Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mardi 19 juillet 2016

Galerie Da End

da end

Voir mon précédent billet

Posté par jourstranquilles à 06:18 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Toiletpaper aux Galeries Lafayette

Posté par jourstranquilles à 01:34 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 18 juillet 2016

Le Front Populaire (exposition à l'Hôtel de Ville de Paris - derniers jours)

front populaire

Posté par jourstranquilles à 08:57 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

ARAKI à la Galerie Kamel Mennour - derniers jours

Exposition personnelle, 47 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris 
jusqu'au 23/07/2016

araki kamel mennour

Posté par jourstranquilles à 06:25 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rencontres d'Arles - en ce moment

407850e3-f635-49d5-9ffb-b5ae7d3ddae8

Posté par jourstranquilles à 04:54 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 17 juillet 2016

Exposition Araki au Musée Guimet - C'est superbe !

aaa

aaaaaaaaa

aaaaaaaaaab

abc

a1

a2

a3

a4

a5

a6

a7

a8

a9

a15

Posté par jourstranquilles à 08:46 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jardins d'Orient - IMA

#exposition #institutdumondearabe #paris #jardinsdorient

Une photo publiée par @saloonlounge le 16 Juil. 2016 à 11h27 PDT

#institutdumondearabe #jardinsdorient #paris #soirdété #parentheses

Une photo publiée par @saloonlounge le 16 Juil. 2016 à 13h51 PDT

#soiree #soirdété #paris #jardinsdorient #institutdumondearabe #parenthèses

Une vidéo publiée par @saloonlounge le 16 Juil. 2016 à 13h42 PDT

k1

k5

k2

k4

k6

k7

k8

Reportage photographique : Noémie

Posté par jourstranquilles à 06:59 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 16 juillet 2016

Exposition ARAKI au Musée Guimet (vu hier)

Le catalogue de l'exposition

Araki Nobuyoshi

Une coédition Éditions Gallimard / musée national des arts asiatiques – Guimet

Réalisé à l’occasion de la première exposition rétrospective en France consacrée à l’un des plus grands maîtres de la photographie contemporaine japonaise, cet ouvrage anthologique retrace cinquante années de créations de Nobuyoshi Araki : de la série « Théâtre de l’amour » (1965), en passant par les images emblématiques consacrées à l’art du kinbaku, jusqu’à la création inédite « Tokyo Tombeau », que l’artiste vient d’achever – création originale pensée pour l’événement au musée national des arts asiatiques – Guimet.

La préface de Tadao Ando et les essais de Philippe Forest, Jérôme Ghesquière, Michael Lucken, Sophie Makariou, et Jérôme Neutres donnent les clés pour comprendre l’enracinement de l’art d’Araki – dont l’œuvre est une véritable fenêtre sur le Japon contemporain – dans la culture traditionnelle.

araki catalogue

DSC_3868

DSC_3872

DSC_3874

DSC_3876

DSC_3889

DSC_3890

Posté par jourstranquilles à 00:15 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 15 juillet 2016

Beat Generation - Exposition au Centre Pompidou (vu hier)

DSCN3057

DSCN3020

DSCN3021

DSCN3019

DSCN3026

DSCN3027

DSCN3028

DSCN3029

DSCN3031

DSCN3032

DSCN3034

DSCN3035

DSCN3036

DSCN3037

DSCN3038

DSCN3039

DSCN3040

DSCN3041

DSCN3042

DSCN3043

DSCN3044

DSCN3045

DSCN3046

DSCN3049

DSCN3052

DSCN3053

DSCN3054

DSCN3055

jack jerouac

La Beat Generation est un mouvement littéraire et artistique né dans les années 1950, aux États-Unis.

Le terme de « Beat Generation » fut employé pour la première fois en 1948 par Jack Kerouac pour décrire son cercle d'amis au romancier John Clellon Holmes (qui publiera plus tard le premier roman sur la Beat Generation, intitulé Go). Holmes définit le mouvement dans un article faisant office de manifeste esthétique, publié dans le New York Times en novembre 1952 : « This is the Beat Generation ».

