Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

dimanche 7 juin 2015

BRETAGNE : SNCF. Le XXIe siècle entre en gare

Pour l'arrivée de « la ligne grande vitesse », en 2017, les gares bretonnes se font belles (200 M€ de travaux), tout en s'adaptant aux nouveaux modes de vie et de déplacement. 

Le choc est évidemment moins fort que lorsque le « chemin de fer » est arrivé en Bretagne entre 1850 et 1860. Néanmoins, c'est une réelle révolution qui s'opère à toute vapeur dans les onze gares TGV, lesquelles répondent désormais au joli nom de « pôles d'échanges multimodaux » (PEM). Le PEM de Guingamp (22), récemment inauguré, a donné le coup de sifflet du départ, après huit années de travail entre SNCF, communautés de communes et Région. « Un partenariat essentiel car il faut redimensionner les gares pour les adapter à l'augmentation constante et forte du trafic TER et à celle, prévisible, du TGV à partir de 2017 », explique Emmanuel Clochet, directeur des gares de Bretagne et des Pays-de-la-Loire. Le nombre de voyageurs devrait ainsi passer de 10 à 15 millions en 2020 à Rennes et doubler dans les autres gares. Par ailleurs, les gares se situent désormais à la confluence de plusieurs modes de déplacement (bus, autocars, taxis, vélos ou voitures électriques) et de nouvelles pratiques (covoiturage, voiture partagée...). D'où un réaménagement de leurs abords : agrandissement des parkings (*) et accès routiers. « Il ne sert à rien de gagner 30 à 45 mn sur le Paris-Brest si on perd presque autant de temps dans des embouteillages », précise Emmanuel Clochet.

Des gares « à vivre » « L'objectif est que le passager puisse passer facilement d'un mode de déplacement à un autre », indique Emmanuel Clochet. Le concept de gare est lui-même chamboulé par ces nouvelles exigences : « Outre les horaires des trains et le numéro du quai, le voyageur trouvera aussi les horaires des bus et autocars, l'itinéraire pour rejoindre les taxis ou les vélos électriques mais aussi des promotions sur les restaurants et les animations de la semaine dans le secteur ». D'autre part, les PEM vont proposer des espaces où l'on pourra travailler et recharger ses mobiles et ordinateurs. Outre « la presse » et le nécessaire de toilette, par exemple, le voyageur pourra également se restaurer « de façon plus diversifiée que le jambon-beurre et plus souple que le buffet de la gare ». Porte d'entrée du territoire Des animations (concerts, expositions, piano à disposition...) auront également pour but de distraire les usagers du rail dans ces gares au nouveau look mais qui ne devraient pas perdre leur caractère, selon la SNCF. Si le même cabinet d'architectes, AREP, filiale de la SNCF, a planché sur toutes les gares, les rénovations tiennent compte de l'existant et de l'environnement. D'où le concept de gare-bateau à Lorient ou les passerelles « oiseaux » à Morlaix et Saint-Brieuc, avec le souci de faire de la gare « une porte d'entrée sur le territoire ».

Ce n'est ainsi pas un hasard si les communes profitent de l'occasion pour lancer des opérations immobilières visant à revitaliser et à changer l'image des quartiers de gare. Et entendent bien, en tant que principaux financeurs (25 % à la charge de la SNCF) récolter les fruits de leurs investissements, ne se contentant pas de voir passer les trains. Source : site Le Télégramme

* Sauf dans les agglomérations où l'offre de transports en commun est pertinente. 

IMG_8680

Posté par jourstranquilles à 08:37 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 6 juin 2015

Bretagne : Erdeven

11391378_999691030043740_3517005355861238899_n

Posté par jourstranquilles à 19:46 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Festival Photo de La Gacilly

gac

L'édition 2015 du Festival Photo est lancée !

Cette année, nous développons un Festival autour de la photographie Italienne et du thème "Nourrir la Planète" à l'occasion de l' Expo 2015 Milano.

Un grand merci à tous les photographes et partenaires qui ont rendu cette nouvelle édition possible. Pour découvrir l'ensemble de la programmation : http://www.festivalphoto-lagacilly.com/

The Festival is Open !

This year, we're focusing on Italian Photography and "Feeding the planet" for the 2015 Expo Milano.

Thank you to all partners and photographers who made this edition possible. To discover our line-up : http://www.festivalphoto-lagacilly.com/en/l-edition-2014/

Posté par jourstranquilles à 06:23 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tournage en Bretagne...

