Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

samedi 14 mars 2015

Miss Morbihan : 14 candidates pour un titre

Ce soir à Gourin, les concurrentes vont rivaliser sous le regard des spectateurs. Voici les portraits de chacune des quatorze prétendantes.

Le concours Miss Morbihan 2015 est organisé sous l’égide de la société Miss France, en partenariat avec la municipalité de Gourin. La première partie de la soirée sera réservée à la présentation des candidates (passage en robe de soirée, discours individuel pour se présenter au public, puis passage en maillot de bain une pièce). L’élection sera, en partie, démocratique. Le public recevra des bulletins de vote distribués à l’entrée et devra les remettre dans une urne lors de l’entracte. Ensuite, un jury de 9 Marion Auverlot, 20 ans, 1, 75 m, La Chapelle-Caro, BTS assistante de gestion PME-PMI. Cécile Fourrier, Kerhostin, 1, 84 m, 19 ans, études par correspondance de conseillère en image. Camille Huchon, Malguénac, 1, 70 m, 20 ans, troisième année de bac pro esthétique. à 11 personnes, constitué du maire de Gourin, de commerçants locaux et de partenaires, choisira la représentante du Morbihan à l’élection de Miss Bretagne en octobre prochain. En seconde partie de soirée, la Vannetaise Maïlys Bonnet, Miss Bretagne en titre, ainsi que trois autres miss régionales (Flavy Facon, Miss Pays-de-Loire 2014, Estrella Ramirez, Miss Normandie 2014, et Sophie Duval, Miss Normandie 2011), participeront au show des Cherries. Enfin, ce sera l’heure de la proclamation des résultats. Fanny Le Bruchec, Guidel, 1, 76 m, 18 ans, étudiante en prépa à l’école normale supérieure de Cachan. Lauranne Gloanec, Hennebont, 1, 81 m, 19 ans, 2 année de formation éducatrice.e Cindy Levenez, Gourin, 1, 77 m, 22 ans, brevet professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et des Sports.

election

Posté par jourstranquilles à 12:26 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Marée du siècle J-7 : dix spots pour en profiter

Des coefficients de 115 vendredi, 119 samedi et 118 dimanche. La semaine prochaine, si le vent et les risques de submersion ne gâchent pas la fête, les côtes bretonnes sortiront le grand spectacle.

Les remparts de Saint--Malo

Les plus grandes marées d’Europe ! Spectacle assuré. L’Office de tourisme malouin surfe évidemment sur ce formidable atout pour attirer les visiteurs. Et ça marche ! À marée basse, les balades-découverte du littoral animées par un guide naturaliste, entre le Fort National et le rocher du Grand Bé, affichent déjà complet les samedi 21 et dimanche 22 mars. À marée haute, pour être aux premières loges, le « balcon » offert par les remparts, côté Fort à la Reine, sera pris d’assaut. Une précaution en cas de gros temps : ne pas s’installer trop près du bord ou se pencher !

La Baie de Saint-Brieuc

Ici, la mer va reculer jusqu’à 7 km. La plage, mais aussi les prés-salés, roches et vasières qui entourent la Baie forment la plus vaste réserve naturelle de Bretagne. La Maison de la baie propose une découverte de cet univers : traversée en kayak, découverte de la mytiliculture, observation des oiseaux migrateurs…

Ploubazlanec et Bréhat

Découpés en dentelle et parsemés d’îlots à Ploubazlanec, les rivages de Paimpol-Goëlo deviennent intimes sur l’estuaire du Trieux. Aux mortes eaux, c’est à… la Croix des veuves (Ploubazlanec) qu’il faut se placer pour profiter d’une magnifique vue panoramique sur l’archipel de Bréhat et, à droite, sur l’Île Saint Riom qui sera entièrement découverte. Le site est sur une falaise, attention donc au vent.

Carantec et Callot

À Carantec, la célèbre Chaise du curé offre un magnifique panorama sur la baie de Morlaix. À marée basse, les pêcheurs à pied se rendront (à pied sec) sur l’île Callot pour traquer coques, palourdes et bigorneaux. En respectant les bonnes pratiques pour ne pas dégrader un environnement très fragile. Vigilance sur les horaires de marée et ne pas oublier son téléphone portable…

Les dunes de Keremma

On la nomme « Côte des sables ». La baie de Kernic est l’un de ses joyaux. Sur cette partie du littoral léonard, accessible par le sentier GR34, une halte s’impose à la Pointe de Pen an Theven. Vue à 360° ! Les dunes de Keremma, et le port et le chaos granitique de Plouescat. La pointe « culmine » à 2 m du sol, mais gare aux vagues au plus fort de la marée.

