Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

lundi 14 août 2017

In memorem : Dorothy Stratten

unnamed (4)

Beautiful Dorothy Hoogstratten (better known by her stage name Dorothy Stratten) was a shy, awkward teenager when she met Paul Snider, a money hungry hustler who immediately saw the potential for fame in the buxom blonde. Dorothy had struggled with self-esteem issues her entire life, and despite her ethereal looks she did not consider herself worthy enough of a mans attention until Paul Snider came along.

The two fell in love and got married in June 1978, and soon after the wedding Snider persuaded Stratten to pose for nude photos, which he secretly sent off to Playboy magazine. Just a few months later the pair moved to Los Angeles, where Dorothy became a finalist in the Playboy Bunny Hunt competition. She met Hugh Hefner and worked as a dancer in his Playboy Club, and Snider encouraged her to audition for movie roles. To help her get roles, Snider bullied Dorothy into dying her hair peroxide blonde, and forced her to undertake a gruelling diet and exercise regimen. Dorothy’s hard work paid off when she featured as Playboy’s “Playmate of the Month” for August 1979, and she was also voted “Playmate of the year 1980”.

In 1980 Dorothy starred in her first (and only) movie, ‘Galaxina’, where she plays a beautiful robot. At the movie’s first screening, Hugh Hefner pulled Dorothy aside and warned her to keep away from Snider. “He’s a hustler and a pimp. He’s just using you” Hefner reportedly said. Dorothy made the fatal mistake of telling her husband about this remark, and Snider grew even more jealous and paranoid over his beautiful young wife.

Snider began beating Dorothy, flying into rages about the affairs he believed Dorothy must be having. He prohibited her from leaving the house without him, took away her car keys, and would stand next to Dorothy when she talked on the phone. Her friends desperately tried to seek help for her, but Stratten would always blame herself for his behaviour and make excuses for the bruises that were showing up on her body with increasing regularity.

In April 1980 Dorothy fell in love with Peter Bogdanovich, the director of the new film she had scored a lead role in. Snider hired a private detective to spy on her, and when he discovered his wife’s affair he reportedly threatened to kill Dorothy and “ruin that pretty face”. Dorothy and Peter moved in together at his mansion in Beverley Hills, and by August Dorothy had filed for divorce.

On August 14, 1980, Snider rang Dorothy and asked to meet her at his house to talk about an amicable divorce. Dorothy enthusiastically agreed and withdrew $1000 to give to Snider.

What happened next is unclear. Dorothy arrived at Snider’s house around noon, and at some point during the night Snider beat Dorothy and tied her into an elaborate BDSM harness. He violently raped and sodomized her, before shooting her in the face at point-blank range with a 12-gauge shotgun. Snider raped her dead body again, aimed the gun at his head, and committed suicide.

The landlord of the house discovered the two nude bodies the next day. Dorothy was only 20 years old, and Hugh Hefner wrote this about her in an article:

“Dorothy took my breath away. She had this beautiful inner quality about her that was so charming, so innocent, and it touched everything in the room”

unnamed (5)

Dorothy Stratten

Posté par jourstranquilles à 11:00 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 9 août 2017

In memorem : NAGASAKI

Posté par jourstranquilles à 08:57 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 8 août 2017

In memorem : Gonzague Saint Bris

Posté par jourstranquilles à 21:33 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les mille et une vies de Christian Millau

Le journaliste, auteur et critique gastronomique, est décédé chez lui, à Saint-Mandé (Val-de-Marne), samedi, à l’âge de 88 ans. Il était connu pour ses collaborations avec Henri Gault, avec qui il a fondé le guide culinaire Gault & Millau . Mais c’est en tant que reporter qu’il débute sa carrière en 1947, au Monde ,Paris Match ,Paris-Presse ,ainsi que critique littéraire à la revue L’Opéra . Il fréquente alors les écrivains William Faulkner, Roger Nimier et le cinéaste Orson Welles. En 1969, le mensuel gastronomique Gault & Millau est lancé, puis le guide annuel en 1972. Au cours de leurs périples gourmands, les deux amis n’ont pas hésité à critiquer certains restaurants, avec un style et des commentaires plus personnels qu’auparavant. Le Gault & Millau devient le deuxième guide gastronomique français, après le Michelin .Dans le même temps, les complices lancent le courant de la Nouvelle cuisine, qui prône une gastronomie allégée, naturelle et spontanée. Henri Gault est décédé en 2000 et Christian Millau s’est alors tourné vers l’écriture d’autobiographies. Le fin gourmet découvre sur le tard que son grand-père, juif, est mort dans les goulags de Staline. Il publie en 2004 Bons baisers du goulag : secrets de famille , puis ses mémoires en 2011, Journal impoli : un siècle au galop, 2011-1928 .

