Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

jeudi 21 juin 2018

Actuellement à la Galerie Georges-Philippe Nathalie Vallois - John DeAndrea

expo seine (1)

expo seine (2)

expo seine (3)

christine_i___2

http://www.galerie-vallois.com/

Posté par jourstranquilles à 07:13 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Exposition - save the date

IMG_8152

Posté par jourstranquilles à 07:11 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Exposition SABINE WEISS au Centre Pompidou

SABINE WEISS

Du 20 juin au 15 octobre 2018 -

Centre Pompidou //

Les villes, la rue, l'autre

Pour une plongée dans la France des années 50, foncez dans cette exposition gratuite proposée par le Centre Pompidou. Gamins en culotte courte et chaussettes longues, ensemble de tailleurs cintrés, Renault 4 L à tous les coins de rue : tout y est. De la grande photographie humaniste, voilà ce que nous offre Sabine Weiss. À l’instar des Robert Doisneau, Willy Ronis ou encore Édouard Boubat, Sabine Weiss a photographié la rue. Ses photos immortalisent des scènes de vie quotidienne montrant des hommes et femmes de tout milieu social au lendemain de l’affreuse Seconde Guerre Mondiale. La vie de tous les jours, la vie la vraie c’est ça qui inspire Weiss. Et cela à travers le monde car c’est en réalité les rues de Paris, mais aussi de New-York, de Madrid, de Moscou ou encore de petites bourgades provinciales comme celle de Dun-sur-Auron qu’elle capture. Elle partait en vadrouille en quête d’histoires authentiques et simples à raconter à travers son objectif. Ces clichés en noir et blanc laisseront, qu’on ait vécu cette époque ou non, un doux sentiment de nostalgie.

CENTRE POMPIDOU

Du 20 juin au 15 octobre 2018

Place Georges-Pompidou, 75004 Paris

sabine-weiss-bords-de-seine-paris-france-1952-1600x0

sabine-weiss-dun-sur-auron-france-1950-1600x0

sabine-weiss-enfant-paris-france-1952-1600x0

sabine-weiss-enfants-dans-un-terrain-vague-porte-de-saint-cloud-paris-france-1950-1600x0

sabine-weiss-enfants-dans-un-terrain-vague-porte-de-saint-cloud-paris-france-1950-bis-1600x0

sabine-weiss-jardin-du-luxembourg-paris-france-1952-1600x0

sabine-weiss-madrid-espagne-1950-1600x0

sabine-weiss-manifestation-new-york-etats-unis-1955-1600x0

sabine-weiss-marchande-de-frites-paris-france-vers-1946-1948-1600x0

sabine-weiss-moscou-urss-1961-1600x0

sabine-weiss-new-york-etats-unis-1955-1600x0

sabine-weiss-paris-1951-1600x0

sabine-weiss-paris-1955-1600x0

sabine-weiss-paris-france-1952-1600x0

sabine-weiss-paris-france-1953-1600x0

sabine-weiss-paris-france-1953-neige-1600x0

sabine-weiss-paris-france-1954-1600x0

sabine-weiss-petit-matin-brumeux-lyon-france-1950-1600x0

sabine-weiss-place-de-la-concorde-paris-france-1953-1600x0

Posté par jourstranquilles à 06:10 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 20 juin 2018

DINARD : Exposition Robert DOISNEAU / Exhibition Robert DOISNEAU

Exposition à la Villa "Les Roches Brunes". Du 16 juin au 30 septembre 2018

LA VILLE DE DINARD ORGANISE DU 16 JUIN AU 30 SEPTEMBRE 2018, L’EXPOSITION « ROBERT DOISNEAU » À LA VILLA « LES ROCHES BRUNES ».

doisneau

© Atelier Robert Doisneau – Les vingt ans de Josette, Gentilly 1947

L’exposition présentera plus de 100 photographies de Robert Doisneau, les plus iconiques, celles que tous aimeront voir ou revoir mais aussi une sélection plus originale de tirages argentiques.

