Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

jeudi 12 avril 2018

Miles Aldridge

miles112

miles113

miles114

miles115

Posté par jourstranquilles à 07:00 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Au boulot !

au boulot

Posté par jourstranquilles à 06:59 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Radio France : Présidence de Radio France : six candidats pour un fauteuil

Par François Bougon, Alexandre Piquard - Le Monde

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel auditionnera les prétendants du 10 au 12 avril. Le nom du successeur de Mathieu Gallet sera connu au plus tard le 14.

Six candidats pour la pré­sidence de Radio France. Les prétendants seront auditionnés du 10 au 12 avril, a annoncé mercredi 4 avril le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Samedi 14 avril, au plus tard, sera connu le nom du successeur de Mathieu Gallet, destitué après sa condamnation pour favoritisme. L’originalité de la procédure tient à une transparence accrue : les noms et projets des candidats retenus ont été dévoilés et une partie des auditions sera publique. Le contexte est aussi particulier : le CSA exerce une fois encore ce pouvoir de nomination alors que l’exécutif a promis de le lui retirer et prévoit une grande réforme de l’audiovisuel public. Dès 2019 pourrait être créé un poste de « super-président » qui chapeauterait les dirigeants de Radio France et France Télévisions.

Sibyle Veil, la continuité

Seule femme, Sibyle Veil, 40 ans, peut, comme ses concurrents, offrir un nouveau visage à Radio France. Mais seule la directrice déléguée de Radio France, chargée des opérations et des finances, peut se prévaloir de l’héritage de Mathieu Gallet et du soutien tacite de son équipe de directeurs. Elle souhaite mieux maîtriser la diffusion des contenus sur le numérique. Et propose une « direction de l’investigation » transversale à tout l’audiovisuel public, ainsi qu’« un média global de la culture », une « offre jeunesse » et un « média de proximité » associant France Bleu et France 3. Des projets déjà en discussion entre France Télévisions, Radio France et le gouvernement.

Elle est présentée par les observateurs comme favorite, ce qui inquiète ses concurrents. Certains au sein de la majorité craignent que sa nomination ne nourrisse le reproche d’un manque d’indépendance par rapport à l’exécutif. Car cette conseillère d’Etat est issue de la même promotion de l’ENA qu’Emmanuel Macron. Comme son mari, Sébastien Veil, qui a participé à la campagne du futur président. Ses partisans rétorquent qu’elle a été conseillère du président Nicolas Sarkozy, avant de rejoindre l’AP-HP et d’être nommée à Radio France, en 2015, bien avant l’élection de M. Macron.

Jérôme Batout, connaisseur des médias

Jérôme Batout, 39 ans met en avant ses fonctions de directeur général de Publicis Media France mais aussi de conseiller à la revue Le Débat. Deux fonctions jugées « complémentaires » : l’une lui a fait connaître l’écosystème des médias pour conseiller les annonceurs sur leurs investissements publicitaires, l’autre illustre sa formation de philosophe, tout en le classant à gauche. Il a été conseiller spécial du premier ­ministre socialiste Jean-Marc Ayrault.

Sans expérience dans l’audiovisuel public, il tente de se démarquer par un projet insistant sur l’aspect « son » de la radio, promis à la « disruption » par les plates-formes numériques mais plein d’avenir, en raison des voitures connectées, notamment. Selon lui, le « cœur radio » de Radio France doit rester un média d’offre et concentrer sa puissance sur peu d’antennes. Il veut créer un « levier de diversification », produisant notamment des contenus pour des institutions extérieures.

Bruno Delport, l’amoureux de la radio

Directeur de la radio TSF Jazz, ex-directeur général du groupe Nova Press (dont le propriétaire, Mathieu Pigasse, est actionnaire à titre individuel du Monde), Bruno Delport, 53 ans, a été président de Solidarité Sida et engagé dans les campagnes d’Europe-Ecologie Les Verts depuis 2010. « J’ai bien conscience de ne pas avoir le parcours typique », a-t-il dit à BFM-TV. Il juge que France Bleu et France Musique peuvent être améliorées. Il propose d’investir sur la technologie de diffusion numérique des contenus et leur indexation pour les assistants vocaux. Il veut générer de nouveaux revenus en créant des ­« contenus dédiés » pour des marques, citant l’exemple d’Engie pour la COP 21.

