Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

vendredi 24 février 2017

Miles Aldridge

miles

Posté par jourstranquilles à 18:44 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le président subliminal

74144296

François Hollande au cours de sa campagne présidentielle de 2012

hollande (4)

Le président subliminal - Par Michel Noblecourt

En renonçant à se porter candidat, François Hollande est devenu presque invisible. Il multiplie pourtant les déplacements, tentant de laisser une trace avant de quitter le pouvoir.

Il a fallu une accolade avec son ancien ministre Emmanuel Macron, mercredi 22 février au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), pour que son image fasse une fugitive réapparition à la télévision. Depuis que, le 1er décembre 2016, François Hollande a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat, il a quasiment disparu des écrans. Invisible, inaudible, il est devenu un président subliminal. Dans la campagne présidentielle, l’inventaire de son quinquennat n’est même plus un sujet. Comme s’il avait déjà quitté la scène politique.

Commémorations, inaugurations, colloques, sorties culturelles, remises de décorations – sans oublier des sauts de puce à l’étranger et des entretiens avec des chefs d’Etat –, François Hollande fait preuve d’un activisme frénétique. Il multiplie les déplacements : le 26 janvier à Poitiers, le 7 février à Aulnay-sous-Bois – au chevet du jeune Théo L., victime de violences policières –, le 9 février dans l’Allier, le 14 février à Aubervilliers, le 17 février à Ivry-sur-Seine puis à Brest et à Rennes, le 18 février dans le Gers, le 21 février à Belfort sur le site d’Alstom, le 24 février en Seine-Maritime à l’usine Renault de Cléon, en Corse le 2 mars. De la santé au logement, il balaye un vaste spectre de sujets.

Activisme très politique

François Hollande est-il devenu l’hologramme de René Coty, son prédécesseur normand qui sous la IVe République inaugurait les chrysanthèmes ? Son activisme, très politique, le dément. Face à Benoît Hamon, un candidat socialiste qui, ancien frondeur, ne défend pas son bilan, il fait le job, conforté par de tardifs bons indices, sur le chômage par exemple. Comme s’il menait la campagne dont il s’est privé. Il délivre surtout des messages subliminaux.

Le 13 février, en décorant Jean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur, de la grand-croix de l’Ordre national du mérite, François Hollande souligne que « le destin de la gauche est d’accéder au pouvoir et de l’exercer, l’ambition de bâtir une Europe unie et la volonté de voir la France prendre sa place dans le monde ». Si on oublie un de ces trois « principes essentiels », lance-t-il de manière subliminale à Benoît Hamon, « on perd non seulement le pouvoir mais la gauche ».

Le 20 février, à Malaga, en Espagne, son message subliminal vise, cette fois, les populistes et le Front national : la sortie de l’Europe, martèle-t-il, signifierait « le repli, la fin des échanges, une fausse souveraineté qui se traduirait par moins d’emplois, de croissance et de libertés ».

Comme si son obsession était de ne pas quitter le pouvoir en ne laissant qu’une trace subliminale.

Posté par jourstranquilles à 18:30 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 23 février 2017

Vu sur internet - j'aime beaucoup

16583551_1852895901656836_8692403204488429568_n

Posté par jourstranquilles à 07:23 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Furieuse

Posté par jourstranquilles à 07:08 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Philippe Lerichomme

Il était l'homme de l'ombre de Serge Gainsbourg, celui qui soutenait et donnait corps à toutes les folies et à l'audace du chanteur à la tête de chou, celui qui est aussi derrière quelques titres emblématiques de sa discographie dont le polémique Aux armes et caetera ou encore l'inoubliable Sea, Sex and Sun. Près de vingt-six ans après la mort de Gainsbarre, Philippe Lerichomme s'est vu remettre la médaille de Chevalier de l'ordre des arts et des lettres par la ministre de la Culture Audrey Azoulay à Paris le 21 février. Une manière de mettre en lumière le travail d'un parolier, directeur artistique et producteur discret et bourré de talents.

Lerichomme a ainsi reçu son hommage sous les yeux d'une Jane Birkin radieuse. Émue à l'évocation de son Pygmalion, celle qui fut bien sûr la partenaire de scène et de vie de Serge Gainsbourg pendant douze ans n'a pas caché son émotion face aux souvenirs remontant d'une époque folle où elle chantait avec lui le cultissime Je t'aime... moi non plus. Aujourd'hui, l'actrice et chanteuse britannique de 70 ans collabore avec Philippe Lerichomme, aux côtés duquel elle a signé Ex-fan des Sixties, Lolita Go Home ou encore Love Fifteen. Gérard Davoust, célèbre producteur de variété française qui a aussi produit Gainsbourg, était également présent.

Posté par jourstranquilles à 04:23 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Souvenir

souvenir22

Posté par jourstranquilles à 03:21 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fétichisme

16584828_1650038695291645_1098959629989183488_n

16788660_257205011357033_5742502215419953152_n

Posté par jourstranquilles à 00:32 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 22 février 2017

Coco de mer - lingerie

Posté par jourstranquilles à 07:37 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Paris - Trocadéro - Tour Eiffel

Posté par jourstranquilles à 07:35 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Florence Boué

16906891_1604621769554536_9217969792630128640_n

Posté par jourstranquilles à 06:56 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]