La Pointe du Raz et Sein

Le promontoir sauvage de la Pointe du Raz, perché à plus de 70 mètres, offre une vue grandiose sur le Raz de Sein et le phare de la Vieille. Le spectacle sera quasi permanent durant trois jours : lors des grandes marées, les violents courants de flot (flux) et de jusant (reflux) déchirent une mer émeraude. Sur l’Ile de Sein, dont le point culminant est à 9 m seulement, les Sénans prieront le Ciel pour que les éléments ne se déchaînent pas…

Fouesnant et les Glénan

Sur la « riviera bretonne », la Pointe de Mousterlin et sa Mer blanche, une lagune turquoise, font figure de paradis (protégé heureusement par Natura 2000) des pêcheurs à pied. Si vous avez la chance de disposer d’un bateau, l’archipel des Glénan est à portée. Une grande partie de la « chambre », une micro mer intérieure, et son herbier de Zostère (varech) seront à découvert.

Concarneau et son estran

De Concarneau à Nevez, l’estran dévoile ses secrets, crabes, coquillages, poissons mais aussi petits animaux et plantes vivant aux rythmes des marées. Rendez-vous le samedi 21 mars, à 10 h, au Marinarium de Concarneau, et le dimanche 22, à 10 h, à la cale de Raguénez, à Névez, pour une leçon de sciences naturelles au très grand air. C’est l’occasion ou jamais.

La petite mer de Gâvres

Véritable mer intérieure de 35 ha, point de départ du plus grand massif dunaire breton (il se prolonge jusqu’à Penthièvre, en Presqu’île de Quiberon), la Petite mer se vide totalement à marée basse. Un haut lieu de la pêche de loisir. Mais ici comme ailleurs, il faut respecter les périmètres de cueillette autorisés et les arrêtés sanitaires.

Le Golfe et Berder

Avec Callot en Baie de Morlaix et La Comtesse à Saint-Quay-Portrieux, l’Île de Berder, à Larmor-Baden dans le Golfe du Morbihan, est l’une des rares îles bretonnes accessibles à pied à marée basse, par un gois de 80 mètres. Aux renverses de marée, le courant, un torrent, y est impressionnant. Comme celui de la Jument, entre Berder et l’Île de la Jument, le plus fort d’Europe après le Raz Blanchard.

grandezs marées

Posté par jourstranquilles à 08:45 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 13 mars 2015

Vannes et sa femme

10314679_531909480285643_900285260405629253_n

Posté par jourstranquilles à 03:40 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Erdeven : Deux jours pour construire des cabanes vivantes

L’association Ty Kavadou proposera, les 18 et 25 mars, de construire des cabanes. Deux animations qui s’inscrivent dans le cadre de Côtes et nature, une programmation organisée par le département qui, cette année, a pour thème la couleur.« Nous allons planter des brins de saule en forme de tipi ou igloo, et les tresser pour former une cabane qui prendra racine. Ce sera une cabane vivante, qui donne des feuilles l’été arrivé. Une sculpture végétale où les petits et les grands pourront venir jouer, pique-niquer, rêver… » ,explique Camille Patissier, de l’association. L’inscription gratuite est obligatoire. Tout public.

Les mercredis 18 et 25 mars, de 14 h à 16 h, à Erdeven. Pour tous renseignements complémentaires : tél. 06 78 11 00 51.

cabane

Posté par jourstranquilles à 00:06 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 12 mars 2015

Des concours « modernes, frais, pas ringards »

Miss Bretagne sera à Gourin, samedi, pour l’élection de Miss Morbihan. La jeune Vannetaise témoigne de son expérience.

Trois questions à Maïlys Bonnet, Miss Bretagne 2014.

Qu’est-ce qui a changé pour vous depuis l’élection de Miss Bretagne, le 27 septembre dernier à Damgan ?

L’an dernier, il n’y avait pas eu d’élection de Miss Morbihan. J’avais été sélectionnée sur dossier parmi quatorze candidates. Une fois élue, je garde les pieds sur terre, même si le regard des autres a un peu changé. Je n’ai pas été élue Miss France le 6 décembre dernier mais cela reste un très beau souvenir. J’ai rencontré plein de beau monde, j’ai appris à m’exprimer plus facilement, alors que j’étais assez réservée. Et ça m’a ouvert des portes.

