Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

jeudi 16 novembre 2017

Jacques Henri Lartigue revisité par Agnès b.

jh1

jh2

jh3

jh4

jh5

jh6

jh7

jh8

Se souvenant d’une discussion datant d’une vingtaine d’années au sujet de Jacques Henri Lartigue, la créatrice Agnès b. et la commissaire Martine d’Astier décide aujourd’hui d’accueillir une exposition qui propose une nouvelle lecture de l’œuvre de ce photographe qu’elles aiment tant.

Cette discussion est l’occasion d’une exposition inédite pour plus d’un tiers des images présentées, un choix de 145 photographies les plus intimes permettant de répondre à certaines questions fréquentes, de rendre hommage à Lartigue et ses modèles, et d’évoquer le processus de création de cette œuvre précoce et singulière à tous points de vue. « Depuis que je suis petit, j’ai une espèce de maladie : toutes les choses qui m’émerveillent s’en vont sans que ma mémoire les garde suffisamment », constate Lartigue dans son journal de l’année 1965.

Émerveillement et mémoire qui anche, passion pour la vie et blessure secrète devant l’impermanence des choses, il n’en faut pas plus à Lartigue pour glaner et collectionner pendant 80 ans ces milliers d’instants fugitifs dont il saura nous montrer la beauté. Retenir le temps qui passe en conservant ces moments si fragiles, prêts à disparaitre, c’est avant tout une narration, le roman rêvé de sa vie. Aucune spéculation ou intention sur l’effet à produire, cet enfant prodige photographie comme il respire. « Je prends à tort et à travers de stupides photographies et mon paradis sans ombre me semble invulnérable... parce qu’en moi, autre chose fait le reste. »

L’exposition permet d’approcher la démarche de Lartigue au plus près en illustrant ses thèmes les plus chers : son enfance, Bibi (sa première épouse), Dani (son fils unique), le mannequin Renée Perle (une de ses muses), Florette (sa compagne pendant près de cinquante ans), Picasso (chez qui Lartigue passe une journée à Cannes, le photographiant une centaine de fois), et ‘Moi’ (quelques un de ses autoportraits). Sont également présentées plusieurs pages d’albums ainsi qu’une projection 3D d’images choisies parmi les 4 500 plaques stéréoscopiques réalisées par Lartigue entre 1902 et 1928, préfiguration d’un long métrage en préparation L’enfant des profondeurs ; un diaporama comprenant 100 pages d’albums (1902 à 1986) ; et le film Le bandit et la fée Améliot, tourné en famille au Château de Rouzat pendant l’été 1914.

Martine d’Astier

Martine d’Astier est une auteure et commissaire d’exposition spécialisée en photographie. Elle a notamment travaillé aux côtés de Robert Delpire et de Jacques Henri Lartigue à partir de 1981 et dont elle dirige la fondation.

Une invitation à Martine d’Astier : découvrir (ou re-découvrir) Jacques Henri Lartigue

10 novembre 2017 au 6 janvier 2018

Galerie du jour Agnès b.

44 rue Quincampoix

75004 Paris

France

http://www.galeriedujour.com/

Posté par jourstranquilles à 06:32 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 15 novembre 2017

Matthieu Ricard actuellement à la Hune

ricard (1)

ricard (2)

ricard (3)

ricard (4)

ricard (5)

ricard (6)

ricard (7)

ricard (8)

ricard (9)

ricard (10)Reportage photographique : Jacques Snap

 

Posté par jourstranquilles à 06:44 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 13 novembre 2017

Macparis à partir de demain...

macparis

Posté par jourstranquilles à 07:14 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Naked War : Bettina Rheims a photographié les Femen

femen rheins

Lorsque la photographe Bettina Rheims rencontre les Femen, ça donne une exposition, « Naked War », et surtout un autre point de vue, artistique et esthétique, sur l'action de ces militantes féministes.

"Délivrez-nous du mâle". "Les seins nourrissent la révolution". "L'avortement est sacré". Des slogans provocateurs sur des corps nus... Et sur les murs d'une galerie d'art du Marais, à Paris. Le message des Femen peut-il infiltrer l'art contemporain ? Pour Bettina Rheims, la réponse est oui. La photographe expose ses clichés d'une vingtaine de militantes du groupe féministe, ces "héroïnes modernes" qu'elle a convaincues, il y a quelques mois, de poser devant son objectif dans son studio parisien.

"Jusque-là, je rencontrais des femmes et j'en faisais des guerrières. Cette fois-ci, j'ai rencontré des guerrières, et j'ai eu envie de leur donner un visage, de les incarner, de souligner leur féminité, explique la portraitiste, qui voit ce projet comme une sorte d'aboutissement. J'ai eu l'impression que tout le travail que je mène depuis quarante ans autour des femmes s'incarnait en elles."

Défier les institutions

Inna Shevchenko, la présidente des Femen, a vite compris l'intérêt d'une telle "expérience" : "Faire entrer ces slogans dans une galerie, un lieu où de tels messages sont rarement présents, c'était une opportunité, un moyen de partager notre propos auprès d'un public moins politisé, peut-être moins féministe. Les droits des femmes doivent s'infiltrer partout, surtout là on ne les voit pas d'habitude." Les Femen n'ont jamais fait l'unanimité - encore récemment, un livre du journaliste Olivier Goujon, Femen : histoire d'une trahison (éd. Max Milo, 384 pages), les critiquait avec virulence.

