Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mardi 23 mai 2017

Mort de Roger Moore : comment James Bond est né parce que Ian Fleming s'ennuyait

roger moore

Roger Moore, connu pour ses rôles de James Bond, est mort ce 23 mai. L'occasion de se rappeler comment Ian Fleming avait imaginé son personnage d'espion au célèbre matricule, en 1952. L'acteur britannique Roger Moore est mort à l'âge de 89 ans. Il était connu notamment pour avoir prêté ses traits au célèbre agent James Bond, à sept reprises, à égalité avec Sean Connery. Le 27 novembre 1997, l'émission Ciné club se consacrait à la figure de James Bond au cinéma. Au micro de Florence Marguier, le critique de cinéma Yves Goux évoquait notamment la naissance du célèbre matricule 007 dans l'imagination de l'écrivain Ian Fleming, en 1952, avec l'écriture de son premier roman d'espionnage, Casino Royale.

Selon Yves Goux, et d'après les propres propos de Ian Fleming, c'est pour se distraire de l'ennui du mariage que celui-ci s'était mis à écrire des romans d'espionnage : "En réalité, c'était un journaliste, son métier fonctionnait relativement bien, et un jour il était en train de s'ennuyer dans sa nouvelle propriété et il s'est dit 'Je vais écrire quelque chose'."

Parce qu'il avait fait carrière dans le renseignement, Ian Fleming s'est nourri de son expérience pour écrire "le roman qui [allait] effacer tous les autres romans d'espionnage", revendiquait-il en toute modestie.

Le nom de James Bond, qui est un nom tellement connu maintenant, en fait c'est un nom d'une simplicité élémentaire qu'il a choisi d'abord parce qu'il voulait un nom qui ne soit pas un nom ronflant comme Simon Templar ["Le Saint", de Leslie Charteris, également interprété par Roger Moore à la télévision, NDLR], Peregrine Carruthers... Beaucoup d'auteurs voulaient toujours trouver un nom un peu spécial pour leur personnage, et lui au contraire, il voulait quelque chose de très simple. En fait James Bond, finalement, ce n'est jamais qu'un Daniel Dupont, ou un Jacques Martin - excuses pour lui - . C'est un nom très banal, c'est ce qu'il voulait, un nom qui soit simple, qui soit viril, et qui sonne bien. Yves Goux

Le matricule 007 vous semble toujours mystérieux ? Dans cette archive de 1997, Yves Goux revenait également sur les interprétations du matricule 007. "Certaines personnes disent que c'était soit les derniers chiffres du numéro de téléphone de son agent, soit un matricule qu'il avait inventé en se disant 'Le double zéro désigne le droit de tuer' (...) et alors le 7, c'est tout simplement le numéro de série de James Bond, parce qu'il y a d'autres agents."

Mon personnage principal, James Bond, je n'ai jamais vraiment voulu en faire un héros. Je voulais qu'il soit une sorte d'instrument discret manié par les services gouvernementaux, qui se trouverait plongé dans des situations fantastiques, et qui s'en sortirait plus ou moins bien à coups de revolver. Ian Fleming

Hélène Combis-Schlumberger

Posté par jourstranquilles à 20:58 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 10 mai 2017

Abolition de l'Esclavage - Nantes capitale de l'esclavage en France

http://memorial.nantes.fr/

memorial esclavage

https://fr.wikipedia.org/wiki/Abolition_de_l%27esclavage

l y a 169 ans, l'esclavage était aboli dans les colonies françaises. L'homme, comme une marchandise, pouvait être vendu et exploité. Dans l'Europe négrière, l'Angleterre, le Portugal, la France, la Hollande, le Danemark, la Suisse... ont tous participé au commerce d'esclave.

Du milieu du 17e au milieu du 19e, la France a organisé au moins 4 220 expéditions négrières, dont une grande partie menée par les armateurs nantais, indique le Mémorial de l'abolition de l'esclavage de Nantes. Ainsi, Nantes a organisé 1 714 expéditions, bien plus que les autres villes : 451 au Havre, 448 à La Rochelle, 218 à Saint-Malo... A Nantes a été organisé 43% des expéditions négrières française : en un peu plus d'un siècle, les navires nantais ont transporté plus de 550 000 captifs noirs vers les colonies.

L'esclavage est finalement aboli en France et dans les colonies le 27 avril 1848, plus de 40 ans après les Anglais et près de 60 ans après la déclaration des droits de l'homme et du citoyen en France. A Nantes, on continue le commerce des esclaves, y compris pendant l'époque où celui-ci est illégal, avant son abolition définitive en 1848.

Assumer le passé de l'esclavage

C'est pour assumer ce passé qu'est apparu le mémorial de l'esclavage à Nantes, qui a ouvert au public en mars 2012. Cette année, la commémoration s'articule autour d'une cérémonie officielle et d'une marche le 10 mai, un hommage pour des échanges culturels entre Nantes et Haïti le samedi 13 mai sur la place du commerce, une visite sur les lieux clés de l'esclavage à Nantes le 13 mai...

Posté par jourstranquilles à 19:31 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 9 mai 2017

Libération du Strutthof - in memorem

Le Stutthof est le premier camp de concentration établi en dehors du territoire allemand. Sa construction commença dès août 1939 sur le territoire de la ville libre de Gdansk (Dantzig), à 34 km de cette ville, sur un terrain entouré par les eaux de la Vistule et de la mer Baltique. Terminé le 2 septembre 1939, il était situé dans un endroit retiré, humide et boisé, à l'ouest de la petite ville de Sztutowo (allemand : Stutthof). Ce camp fut le dernier libéré par les Alliés, le 9 mai 1945. Plus de 65 000 personnes3 y périrent sur les 110 000 qui y furent déportées.

m73

Posté par jourstranquilles à 07:09 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 2 mai 2017

C'est arrivé un 2 mai....

ben

Posté par jourstranquilles à 11:36 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 30 avril 2017

Journée du souvenir - in memorem

nazisme

Posté par jourstranquilles à 11:41 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 24 avril 2017

La Marseillaise

Le 24 avril 1792, Claude Joseph Rouget de Lisle compose "La Marseille". Ce chant révolutionnaire, initialement baptisé "Chant de guerre pour l'armée du Rhin", est entonné par les troupes marseillaises lors de leur entrée à Paris le 30 juillet 1792. Les parisiens le baptisent alors "La Marseillaise", qui devient officiellement "chant national" de la Première République le 14 juillet 1795. Aujourd’hui, l’article 2 de la constitution française détermine que l’hymne national est "La Marseillaise".

marseillaise

Posté par jourstranquilles à 06:15 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 23 avril 2017

In memorem : Joëlle du groupe "Il était une fois"

Posté par jourstranquilles à 07:04 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]