Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

lundi 13 juin 2016

Actuellement à la Concorde Art Gallery - Marc Jallard

DSCN2696

DSCN2697

DSCN2698

Marc Jallard - Peintre

Mon travail est une continuité de portraits imaginaires. Le visage ou portrait est le centre du tableau, tout ce qui tourne autour n’existe que pour tenter de faire diversion sans jamais y parvenir.

Au contraire, les vêtements les motifs, les animaux, le fond du tableau, toute cette enluminure reste secondaire. L’unique importance c’est le visage qui est le grand sujet du tableau.

Si le temps me le permettait, je pense que je ferais aussi des paysages comme là fait le peintre Balthus, car j’aime tous les grands thèmes de la peinture. Je parle de Balthus mais je pourrais parler de pleins d’autres artistes qui me sont tout aussi chers.

L’une des caractéristiques de Balthus, c’est d’avoir toujours peint sous l’influence de maîtres tels que Piero Della Francesca ou bien Poussin et ceci en pleine époque surréaliste où l’on finissait d’abattre l’art bourgeois, figuratif et pompier. Alors qu’à New York en 1947 Jackson Pollock inventait le dripping, Balthus lui peignait encore et toujours des nus. C’est ainsi que cette peinture là peut survivre, en étant une création personnelle et intemporelle qui doit avoir la faculté d’être surprenante et de qualité tout en ne s’attachant à aucune mode.

La qualité c’est l’émotion magnifique ou monstrueuse qui résulte d’un travail. Une autre caractéristique de Balthus c’est d’avoir eu un très grand imaginaire qu’il n’a pas maîtrisé et c’est ça aussi la force de la peinture, c’est la capacité de transmettre quelque chose de non maîtrisé par le peintre. La peinture se construit avec l’aide de celui qui sait la regarder, si celui qui sait la regarder n’y voit rien, alors la peinture est à jeter.

C’est aussi un artisanat la peinture, je suis artisan quand je peins, j’ai besoin de choses techniques, fabriquées minutieusement avec attention et délicatesse. J’ai besoin du savoir-faire manuel de l’artisan qui a d’abord passé toute sa jeunesse à apprendre son métier. J’ai la chance extraordinaire d’avoir du métier dans les mains, je suis obligé de m’en servir, de le peaufiner au fil du temps. J’ai choisi ce vieux mode d’expression qu’est la peinture, car c’est dans la logique de mon parcours.

http://www.concorde-art-gallery.com/

Posté par jourstranquilles à 06:35 - Expositions - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 12 juin 2016

Le Voyage à Nantes...

8c5f4c20-621c-4ca7-911d-a08c192dda59

Posté par jourstranquilles à 07:50 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 11 juin 2016

Actuellement à la Concorde Art Gallery - Philippe Jacquot - Peintre

DSCN2692

DSCN2693

DSCN2694

DSCN2695

Philippe Jacquot - Peintre

Né le 23 avril 1966 dans la Marne en France. Après un passage par la décoration, c’est en 1990 qu’il décide de se consacrer uniquement à la peinture. Son expérience passée lui permet de maîtriser la peinture sur verre, sur tôle, ainsi que sur matériaux collés, lui procurant ainsi la possibilité de sortir du support classique de la toile et du papier.

Parmi les différents thèmes qu’il a traités, les personnages et particulièrement les femmes demeurent son sujet de prédilection. Dans chaque toile, il recherche esthétisme, légèreté, douceur et subtilité par le biais de la courbe et du travail de la lumière. Sa maitrise technique de la peinture, lui permet de passer avec aisance d’un style réaliste composé de glacis successifs, à un autre plus abstrait créé par des coups de pinceau énergiques de couleurs vives. Ce mélange peut apparaitre sur la même toile.

Sa recherche permanente de nouveaux sujets, d’atmosphères et de techniques originales, l’entraîne à créer des séries de peintures qui peuvent n’avoir aucun lien entre elles. Il peint librement suivant son humeur et son inspiration en se moquant des conventions. Il ne veut pas s’enfermer dans un soit disant «style», l’ouverture amène à l’évolution. Certaines de ses toiles se trouvent dans des collections privées en France et à l’étranger. On peut les voir depuis une vingtaine d’années dans des expositions personnelles et collectives, dans des salons régionaux, nationaux et internationaux tels que le Salon des Indépendants et le Salon des Artistes Français à Paris,le salon d’Automne de Lunéville,le salon international du Puy en Velay,le salon Artoulouse à Toulouse, le Ve Salon privé de Dormans, le salon ADAC de Châtillon, le salon «Passerelle» maison des arts de Châtillon, le Grand Marché d'art Contemporain de la Bastille à Paris. Il expose à la galerie Cafmeyer à Knokke le Zoute en Belgique, à la galerie Ces- arts à Paris, à la galerie Mulot à St-Gilles Croix-De-Vie et à la finaosta galleria à Aoste (Italie). Différentes distinctions dont le prix du public et d’encouragement du jury au salon d’automne de Dormans 2005, premier prix au salon d’automne de Dormans 2006, grand prix du jury au salon international du Puy en Velay 2007 et invité d’honneur 2008,troisième prix à Artoulouse 2013 Cotation Artprice.

« Je peins pour vous montrer ce que j’ai vu de beau »

http://www.concorde-art-gallery.com/expositions.html

Posté par jourstranquilles à 16:56 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 8 juin 2016

NOBUYOSHI ARAKI

NOBUYOSHI ARAKI

Jusqu’au lundi 05 septembre 2016

Tous les jours et fêtes sauf mardi de 10h à 18h.

