Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

samedi 14 janvier 2017

Galerie en ligne Circulation(s)

circulation galerie

Afin de financer le festival éponyme !

Avec des photographies signées et numérotées dès 200 € !

La Galerie Circulation(s) est une galerie en ligne dédiée à la jeune photographie contemporaine, qui participe à la promotion de photographes émergents et donne au public la possibilité d’acquérir les oeuvres de nouveaux talents.

La Galerie Circulation(s) est née de l’envie de continuer le travail de soutien à la jeune création entamé depuis plus de 10 ans par l’équipe du festival Circulation(s) (association Fetart) en donnant aux artistes exposés lors du festival une visibilité supplémentaire et l’opportunité d’être représentés en France et vendus 

À l’instar du festival, la Galerie Circulation(s) est spécialisée en photographie contemporaine émergente, principalement européenne. Elle propose pour l’instant les oeuvres d’artistes exposés lors du festival mais vise à étendre ce champ à d’autres jeunes artistes.

La galerie est juridiquement indépendante de l’association Fetart puisqu’elle a un statut d’entreprise. Elle réaffirme toutefois son lien au festival en reversant ses bénéfices à l’association, permettant ainsi aux acheteurs de contribuer indirectement à l’action menée par Fetart.

https://www.galerie-circulations.com/

Nathalie Dran / Presse

 

 

Posté par jourstranquilles à 01:03 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 13 janvier 2017

Portrait de Sarah Bernhardt - Petit Palais

DSCN4337

DSCN4336

Posté par jourstranquilles à 06:29 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'exposition « Tous à la plage ! », à la Cité de l'architecture, raconte la baignade du XIXe siècle à aujourd'hui

C'est une expo d'architecture, mais aussi une expo doudou, soleil, souvenirs d'enfance. Une expo qui fait du bien. Surtout pour les quadras, quinquas et plus, qui devraient venir avec leurs enfants, voire petits-enfants, pour leur dire : « Ben oui, c'était ça nos maillots de bain... » « Tous à la plage ! », à la Cité de l'architecture et du patrimoine, au Trocadéro (Paris XVIe), regorge d'images non pas d'Epinal, mais du Touquet-Paris-Plage -- appellation contrôlée bien avant le sable importé dans la capitale --, de Trouville « à deux heures de Paris » -- les trains n'ont pas pris de vitesse sur cette ligne depuis cette pub de 1938... On a même cru un moment reconnaître une photo d'enfance sur une carte postale d'un camping au bord de la mer, agrandie aux dimensions d'un panneau mural : cette tente canadienne si caractéristique, ces enfants avec ces maillots du début des années 1970 et ces voitures entre les tentes et les pins, la Citroën Ami 6 ou la Dyane.

Le charme et l'intérêt historique de « Tous à la plage ! », qui raconte sur plus d'un siècle l'invention des bains de mer et des stations balnéaires, c'est cette promenade dans la France des « Vacances de M. Hulot », dont une affiche du film est reproduite. Ce basculement d'un littoral « autrefois lieu hostile, voire dangereux », comme l'écrit le commissaire Bernard Toulier dans le catalogue, devenu « destination privilégiée d'un tourisme de masse ».

Société des loisirs

Peintures, plans d'architecture, affiches publicitaires, photos, films d'époque -- comme ce documentaire sur les débuts du Club Med au journal télévisé et son invitation à « prendre la vie quotidienne à contre-pied » --, dessins, documents, et même un décor de transats avec crème solaire et transistor pour donner l'illusion : c'est une petite madeleine que l'on déguste.

L'essor de la bourgeoisie à la fin du XIXe siècle, symbolisée par le succès de Deauville, mais plus encore les congés payés à partir de 1936, qui font déferler la France entière vers la mer, scandent l'invention d'une société des loisirs qui apprend à montrer les corps peu à peu. L'évolution des tenues de bain, avec des modèles comme dans une expo de mode, constitue en soi un enchantement et un motif de surprise, à l'heure où le burkini -- visible sur un diaporama, tout comme le « facekini » des Chinois, qui masque le visage -- fait couler tant d'encre. Nos ancêtres ne montraient même pas les pieds. Sur une publicité des Grands Magasins du Louvre de 1895, on trouve des « souliers Trouville » pour les hommes. Dans les années 1920-1930, madame porte un justaucorps en maille côtelée pour faire trempette, monsieur à peu près le même en jersey, laine et coton. Le premier bikini fait sensation en 1946. Le slogan, un an après Hiroshima, est d'un goût douteux : « Le bikini, la première bombe atomique ». Le deux pièces s'impose dans les années 1960, puis le monokini, voire le naturisme dans l'après-68, avant un retour au bikini. Cette exposition nous projette aussi dans l'avenir. La plage n'échappe pas au futurisme et, comme pour les gratte-ciel, les percées technologiques et esthétiques d'aujourd'hui viennent souvent d'Asie et de Dubaï (Emirats), comme cette île artificielle, décoration de sable et de verdure surgie de l'eau.

