbihan : Pourquoi une statue de la liberté à Ploeren ?

La question bête du jour. Il y a la célèbre statue de New York mais on connaît moins celle de Ploeren. Mais d’où vient-elle ?

L’histoire

« La liberté éclairant le monde. » Plus connu sous le nom de Statue de la Liberté (Statue of Liberty), c’est l’un des monuments les plus célèbres des États-Unis. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’il existe quarante répliques, en France et en outre-mer, de ce monument situé sur l’île de Liberty Island, au sud de Manhattan. A Ploeren, une statue de la Liberté salue les automobilistes en bordure de la voie express Nantes-Brest. Installée dans le parc d’activités de Mané-Coëtdigo, elle appartient à une entreprise fabricant des chars à voile, qui l’a acheté à la société Nacra, importateur de dériveurs en France. Elle mesure quand même 7,20 m de haut… « En 1989, j’étais au Salon Nautic, à Paris, quand j’ai vu cette statue sur un stand. J’ai demandé à Fred, l’importateur américain, d’où provenait cette statue. En réalité, elle vient de la chaîne d’hôtels Liberty. Il l’avait achetée 30 000 francs à l’époque. Je l’imaginais bien devant ma nouvelle entreprise. Puis j’ai laissé tomber », raconte Jean-Philippe Krischer, le directeur de Seagull. Mais en revenant à Ploeren, l’idée était toujours dans la tête du chef d’entreprise. « J’ai rappelé Fred, je lui ai demandé si elle était toujours à vendre. Il m’a répondu oui. J’ai pris ma voiture, attelé une remorque de bateau et je suis allé la chercher à Paris. »

Le jour de gloire est arrivé

Depuis, la statue connaît ses heures de gloire. « Surtout l’été, où les gens qui passent viennent se faire prendre en photo devant » , sourit Jean-Philippe Krischer. Puis, il y a eu d’autres moments moins glorieux, comme les guerres où les États-Unis étaient impliqués. « La statue a été recouverte de peinture, lors de la guerre du Golfe, en 1990, mais aussi la guerre du Kosovo, en 1998. Le lendemain des attentats du 11 septembre, il y a eu des inscriptions envers Ben Laden. Deux jours après, on retrouvait des fleurs à ses pieds. »

Posté par jourstranquilles à 12:25 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Exposition à Pluneret (Morbihan)

pluneret

Posté par jourstranquilles à 05:06 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 19 décembre 2015

Jean-Yves Le Drian cumule la défense et la Bretagne

Elu président de sa région vendredi, le ministre déroge à la charte déontologique du gouvernement, en accord avec François Hollande

Ministre de la défense et de la Bretagne : Jean-Yves Le Drian cumule ces deux fonctions, le plus officiellement du monde, depuis son élection à la présidence de l'exécutif breton, vendredi 18 décembre en début d'après midi. En totale et flagrante contradiction avec la charte déontologique du gouvernement adoptée en mai 2012, selon laquelle " les membres du gouvernement consacrent tout leur temps à l'exercice de leurs fonctions ministérielles " et " doivent, de ce fait, renoncer aux mandats exécutifs locaux qu'ils peuvent détenir ".

M. Le Drian l'avait rappelé : " J'ai dit aux Bretonnes et aux Bretons que si j'étais candidat à la présidence de la région Bretagne, c'était bien pour assurer cette présidence. " Ce qui ne sera pas tout à fait le cas, la gestion des affaires courantes étant déléguée à Loïg Chesnais-Girard, jusqu'ici premier vice-président de la région chargé de l'action économique.

Le Drian, ou l'exception qui confirme la règle ? Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, semble quelque peu embarrassé pour le justifier : " Il y a une règle sur les ministres à plein temps, qui s'est appliquée jusqu'ici. Il ne faut pas considérer le cas Le Drian comme une situation qui pourrait se généraliser, explique le porte-parole du gouvernement. Le Drian n'est pas n'importe quel ministre, dans n'importe quel ministère, dans n'importe quel moment. "

Depuis les attentats du 13 novembre, l'état d'urgence, l'intensification des frappes en Syrie et le risque terroriste sur le territoire national ont conféré à l'argumentation un tour difficilement réfutable. Le second tour des régionales a encore un peu plus renforcé le caractère inamovible de Le Drian, lequel l'a emporté avec 51,41 % des voix. Il s'agit du meilleur score de ce second tour des régionales dans le cadre d'une triangulaire.

Explication musclée

" Il marche sur les eaux ", s'enflamme un ami du ministre. D'autant plus que ce résultat a été obtenu alors que M. Le Drian a été la seule tête de liste socialiste à refuser tout accord avec les écologistes dans l'entre-deux-tours. Au grand dam du président et du premier ministre, qui ambitionnaient de faire de ce moment de rassemblement avec les autres listes de gauche, écologistes et communistes, une expérience susceptible de faire jurisprudence en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Mais le ministre, a contrario, veut croire que son score valide sa stratégie. " Le Drian peut-il être un exemple pour la présidentielle ? Ne faut-il pas dépasser les logiques d'appareil et raisonner en termes de personnalités ? Ou faut-il au contraire repartir dans une logique où la seule obsession, c'est que Duflot ne se présente pas en 2017 ? ", feint de s'interroger un conseiller du ministre.

François Hollande n'a pas adressé la moindre critique à son ministre. C'est Stéphane Le Foll qui a été mandaté pour le faire, au lendemain du second tour, au cours d'une explication de texte homérique. Suivie d'une deuxième, plus musclée encore, avec Manuel Valls en personne. " Ça a chauffé ", témoigne un proche de Le Drian. Mais ce dernier a tenu bon.

De même, le président n'a jamais parlé directement au ministre de la question du cumul. M. Le Drian " connaît parfaitement la règle ", s'était limité à déclarer François Hollande, voici deux mois.

Voilà qui autoriserait presque le ministre à faire comme bon lui semble. Jusqu'à quand ? Au moins jusqu'à la fin de l'état d'urgence, estiment ses amis. Nul doute que le dossier libyen ou la négociation d'un contrat de vente de Rafale aux Emirats pourraient constituer des arguments pour la prochaine fois, d'ores et déjà affûtés par son équipe : " Les Français se rattachent en ce moment à un très petit nombre de gens qui symbolisent l'Etat et sa capacité de protection : c'est Le Drian, Cazeneuve, parfois Valls et Hollande. Il y a une vraie complexité pour le président à renvoyer Le Drian s'occuper de sa Bretagne. C'est pour cela qu'il préfère rester dans une forme d'ambiguïté. " De laquelle le ministre a bien l'intention de jouer jusqu'au bout.

David Revault d'Allonnes

Posté par jourstranquilles à 19:34 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

La gare de Sainte Anne d'Auray (sur la commune de Pluneret)

gare ste anne

Posté par jourstranquilles à 12:07 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]