Qu’est-ce que vous faites aujourd’hui. Toujours étudiante ?

Je suis en troisième année de licence communication. Je devais trouver un stage cet été mais je reste Miss Bretagne jusqu’en octobre 2015 et je dois être disponible. Finalement, du 23 mars à la fin mai, je vais travailler sur le site web de l’élevage Horizon de Samuel Kervarrec, entre Vannes et Plescop, qui prépare des chevaux pour la Garde républicaine. C’est en lien avec mon objectif professionnel : je voudrais être cavalière dans la Garde républicaine, un métier de représentation qui s’ouvre de plus en plus aux femmes.

Mercredi vous étiez à Rennes et à Saint-Grégoire, samedi vous serez à Gourin… Vous accompagnez les candidates. Quels conseils leur donnez-vous ?

D’abord, qu’elles restent ellesmêmes. Qu’elles profitent ce moment à fond pour discuter entre elles et avec les autres. Cette élection doit être vécue comme une belle aventure. Des copains m’ont chambrée en me disant que ces concours sont gnangnan… C’était peut-être vrai il y a dix ans. Moi, je les trouve modernes, frais et pas du tout ringards. Grâce à eux, je vais voyager un peu partout en Bretagne, que je ne connais pas bien, alors que je suis née à Vannes. Et à chaque étape, je serai là pour remettre l’écharpe. Recueilli par François NIKLY.

miss bretagne

 

Samedi 14 mars, à 20 h 45 à la salle des fêtes de Tronjoly, à Gourin. 14 candidates. Tarif unique : 12 € ; gratuit pour les moins de 6 ans. Billetterie, infos, réservations au 02 41 76 48 21.

Posté par jourstranquilles à 23:13 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

BRETAGNE : Centenaire, le pâté Hénaff reste leader

Cent après, la recette du pâté Hénaff est toujours la préférée des Français. L’histoire peut continuer.

Son premier nom fut bien choisi. Baptisé « Le Préféré » à son lancement en 1915, le pâté Hénaff reste aujourd’hui le pâté en conserve le plus vendu en France. 35 millions de boîtes inondent chaque année le marché national et 30 pays étrangers. Les ventes progressent toujours. Centenaire mais moderne, la petite boîte bleue : elle rassemble 125 000 fans sur Facebook et 10 750 membres du club des Amoureux du pâté Hénaff. Deux communautés créées à l’initiative des amateurs.

Leader depuis 1989

La clé de son succès ?« La recette n’a jamais changé » , assure Loïc Hénaff, l’arrière petit-fils du fondateur de l’entreprise. Soucieux de nourrir ses trois fils mobilisés dans les tranchées et d’assurer un revenu plus régulier aux familles locales, Jean Hénaff a diversifié la production de sa conserverie de légumes pour se tourner vers le porc. Avec les fermes voisines, il teste, puis lance sa recette de pâté à la petite échelle de 73 porcs par an. Le succès est rapide. Dès 1917, le « Pâté de porc Hénaff » gagne les autres départements bretons. Dans leurs courriers, les familles en réclament pour leurs« chers poilus » . La première commande officielle de la Marine nationale, en 1920, lui collera le sobriquet de « Pâté du mataf », toujours utilisé. Après un arrêt de 9 ans pendant la seconde guerre, la petite boîte bleue repart à la conquête du marché français. En 1960, 86 % des ventes se font en Bretagne. Son succès grandissant est soutenu par des campagnes publicitaires. Petit à petit, ce produit populaire grignotera des parts de marché pour devenir leader français en 1989 et n’en décrochera plus. La longévité du produit, son capital sympathie tient à plusieurs facteurs. Parmi eux :« Sa constance à partir d’une bonne recette de base. Une attention permanente aux moindres détails de sa fabrication, à la qualité des ingrédients » , sans oublier la nature même du pâté, typiquement consommé autour de moments festifs, improvisés, familiaux, amicaux…« C’est un produit qu’on a envie de partager » , résume Loïc Hénaff. C’est d’ailleurs l’objectif de la « campagne de recrutement » lancée sur le Net jusqu’au 30 septembre. Faire que, l’année du centenaire, chaque Français ait goûté le fameux pâté. La marge est grande : 49 % ne le connaissent pas… encore. Article de Corinne ARGENTINI.