Un parcours innovant présentera les photographies des banlieues d’hier et d’aujourd’hui, de Gentilly, sa ville natale, à Saint-Denis, celles de ses amis, peintres, sculpteurs, artistes, Braque, Giacometti, Fernand Léger, Picasso et tant d’autres, bien sûr Jacques Prévert, l’ami de toujours et Maurice Baquet, le violoncelliste.

Le visiteur retrouvera Robert Doisneau, le reporter de la « Vie ouvrière » mais aussi de « Vogue », ses mannequins et ses mondanités. Il découvrira dans les regards du photographe le monde de l’enfance, de la désobéissance et de l’insolence, celui des vacances et des loisirs. Il pourra admirer celui-ci exercer son art et en parler grâce à des vidéos et des documents d’archives.

La Ville de Dinard a souhaité donner à voir aux visiteurs les témoignages d’un homme de son temps et l’œuvre d’un grand artiste, d’un humaniste jamais méchant, parfois ironique et humoristique.

Posté par jourstranquilles à 06:39 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 19 juin 2018

Palais de Tokyo

DSCN6887

DSCN6888

DSCN6889

Posté par jourstranquilles à 07:51 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 15 juin 2018

Alain Godon

Alain Godon adore observer, écouter et raconter les petites et grandes histoires de notre vie. Il nous présente un miroir qui reflète à la fois le quotidien et le monde qui nous entoure dans les tableaux aux tons réalistes et résolument optimistes.

godon

Posté par jourstranquilles à 05:13 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 14 juin 2018

"L'alchimie secrète d'une collection", la prochaine expo sur Azzedine Alaïa à voir à Paris - du 2 juillet 2018 au 6 janvier 2019

azzedine

CULTURE  À VOIR "L'alchimie secrète d'une collection", la prochaine expo sur Azzedine Alaïa à voir à Paris

C'est la collection qui a révélé le talent du couturier franco-tunisien, disparu le 18 novembre dernier. En 1992, Azzedine Alaïa présente sa ligne printemps-été inspirée des fastes de Versailles et de la Marquise de Pompadour. Une démonstration de technicité, d'audace et de sensualité qui reste encore dans les mémoires et inspire aujourd'hui une exposition, à l'été prochain, donnée au sein de la galerie Azzedine Alaïa, au mythique numéro 18 de la rue de la Verrerie, là même où le créateur imaginait ses 115 silhouettes inoubliables.

Actuellement à l'honneur d'une exposition à Londres au sein du Design Museum, la mode d'Azzedine Alaïa sera cet été plus que jamais mise présentée sous toutes ses coutures le temps d'une exposition donnée dans la galerie Azzedine Alaïa, située au 18 rue de Verrerie dans le IVème arrondissement de Paris. Avec son élégance et ses coupes précises sublimant les courbes de la femme, le style Alaïa, à la fois sensuel et précis, marque à jamais l'histoire de la mode. Et c'est ce style signature que la prochaine exposition de la galerie, baptisée L'alchimie secrète d'une collection, mettra en lumière. Scénographiée par Olivier Saillard, ancien directeur du Palais Galliera, l'exposition déshabille la collection printemps-été 1992 du couturier, la première qu'il imagine au sein du 18 rue de la Verrerie. Inspirée de Versailles et notamment de la Marquise de Pompadour, qui avait appris les arts d'agréments dans cet ancien hôtel des évêques de Beauvais, la collection est monumentale, dans par le nombre (elle comprend 115 silhouettes) que par la technicité. Les broderies anglaises épousent les ourlets et les balconnets pigeonnants. La coupe est rigoureuse, le cuir est perforé, dentelé, corset, les robes en maille jouent les trompe-l'oeil audacieux. Cette collection reste l'une des plus emblématiques d'Azzedine Alaïa.