Musée des Arts asiatiques Guimet 

6 place d'Iéna 
75016 Paris 

une-leon-damour-avec-araki-body-image-1460637937

uyoshi-Araki-1940-Kinbaku-Japan-Tokyo-1993

yakuza-1994-784x606

Posté par jourstranquilles à 06:59 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 6 juin 2016

Jacques Chirac - Musée du Quai Branly

Posté par jourstranquilles à 13:33 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 4 juin 2016

Nobuyoshi ARAKI au Musée Guimet

Nobuyoshi ARAKI

Jusqu’au lundi 05 septembre 2016

Tous les jours et fêtes sauf mardi de 10h à 18h. Ouverture exceptionnelle le 14 mai de 10h à 16h45. Fermé le 1er mai.

Musée des Arts asiatiques Guimet 

6 place d'Iéna
75016 Paris 

araki147

 

Posté par jourstranquilles à 15:47 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jacques Chirac et son sosie exposés au Musée du Quai Branly

Le hasard avait si bien fait les choses qu’il aurait été dommage de se priver du clin d’œil. Un sosie de Jacques Chirac hantera l’exposition qui lui sera dédiée au Musée du Quai Branly à partir du 21 juin : il s’agit d’un masque traditionnel du théâtre japonais dont la ressemblance avec l’ancien chef de l’Etat est saisissante. Un comble pour ce fanatique de la culture japonaise.

L’intégration du masque dans l’accrochage s’est imposé à Jean-Jacques Aillagon, le commissaire de l’exposition, lors de sa préparation, il y a un peu plus d’un an. La photo de l’objet, prise par un visiteur du musée Georges-Labit, à Toulouse, et postée sur les réseaux sociaux, connaissait alors « une immense fortune sur Internet », résume celui qui fut le monsieur culture de Jacques Chirac tout au long de sa carrière (de la Mairie de Paris, où il dirigeait les affaires culturelles au poste de ministre de la culture sous sa présidence).

Un démon de farce

En mars 2015, en effet, les yeux se braquaient sur l’étonnant masque toulousain, et le conservateur du musée fut très sollicité par les médias pour expliquer l’origine de l’insolite objet. Il s’agissait d’un masque de théâtre en bois de l’époque d’Edo datant de la fin du XVIIIe siècle et rapporté à la fin du XIXe siècle à Toulouse par l’ethnologue Georges Labit.

S’il est alors présenté par le musée comme le masque représentant le démon Obeshimi, l’objet apparaît aujourd’hui dans le catalogue de l’exposition parisienne sous le nom de Buaku, sorte de caricature populaire d’Obeshimi : un démon comique fou et grimaçant. Les deux personnages font partie des plus de 130 types de masques du théâtre traditionnel japonais. Un répertoire utilisé indifféremment dans le théâtre nô (drame lyrique), kabuki (drame épique) et kyogen (farce). Le masque toulousain, référencé comme un masque kyogen, pouvait ainsi apparaître lors des intermèdes dans le théâtre nô.

Jean-Jacques Aillagon s’amuse de cette « rencontre providentielle entre la caricature de Jacques Chirac aux Guignols de l’info – qui l’avait d’ailleurs rendu sympathique pendant la campagne présidentielle de 1995 –, et ce caractère du buaken ». Il a en réalité choisi de mettre deux autres exemplaires du personnage dans l’exposition (l’un issu d’une collection privée, l’autre prêté par Musée des Confluences à Lyon), « pour montrer que ce n’est pas une exception », même si la ressemblance du modèle toulousain est particulièrement « frappante ».

« Nippolâtrie »

Ayant habité à Toulouse, Jean-Jacques Aillagon connaissait ce masque avant sa soudaine notoriété. Il « amusait beaucoup Jacques Chirac », confie-t-il. Le musée toulousain en a depuis presque fait une mascotte, et a d’ailleurs annoncé sur Twitter le départ pour Paris de sa curiosité :

Posté par jourstranquilles à 15:33 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Save the date - Exposition Ralph Gibson

Mille mercis Jacques pour votre soutien à cette nouvelle galerie
Beau week-end
Nathalie
À l'occasion de l'ouverture de la galerie Thierry Bigaignon
Ralph Gibson présentera une série inédite : Vertical Horizon
Vernissage jeudi 9 juin à partir de 18h en présence de l'artiste
Vertical Horizon 10 juin-27 août
Galerie Thierry Bigaignon
Hôtel de Retz, 9 rue Charlot, Paris III

a0a3b78f-3653-4294-a8a4-ccdd195f8758

Posté par jourstranquilles à 14:35 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 3 juin 2016

Bruce Labruce (à découvrir...)

Posté par jourstranquilles à 15:54 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

ART. Les filtres colorés de Daniel Buren à la Fondation Louis Vuitton à Paris

Prions pour que le soleil revienne : la dernière intervention de Daniel Buren à la Fondation Louis Vuitton, au Bois de Boulogne – des filtres colorés répartis régulièrement sur les voiles de verre du bâtiment de Frank Gehry –, ne prend tout son sel que lorsque la lumière les traverse. Et dans ce cas, surtout depuis les terrasses, l’effet est magique, l’espace, les gens, se colorent comme s’ils étaient peints, les tons se mélangent optiquement, l’immeuble entier prend une autre allure. Harry Bellet

Fondation Louis Vuitton, 8 avenue du Mahatma Gandhi, Paris-16e. Tél. : 01 40 69 96 00. Tous les jours, sauf le mardi de 12 heures à 19 heures, samedi et dimanche de 11 heures à 20 heures Entrée : 14 €.

Posté par jourstranquilles à 13:34 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]