François Desnoyers, l’ancien de la maison

François Desnoyers, 62 ans, connaît bien la Maison de la Radio : il y est entré en 1980 comme journaliste, en locale. Parti en 1988, ce proche de Jean-Marie Cavada y est revenu comme délégué général, durant la présidence de l’ancien présentateur, entre 1998 et 2004. Il juge que la bataille n’est pas celle des technologies, mais des contenus : « Penser que rajouter de l’image à la radio répondrait [aux] nouvelles demandes est une idée simpliste. » Pour celui qui s’était occupé des questions de décentralisation au début des années 1980, la priorité, entre France Bleu et France 3, ce sont les « synergies éditoriales ».

Guillaume Klossa, l’Européen

Guillaume Klossa, 45 ans, a connu à la fois les cabinets ministériels – notamment auprès du secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes Jean-Pierre Jouyet – et les entreprises privées comme McDonald’s ou Veritas. Mais c’est son expérience comme dirigeant de l’Union européenne de radio-télévision (UER), depuis 2013, la plus grande alliance de médias de service public, qu’il met en avant : une façon de souligner qu’il travaille déjà à la mise en place de synergies entre différentes structures, sur le modèle de ce que souhaite le gouvernement pour Radio France et France Télévisions.

Christophe Tardieu, l’homme de culture publique

Une grande partie de la carrière de Christophe Tardieu, 53 ans, a été celle d’un numéro deux, au Château de Versailles, à l’Opéra de Paris ou au Centre national du cinéma. Cet inspecteur des finances, qui a été conseiller de Christine Albanel, ministre de la culture de M. Sarkozy, veut s’inscrire dans la continuité de M. Gallet. Il dit vouloir garder les équipes en place. S’il insiste lui aussi sur la nécessaire adaptation aux usages du numérique, il se distingue par sa volonté d’accorder « une place plus importante à la chanson française » et de « développer encore davantage la place des langues régionales sur les antennes de France Bleu ».

Posté par jourstranquilles à 06:58 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jacquemus

jacquemus

Posté par jourstranquilles à 06:54 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Extrait d'un shooting

117909581_o

snap2

snap3

Posté par jourstranquilles à 06:43 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Hollande l’humilié – Le Parisien

Il y a une rancœur qui saute aux yeux chez François Hollande. Mais aussi un sentiment que ni son humour, ni sa cordialité ni ses bonhommes rondeurs ne parviennent à masquer : l’humiliation. Mettons-nous quelques instants à sa place. Voilà un homme qui, au sortir d’un quinquennat infernal, voit l’embellie économique profiter à son successeur. Grâce aux mesures qu’il a prises, affirme-t-il. Pas seulement, mais c’est vrai que la reprise doit - pour l’instant - plus au socialiste qu’à Emmanuel Macron. « Hollande la baraka », disait-on un temps. Mais la chance a tourné depuis longtemps pour l’ancien chef de l’Etat. Autre exemple de cette bonne étoile qui a filé chez son successeur : le cas Assad, fin août 2013. La fermeté et la détermination de Hollande avaient buté sur l’indécision d’Obama. Il avait lâché le Français alors qu’ils s’apprêtaient à châtier le régime syrien. Presque cinq ans plus tard, les deux pays s’apprêtent à frapper le raïs, coupable d’avoir à nouveau franchi la ligne rouge en gazant son peuple. Une question de jours et peut-être d’heures. C’est encore Macron qu’on créditera pour sa « détermination » et sa fermeté, là où Hollande s’était retrouvé en capitaine abandonné. On comprend l’obsession - qui affleure dans chaque chapitre de ses Mémoires - de ce dernier pour son ancien conseiller qui lui a tout chipé : son fauteuil, son bilan, sa guerre contre Assad… Ce qu’on comprend moins, c’est le timing de l’ex-président. Pourquoi tant de précipitation à vouloir redorer son blason et tacler Macron, alors que les Français ne sont pas prêts à entendre qu’il aurait pu avoir raison ? A occuper le terrain de la sorte moins d’un an après son éviction, en oubliant d‘attendre son « heure », il se prive d’une véritable revanche.

Posté par jourstranquilles à 04:55 - Politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 11 avril 2018

Facebook

Affaire Cambridge Analytica

Facebook : face au Congrès américain, la stratégie des excuses ne suffit plus

Par Morgane Tual - Le Monde

Après avoir affronté les sénateurs, Mark Zuckerberg s’est présenté mercredi devant les élus de la Chambre des représentants. Un exercice plus ardu, avec des interlocuteurs plus tenaces.