Howl d'Allen Ginsberg (1956), Sur la route de Jack Kerouac (1957) et Le Festin nu de William S. Burroughs (1959) sont les œuvres les plus marquantes de la littérature beat. L'homosexualité affichée de certains membres de ce mouvement artistique fit scandale dans l'Amérique puritaine3,4. Howl et Naked Lunch furent l'objet de procès en obscénité qui marquèrent la libération du monde de l'édition aux États-Unis avant de devenir des références pour le mouvement gay et la libération sexuelle de la génération suivante.

William Burroughs, Allen Ginsberg et Jack Kerouac sont les précurseurs de la libération sexuelle et du mode de vie de la jeunesse des années 1960, celle de la Beat Generation, « qui a ébranlé la société américaine dans ses certitudes. Elle a directement inspiré aussi bien les mouvements de mai 1968 que l’opposition à la guerre du Vietnam, ou les hippies de Berkeley et Woodstock. Pourtant la Beat Generation a aussi contribué à enrichir le mythe américain. Sur la route, le roman le plus connu de Kerouac, est une ode aux grands espaces, à l’épopée vers l’ouest, à la découverte de mondes nouveaux. ». Alliant créativité débordante et fascination pour les milieux underground des villes des côtes Est et Ouest des États-Unis et tout l'art qui s'y crée (littérature, jazz, etc.), la Beat Generation témoigne également d'un attachement profond aux grands espaces, à la nature et aux spiritualités chamaniques dans lesquelles l'homme est partie intégrante du Cosmos.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Beat_Generation            Beat_Generation

jack

jack01

jack02

Posté par jourstranquilles à 10:54 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Paul Klee - Exposition au Centre Pompidou (vu hier)

DSCN3009

DSCN3010

DSCN3011

DSCN3012

DSCN3013

DSCN3014

DSCN3015

DSCN3017

DSCN3016

Paul Klee, (prononcer [paʊ̯l 'kleː]), est un peintre allemand né le 18 décembre 1879 à Münchenbuchsee, près de Berne et mort le 29 juin 1940 dans un hôpital de Locarno dans le canton du Tessin en Suisse.

C'est un des artistes majeurs de la première moitié du xxe siècle, inspirateur d'autres artistes parmi lesquels Zao Wou-Ki pour lequel Claude Roy considère qu'il a été « un médiateur, un recours merveilleux contre deux périls qui menacent alors le jeune artiste. »

Klee connaît ses premiers grands succès en 1917 pendant la Première Guerre mondiale. C'est un peintre et un pédagogue apprécié : dès septembre 1920 il est appelé à enseigner au Bauhaus de Weimar fondé par Walter Gropius en 1919, puis en 1931, à l'Académie des beaux-arts de Düsseldorf d'où il est congédié en 1933 par les nationaux-socialistes qui l'attaquent violemment. Exilé en Suisse à partir de 1934, il demande sa naturalisation, mais il ne l'obtient que quelques jours après sa mort en 1940.

Ses cendres ont été inhumées en 1946 au cimetière Schosshalden de Berne. C'est également à Berne que l'architecte Renzo Piano a édifié le Centre Paul Klee, ouvert depuis le 20 juin 2005, et où l'on trouve une très grande variété des œuvres du peintre, depuis ses dessins jusqu'à ses marionnettes.

Son œuvre, que son fils Félix définit comme « énigmatique », a posé bien des questions aux critiques d'art car elle suit un cheminement peu commun. De constructive qu'elle était au temps du Bauhaus, elle devient graduellement plus intuitive et, selon Antoni Tàpies, plus spirituelle : « Klee est en occident un de ces privilégiés qui ont su donner au monde de l'art la nouvelle orientation spirituelle qui manque aujourd'hui où les religions semblent faire faillite. On pourrait voir en lui le parfait représentant de ce que Mircea Eliade appelle l'unique création du monde moderne occidental. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Klee

Paul_Klee

Posté par jourstranquilles à 10:27 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]