Depuis le 4 mai et jusqu’au 19 juin, Didier Nion est en tournage en mer entre l’île Tudy et les Glénan. Son long métrage "L’Hérétique" retrace l’aventure d’Alain Bombard, naufragé volontaire. Retrouvez le journal de bord du réalisateur sur sa page www.facebook.com/didier.nion.5?fref=ts

10958812_962746037090209_4214506080202236239_n

11391638_962749810423165_4687880010930720572_n

Posté par jourstranquilles à 06:13 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 4 juin 2015

La Ria d'Etel filmée par Thalassa

Posté par jourstranquilles à 05:11 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 1 juin 2015

À Plouharnel, la lune se lèvera dans les menhirs

Demain, mardi soir, on pourra observer un lever de pleine lune et un coucher de soleil, dans l’axe des alignements du village de Sainte-Barbe. Un phénomène rarissime qui se déroule tous les 18 ans.

Pourquoi ? Comment ? Que va-t-il se passer mardi ?

On pourra observer un lever de pleine lune et un coucher de soleil, dans l’axe des alignements du village de Sainte-Barbe, à Plouharnel. La pleine lune se lèvera à partir de 21 h 43, le coucher de soleil suivra à 22 h 02.« C’est un événement exceptionnel, qui se produit tous les 18 ou 19 ans, explique Madeleine Juberay, directrice de l’office de tourisme de Plouharnel.2015 est une année spéciale, très marquée par le cycle de la lune. Il y a eu la marée du siècle, l’éclipse solaire …Et là, on approche du solstice d’été, le 21 juin, qui est le jour le plus long de l’année. »

Quelle signification donner à ce phénomène ?

« Il montre la relation entre les mégalithes et la lune. C’était un événement tellement important pour les gens qui ont construit les mégalithes qu’ils ont levé 2 000 menhirs pour le suivre », indique Howard Crowhurst, chercheur et membre de l’Association pour la connaissance et l’étude des mégalithes (Acem). Autrefois, ces alignements de Sainte-Barbe allaient jusqu’au tumulus Saint-Michel, à Carnac. Ils s’étendaient sur 5 km.« Les bâtisseurs avaient connaissance de ce cycle lunaire qui pouvait générer des grandes marées. Ils ont voulu transmettre cette connaissance en érigeant des monuments construits pour durer des milliers d’années », poursuit Madeleine Juberay.« Il y avait aussi probablement une connotation religieuse. Le ciel a toujours été en relation avec le religieux, glisse Howard Crowhurst.Les gens d’alors ont perçu ces cycles. Ils ont perçu un ordre dans le cosmos. »

Que propose l’Acem mardi ?

D’observer et d’expliquer le phénomène.« Ils levaient les yeux au ciel et regardaient ces événements. C’est ce qu’on va faire mardi », explique David Crowhurst, salarié de l’association. Le rendez-vous est donné à 20 h, au Pôle menhirs, rue SaintGilles. La soirée est gratuite.

Observera-t-on le même phénomène ailleurs ?

Oui, en Suède, sur le site Ales Stone, le plus grand ensemble mégalithique de Scandinavie.« Ils observeront la même chose en même temps que nous », indique Howard Crowhurst. Le 2 juillet, à Plouharnel et à Ystad, le phénomène se reproduira une nouvelle fois.

Qui a construit ces alignements ?

Les mégalithes ont été construits vers - 4 000 avant Jésus Christ. Par qui ? Ça reste un mystère. Aucune trace n’a été retrouvée.« La mer est montée de sept mètres depuis. Qui étaient ces peuples vivant ici ? D’où sont-ils venus ? On ne sait pas,re connaît Howard Crowhurst. Ce qu’on sait, c’est qu’ils étaient très organisés. C’était une société hiérarchisée, comme l’Égypte. Pour que les gens viennent à un moment donné à un endroit donné, il fallait, par exemple, un calendrier. On estime que toute la population bretonne de l’époque était rassemblée pour ce genre d’événements. »

Que représentent les mégalithes de Plouharnel ?

Ils ont beaucoup souffert de destruction. Comme ceux d’Erdeven, ils ont été utilisés à la fin du 19e pour construire la gare de Plouharnel et le phare de Belle Île. Mais, si les mégalithes de Plouharnel sont moins connus que ceux de Carnac, on y retrouve le plus gros dolmen du Morbihan, celui de Crucuno. Ce quadrilatère est formé de 37 menhirs. Il est unique au monde. Article de David DUPRÉ.

