Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mardi 14 février 2017

Saint Valentin

Posté par jourstranquilles à 14:04 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Saint Valentin

Posté par jourstranquilles à 14:03 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fillon oppose une fin de non-recevoir aux parlementaires frondeurs

François Fillon pensait avoir fait taire les élus Les Républicains les plus vindicatifs avec sa conférence de presse, lundi 6 février. Il faut croire qu'il n'en est rien puisque 17 parlementaires, dont le député Georges Fenech, qui avait été le premier à réclamer le retrait du candidat, se sont réunis, hier soir, dans un restaurant parisien. "On demande à François Fillon de prendre ses responsabilités, confie l'un d'eux à franceinfo. Il n'y a pas d'embellie et sur le terrain, c'est terrible, les gens sont désabusés." Ce petit groupe de frondeurs a également demandé la convocation du bureau politique des Républicains. En réunion de groupe à l'Assemblée nationale ce matin, François Fillon leur a opposé une fin de non-recevoir. "Il n'y a pas de solution alternative (...). J'ai pris ma décision, je ne reviendrai pas dessus", a-t-il déclaré, selon les propos rapportés par des participants à franceinfo. Finalement, Georges Fenech a indiqué qu'il retirait sa demande de réunion du bureau politique.

Posté par jourstranquilles à 12:51 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Saint Valentin

16465737_160582184446772_4552130683346092032_n

16584026_1853444631594893_236115565104594944_n

Posté par jourstranquilles à 07:36 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Exposition au CENT QUATRE - Circulation(s)

DSCN4715

DSCN4716

DSCN4717

DSCN4718

DSCN4719

DSCN4720

DSCN4721

DSCN4722

DSCN4723

Posté par jourstranquilles à 07:34 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Chinois Gao Bo à la Maison Européenne de la Photographie (MEP)

Spectaculaire, l’installation du Chinois Gao Bo à la Maison européenne de la photographie. Et ça commence dès le jardin japonais du musée, dans l’entrée, où l’artiste a entassé 1 000 pierres ornées des visages de 1 000 Tibétains, accompagnés d’un millier de bougeoirs fabriqués là-bas.

A l’intérieur du lieu, le Chinois a aussi revisité ses anciennes photos du Tibet en les retouchant d’une encre faite avec son propre sang. Un cri désespéré pour dire le sort réservé par la Chine à la nation tibétaine ? L’intéressé dément. « L’art est une blessure. Il y a de la souffrance dans toute mon œuvre », dit l’artiste, qui martyrise ses images en les recouvrant de peinture, brûle ses châssis, colle des branches d’arbres bandées comme des membres amputés, invente une écriture automatique.

La mort de sa mère, la maladie d’une amie atteinte d’un cancer, le sort des condamnés à mort chinois donnent lieu à des installations qui évoquent parfois l’artiste allemand Anselm Kieffer. Un univers pas toujours subtil, mais visuellement très efficace. Claire Guillot

Maison européenne de la photographie, 5-7 rue de Fourcy, Paris 4e. Mo Saint-Paul. Tel. : 01-44-78-75-00. Jusqu’au 9 avril. Ouvert du mercredi au dimanche, de 11 heures à 19 h 45. De 4,5 € à 8 €.

gao-bo-offrandes-mep-7-fc3a9vrier-2017-3-copier

gao-bo-offrandes-mep-7-fc3a9vrier-2017-6-copier

16585353_1952130285023264_2419317213405118464_n

L'installation "Offrande du mandala" de Gao Bo dans la cour de la MEP. Ensemble de 1 000 portraits de tibétains. Tirages au bromure d'argent émulsionnés sur pierres.

Posté par jourstranquilles à 07:32 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu sur internet - j'aime beaucoup

cc18

Posté par jourstranquilles à 07:28 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Christophe Mourthé (photographe)

16230923_678919758935727_3101570079725191168_n

Posté par jourstranquilles à 07:28 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le « sexe non simulé » dans un film n’est plus synonyme d’interdiction aux mineurs

Capture plein écran 23102016 180338

Un décret paru au « Journal officiel » modifie les critères de classification des productions audiovisuelles.

L’interdiction aux moins de 18 ans n’est plus systématique pour les films contenant des scènes de « sexe non simulé ». Un décret modifiant les critères de classification des productions audiovisuelles a été publié jeudi 9 février au Journal officiel.

Celui-ci entend adapter les textes après une série de procédures en justice engagées par l’association Promouvoir, proche des catholiques traditionalistes, afin de relever l’âge autorisé pour voir des films comme Love de Gaspar Noé, ou La Vie d’Adèled’Abdellatif Kechiche.

La mention du code du cinéma entraînant l’interdiction automatique d’un film aux mineurs lorsque celui-ci « comporte des scènes de sexe non simulées ou de très grande violence » est supprimée, afin de redonner plus de liberté d’appréciation à la commission de classification des films du Centre national du cinéma (CNC), chargée de donner des avis.

Désormais, la mesure de classification devra être « proportionnée aux exigences tenant à la protection de l’enfance et de la jeunesse, au regard de la sensibilité et du développement de la personnalité propres à chaque âge, et au respect de la dignité humaine ».

Classification « X »

Le décret prévoit cependant que « lorsque l’œuvre ou le document comporte des scènes qui sont de nature, en particulier par leur accumulation, à troubler gravement la sensibilité des mineurs, à présenter la violence sous un jour favorable ou à la banaliser », le visa d’exploitation doit s’accompagner d’une interdiction aux moins de 18 ans, avec ou sans classement « X ».

Dans ce cas, « le parti pris esthétique ou le procédé narratif sur lequel repose l’œuvre ou le document peut justifier que le visa d’exploitation ne soit accompagné » que d’une prohibition aux mineurs.

Outre la classification « X » pour les films pornographiques (qui limite leur diffusion aux salles spécialisées), un film peut être interdit aux moins de 18 ans, aux moins de 16 ans ou aux moins de 12 ans, ces interdictions pouvant être assorties d’un avertissement.

Cour d’appel de Paris

Après les procédures ayant visé Loveou La Vie d’Adèle, la ministre de la culture, Audrey Azoulay, avait demandé un rapport à Jean-François Mary, ancien président de la commission de classification, remis en février 2016. Elle avait alors annoncé cette modification des critères afin de « conforter » les avis de cette instance.

Dans un second article, le décret prévoit que la cour administrative d’appel de Paris est désormais compétente « en premier et dernier ressort » en cas de recours dans ce domaine, afin de simplifier les procédures et d’en réduire les délais. Les parties conserveront cependant la possibilité de se pourvoir en cassation auprès du Conseil d’Etat.

Posté par jourstranquilles à 07:14 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]