Cette exposition lance enfin un signal, celui d'un patrimoine menacé. Les villes balnéaires souffrent, aux avant-postes de la densification du littoral, de la menace sur les écosystèmes, du réchauffement climatique et des catastrophes. Une balade pour être à la plage, et à la page, alors que la mer avance et que les dunes demandent grâce.

PRATIQUE

La grande entrée de la Cité de l'architecture et du patrimoine, au palais de Chaillot, est fermée pour travaux. Il faut suivre des flèches et entrer plus loin, sur la gauche.

« Tous à la plage ! », Cité de l'architecture et du patrimoine, Paris XVIe, 11 heures-19 heures, 21 heures le jeudi, fermé lundi-mardi. Tarif : 6-9 €, jusqu'au 13 fevrier. Citechaillot.fr. Le catalogue de l'exposition (300p., 35 €) est un vrai complément sur l'histoire des vacances. On y voit mieux des photos du diaporama. Celles de Doisneau, splendides, sont bien contextualisées. Il offre un autre regard, encore plus flâneur, sur l'expo.

Posté par jourstranquilles à 04:33 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 12 janvier 2017

Soulèvements - exposition au Jeu de Paume, Concorde, Paris

Posté par jourstranquilles à 07:10 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 11 janvier 2017

Manfred Hamm, le mur de Berlin, site antique de demain

« Pionnier et maître de la photographie d’architecture », selon le journal allemand Der Spiegel, Manfred Hamm, né en 1944, est devenu célèbre avec ses prises de vues de bâtiments industriels aux allures de clichés d’une archéologie contemporaine dans laquelle l’humanité aurait disparu – « les sites antiques de demain ». Manfred Hamm n’aime pas le numérique. Pour lui, la magie ne s’opère pas avec ce procédé. Son secret, la patience et son amie de toujours, sa caméra Plaubel. Un travail photographique en quête d’un esthétisme, parfaitement éclairé et cadré avec soin et précision.

Manfred Hamm est l’un des photographes qui connaît le mieux Berlin. En décembre 1976, il part avec le projet de photographier la tombe de Théodor Fontane et se retrouve devant un obstacle insurmontable qu’est le mur de Berlin. Il décide alors de prendre cet obstacle comme objectif. A partir de 1976, Manfred Hamm va documenter le mur de Berlin qui se transforme peu à peu pour lui comme une sorte de décor de théâtre avec ses graffitis et ses motifs surprenants comme par exemple le cheval qui n’a aucune idée du caractère menaçant de cet édifice mortel. Son travail photographique est un documentaire tel l’aurait fait un ethnologue.

« J’ai toujours voulu être ethnologue », dit Manfred Hamm. « Mais l’un de mes professeurs m’en a dissuadé car j’étais trop romantique. » Manfred Hamm a su capter des instants d’histoire pendant cette période en ajoutant sa déclaration d’amour à la capitale allemande et sa contribution à ce bouleversement historique. Manfred Hamm a mis fin à son travail photographique quand Kodak a abandonné la production des pellicules qui lui étaient si chères, celles qui lui permettaient de créer une profondeur photographique jamais atteinte avec une autre pellicule.

 

Manfred Hamm, Die Berliner Mauer

Exposition terminée le 17 décembre 2016

Chez Galerie Charron

43 rue Volta

75003 Paris

France

http://www.galeriecharron.com

mur01

mur02

mur03

mur04

mur05

Posté par jourstranquilles à 06:02 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 10 janvier 2017

EVA & ADELE - YOU ARE MY BIGGEST INSPIRATION

snip_20170109193141

Jusqu'au 26 février 2017 au MAM (Musée d'Art Moderne)

Dans les collections permanentes. EVA & ADELE, autoproclamées The Hermaphrodite Twins in Art (Les Jumelles hermaphrodites dans l’art), sont un couple atypique et emblématique de l´art actuel. Les artistes dépassent les frontières des genres dans une transgression affirmée. Toujours vêtues de tenues identiques surprenantes et ultra féminines, maquillées de paillettes et le crâne rasé comme des hommes, elles cherchent à démontrer que l’identité sexuelle n´est pas une question simple. Tout en restant en retrait du système du marché de l’art, EVA & ADELE sont, depuis plus de 25 ans, de tous les vernissages, tous les lieux qu’elles considèrent comme des « socles de représentation ». Créant « l´événement dans l´événement », leurs apparitions ne relèvent pas de mondanités mais sont de véritables performances dont chaque détail est préalablement étudié et répété.