L'alchimie secrète d'une collection, du 2 juillet 2018 au 6 janvier 2019, galerie Azzedine Alaïa, 18 rue de la Verrerie 75004 Paris

Posté par jourstranquilles à 05:50 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 13 juin 2018

Le Champ-de-Mars accueillera le Grand Palais éphémère de 2021 à 2024

On attendait avec impatience la confirmation et la nouvelle est enfin tombée : c’est bien au Champ-de-Mars que s’installera la structure éphémère destinée à abriter les grands événements du Grand Palais pendant ses travaux du début 2021 au printemps 2023.

Posté par jourstranquilles à 20:35 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

John DeAndrea - Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois - 36 rue de Seine - Paris (vu ce soir)

image_manager__gallery_gv-2018-john-deandrea-001

image_manager__gallery_gv-2018-john-deandrea-007

image_manager__gallery_gv-2018-john-deandrea-008

image_manager__gallery_gv-2018-john-deandrea-009

image_manager__gallery_gv-2018-john-deandrea-011

image_manager__gallery_gv-2018-john-deandrea-013

Si vous avez l’occasion de “rencontrer” une œuvre de DeAndrea, vous ne pourrez jamais l’oublier !

Né en 1941 à Denver dans le Colorado, John DeAndrea est un artiste dont la réputation internationale n’a d’égale que la rareté. Alors qu’il est actuellement exposé au MET Breuer à New York et à la Kunsthal de Rotterdam, la galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois est ère de présenter sa première exposition personnelle à Paris depuis près de trente ans.

(…) Avant d’exposer à New York, DeAndrea est bien solitaire. Durant ses études – à l’université de Boulder (Colorado) puis d’Albuquerque (Nouveau-Mexique) –, on lui a expliqué que la figuration était morte. « Je me sentais très seul, isolé au Colorado. Je me sentais comme un aventurier un peu cinglé. Je n’avais ni soutien, ni rien », dit-il à Duncan Pollock. Il connaissait certes le travail de George Segal, qui usait des mêmes méthodes de surmoulage avec un résultat très différent, mais pas encore celui de Duane Hanson : « Quand j’ai vu les trucs de Hanson, je me suis dit “mon Dieu, il y a quelqu’un qui pense comme moi !” (…) La première fois que je l’ai rencontré, c’est comme si je rencontrais quelqu’un de très proche (…) Duane Hanson fait ce qu’il appelle “du sang et des tripes”, tandis que mon travail est plus classique. » (…) Les modèles de DeAndrea au contraire sont plutôt jeunes, beaux et musclés. Pleins de vie, et c’est bien de cela dont il s’agit (…) « Jusqu’où voulez-vous pousser la « vérité » de vos sculptures ? », « Je veux qu’elles respirent. »*

Considéré comme l’un des membres les plus importants du mouvement Hyperréaliste américain qui se développe au début des années 70 à l’instar de Duane Hanson, Chuck Close ou encore Richard Estes, DeAndrea trouve sa singularité de par son regard sur l’Histoire de l’Art et sa position de peintre tout autant que de sculpteur. En effet, si chaque œuvre demande environ un millier d’heures de réalisation, c’est parce qu’au premier travail de moulage et de sculpture s’ajoute un travail d’enlumineur minutieux à la peinture à l’huile, superposant des centaines de couches jusqu’à créer l’illusion de la vie et de la chair, sans aucune possibilité de «camouflage», les figures étant nues dans la majorité des cas.

Et pour accentuer ce paradigme, DeAndrea s’attache à reproduire les poses et les thèmes les plus classiques de l’Histoire de l’Art, multipliant les références à l’Antiquité (du Galate mourant à Pygmalion en passant par la sculpture grecque du Vème siècle), à la Renaissance (les Vénus du Titien ou de Vélasquez) et jusqu’à la peinture française du XIXème (de Manet à Courbet et jusqu’à Cabanel !)