Posté par jourstranquilles à 06:22 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 6 mars 2015

Le projet de réhabilitation de la maison Germaine-Tillion avance

L’association Maison GermaineTillion, qui entre dans sa 6e année et compte aujourd’hui 56 adhérents (44 en 2013) a tenu le week-end dernier, son assemblée générale, dans l’espace Calloc’h, en présence du maire, Adrien Le Formal et de l’adjointe à la culture, Armande Léannec.

Le point sur la maison Germaine-Tillion

L’association devrait franchir cette année une nouvelle étape dans la réalisation de son projet de réhabilitation de la maison, à Lann Dreff. Le Conservatoire du littoral, propriétaire du lieu, avait inscrit à son budget 2014 la commande d’un avantprojet par un architecte. Trois cabinets ont répondu à l’appel d’offres (marché public), et les partenaires, la commune, la communauté de communes (CCBBO) et l’association, ont été invités à donner leur avis sur les dossiers présentés. Le Conservatoire du littoral a retenu la candidature du cabinet Le Romancer Architectures, de Plœmeur, et Adrien Le Formal a annoncé« une rencontre très prochaine pour faire un diagnostic sur l’état de la propriété et la faisabilité des aménagements envisagés » . L’étude devrait se conclure par une première estimation du montant des travaux. Les partenaires seront alors en mesure de rechercher les financements.

Les principaux rendez-vous 2015

Parallèlement, l’association poursuit son action culturelle. Deux représentations du spectacle Dialogue , par la compagnie Averse seront données le 27 mars, espace Calloc’h. Cette pièce, écrite par Jean Quercy, reconstitue la tentative de négociation, amorcée en 1957 par deux rencontres dans la Casbah, entre Germaine Tillion et Yacef Saadi, le responsable FLN d’Alger. Elle s’inscrit dans le cadre des actions prévues pour accompagner l’entrée au Panthéon de Germaine Tillion, avec Geneviève de Gaulle, Jean Zay et Pierre Brossolette. L’association participera aussi aux manifestations pour célébrer le 70ème anniversaire de la Libération de la Poche de Lorient. Une marche est prévue le 10 mai vers la maison Germaine-Tillion, où une exposition évoquera les résistantes bretonnes et notamment celles qui ont payé de leur vie. En fin de séance, trois nouveaux membres ont été élus au conseil d’administration : Joël Le Guillou, François Béchu et Marie-Thérèse Riveron.

R e n s e i g n e m e n t s,t é l . 06 21 63 73 45 ou par mail : maisongermainetillion@orange.fr.

Voir mes précédents billets sur Germain Tillion :

Du 5 au 9 mars au Châtelet    04/03/2014

Germaine Tillion         21/02/2014

Germaine Tillion : bientôt au Panthéon    20/02/2014

Panthéon : trois résistants et un ancien...20/02/2014

M.E.P. = Germaine Tillion     16/11/2013

"Le Verfügbar aux enfers" de...14/05/2010

Germaine Tillion  10/04/2010

ARTE demain soir : Hommage à Germaine...  19/04/2009

Germaine Tillion : 100 ans aujourd'hui 30/05/2007

Pour y accéder (après avoir noté les différentes dates) voir l'historique en cliquant sur le lien suivant : http://jourstranquilles.canalblog.com/archives/index.html 

Posté par jourstranquilles à 20:06 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 28 février 2015

Morbihan : « Il ne faut pas dramatiser la tempête du siècle, prévue le 21 mars »

Un public nombreux a participé, jeudi soir, à une réunion d’information sur les risques de submersion marine. Organisée par quatre étudiants en 2e année de gestion à l’IUT de Vannes, Maxime Chapel, Maxime Le Falher, Richard Guitton et Guillaume Tiré, celle-ci a permis de faire le point sur quelques définitions, avant la table ronde qui réunissait Adrien Le Formal, maire de Plouhinec et président du Grand site dunaire ; Paul Chapel, adjoint au maire de Carnac, et Stéphane Dekeyser, adjoint au maire d’Étel. Le risque de submersion marine désigne une inondation temporaire de la zone côtière causée par la marée, la houle et la pression atmosphérique. Le niveau marin centennal, qui est un événement exceptionnel et qui a une chance sur cent de se reproduire chaque année, sert de référence pour la détermination des zones d’aléas.