Posté par jourstranquilles à 09:02 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 6 août 2017

In memorem : HIROSHIMA

Posté par jourstranquilles à 10:07 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 3 août 2017

Henri Cartier Bresson - in memorem (3 août 2004)

Henri Cartier-Bresson est un photographe, photojournaliste et dessinateur français. Avec Robert Capa, David Seymour, William Vandivert et George Rodger, il fonde en 1947 la célèbre agence coopérative Magnum Photos. Wikipédia

Date et lieu de naissance : 22 août 1908, Chanteloup-en-Brie

Date et lieu de décès : 3 août 2004, Céreste

hcb

Posté par jourstranquilles à 14:24 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 1 août 2017

Décès de l’acteur Sam Shepard

20478456_211403002722411_3652700837198692352_n

L’agent de Sam Shepard s’est refusé à tout commentaire au sujet du décès de celui qui avait été nommé pour l’Oscar du meilleur second rôle en 1984 pour L’ Étoffe des héros … Âgé de 73 ans, Samuel Shepard Rogers, de son nom complet, est décédé des suites d’une sclérose latérale amyotrophique, maladie neurodégénérative également appelée maladie de Charcot, a indiqué Gary Grant, professeur de théâtre à l’université de Bucknell (Pennsylvanie), qui avait mis en scène plusieurs de ses pièces. Pour les spectateurs, Sam Shepard était un acteur charismatique. Sa présence a illuminé Les Moissons du ciel , de Terrence Malik, et L’ Étoffe des héros , de Philip Kaufman. Mais le natif de Fort Sheridan, dans l’Illinois, était bien plus que cela. C’était un auteur prolifique récompensé par un prix Pulitzer pour sa pièce Buried Child (L’Enfant enfoui), en 1979. Au cours de sa longue carrière, Sam Shepard a écrit près de cinquante pièces, mais aussi des scénarios, notamment pour Robert Altman, avec Fool For Love , et Wim Wenders, avec Paris, Texas , Palme d’or à Cannes en 1984. Il a partagé la vie de la chanteuse et poète Patti Smith ainsi que de l’actrice Jessica Lange, durant près de trente ans, et avec laquelle il a eu deux enfants.

Posté par jourstranquilles à 07:26 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 31 juillet 2017

Jeanne Moreau

Posté par jourstranquilles à 11:35 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'actrice Jeanne Moreau est morte à l'âge de 89 ans

Le cinéma français perd l'une de ces plus grandes représentantes. Jeanne Moreau est morte à l'âge de 89 ans. L'actrice avait tourné avec les plus grands réalisateurs français comme François Truffaut ou André Téchiné, et internationaux, comme Orson Welles ou Wim Wenders. Jeanne Moreau a été récompensée par le prix d'interprétation féminine du Festival de Cannes en 1960 pour le rôle d'Anne Desbarèdes dans Moderato Cantabile de Peter Brook.

jeanne-moreau

Une grande figure du cinéma français s’en est allée. La comédienne Jeanne Moreau, icône du cinéma français, est morte à Paris à l’âge de 89 ans, a-t-on appris lundi auprès de son agent.

L’actrice à la beauté sensuelle et à l’inimitable voix grave, qui a fasciné les plus grands réalisateurs au cours d’une carrière de 65 ans, a été retrouvée décédée à son domicile parisien, a précisé à l’AFP Jeanne d’Hauteserre, maire du 8e arrondissement, confirmant une information du magazine Closer.

La première femme élue à l’Académie des beaux-arts

Née en 1928 à Paris, Jeanne Moreau a commencé sa carrière en 1949 dans Dernier Amour. Le début d’une longue carrière et de rôles marquants, à l’image de celui de « Catherine » dans le film Jules et Jim de François Truffaut, ou de « Jeanne » dans les Amants.

Elle a reçu un premier César de la meilleure actrice en 1992 pour le film La vielle qui marchait dans la mer de Laurent Heynemann, puis deux Césars d’honneur en 1995 et en 2008. Elle est également la première femme élue à l’Académie des beaux-arts de l’Institut de France en 2000.

Posté par jourstranquilles à 11:10 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 30 juillet 2017

Michelangelo Antonioni - in memorem

Le 30 juillet 2007, disparaissait Michelangelo Antonioni, réalisateur et scénariste italien. Ses œuvres telles que "Avventura" (1960), "Blow-Up" (1966) ou encore "Zabriskie Point" (1970) ont fait de lui une figure incontournable du cinéma moderne.

antonioni

 Mes précédents billets sur Michelangelo Antonioni

Posté par jourstranquilles à 09:19 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]