Posté par jourstranquilles à 07:38 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vannes : une photo de Steve McQueen vendue 850 € aux enchères

steve

15 h 26 samedi à l’hôtel des ventes de Vannes, zone du Ténénio.« On démarre à 400 € pour cette photo de Steve McQueen essayant sa moto à l ’usine Triumph, à Croydon, en Angleterre, lance le commissaire-priseur Jack-Philippe Ruellan.Pour les fans de McQueen, 400 €, j’ai preneur. 450, 500 …650 nous sommes, 700, 750 …850. Adjugée à 850 € ». C’est l’enchère la plus haute proposée samedi, lors de la vente d’une série de photos de stars. D’un enthousiasme contagieux, Jack-Philippe Ruellan a eu le coup de cœur pour ces clichés, pas posés mais pas volés non plus, de Tony Grylla, photographe de presse indépendant. Des images argentiques en noir et blanc de Dalida, John Lennon et Yoko Ono, Nino Ferrer, Claude François… De vraies tranches de vie pour lesquelles de nombreux acheteurs ont craqué. En vingt minutes, les vingt-six photos de presse étaient vendues.

Collectionneurs

« Nous avons acheté un portrait de Steve McQueen 450 €, indique Sylvaine, de Quiberon, venue avec son mari, Jean-Rémy.On l’aurait voulu sur sa moto, mais les enchères montaient trop haut. C’est un cadeau pour notre fils. Il est fan de McQueen. Dès qu’il peut avoir quelque chose sur lui, il se le procure. » Le couple, venu également pour des flûtes en cristal Saint-Louis, est un des rares, parmi la centaine de personnes présentes, à avoir surenchéri dans la salle.« Les ventes se sont surtout faites par téléphone et en live, par internet, explique le commissaire-priseur.Il s’agit de collectionneurs, d’amateurs de la période où les photos ont été prises » ,c’est-à-dire les années 1960, 1970, 1980. Magnifique de simplicité, Dalida posant devant chez elle fait le bonheur d’un fan pour 500 €. Les photos de John Lennon et Yoko Ono dans leur lit à Amsterdam en 1968 ont été vendues 420 €. Celles de JeanPaul Belmondo sur le tournage de « Tendre voyou » ou « Pierrot le fou » avec Anna Karina sont parties pour 350 €, 400 €, 450 €. Surprenant, des clichés comme celui de Coluche ou des « Twin’s towers et la chapelle grecque, New York 1986 », n’ont pas trouvé preneur.« C’est étonnant, surtout au lendemain de l’ouverture du One world Trade Center, mais je suis sûr que des gens vont venir chercher des invendus. » Même si les enchères ne se sont pas envolées au-delà de 850 €,« je suis très content. C’est une jolie vente, indique Jack-Philippe Ruellan.Les estimations ont été dépassées et la crise est là ». Article de Christine BAUCHEREL.

Posté par jourstranquilles à 07:34 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 30 mai 2015

AURAY - Port de St Goustan

10985499_1429743387344380_4214589687290014229_n

Posté par jourstranquilles à 11:52 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 mai 2015

Demain à Vannes : de rares photos de stars vendues aux enchères

Belmondo, Brassens, McQueen, Dali… Tony Grylla a réalisé, dans les années 60 et 70, des images de stars. Des raretés tirées à 30 exemplaires, témoins d’une époque. Une vingtaine sont à acquérir, samedi.

L’histoire

Tony Grylla n’était pas un voyeur, pas un voleur d’images. Il était photographe indépendant pour des magazines allemands à gros tirages, comme Bild Zeitung .Il écumait souvent les tournages de films, les boîtes de nuit branchées de l’époque…« Les stars avaient l’habitude de me voir. Je demandais l’autorisation et c’était fait. C’était simple à cette époque, en confiance » , témoigne Tony Grylla, 74 ans, qui vit aujourd’hui à Paris. Il a mis en boîte les plus grandes stars des années 60 et 70. À tout juste 23 ans, il fait une rencontre inoubliable en Angleterre, à Croydon dans la banlieue de Londres. Là, dans l’usine Triumph, il rencontre Steve McQueen qui essaie une moto. Il le photographie,« en toute simplicité » sous toutes les coutures.

