Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

dimanche 23 avril 2017

In memorem : Joëlle du groupe "Il était une fois"

Posté par jourstranquilles à 07:04 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

In memorem : Bettie Page

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bettie_Page

Posté par jourstranquilles à 08:08 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 17 avril 2017

In memorem : Aimé Cesaire

Statue d'Aime Césaire à Sarcelles #aimecesaire #sarcelles

Une photo publiée par JEF AEROSOL (@jefaerosol) le 12 Nov. 2016 à 1h04 PST

https://fr.wikipedia.org/wiki/Aim%C3%A9_C%C3%A9saire

http://jourstranquilles.canalblog.com/tag/aim%C3%A9%20c%C3%A9saire

Posté par jourstranquilles à 06:16 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 16 avril 2017

Commémoration du centenaire de l'offensive du Chemin des Dames

Le président François Hollande participe, dimanche 16 avril, dans l'Aisne, au centenaire de l'offensive du Chemin des Dames, une bataille longtemps négligée par la mémoire officielle, car symbolique des errements sanglants de l'état-major français lors de la première guerre mondiale.

Mobilisant un million de combattants français, l'attaque était censée mettre fin à la guerre de tranchées. Mais l'offensive s'est fracassée sur les lignes allemandes. Les conditions exécrables achèvent de transformer l'offensive en calvaire pour les soldats, dont 40 000 meurent en une semaine. L'assaut est suspendu avant de reprendre au début du mois de mai 1917, sans succès.

Cent mille Français tués en un mois

Le fiasco provoque une déception à la hauteur de l'espoir qu'avait suscité l'offensive, et les soldats, harassés par trois années de guerre, déclenchent une vague de mutineries, durement sanctionnées avec des exécutions pour l'exemple.

C'est la première fois qu'un chef de l'Etat participe aux commémorations de ce chapitre meurtrier de la Grande Guerre qui fit en un mois quelque 100 000 morts côté français et fut à l'origine de mutineries dans l'armée. Pour François Hollande, la bataille revêt un caractère particulier, son grand-père Gustave, alors sergent dans l'infanterie, ayant participé à l'assaut.

Un programme chargé pour le président

Le président de la République se rendra sur les sites marquants de la bataille, comme la Caverne du dragon, ancienne carrière transformée en caserne souterraine pendant les combats, désormais aménagée en musée.

Il doit également se recueillir aux côtés de l'ambassadeur d'Allemagne, Nikolaus Meyer-Landrut, dans le cimetière militaire allemand de Cerny-en-Laonnois (Aisne), avant de se rendre à la nécropole nationale qui abrite les restes des soldats français morts dans les combats, où il présidera la cérémonie officielle du centenaire.

Voir mes précédents billets sur la Première Guerre Mondiale

caverne-dragon

======================

Chemin des Dames

L'échec de l'offensive Nivelle

En 1917, après trois années d'une guerre meurtrière et indécise, la lassitude touchait l'ensemble des armées européennes dont le moral était au plus bas.

À l'intérieur des troupes françaises, le coût humain élevé de l'offensive Nivelle sur le chemin des Dames au printemps 1917, dont les gains sont seulement tactiques, les conditions de vie effroyables dans le froid, la boue, les bombardements d'artillerie et la rareté des permissions, tous ces facteurs s'additionnent et provoquent une montée de la protestation parmi les hommes au front.

L'espoir suscité par l'offensive avait été énorme à la veille du 16 avril 1917 : le général Nivelle promettait la fin de la guerre et donc, pour chaque soldat, le retour chez soi. L'offensive ayant été enrayée face aux fortifications allemandes, puis terminée sur ordre du gouvernement fin avril, la déception et la colère grondent : les soldats ont l'impression que la bataille a été mal préparée.

Or début mai, l'ordre est donné de reprendre l'offensive dans les mêmes conditions sur un terrain toujours aussi désavantageux pour les Français. Face à l'entêtement de l'état-major qui souhaite poursuivre cette offensive à outrance, des mutineries éclatent et gagnent progressivement toutes les armées le long du front pendant 8 semaines. Par leur paroxysme, elles touchent 68 divisions sur les 110 qui composent l'Armée française1.

Beaucoup de mutins ou de protestataires sont des soldats aguerris, qui ont prouvé leur valeur au combat. Ils demandent moins un arrêt de la guerre, ce qui aurait peu de sens dans la mesure où les Allemands n'ont pas l'intention de se retirer, qu'un commandement plus soucieux de la vie des soldats et plus attentif aux conditions réelles du combat moderne.

Posté par jourstranquilles à 09:48 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 10 avril 2017

In memorem : Marcel Duchamp

Il y a 100 ans, le 10 avril 1917, Marcel Duchamp crée le premier "ready-made" #CeJourLà #art #duchamp #culture #ministerecc

Une publication partagée par Ministère Culture Com (@ministerecc) le 9 Avril 2017 à 22h42 PDT

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Duchamp

Posté par jourstranquilles à 08:46 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 9 avril 2017

In memorem : René Burri (photographe)

Posté par jourstranquilles à 11:31 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 5 avril 2017

Disparition de Sylvie Palous-Roussier, la directrice de la Galerie Seine 51 à Paris

sylvie

Née en 1962, Sylvie Palous Roussier est décédée le 29 mars. Elle était une des figures de la rue de Seine, le quartier où se situe la Galerie Seine 51 qu’elle dirigeait depuis 2000. Elle avait auparavant été à la tête du Palais du Pharo à Marseille.

Autodidacte, Sylvie Palous-Roussier a commencé sa carrière dans le monde de la communication. Volontaire, passionnée et résolument à contre-courant, elle dirige pendant trois ans le Palais du Pharo à Marseille. Quand en 2000 elle prend la tête de la Galerie Seine 51, elle programme des artistes confirmés comme Otto Mühl ou Gianni Bertini. Son attrait pour la photographie contemporaine l’amène à exposer Isabel Muñoz, Philippe Perrin, Louis Jammes, David Hamilton, Jerry Schatzberg, Andres Serrano ou encore Nicolas Ruel. Sylvie Palous-Roussier n’aura eu de cesse de défendre les artistes et de donner une chance à des nouveaux talents comme Juan Francisco Casas ou Patrick Lara. Sa gentillesse, son élégance, son professionnalisme et sa bienveillance ont marqué la rue de Seine qui perd une de ses figures. 

Julien Woirin

Voir mes billets sur la Galerie Seine 51 que je fréquentais beaucoup il ya quelques années

"Je suis très triste avec vous Julien" Jacques Snap

Posté par jourstranquilles à 19:43 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]