Mais depuis leur naissance en Ukraine il y a près de dix ans, on s'est habitués à les voir défier les institutions (politiques, religieuses...), dans la rue, les seins barrés de formules chocs. "Pour cette collaboration avec Bettina Rheims, on savait qu'il s'agissait de son regard à elle posé sur nous, mais on a exigé qu'elle nous prenne telles que nous sommes, avec nos propres poses et nos propres slogans, souligne Inna Shevchenko. Cela reste très différent de ce qu'on fait d'habitude, lorsqu'on met en avant le contenu de nos messages, leur sens politique. Là, c'était un travail en studio, avec toute une équipe attentive à l'aspect esthétique de notre action. Ça donne des images plus glamour que d'habitude, et peut-être que certaines de nos militantes ne se sont pas complètement reconnues. Mais moi, je ne vois aucune contradiction entre le fait d'être féminines et le fait d'être des guerrières."

Une exposition qui coïncide avec l'affaire Weinstein

Bettina Rheims l'admet, elle a été troublée par la coïncidence entre l'ouverture de l'exposition et le contexte de libération de la parole des femmes suite à l'affaire Weinstein : "'Délivrez-nous du mâle' , le slogan que porte Sarah Constantin (qui est également une collaboratrice de Grazia, ndlr) sur la photo que j'ai faite d'elle, prend un autre sens, une autre force. C'est incroyable." Les Femen savent qu'elles sont attendues sur le sujet.

"Nous avons nos plans", confirme leur porte-parole, avant de conclure tristement : "Certains se demandent pourquoi les femmes ne prennent la parole que maintenant. Mais elles parlent depuis longtemps ! Ce qui a changé, c'est que la société est désormais prête à les entendre. Notre objectif reste de tirer la sonnette d'alarme sur les nombreux sujets que la société continue d'ignorer." La guerre nue n'est pas finie.

"Bettina Rheims. Naked War", jusqu'au 25 novembre à la galerie Xippas, Paris 3e.

Voir mon reportage en cliquant ICI

Posté par jourstranquilles à 07:13 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Miss Tic actuellement à la Galerie Lelia Mordoch

misstic (1)

misstic (2)

misstic (3)

misstic (4)

misstic (5)

misstic (6)

misstic (7)Photos : J. Snap

 

Posté par jourstranquilles à 06:42 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 11 novembre 2017

Une expo de Kanako à Paris

Une expo de Kanako à Paris 22 rue de Picardie, dans le Marais. Comme un sentiment de déjà-vu en passant devant la Galerie Glénat : vous n'avez pas rêvé, ce sont bien des dessins de Kanako que vous voyez à travers la vitrine. 

Chez My Little, cela fait 9 ans que Kanako nous émerveille avec ses illustrations poétiques et aujourd'hui, la galerie Glénat expose ses oeuvres à Paris, jusqu'au 25 novembre, dans le 3e.

Soixante dix dessins originaux sont exposés dans 3 salles, sur les thèmes des toits de Paris, des vacances et de l'enfance. A vendre. 3,2,1 ... Partez !

kanako

Posté par jourstranquilles à 09:44 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 10 novembre 2017

WORLD PRESS PHOTO - à la Galerie Carla Sozzani

world

Posté par jourstranquilles à 04:26 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 9 novembre 2017

Concorde Art Gallery - vernissage demain...

 

Vendredi c 'est le vernissage de eropopart 2 ou je présenterai quelques nouveautés et une sélection d autres tirages comme celui ci. #exposition #eropopart #galerie #vernissage #frenchartist #frenchmodel #vectorart #erotique #screwyou #woman #funny #feetporn #feetlovers #rockartwork



138 Likes, 1 Comments - Thomas B. ❌🔞❌ (@rockartwork) on Instagram: "Vendredi c 'est le vernissage de eropopart 2 ou je présenterai quelques nouveautés et une sélection..."

 

Posté par jourstranquilles à 07:31 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 8 novembre 2017

Irving Penn au Grand Palais

penn12

penn13

penn14

penn15

Mercredi jusqu'à 22 heures.....13 euros - Irving Penn L'année 2017 marque le centenaire de la naissance d'Irving Penn. Le photographe américain est en effet considéré comme l'un des plus grands photographes de mode du XXe siècle. Après avoir débuté sa collaboration avec Vogue au début des années 1940, Irving Penn va rapidemment s'intéresser au portrait. Son travail, toujours en studio, se caractérise par une élégante simplicité et instaure toujours avec son modèle anonyme ou connu une véritable intimité. Il réalisera à partir de 1951 de nombreux portraits de célébrités telles que Pablo Picasso, Yves Saint Laurent, Audrey Hepburn, ou encore Alfred Hitchcock, Lieu : Galeries nationales - Grand Palais. Date de début : 21 septembre 2017 Date de fin : 29 janvier 2018 Horaires et tarifs Date de début : 21 septembre 2017 Date de fin : 29 janvier 2018 Programmation : Tous les jours (sauf mar) 10h-20h, mercredi jsq 22h Tarifs : entrée 13€, tarif réduit 9€.

Posté par jourstranquilles à 06:41 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 7 novembre 2017

Vernissage à la Concorde Art Gallery ( save the date)

CONCORDE ART GALLERY

Vous convie au VERNISSAGE

De l'exposition de peintures et sculptures

EROPOPART 2

Le vendredi 10 Novembre à partir de 19h

concorde

 

Posté par jourstranquilles à 07:31 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]