Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

lundi 3 octobre 2016

Diego Rivera et Frida Kahlo au Grand Palais

Posté par jourstranquilles à 21:03 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ben

Posté par jourstranquilles à 07:45 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Expositions à la MEP

Il vous reste un peu moins d’un mois pour découvrir à la MEP la rétrospective exceptionnelle consacrée au photographe américain Herb Ritts, mais également les œuvres graphiques de Martin d’Orgeval, les créations de Gotscho, aux frontières de la mode et de la photographie, le travail de Paolo Titolo sur la communauté transsexuelle à Cuba, les portraits de Ryan Arbilo, l’installation d’Anne Claverie et l’exposition d’Hélène Lucien et de Marc Pallain qui, en cherchant à figurer les traces de l’accident nucléaire de Fukushima, développe la réflexion de la représentation de l’invisible.

Ensuite, dès le 9 novembre, la Maison Européenne de la Photographie proposera un cycle d’expositions dédié à la photographie américaine. Cette saison américaine sera l’occasion de présenter une grande exposition d’Andres Serrano, dessinant, loin des provocations qui lui sont parfois reprochées, un portrait sensible de l’Amérique d’aujourd’hui, les French Archives d’Harry Callahan, qui témoignent du séjour à Aix-en-Provence d’un des maîtres de la photographie américaine, les troublantes photographies d’animaux de Diana Michener, ainsi qu’une exposition collective de photographes américains de légende issus de la collection de la MEP, Family Pictures, explorant les thèmes de la famille, de la généalogie et de l’identité.

En parallèle de cette saison américaine, la MEP accueillera, comme chaque année, le lauréat du Prix Photo AFD/Polka, Johann Rousselot, pour son travail sur New Delhi, ainsi que, pour quelques jours, l’exposition des archives de Pierre Molinier, avant leur vente aux enchères à l’Hôtel Drouot le 14 novembre, par maître Joron-Derem.

Jean-Luc Monterosso

Directeur de la Maison Européenne de la Photographie

Posté par jourstranquilles à 07:41 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

ARTS. Magritte, faussaire de génie au Centre Pompidou à Paris

magritte

 Magritte (1898-1967) a passé son temps à créer le trouble. Il s’est appliqué à dénoncer les illusions de la peinture et les conventions du langage : les images nous leurrent et les mots abusent de notre crédulité.

Une centaine d’œuvres, principalement des toiles, sont disposées, dans l’exposition que lui consacre le Centre Pompidou, dans un ordre qui n’est pas chronologique mais logique. L’obsession, ici, c’est la fausseté. Aussi l’exposition a-t-elle pour titre celui d’un Magritte entre tous exemplaire, « La Trahison des images ». On le connaît sous un autre nom, « Ceci n’est pas une pipe », négation écrite en lettres rondes d’écolier sous la représentation minutieuse d’une pipe. Trahison ? Magritte, fatigué de devoir s’expliquer, finit par s’en tenir à un raisonnement simple : ceci n’est pas une pipe puisque nul ne peut la fumer. L’image trahit en se prétendant le double de l’objet alors qu’elle n’en est, tout au plus, qu’une indication partielle. Trompe-l’œil et trompe-l’esprit. Philippe Dagen

Centre Pompidou, Galerie 2. Paris 4e. Tous les jours (sauf mardi) de 11 heures à 21 heures. Nocturne jusqu’à 23 heures les jeudis soir et lundis soir. Entrée : de 11 € à 14 €. Jusqu’au 23 janvier 2017.

Posté par jourstranquilles à 05:31 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 2 octobre 2016

Exposition BEN au Musée Maillol

DSCN3708

DSCN3709

Posté par jourstranquilles à 11:41 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 1 octobre 2016

Art42 urban art

Posté par jourstranquilles à 15:51 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Coluche à l'Hôtel de Ville de Paris - save the date

DSCN3690

Posté par jourstranquilles à 10:04 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Galerie Agnès b

DSCN3696

Posté par jourstranquilles à 09:58 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Musée ART42. : Le street art a son (anti-)musée

Musée ART42.

C’est le premier du genre en France. Art 42 expose 150 œuvres des plus grands artistes urbains internationaux.

Street art et musée vous semblent incompatibles ? Le premier (anti-) musée d’art urbain de France a ouvert ses portes dans le XVII e arrondissement de Paris. « Ici, on n’est pas au Louvre », prévient Nicolas Laugero Lasserre, à l’initiative du projet. Les 150 œuvres, issues de sa collection personnelle, sont exposées au sein de l’école d’informatique 42 de Xavier Niel. Entre les murs mais aussi dans la cour de l’établissement. Le street art se joue des codes et des conventions ? Son musée aussi.

Deux fois par semaine, le grand public pourra vagabonder entre les rangées d’ordinateurs pour découvrir les œuvres des plus grands artistes urbains du monde : Banksy, JR, Shepard Fairey (Obey), le Belge Roa et son rat, Invader, Blu, Evol ou Madame, l’une des rares femmes du milieu. En tout, cinquante artistes. C’est « l’aboutissement de dix ans d’investissement militant » pour mettre en lumière un travail d’atelier, explique Nicolas, fondateur de l’association Artistik Rezo et directeur de l’école Icart.

Des jeux de pénombre pour la Nuit blanche

L’expo révèle la diversité incroyable des techniques : sculpture, pochoir, collage, gravure… Le street art, ce n’est pas un mouvement mais des centaines. Un genre inclassable. Souvent politique, parfois drôle voire grinçant, comme le pochoir de DSK sur un distributeur de préservatifs, intitulé « Welcome to New York », ou M. Propre urinant contre un mur bombardé de graffitis.

Pour le premier jour de son ouverture, Art 42 profite de la Nuit blanche. Vingt artistes investissent un garage souterrain de 2 000 m² face à l’école. Un fil conducteur : mêler arts urbain et numérique. Des pistolets de paintball tirent sur une vitre au passage des visiteurs. Plus on s’enfonce dans le garage, plus les installations jouent avec la pénombre. Au -2, dans le noir, il faut saisir des lampes UV pour voir les messages apparaître sur le mur.

Un concept qui fait écho aux propos de Banksy : « Aujourd’hui, nul besoin […] de faire de la lèche aux galeries et leurs nuées de prétentieux […]. Tout ce qu’il vous faut, c’est quelques idées et une connexion à haut débit. Pour la première fois, le monde bourgeois de l’art appartient au peuple. » En 2017, Berlin se dotera aussi de son musée du street art.

Quand   : « Mondes souterrains » pour la Nuit blanche, de 19 heures à 2 heures. Puis les mardis de 19 heures à 21 heures et les samedis de 11 heures à 15 heures. 

Où   : Ecole 42 (96, bd Bessières).  

Posté par jourstranquilles à 09:03 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

A l'occasion de la Nuit Blanche

snip_20160922215358

Posté par jourstranquilles à 09:02 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]