Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

dimanche 11 juin 2017

Paris vu du ballon Generali - Parc Citroën

vu du ballon

Posté par jourstranquilles à 07:00 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Rétrospective de Pierre et Gilles au Havre

Le MuMa du Havre, ville natale de Gilles, donne carte blanche à Pierre et Gilles, pour le second temps d’une grande rétrospective proposée en collaboration avec le Musée d’Ixelles à Bruxelles qui leur a consacré une exposition du 16 février au 14 mai 2017.

Il y a quarante ans, Pierre Commoy et Gilles Blanchard se rencontraient pour former presque aussitôt le duo Pierre et Gilles. Quarante ans d’une complicité amoureuse et artistique, qui a fait naître des portraits entre photographie et peinture, des images nourries d’art et de culture populaire devenues mythiques. Madonna, Jean-Paul Gaultier, Stromae, Isabelle Huppert… mais aussi des proches, incarnant marins ou soldats, ont défilé devant l’objectif du couple pour y être immortalisés, puis idéalisés au pinceau, dans un style unique, brillant mélange de références à la mythologie, aux religions, aux contes de fées, mais toujours ancré dans les réalités du monde contemporain.

Dans l’écrin du Musée d’art moderne André Malraux (MuMa), Pierre et Gilles ont imaginé une installation spécifique dans la grande nef du musée à partir des cabanes de plages typiques de la ville. Au rez-de-chaussée, ils revisitent l’accrochage à partir des riches collections du musée. Et pour mieux saisir l’histoire du duo avec le Havre, un « cabinet de curiosités » présente un ensemble d’objets personnels insolites, de dessins et d’œuvres de jeunesse, de toiles de peintres locaux, le tout dans une mise en scène dont seuls Pierre et Gilles ont le secret.

Sous le commissariat scientifique de Sophie Duplaix, conservatrice en chef au Musée national d’art moderne, Centre Pompidou (Paris), l’exposition rassemble plus de 80 œuvres datant de la fin des années 1970 à aujourd’hui regroupées en ensembles thématiques.

Pierre et Gilles, Clair-obscur

Jusqu'au 20 août 2017

MuMa – Musée d’art moderne André Malraux

2 Boulevard Clemenceau

76600 Le Havre

France

www.muma-lehavre.fr/

p1

p2

p3

p4

p5

p6

p7

p8

p9

Voir mes anciens billets sur Pierre et Gilles

Posté par jourstranquilles à 06:46 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Elections Législatives

DSCN5780

Posté par jourstranquilles à 06:45 - Elections Législatives 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Street Art

street0178

street378

street516

street684

Posté par jourstranquilles à 06:31 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Annie Leibovitz

annie215

annie3156

Posté par jourstranquilles à 04:27 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Minotaure

18644742_1687095054928552_2569407362414673920_n

https://fr.wikipedia.org/wiki/Minotaure

Posté par jourstranquilles à 02:24 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Oradour sur Glane - Le président et le survivant

oradour254

Robert Hébras a survécu sous les corps mitraillés des autres villageois le 10 juin 1944.

De notre envoyée spéciale À Oradour-Sur-Glane (haute-Vienne) - Le Parisien

Pendant près d’une heure, il n’a presque plus concentré l’attention sur lui. Bien sûr, les habitants d’Oradour étaient venus voir ce nouveau président à qui tout semble réussir… Mais lors de la visite du village martyr, la force du témoignage de l’ultime survivant, Robert Hébras, l’a par moments emporté sur la curiosité suscitée par Emmanuel Macron, qui était là pour la première fois dans la région en tant que président. C’est à ce vieil homme de 91 ans que le chef de l’Etat avait promis de revenir. Et c’est à ses côtés, entouré de jeunes élèves, qu’il a traversé les ruines du village, laissé en l’état depuis sa destruction le 10 juin 1944 par les nazis.

Voyage dans le passé

« J’habitais ici avec ma mère et mes sœurs, raconte Hébras devant ce jeune public attentif. Quand la petite dernière est partie à l’école, je ne savais pas que c’était la dernière fois que je l’embrassais. » L’ancienne et la nouvelle génération déambulent. Les caméras sont là, le président serre un garçonnet dans ses bras. Un selfie ? Non, pas ici, dit-il. Le temps s’arrête pendant la minute de silence dans la nef de l’ancienne église où 450 femmes et enfants furent brûlés vifs. Puis les questions des jeunes reprennent de plus belle. Comme à l’école, ils lèvent la main, tout en marchant. « Comment survit-on après ça ? » demande un collégien. « Comme on peut », souffle le survivant. Lui ne s’est pas caché comme Martial, son copain garagiste, qui a senti le danger. Une discussion à bâtons rompus s’engage. La soif de questions ne s’épuise pas. Emmanuel Macron s’efface. Dans le rôle du passeur ou de l’instituteur, il distribue la parole. La chaleur est écrasante. « On va à la grange ? Les autres nous attendent au soleil », finit-il par lâcher avant son discours, une pointe d’impatience dans la voix. La grange, là où Hébras a miraculeusement survécu sous les corps mitraillés des autres hommes du village. Le temps de ce court voyage dans le passé, Macron n’était plus la vedette ni le maître des horloges. M.E.

Posté par jourstranquilles à 02:20 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

Coquelicots

coquemicots254

coquelicots (1)

coquelicots (2)

Photos : Faustine

Posté par jourstranquilles à 01:22 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Araki

araki369

Voir mes précents billets sur ARAKI

Posté par jourstranquilles à 00:28 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 10 juin 2017

Histoire de Melody Nelson

melody nelson

Posté par jourstranquilles à 19:29 - Serge Gainsbourg - Commentaires [0] - Permalien [#]