Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

vendredi 9 décembre 2016

Milo Moiré

Posté par jourstranquilles à 03:43 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 8 décembre 2016

Vitrines de Noël

DSCN3943-ANIMATION

Posté par jourstranquilles à 07:36 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tomi Ungerer : " Je préfère le réalisme à l'utopie "

mm7

Une exposition à Strasbourg célèbre l'artiste dessinateur, chroniqueur et sculpteur, souvent réduit en France à ses livres pour enfants

Tomi Ungerer vient de fêter ses 85 ans. Pour l'occasion, le musée qui porte son nom à Strasbourg a demandé à une centaine de dessinateurs - illustrateurs, auteurs de BD, caricaturistes - de lui rendre hommage graphiquement. Multipliant les ré-férences aux images les plus célèbres créées par l'Alsacien, l'exposition est aussi un moyen de revisiter une oeuvre protéiforme et labyrinthique dominée par l'absurde, qu'on aurait tort de résumer aux succès rencontrés par l'auteur dans la littérature de jeunesse (Les Trois Brigands, Jean de la Lune...). Affichiste, sculpteur, illustrateur de presse, chroniqueur (pour Philosophie Magazine), inventeur d'aphorismes, dessinateur d'albums érotiques, Ungerer a mené une carrière, à New York d'abord, puis au Canada et enfin en Irlande, où il vit depuis quarante ans. Alors qu'est réédité en français son tout premier recueil de dessins satiriques - The Un-derground Sketchbook, traduit en Pensées secrètes (Les Cahiers -dessinés) -, l'artiste confirme qu'il n'a rien perdu de sa verve, ni de son acuité.

Le public français connaît -finalement assez peu votre oeuvre, exception faite de vos livres pour enfants. Comment l'expliquez-vous ?

La France est un pays centralisé. Il faut vivre et travailler à Paris pour être connu. Comme ce n'est pas mon genre de courir après les gens, je suis totalement ignoré dans mon pays. Figurez-vous que je vends plus de livres au Japon qu'en France, que l'éditeur qui me suit depuis presque soixante ans est suisse - Diogenes Verlag - et qu'en Allemagne, un sondage m'a classé parmi les 100 personnalités les plus populaires du pays - quelle ironie ! J'ai espoir, toutefois, d'avoir un futur en France grâce à Frédéric Pajak - le patron des éditions Les Cahiers dessinés - , qui vient de rééditer mon tout premier livre pour adultes datant des années 1960. A l'époque, Philip Roth, avec qui je partageais une maison, m'avait écrit une préface. Mon éditeur américain l'avait refusée sous prétexte que Roth n'était pas assez connu. S'il avait su...

Ce manque de reconnaissance en France vous peine-t-il ?

Non, ça m'est complètement égal. C'est juste dommage, car le français est la langue dans laquelle je m'exprime le mieux, alors que je suis parfaitement trilingue (français, allemand, anglais). Ma dyslexie d'origine m'autorise en outre tous les jeux de mots, étant donné que je lis tout de travers. Je ne peux pas m'empêcher d'en faire. Il suffit que j'entende parler de ce qui se passe à Mossoul pour imaginer l'existence de " noyaux de résistance des pêches Melba ". Dans le fond, je suis un littéraire. Mes influences s'appellent Chamfort, La Rochefoucauld, Jarry, Jules Renard... J'ai rangé mes manuscrits : la pile mesure 1,50  m.

Aux Etats-Unis, où vous avez débarqué au tout début de -votre carrière avec " 60  dollars en poche et une cantine de -dessins ", selon la légende, vous êtes également republié après une longue période de rejet, due à vos productions de dessins érotiques...

Oui, je ne suis plus " banni " aux Etats-Unis. Pendant quarante ans, mes livres ont été interdits dans de nombreuses bibliothèques et certains collectionneurs se les arrachaient. Je viens de renouer avec New York. Cette ville est restée une superbe bouillabaisse de cultures et d'ethnies. Mais, dès qu'on en sort, rien n'a changé : c'est la même paranoïa. Je dis souvent que les Etats-Unis sont un pays de " SS " : de sauvages et de spécialistes. Quand ils sont spécialisés dans un domaine, les Américains sont les meilleurs au monde. Mais ils sont aussi capables du pire, comme d'envoyer Trump à la Maison Blanche. Je connais trop bien l'Amérique pour savoir que son élection était inéluctable. Trump, c'est à la fois Ubu et celui qui sera le dernier -cavalier de l'Apocalypse. La plupart des dessins que j'avais faits à l'époque - pour dénoncer le cynisme de la société américaine - fonctionneraient tout aussi bien aujourd'hui.

Travaillez-vous toujours autant qu'avant ?