Le ton s’est durci, mercredi 11 avril après-midi, lors de la deuxième audition de Mark Zuckerberg au Congrès des Etats-Unis. La veille, le patron et fondateur de Facebook avait affronté pendant cinq heures les questions des sénateurs américains, pour s’expliquer sur la responsabilité de son réseau social, après le scandale Cambridge Analytica, dans lequel les données de 87 millions d’utilisateurs ont été siphonnées. Mercredi, le trentenaire se présentait cette fois devant les élus de la Chambre des représentants.

Si sa première prestation a été considérée comme une réussite face aux questions, souvent mal informées, des sénateurs, M. Zuckerberg s’est retrouvé confronté, le lendemain, à des interlocuteurs plus coriaces – et qui connaissaient mieux leurs dossiers.

Questions insistantes, relances acerbes

Comme le démocrate Ben Lujan (Nouveau-Mexique), qui s’est fait remarquer lors d’une déclaration musclée sur la façon dont Facebook collecte les données des internautes, même si ceux-ci ne sont pas inscrits sur le réseau social. « Nous collectons [ces données] pour des raisons de sécurité », s’est défendu Mark Zuckerberg. « Est-ce que quelqu’un qui n’a pas de compte Facebook peut demander à Facebook de cesser cette collecte ? », a demandé, avec une fausse innocence, l’élu – la ligne de défense du PDG consiste à répéter que les utilisateurs ont un total contrôle sur la collecte de leurs données.

« Donc, vous dites à des gens qui n’ont même pas de compte Facebook de s’inscrire à Facebook pour pouvoir accéder à leurs données… »

Les bribes de réponse apportées par Mark Zuckeberg n’ont pas suffi à convaincre.

Questions insistantes, répétées, plus concrètes, précises, relances acerbes… Le patron de Facebook a sans cesse été coupé, les parlementaires refusant de se laisser endormir par des digressions. « Oui ou non ? », ont-ils souvent interrompu leur interlocuteur.

Mark Zuckeberg, qui s’était minutieusement préparé à ces deux épreuves, a semblé cette fois prendre sur lui pour ne pas laisser poindre son exaspération.

Sa feuille de route : garder son calme, se montrer poli, respectueux – chacune de ses interventions commençait par un poli « M. le représentant » ou « Mme la représentante » –, ne pas faire d’esprit… Et surtout, surtout, reconnaître humblement ses erreurs.

« En quoi les excuses d’aujourd’hui sont-elles différentes ? »

C’est d’ailleurs de cette manière que Mark Zuckerberg a introduit ses deux interventions :

« Nous n’avons pas fait assez pour empêcher ces outils d’être utilisés à mauvais escient. Nous n’avons pas pris suffisamment conscience de notre responsabilité, et c’était une énorme erreur. C’était mon erreur, et je vous présente mes excuses. »

Une habitude chez Facebook : à chaque crise, l’entreprise présente ses excuses, puis annonce une série de mesures et promet que cela ne se reproduira plus. Mais après bientôt quinze ans d’existence, il semblerait que cette stratégie ne suffise plus à apaiser, voire duper, les élus américains.

« Vous avez une longue histoire de croissance et de succès, mais vous avez aussi une longue liste d’excuses, qui ont commencé en 2003 à Harvard », a ainsi lancé la démocrate Jan Schakowsky (Illinois), en référence au site créé par l’étudiant Zuckerberg qui permettait alors de comparer le physique des étudiantes. A l’époque, il avait déjà battre sa coulpe : « Je m’excuse pour tout le mal qu’a pu causer ma négligence. » Elle poursuit, déroulant la liste des excuses de Mark Zuckerberg :

« – 2006 : “nous avons vraiment fait une erreur”.

– 2007 : “nous avons fait du mauvais travail, je m’excuse”.

– 2010 : “parfois nous allons trop vite”.

– 2011 : “je suis le premier à admettre que nous avons fait pas mal d’erreurs”.

– 2017 : “je vous demande de me pardonner, je vais faire en sorte de m’améliorer”. »

Pour elle, « cela prouve que l’autorégulation ne fonctionne pas ». La veille, plusieurs sénateurs avaient également dénoncé cette stratégie, comme le sénateur républicain John Thune (Dakota du Sud).