« Wherever we are is museum » Tout lieu où nous sommes est musée. (E&A). Considérant que tout ce qu’elles font est une œuvre d'art, EVA & ADELE fondent leur production artistique sur des idées d'échanges permanents avec le public, dans une véritable symbiose entre art et culture de masse, entre vie publique et sphère privée. Leur action est basée sur une réflexion sur le rôle social de l’artiste dans la société contemporaine.

« Coming out of the future ». Tout droit venues du futur. (E&A)

Refusant toute référence à leur passé avant leur rencontre en 1989, EVA & ADELE déclarent être venues du futur. Adoptant le mot « FUTURING » comme logo, les artistes souhaitent initier de nouveaux modes de vie et de genre.

L’exposition YOU ARE MY BIGGEST INSPIRATION est conçue à partir d’un don fait par EVA & ADELE au Musée d’Art moderne en 2013 : deux installations vidéo, deux sculptures et une édition.

- Hellas (1989/2001/2007), installation vidéo se déployant sur sept projections simultanées, évoque la toute première rencontre des deux artistes et illustre leur évolution progressive vers une identité sexuelle de plus en plus fusionnelle.

- Wings I, II et III (1997/98), vidéos, relèvent d’une démarche de répétition comme mode de progression.

- Non rien de rien (1991) et Biographische Skulptur n°7 (1993/2006), deux sculptures autobiographiques, intègrent des objets personnels.

- Polaroid Diary (1991/2005) est constitué de 1500 autoportraits en polaroïd réalisés quotidiennement par les artistes, selon un rituel très codifié avant de sortir et de se laisser photographier par d’autres.

L’exposition est complétée par une sélection d’œuvres phares, représentatives de leur activité depuis près de 25 ans, tels le camping-car rose (Biographische Skulptur n°2, B-EA 5800, 1999/2006), le premier « double » costume en vinyl rouge (Red Vinyl Costume, 1991), ainsi que plusieurs peintures de la série MEDIAPLASTIC. Dans cette dernière série, EVA & ADELE interrogent les mécanismes de la diffusion de leur image à travers les médias.

Une performance des artistes se déroulera lors du vernissage, et ponctuellement pendant toute la durée de l’exposition, notamment au moment de la FIAC.

Cette exposition est rendue possible grâce au soutien de Swatch aux artistes.

Posté par jourstranquilles à 08:34 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Circulation(s) - save the date

Septième édition de Circulation(s), festival de la jeune photographie européenne organisé par l’association Fetart  au CENTQUATRE-PARIS du 21 janvier au 5 mars 2017.

Vernissage presse : vendredi 20 janvier 2017 de 9h30 à 12h

Vernissage grand public : samedi 21 janvier 2017 de 14h à 19h30

Ce festival a pour vocation de faire émerger les talents de la jeune photographie européenne et de faire découvrir au public la création artistique contemporaine innovante.

Présidé cette année par Hercules Papaioannou , il présentera une exposition de 44 photographes européens ainsi que de nombreuses autres manifestations.

Autour de cette exposition d’envergure, Little Circulation(s), l’exposition à hauteur d’enfants, revient en 2017 avec son programme pédagogique et les activités pour le jeune public.

Le studio photo : tous les week-ends,vous pourrez vous faire photographier seul(e), en famille ou entre amis par un photographe professionnel, dans des conditions d’un studio de prise de vue et repartir avec un tirage signé (59 €).

Deux photographes de Circulation(s) seront exposés à la Gare de l'Est et, nouveauté cette année, cinq artistes du festival exposeront en exclusivité au centre photographique de Clermont-Ferrand (Hôtel Fontfreyde) du 02 mars au 05 juin 2017

Innovation chez Circulation(s): pour la première fois, le festival s’associe aux lieux parisiens qui soutiennent et défendent la jeune photographie contemporaine. Rendez-vous dans les galeries Clémentine de la Féronnière, Escale à La Grange aux Belles, Esther Woerdehoff, Galerie Fisheye, Intervalle, La Capsule, Little Big Galerie et Librairie 29.

Et également la galerie en ligne Circulation(s). Rendez-vous sur www.galerie-circulations.com et voir le message suivant

Plus d'informations sur http://www.festival-circulations.com

Posté par jourstranquilles à 07:23 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Keith Haring

#keithharing #haring #je vous fais un paquet cadeau ? #❤

Une photo publiée par Galerie Laurent Strouk (@laurentstroukgalerie) le 8 Janv. 2017 à 9h34 PST

Posté par jourstranquilles à 06:58 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]