Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

dimanche 23 avril 2017

Elections Présidentielles - Premier Tour

elections presidentielles

Posté par jourstranquilles à 16:59 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Election sous haute sécurité...

Posté par jourstranquilles à 13:20 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Christophe Mourthé (photographe)

Posté par jourstranquilles à 13:19 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

No comment !

Posté par jourstranquilles à 13:17 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

VOTEZ !

18094691_1717038738312481_6861314670309933056_n

18095789_443753892636073_8779177126008979456_n

18096022_109879616241717_2197102636371542016_n

Posté par jourstranquilles à 11:24 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

#AvantLeVote : que proposent les candidats pour préserver ou réformer notre modèle social ?

Sur les minima sociaux, les retraites, le chômage ou le pouvoir d’achat, les clivages sont nombreux entre les onze aspirants à la présidence de la République.

Par Anne-Aël Durand

L’accès aux soins de santé, un service public fort, une retraite et une protection face à la perte d’emploi et aux accidents de la vie : telles sont les grandes lignes du modèle social français. Fondé sur la solidarité entre les citoyens et entre les générations, il se heurte de plus en plus à des problèmes de coûts, accentués par le vieillissement de la population et un chômage élevé. Les candidats font le grand écart entre nécessité de réformer et volonté de préserver, voire de renforcer un système cher aux Français.

La protection sociale

La lutte contre le chômage

Les retraites

La Sécurité sociale

Le service public

La protection sociale

 

Les minima sociaux

La solidarité avec les plus démunis est assurée par le versement d’une dizaine d’allocations – revenu de solidarité active (RSA), allocation aux adultes handicapés (AAH), minimum vieillesse, aide personnalisée au logement (APL), etc. – dont les calculs et les modalités de versement sont différents. Sur cette question, on observe un clivage assez net. Plusieurs candidats proposent de les augmenter un peu – Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Jean Lassalle – ou beaucoup – Philippe Poutou, Nathalie Arthaud.

Pour François Fillon et Emmanuel Macron, la priorité est de les fusionner en une allocation unique, plafonnée pour le premier, versée automatiquement pour le second. Marine Le Pen préfère les réserver aux Français et leur adjoindre une prime de pouvoir d’achat, alors que Nicolas Dupont-Aignan instaure cinq ans de délai pour les verser aux étrangers (dix ans pour le minimum vieillesse).

Le revenu universel

Proposition novatrice, le revenu universel d’existence défendu par Benoît Hamon, consistant à verser 600 euros dès 18 ans et sans condition, est aussi très controversé. Les candidats de droite et d’extrême droite (François Fillon, Marine Le Pen) rejettent avec force ce qu’ils considèrent comme de l’assistanat. Nicolas Dupont-Aignan veut même imposer des travaux d’intérêt général aux bénéficiaires du RSA. Moins virulents, Emmanuel Macron et Philippe Poutou restent aussi opposés au principe.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, Jacques Cheminade et Jean Lassalle, ils décrient le revenu universel mais proposent une mesure qui s’en approche, une allocation versée aux jeunes, dès leur majorité.

Le handicap

Sept des onze candidats prévoient de revaloriser l’allocation adultes handicapés (AAH) (Marine Le Pen, François Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan, Emmanuel Macron, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon) ou d’étendre ses bénéficiaires (Jean Lassalle).

Les allocations familiales

Longtemps universelles, les allocations familiales ont été modulées sous François Hollande en fonction des ressources. Trois candidats de droite et d’extrême droite veulent abroger cette réforme : François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen. Mais c’est aussi le cas de… Jean-Luc Mélenchon.

Ce dernier propose également un versement dès le premier enfant, de même que deux autres candidats de gauche : Philippe Poutou et Benoît Hamon. Pour Jacques Cheminade, l’urgence est de les revaloriser.

La lutte contre le chômage

L’inversion de la courbe du chômage a constitué le défi du quinquennat de François Hollande… et constituera probablement celui du prochain. Mais les méthodes divergent pour y parvenir.

L’indemnisation des chômeurs

Pour François Fillon et Emmanuel Macron, la solution passe par une réforme de l’assurance-chômage, confiée à l’Etat, avec des règles incitant au retour à l’emploi, comme une sanction après un ou deux refus (assorti d’allocations dégressives pour François Fillon). En revanche, Emmanuel Macron contrebalance cette sévérité par une extension des droits aux indépendants (comme Nicolas Dupont-Aignan ou Benoît Hamon) et aux démissionnaires (comme François Asselineau).

Les candidats d’extrême gauche (Philippe Poutou, Nathalie Arthaud) et Jacques Cheminade plaident pour une forte hausse des allocations chômage, alors que Jean-Luc Mélenchon compte garantir une continuité de revenu par la sécurité sociale professionnelle et en dernier ressort par un emploi rémunéré par l’Etat.

Les conditions d’embauche

Là encore, la fracture est nette entre les candidats libéraux (François Fillon, Emmanuel Macron) qui veulent rendre le droit du travail plus flexible et plafonner les indemnités, et les tenants d’une politique sociale, qui veulent mettre un frein aux licenciements (Jacques Cheminade, Jean-Luc Mélenchon), voire les interdire (Philippe Poutou, Nathalie Arthaud).

Marine Le Pen compte enrayer le chômage par la priorité nationale, en taxant l’embauche de salariés étrangers.