« Après plus d’une décennie passée à promettre que vous allez vous améliorer, en quoi les excuses d’aujourd’hui sont-elles différentes ? Et pourquoi devrions-nous croire Facebook, quand il nous dit qu’il fera les changements nécessaires pour sécuriser les données des utilisateurs ? »

Réponse du PDG : « Ces erreurs étaient différentes. Nous essayons de ne pas commettre les mêmes erreurs plusieurs fois. » « Arrêtez de vous excusez, et faisons en sorte que cela change », avait aussitôt enjoint la sénatrice démocrate du Nevada Catherine Cortez Masto.

Régulation « inévitable »

Changer les choses, certes, mais de qui est-ce vraiment la responsabilité ? La capacité de Facebook et des grandes plates-formes à s’autoréglementer ne semble plus convaincre. Et contrairement aux erreurs commises par le réseau social par le passé, l’interférence dans les élections américaines et le siphonnage de données de dizaines de millions d’Américains ont marqué une rupture pour les élus.

La menace de la régulation se fait plus pressante, et Mark Zuckerberg a laissé entendre face au Congrès qu’il n’y était pas fondamentalement opposé. « L’importance d’Internet grandit dans le monde et je pense qu’une certaine forme de régulation est inévitable », a-t-il déclaré mercredi, sans vouloir se montrer plus précis. « Mais il faut faire attention en la mettant en place, a-t-il poursuivi. Souvent les régulations appliquées font qu’une entreprise disposant de ressources telles que les nôtres peut les respecter mais pour des entreprises plus petites cela peut être plus difficile de le faire. »

Cela représente un changement de discours de la part de Facebook qui tente, depuis des années, d’éviter que les Etats ne légifèrent, et n’interfèrent dans ses activités.

Les données de Mark Zuckerberg aspirées

Cette deuxième audition fut toutefois pauvre en révélations – tout juste a-t-on appris que les données personnelles de Mark Zuckerberg lui-même avaient, elles aussi, été aspirées au profit de Cambridge Analytica.

Les questions, bien que plus pointues, ressemblaient pour la plupart à celles posées la veille par les sénateurs. Et les réponses, bien préparées, étaient parfois mot pour mot identiques.

Même si les sujets évoqués dépassaient, bien largement, les questions directement liées au scandale Cambridge Analytica – dont le nouveau PDG a d’ailleurs annoncé mercredi, en parallèle, quitter son poste.

Manque de diversité dans l’entreprise, possibilité d’achat de drogue via Facebook, usurpation d’identité, protection des enfants, liberté d’expression et même trafic d’ivoire dans des groupes privés… Mark Zuckerberg a dû répondre à des questions très variées. Tandis que d’autres, pourtant bien essentielles, restent invariablement en suspens.

Posté par jourstranquilles à 22:26 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Affiche du prochain Festival de Cannes

cannes

Posté par jourstranquilles à 22:22 - Festival de Cannes - Commentaires [0] - Permalien [#]

Donald Trump

trump

Posté par jourstranquilles à 16:33 - Etats Unis - Commentaires [0] - Permalien [#]

Breaking news : Emmanuel Macron en visite en Australie en mai

Le président français effectuera sa première visite officielle en Australie en mai prochain.

Emmanuel Macron se rendra en Australie à partir du 1er mai pour un séjour de trois jours. Lors de cette visite, le président français et le premier ministre australien Malcom Turnbull évoqueront la question du programme sous-marin australien estimé à 50 milliards de dollars, dont la construction est actuellement prise en charge par l’entreprise française Naval Group.

« Nous discuterons aussi des prochaines étapes pour permettre l’ouverture de négociations devant aboutir à un accord de libre-échange entre l’Australie et l’Union Européenne », s’est également exprimé mercredi matin M. Turnbull.

La ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, a estimé que la période post-Brexit offrirait des opportunités pour renforcer les liens économiques de l’Australie avec nombre de pays européens. « Nous avons déjà de solides relations avec la France, et le Brexit est l’occasion pour nous de solidifier nos liens économiques et sécuritaires avec ce pays, a-t-elle déclaré. Dans le domaine de la défense en particulier, nous travaillons déjà de façon étroite avec la France sur notre programme de sous-marins. Mais d’autres opportunités sont encore ouvertes ».

Source : thenewdaily.com.au

Posté par jourstranquilles à 07:53 - Politique - Commentaires [0] - Permalien [#]