En voiture avec Cloclo

À 28 ans,« j’ai même conduit la Maserati de Claude François, avec lui à côté ! J’étais si impressionné. » Il l’avait retrouvé chez lui pour partir faire des photos dans le bois de Boulogne. À la sortie de L’important c’est d’aimer à Paris, il fait une image rayonnante de Romy Schneider et Jacques Dutronc ; il passe une semaine sur le tournage des Pétroleuses avec Brigitte Bardot et Claudia Cardinal. Il se rappelle aussi Nino Ferrer,« un mec sympa comme tout » ; Dalida qui se laisse photographier,« quelqu’un de chaleureux » , dans son jardin de Montmartre. Il raconte, avec sourire, Coluche, chez lui à Paris, qui« mangeait du caviar avec son café au lait dans son salon qui était une salle de bistrot » . Il est même« le seul au monde » à avoir une image de Mike Brant nu sous sa douche !« À présent, il faut se battre pour faire des photos de stars, d’accidents. Je ne pourrais plus faire ce métier aujourd’hui » , raconte Tony Grylla qui se souvient de ne pas avoir pu déclencher certaines fois.

Trente exemplaires

« J’ai refusé de faire les photos des morts dans l’accident d’un Boeing à Orly. J’ai pleuré en faisant, à contrecœur, le portrait de la maman de Jan Palach qui s’était immolé à Prague en 1969 après les événements. » Toutes ces photos en noir et blanc sont des raretés. Certaines n’ont paru qu’une seule fois. Il a tiré la plupart à trente exemplaires. Pas plus. Le commissaire-priseur de la salle des ventes de Vannes, Jack-Philippe Ruellan, a eu le coup de cœur pour ces clichés« qui rappellent de bons souvenirs. Ce sont de belles photos, pas posées. La prise de conscience de leur qualité a été tardive. » Il en a choisi vingt pour les vendre, samedi. Tony Grylla« fréquente les salles des ventes en tant que collectionneur d’appareils photo. J’ai eu l’idée d’y vendre mes photos. Les collectionneurs ont sauté dessus, je ne m’y attendais pas. » Chaque tirage argentique original, titré, situé, daté, numéroté et signé au dos est estimé entre 400 et 600 €.« Le prix peut grimper jusqu’à 2 000 €. » Ces témoignages d’une autre époque n’ont pas de prix. Article de Isabelle JOHANCIK.

Samedi 30 mai, enchères à la salle des ventes de Vannes, au Ténénio, à partir de 14 h 30. Entrée libre.

photos anciennes

 

 

Posté par jourstranquilles à 07:34 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 mai 2015

Panthéon : Germaine Tillion, la Dame de Plouhinec

Adrien Le Formal à la cérémonie au Panthéon

Aujourd’hui, le Président de la République rend hommage à quatre grandes figures du combat contre le nazisme qui font leur entrée au Panthéon : Jean Zay, Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle et Germaine Tillion, la dame de Plouhinec (notre édition de lundi). Leurs cercueils y seront transférés ce mercredi.

« Combattante de l’essentiel »

Adrien Le Formal sera à la cérémonie, à Paris. Pour le maire, cette entrée de Germaine Tillion au Panthéon est « un honneur pour la population de Plouhinec. Cette cérémonie est pour nous, Plouhinécois, un prolongement heureux des manifestations organisées dans le cadre de Mémoires de 1945, de la Poche de Lorient à Germaine Tillion » .L’ethnologue a séjourné à Plouhinec, de 1966 à 2005, d’abord au Gueldro-Marec puis dans sa maison de Kerouzine. « L’hommage de la Nation met en exergue les valeurs fondamentales de la République à savoir la liberté, l’égalité et la fraternité , poursuit Adrien Le Formal. Pour Germaine Tillion, résister, s’engager, c’était combattre pour l’essentiel à savoir la dignité de la personne humaine. Dans toute son histoire, son combat éclairé en cela par sa formation d’ethnologue, consistait à agir pour rendre sa valeur et sa dignité à chaque personne considérée comme un être unique. » Et il y a ce message, d’hier pour aujourd’hui, lancé par l’élu : « Germaine Tillion, son amie Geneviève Anthonioz-De Gaulle, Pierre Brossolette et Jean Zay disent le chemin à prendre en ces temps troublés où le terrorisme, la barbarie, la torture, l’exclusion mènent à mal la valeur humaine dans un monde trop souvent inhumain. » L’hommage solennel de la Nation aura lieu à 17 h. Source Ouest France.

Posté par jourstranquilles à 07:39 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]