Le temps de travail

Pour donner un emploi à tous, la gauche propose de réduire le temps de travail de chacun (Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Jean-Luc Mélenchon) ou d’inciter au temps partiel (Benoît Hamon).

Emmanuel Macron préfère assouplir les trente-cinq heures et François Fillon, les supprimer. Nicolas Dupont-Aignan, Jean Lassalle et Marine Le Pen maintiennent la durée actuelle en exonérant les heures supplémentaires.

Les retraites

Le vieillissement de la population bouscule l’équilibre du système de retraites par répartition, auquel sont attachés les Français. Mais les différentes réformes ont provoqué de vifs mouvements sociaux en 1995 et 2010.

L’âge de départ et le montant

Plusieurs candidats promettent de rétablir l’âge légal à 60 ans, contre 62 ans aujourd’hui, et d’augmenter le montant des pensions au moins pour les plus modestes. Sans surprise, on y retrouve les représentants de la gauche (Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Jean-Luc Mélenchon) mais aussi Marine Le Pen à l’extrême droite.

Sans toucher à l’âge légal, Jacques Cheminade et Nicolas Dupont-Aignan préconisent aussi une augmentation, alors que François Asselineau veut inscrire le droit à une « retraite minimale » sans plus de précisions. Pour maintenir l’équilibre et revaloriser les petites retraites, François Fillon est le seul à appeler à reculer l’âge légal à 65 ans.

La réforme du système

Ils sont peu nombreux à oser modifier le principe de calcul des retraites. Benoît Hamon l’aménage à la marge, en renforçant le compte pénibilité et autorisant les transferts de trimestre entre conjoints. François Fillon compte mettre fin aux régimes spéciaux et harmoniser les règles entre public et privé. Un projet partagé par Emmanuel Macron et Nicolas Dupont-Aignan, qui souhaitent réformer le système en profondeur pour aboutir un système unique, basé sur le principe de retraites à points.

La Sécurité sociale

Le remboursement des soins

En janvier, François Fillon avait provoqué de vives réactions en proposant de limiter l’Assurance-maladie aux affections graves. A tel point qu’il a dû retirer cette mesure, et promettre au contraire un meilleur remboursement des soins dentaires, de l’optique et des prothèses auditives, en lien avec les mutuelles, comme le proposent aussi Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Marine Le Pen.

La plupart des autres candidats vont plus loin en réclamant que la Sécurité sociale rembourse 100 % de tous les soins de santé : Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade, Jean Lassalle et François Asselineau.

Les trois candidats de droite et d’extrême droite, François Fillon, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen se rejoignent sur une mesure symbolique : la suppression de l’aide médicale d’Etat (AME) pour les étrangers sans papiers.

Le régime social des indépendants (RSI)

Le régime social des travailleurs indépendants, qui gère la retraite et l’Assurance-maladie de plus de six millions de commerçants, artisans et chefs d’entreprise, est critiqué depuis sa création pour ses dysfonctionnements et erreurs de gestion. Résultat, hormis Philippe Poutou et Nathalie Arthaud, qui ne se sont pas exprimés sur le sujet, car ils se concentrent sur la défense des salariés, la totalité des candidats à la présidentielle souhaitent soit réformer en profondeur le RSI (Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, François Fillon), soit le supprimer purement et simplement pour intégrer tous les actifs au régime général de la Sécurité sociale (Emmanuel Macron, Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Cheminade, Jean Lassalle et François Asselineau).

Le service public

Le nombre de fonctionnaires

Pour réduire les dépenses publiques, le candidat de droite François Fillon et le centriste Emmanuel Macron comptent réduire le nombre de fonctionnaires (500 000 emplois en moins pour le premier, 120 000 pour le second) et les rémunérer au mérite. Seule exception à leur cure d’austérité, la police et la gendarmerie, où ils prévoient des postes supplémentaires, comme l’extrême droite de Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan.

Face à eux, les candidats de gauche et d’extrême gauche (Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud) réclament une hausse de tous les recrutements et titularisation de fonctionnaires (police, justice, enseignement, santé, etc.), Jean Lassalle évoquant même 200 000 emplois supplémentaires « sur le terrain ».

La couverture du territoire

Si les candidats de gauche réclament des recrutements massifs, à l’extrême droite, la priorité est de mieux desservir le territoire : maintenir les services publics en milieu rural pour Marine Le Pen, interdire toute fermeture d’école pour Nicolas Dupont-Aignan.

Jacques Cheminade, François Fillon et Emmanuel Macron partagent la même solution : instaurer un maillage de maisons de services publics regroupant les prestations essentielles en un seul lieu.

Pour Jean-Luc Mélenchon, l’essentiel est d’arrêter la libéralisation des services publics, et Philippe Poutou propose même de les renforcer dans les domaines des transports, du logement, de l’énergie, de l’eau et de la culture.

Posté par jourstranquilles à 08:30 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

À quoi ça sert, un président de la République ?

Posté par jourstranquilles à 08:12 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

VOTEZ !

18095361_301209860320142_1191648477390569472_n

Posté par jourstranquilles à 07:55 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Aujourd'hui premier tour de l'Election Présidentielle : 11 candidats

a4-ANIMATION

Posté par jourstranquilles à 07:22 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 22 avril 2017

La Nuit des Barricades ???

Posté par jourstranquilles à 21:54 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]