Plus que jamais, même s'il me faut quand même douze heures de repos par jour. J'ai fait trois -infarctus et le cancer est passé par là. " Tumor with humor " est une autre de mes devises - intraduisible pour le coup. Disons que j'ai des emmerdements - de santé - mais que je les prends à la légère. J'ai aussi quasiment perdu mon oeil gauche. Si je deviens aveugle un jour, il me restera la pâte à modeler et la masturbation. Les Allemands ont un joli mot pour cela : Selbstbefriedigung - le plaisir de soi-même.

La mort, thème qui traverse votre oeuvre d'un bout à l'autre, ne semble pas vous -inquiéter...

Nullement. La mort est un incident comme les autres. Je la vois comme un contrôleur des douanes : on doit passer devant elle sans savoir ce qui nous attend de l'autre côté. Qui sait, ce sera peut-être un énorme arc-en-ciel ! C'est quand même formidable de ne pas savoir où on va, non ?

Dessinez-vous encore ?

Oui, mais je crois avoir poussé aussi loin que je le pouvais la satire dans le dessin. Je fais surtout des collages aujourd'hui. J'en faisais pendant ma période new-yorkaise, sans grand succès à vrai dire : il fallait alors être pop art pour percer. Je n'ai jamais pu m'accrocher à un style. Il y a des artistes qui perfectionnent le leur toute leur vie. Moi, j'ai toujours eu besoin de changer. Il me faut avouer, aussi, que j'ai longtemps entretenu un complexe d'infé-riorité vis-à-vis de mon propre travail : relire mes livres pour -enfants m'était impossible, car je les trouvais mal dessinés. J'arrive aujourd'hui à mieux m'accepter. En même temps, je sais qu'il n'y a rien de plus ennuyeux que la -perfection. Sauf quand il s'agit des Odalisques d'Ingres.

Comment expliquez-vous le succès de vos livres pour enfants ?

Je me suis toujours adressé aux enfants comme à des égaux. On a tendance à les sous-estimer, même dans l'enseignement. Ceux qui figurent dans mes livres, en tout cas, n'ont jamais peur. On peut également leur parler de sujets graves. Comme de la Shoah, comme je l'ai fait dans Otto, autobiographie d'un ours en peluche (L'Ecole des loisirs, 1999), ou du racisme, comme dans Amis-amies (L'Ecole des loisirs, 2007). Mon prochain livre pour enfants traitera de la misère et de la faim dans le monde. L'autre jour, Philosophie magazine m'a fait suivre la question d'un enfant qui se demandait comment faire du mal aux terroristes islamistes. Je lui ai répondu la chose suivante : il n'y a qu'à se convertir à l'islam et les terroristes mourront d'ennui. Nos cathédrales ont deux tours, sauf celle de Strasbourg : l'une sera utilisée comme minaret par les chiites et l'autre par les sunnites.

Votre indignation n'est pas nouvelle. Dans les années 1960, vous dénonciez la -ségrégation raciale et la guerre du Vietnam à travers vos -affiches. D'où cela vient-il ?

De mon enfance, où j'appris ce que c'est que d'être minoritaire. Quand les Français sont revenus en Alsace à la fin de la deuxième guerre mondiale, tout le monde pensait que la vie serait idéale. Ce fut loin d'être le cas. Je me -souviens d'un professeur qui m'avait demandé de perdre mon accent si je voulais m'intéresser à la littérature. A 15 ans, j'organisais des grèves à l'école pour qu'on ait le droit de parler alsacien entre nous.

L'utopie n'a aucune place dans votre oeuvre, au contraire du désespoir. Pourquoi ?

Donnez-moi le nom d'un artiste dont le désespoir n'est pas le -carburant... J'associe le désespoir au doute. Avec le doute, on évite les déceptions. Un autre de mes slogans en anglais est : " Don't hope, cope " (" n'espérez pas, faites face "). J'ai toujours préféré le réalisme à l'utopie. Dans mon premier livre pour enfants, Les Mellops font de l'avion, je fais voyager des cochons dans les airs : j'ai dû construire un modèle de l'appareil pour voir s'il pouvait effectivement voler.

La montée du Front national, notamment en Alsace, où il a toujours été présent, peut-elle vous inciter à redessiner pour la presse ?

Je l'ai fait récemment pour Les Dernières Nouvelles d'Alsaceen représentant Marianne sous une guillotine, avec le titre suivant : " Le Pen de mort ". Je n'ai pratiquement plus de contacts dans la presse française. Tous ceux que je connaissais sont partis à la retraite. Si Le Monde me -demande un dessin, je suis prêt.