Mais il est aussi résolument contemporain, n’hésitant point à puiser son iconographie dans l’actualité, comme pour son œuvre American Icon, ou à montrer avec crudité mais sans jamais être vulgaire certaines parties d’anatomie habituellement savamment dissimulées ou escamotées.

Pour des raisons physiques et techniques, la production de John DeAndrea est, on l’a dit, très faible. On estime l’ensemble de son oeuvre à environ 350 sculptures dont la plupart sont d’ores et déjà dans des musées et collections privées. Mais à l’occasion de cette nouvelle exposition, l’artiste a décidé de montrer, outre une dizaine de sculptures, une facette totalement ignorée de son travail et pourtant présente depuis le tout début : il s’agit des moulages des têtes et bustes qu’il conserve depuis toujours dans son atelier, trace de la mémoire du travail, brut et captivant, visages impassibles aux yeux creux mais à l’intensité rare : The Faces of Fifty Years.

extraits du texte d’Harry Bellet « The Aphrodite Child » publié dans le catalogue de l’exposition.

image_manager__gallery_gv-2018-john-deandrea-018

image_manager__gallery_gv-2018-john-deandrea-019

image_manager__gallery_gv-2018-john-deandrea-033

image_manager__gallery_gv-2018-john-deandrea-035

https://fr.wikipedia.org/wiki/John_de_Andrea

John De Andrea est né à Denver , Colorado le 24 novembre 1941 et est un sculpteur américain , connu pour ses sculptures réalistes de personnages humains, habillés et nus dans des postures réalistes. Il est associé aux écoles d'art photoréaliste , Hyperréalisme , Veriste et superréaliste. De Andrea est connu pour les moulages en polyvinyle ou en bronze polychrome extrêmement réalistes de la figure humaine.

De Andrea a reçu son baccalauréat en beaux-arts de l' Université du Colorado à Boulder et a étudié à l' Université du Nouveau-Mexique à Albuquerque sur une bourse d'art, 1966-8. Il habite à Denver. [1]

Il est un représentant artistique de Hyperréalisme et de l' école d'art Hyperréalisme , et se spécialise dans les nus, souvent amants, qu'il fabrique en plastique, polyester, fibre de verre avec des cheveux naturels et peints après des moulages en plâtre naturaliste. Les sujets étaient des gens de son environnement proche, en règle générale, des amis et des modèles de studio. En jetant leurs corps et en moulant le moule dans différents matériaux, en montrant toutes les formes et les surfaces les plus précises, l'artiste a poursuivi l'intention d'enregistrer l'authenticité et l'unicité des individus.

Le travail de John De Andrea est souvent vu en relation avec le travail de Duane Hanson (1925-1996) et George Segal (1924-2000). Dans la documenta 5 de Kassel en 1972, son travail était représenté par des dessins au crayon grandeur nature d'un jeune homme nu et d'une jeune femme nue, ainsi qu'une sculpture en résine de polyester, fabriquée avec des moulages corporels, qui représentaient un couple en amour -fabrication. Des exemples de son travail se trouvent au Musée Ludwig d' Aix -la- Chapelle et à Cologne , en Allemagne.

http://www.galerie-vallois.com/

 

Posté par jourstranquilles à 07:01 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 11 juin 2018

Concorde Art Gallery

expo-44

Exposition "Délires et Fantasmes" jusqu’au 23/06/2018

Du lundi au samedi de 11h à 20h

DSCN7703

DSCN7704

DSCN7705

DSCN7706

DSCN7707

DSCN7708

DSCN7709

DSCN7710

DSCN7711

DSCN7712

DSCN7713

DSCN7714

DSCN7715

DSCN7716

DSCN7717

DSCN7718

DSCN7719

DSCN7720

DSCN7721

DSCN7722

Reportage photographique : J. Snap

Délires et Fantasmes

Jusqu'au 23 juin 2018

Concorde Art Gallery

179 Bd Lefebvre - 75015 Paris

Posté par jourstranquilles à 06:48 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]