« Un cordon dunaire de qualité »

La marée la plus importante aura lieu le 21 mars avec un coefficient de 119. En cas de forte dépression, la mer se dilate et peut entraîner une submersion marine en causant d’importants dégâts. Scénario déjà vécu par quelques-unes de nos communes du littoral, qui ont mené d’importantes actions pour réduire ce risque.« Il ne faut pas dramatiser la tempête du siècle, prévue le 21 mars. D’importantes actions ont été réalisées pour préserver le cordon dunaire, explique Adrien Le Formal, qui ajoute :Les dunes sont des éléments vivants qui bougent, disparaissent et se reconstituent. La laisse de mer qui s’accumule sur le sable joue un rôle fondamental dans la naissance et le déplacement des dunes. C’est un obstacle naturel. » « Étel est la porte d’entrée de la Ria et notre cordon dunaire est de qualité », déclare Stéphane Dekeyser.

Plan de prévention des risques littoraux

Le PPRL délimite les zones du territoire communal exposées aux risques naturels forts. Onze communes du Morbihan sont concernées, dont Gâvres, Plouhinec, Carnac, PortLouis… Le PPRL prévoit, selon les zones, les cas d’inconstructibilité ou les mesures de prévention à mettre en œuvre par les propriétaires privés ou publics.« Le PPRL prend en compte les aspects économiques et commerciaux (ostréiculteurs, conchyliculteurs). Pour Carnac, notre plan est actuellement en cours d’élaboration », précise Paul Chapel. Le PPRL entraîne de fortes contraintes, et à chaque mutation immobilière le notaire doit fournir le Plan d’action de prévention des inondations (Papi), disponible sur www.developpement. durable.gouv.fr« Il est difficile d’appréhender les enjeux à venir, nous travaillons pour les jeunes générations » , déclare Adrien Le Formal. Cette rencontre a permis de nombreux échanges.« Ce sujet d’actualité nous intéresse et nous avons une réelle satisfaction d’informer la population sur ces risques » , souligne Maxime Le Falher, étudiant.

Posté par jourstranquilles à 12:04 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Erdeven. Plus de 50 écrivains attendus pour le premier salon du livre

Ce premier salon du livre à Erdeven s'annonce d'ores et déjà comme un succès. Il se tient le dimanche 1er mars, à la salle polyvalente. La municipalité n’espérait pas un tel succès pour son premier salon du livre : « On a dépassé nos espérances. On s’attendait à une trentaine d’auteurs, ils seront une cinquantaine, de toute la Bretagne. Il y a un vrai emballement pour ce premier salon »

Posté par jourstranquilles à 00:43 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 26 février 2015

Morbihan : La fibre optique arrive à Belle Île

Elle va être déployée via un câble électrique sous-marin. Long de 15 km, celui-ci sera installé mi-mars entre Quiberon et Belle Île.

D’ici 2030, la Région veut apporter le très haut débit numérique à 100 % des foyers bretons. Dans le cadre de ce projet Bretagne Très haut débit, le réseau de fibre optique va s’étendre le mois prochain à Belle Île en Mer. Les foyers des quatre communes de l’île (Palais, Sauzon, Bangor et Locmaria) bénéficieront alors de connexions Internet à très haut débit.

Belle Île est alimentée en électricité depuis Quiberon par trois câbles sous-marins. L’un deux est défectueux. En 2013, ERDF a décidé de le remplacer. Le projet a été reporté. Il va finalement aboutir.« On va en profiter pour intégrer la fibre optique à ce câble », indique Julie Roux, responsable de la communication à la Direction territoriale ERDF du Morbihan. Ce câble s’étendra sur 15 kilomètres. Il reliera le poste d’ERDF à Quiberon à un point de livraison à Belle Île (à Port Jean), à mi-chemin entre Palais et Sauzon.

La pose de ce câble électrique de moyenne tension (20 000 volts) se déroulera le 11 ou le 12 mars, selon les conditions météorologiques. Un navire câblier effectuera l’opération, à partir de Port Maria, à Quiberon.« Il déroulera ensuite le câble au large. C’est une opération logistique importante », explique Julie Roux. Le chantier d’ERDF terminé, ce câble deviendra la propriété du conseil général du Morbihan. Article de David DUPRÉ.

Posté par jourstranquilles à 07:18 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]