Propos recueillis par Frédéric Potet

mm8

Posté par jourstranquilles à 07:10 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu sur internet

a15

Posté par jourstranquilles à 07:04 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Deux ans après, la fontaine des Innocents toujours à sec

Chef-d’œuvre du XVIème siècle, la fontaine des Innocents (I  er), à deux pas de la canopée des Halles, continue à se dégrader inexorablement. Œuvre de Jean Goujon, les sculptures représentant des naïades au corps voilé s’effritent, les rebords des bassins s’ébrèchent… En janvier 2015 pourtant, l’Hôtel de Ville annonçait avoir débloqué « 4 M€ » pour financer la restauration de l’une des plus belles fontaines de Paris, classée à l’inventaire des monuments historiques.

« De cette enveloppe, nous n’avons pas vu la couleur. Et l’édifice où il n’y a même plus d’eau est toujours en très mauvais état », se désole Marc Bodin, l’un des responsables de la brasserie Au Cœur couronné, dont la terrasse s’ouvre sur la fontaine.

Où sont passés les 4 M€ ?

Maire du I  er, Jean-François Legaret (LR) s’étonne que le vœu adopté à l’unanimité en conseil de Paris le 18 novembre 2014 pour lancer la restauration de la fontaine soit resté lettre morte. « Manifestement, l’Hôtel de Ville, qui rogne sur tout, ne respecte pas sa parole », observe l’élu, dont le courrier adressé à ce propos en septembre à Jean-Louis Missika, adjoint à l’urbanisme et à l’architecture, est « resté sans réponse à ce jour ».

Le crédit de 4 M€ a-t-il été réellement débloqué et affecté à la fontaine des Innocents, vestige du cimetière éponyme ? Est-il resté bloqué dans les méandres de la procédure budgétaire ? Les travaux commenceront-ils en 2017 ? Autant de questions auxquelles la mairie de Paris n’était apparemment pas en mesure de répondre hier soir… Ph.B.

Posté par jourstranquilles à 06:09 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

La mythique brasserie du Dôme menacée de disparition ?

L’institution, qui a vu passer l’élite intellectuelle du siècle dernier, a été placée en redressement judiciaire. D’autres célèbres cafés du quartier Montparnasse, comme la Rotonde et la Coupole, vivent aussi des heures difficiles.

Par   Céline Carez

Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir y refaisaient le monde. Picasso y donnait ses rendez-vous en terrasse. « Modigliani y a vendu des dessins, poursuit Thomas Dufresne, historien, spécialiste de Montparnasse. Dans le roman  La Femme assise, du poète Guillaume Apollinaire, le café y figure. » Ainsi que dans « Paris est une fête » de l’écrivain américain Hemingway.

La mythique brasserie du Dôme va-t-elle disparaître ? Cette institution, revendiquée comme la plus ancienne de Montparnasse, fondée en 1898 par l’Auvergnat Paul Chambon, tenue aujourd’hui par une famille et située à l’angle de la rue Delambre (XIV  e), vient d’être placée en redressement judiciaire le 10 novembre par le tribunal de commerce de Paris.

Hier, dans le beau café qui fleure bon Paname et son passé littéraire, avec son style oscillant entre l’Art nouveau et l’Art déco, signé du russe Slavik, ses couleurs orangées et ses banquettes, l’ambiance était morose. « On espère retrouver l’équilibre, souffle Maxime Bras, l’actuel propriétaire, à la tête de l’entreprise qui emploie une vingtaine de fidèles employés. On essaye de s’en sortir, d’étaler les dettes sans faire de licenciements, de se protéger. » Ses difficultés, il les explique par plusieurs facteurs : la fuite de la clientèle internationale après les attaques terroristes, le prix exorbitant des redevances terrasses (« plus de 70 000 € par an ») et « l’impossibilité pour les clients, qui habitent à l’extérieur de Paris et qui venaient dîner, de se garer depuis l’aménagement du boulevard du Montparnasse ».

Leslie, une fidèle cliente américaine des bars de Montparnasse, estime que le Dôme, comme le Select, sont «   so marvellous (  NDLR : merveilleux). Vous devriez vous battre pour les protéger. » Dans les grands cafés du quartier, même si on partage le sentiment et les difficultés (  voir ci-contre), on ne croit pas que le mythique café puisse fermer. « Ils ont un chiffre d’affaires pour 2015 de 5 M€, glisse un commerçant du boulevard Montparnasse. Ils sont également propriétaires du café Zeyer d’Alésia. »

Thomas Dufresne estime, lui, que les attentats ont « bon dos. Cela fait plus de cinq ans que les cafés de Montparnasse se vident. » L’historien enfonce le clou : « Ces cafés n’ont pas su se renouveler. Le décor est un peu toc et la clientèle âgée. »

Posté par jourstranquilles à 05:04 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 7 décembre 2016

RER D ce soir - perturbations dans les transports...

Posté par jourstranquilles à 21:23 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bella Hadid

Posté par jourstranquilles à 07:47 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rebelle...

mac val remarque

Posté par jourstranquilles à 07:37 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mario Testino (photographe)

mario-testino-784x518

Posté par jourstranquilles à 07:37 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]