Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

dimanche 30 septembre 2018

Miss Bretagne 2018. La Morbihannaise Emilie Bachellereau sacrée à Fougères

miss1

Samedi soir à Fougères, la Morbihannaise Emilie Bachellereau a été sacrée Miss Bretagne 2018.

Samedi soir, 16 jeunes femmes étaient présentes à l’Espace Aumaillerie à Fougères - ville de naissance de la Miss France 2017 Maëva Coucke - pour l’élection de Miss Bretagne 2018. Elles ont défilé devant près de 800 personnes dont trois anciennes Miss Bretagne : Caroline Lemée, Maurane Bouazza et Léa Bizeul.

Après un passage en robe de mariée, en robe de soirée ainsi qu’en maillot de bain, le public et le jury ont décerné le titre de Miss Bretagne 2018 à Emilie Bachellereau, une jeune femme de 22 ans originaire de Larmor-Plage (Morbihan). Cette étudiante en première année de master de management, marketing et communication à Rennes avait décroché la place de troisième dauphine l’année dernière lors de cette élection.

miss2

Miss Bretagne. Les 16 candidates en lice pour l'élection

Concernant le palmarès 2018, la première dauphine est Maïwenn Calippe, originaire de Quimper ; la deuxième dauphine est Mélanie Vannier de Fougères ; la troisième dauphine est Audrey Desiles de Vern-sur-Seiche ; et enfin Gwendoline Gaudry d’Erquy.

Désormais, Emilie Bachellereau - Miss Bretagne 2018 - est qualifiée pour l’élection de Miss France 2018 qui se déroulera le 15 décembre au Zénith de Lille.

Posté par jourstranquilles à 09:27 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

BIRMANIE : Massacre de dix Rohingya - deux journalistes de Reuters emprisonnés

Posté par jourstranquilles à 09:06 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

EXPOSITION - Zoé Duchesne - Poupée

Galerie Marguerite Milin

Poupée est une série d’autoportraits créée par Zoé Duchesne, composée de 25 courtsmétrages et de plus de 30 tableaux photographiques.

Dans une esthétique qui emprunte à la fois au cinéma muet, au théâtre grotesque et aux arts visuels, la série d’œuvres représente de manière symbolique les crises existentielles de l’humain et l’inévitable perte de l’innocence » a déclarée Zoé Duchesne qui a fait une apparition remarquée sur le tapis rouge du Festival de Cannes en mai 2014.

Zoé Duchesne est mannequin internationale depuis 15 ans. Associé aux plus grandes marques, Chanel, Revlon, Clarins, Guess, Victoria’s Secret et Sport Illustrated parmi tant d’autres, elle a travaillé aux quatre coins du monde et partage son temps entre Montréal et Paris.

À 18 ans, en devenant mannequin, Zoé réalisait un rêve de petite fille. Or, la superficialité du métier a tôt fait de la désillusionner et elle plonge dans la solitude. Ses crises existentielles viennent nourrir son esprit créatif et Zoé explore alors l’écriture et la peinture, qui l’aident à meubler un vide que son métier d’apparence n’arrive pas à combler. À ce stade, Zoé réalise que la création est essentielle à son épanouissement et à son autonomie. Elle incarne alors POUPÉE, un personnage à la fois émouvant et cru qui illustre de manière poétique son vécu émotionnel et psychologique.

POUPÉE évolue depuis maintenant cinq ans dans une démarche artistique entièrement indépendante, où Zoé explore diverses facettes de la création, comme la réalisation cinématographique, la photographie et les performances d’actrice. Le tout sans aucune retouche ni photoshop.

INFORMATIONS PRATIQUES

Galerie Marguerite Milin

46 rue du Château d´Eau

75010 Paris

Jusqu'au 28 octobre 2018

les jeudi, vendredi, samedi, mardi, mercredi de 11h à 19h

le dimanche de 11h30 à 15h30

zoe

zoe1

zoepicture (1)

zoepicture (2)

zoepicture (3)

zoepicture (4)

zoepicture (5)

zoepicture (6)

zoepicture (7)

zoepicture (8)

POUPÉE / ZOÉ DUCHESNE

« Je m’appelle Zoé. Zoé ça veut dire Vie »

Zoé Duchesne , née le 22 novembre 1981 à Montréal, est une artiste Canadienne qui explore la dualité de l’être et repousse les frontières de l’image et du mental à travers ses performances. Ayant été mannequin et actrice pendant plusieurs années, elle place le langage du corps au centre de son travail artistique. C’est au coeur de son propre vécu émotionnel qu’elle puise sa créativité.

« Nous vivons dans une société qui est en constante recherche du bonheur alors que tout porte à s’en éloigner. On nous montre dès le plus jeune âge à fuir nos émotions on nous bourre d’information superficiels et avec le temps nous devenons des êtres insensibles et malheureux. »

Pour produire ses oeuvres, Zoé Duchesne travaille sans assistant assumant ainsi les multiples rôles tels que photographe, maquilleuse et costumière. Poupée est une série d’autoportraits composée de courts métrages et de tableaux photographiques.

 » Je ne me maquille pas pour me cacher mais pour mieux me voir. »

Dans un esthétique qui emprunte à la fois au cinéma muet, au théâtre grotesque et aux arts visuels, la série d’oeuvre présente de manière symbolique les crises existentielles de l’humain et son inévitable perte d’innocence.

Regroupés, ces films et ces photographies forment une exposition percutante faisant écho à divers phénomènes de notre société de consommation comme le règne de l’image,  le culte du corps et l’hypersexualisation. De manière intime, drôle et touchante,  Zoé Duchesne explore les angoisses créées par ces phénomènes et raconte par le fait même sa propre renaissance.

« Poupée c’est  un personnage que j’ai créer pour interpréter cette façade invisible de la vie… La vie elle même. »

zoepicture (9)

zoepicture (10)

zoepicture (11)

zoepicture (12)

zoepicture (13)

zoepicture (14)

zoepicture (15)

zoepicture (16)

 

Posté par jourstranquilles à 05:59 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

PARIS FASHION WEEK : défilé L'OREAL

loreal

Vous avez toujours rêvé d'assister à un défilé de la Fashion Week de Paris mais vous n'avez jamais réussi à choper le Saint-Graal, à savoir une invitation ? Tout va changer au cours de la Paris Fashion Week 2018 puisque L'Oréal Paris a décidé de bousculer les codes de la Fashion Week.

Le 30 septembre 2018, vous allez pouvoir assister au défilé de la marque, gratuitement, depuis les Quais de Seine. Pour cela, rendez-vous au Pont de Solférino pour découvrir l'immense podium flottant de 60 mètres de long que L'Oréal va mettre en place pour son défilé 2018.

Après les Champs-Elysées, la marque française va en effet célébrer la mode et la beauté sur la Seine. Une première à Paris ! Le défilé bénéficiera même d'un arrêt du trafic fluvial pour l'occasion, afin de ne pas perturber le défilé de ses mannequins sur le catwalk - parmi lesquels Doutzen Kroes, Eva Longoria, Andie McDowell ou encore l'actrice Elle Fanning.

Si vous ne pouvez pas vous sur les quais de Seine ce jour-là pour contempler les 70 looks imaginés par Val Garland et Stéphane Lancien, pas de panique, le défilé sera retransmis en live dans plus de 30 pays du monde entier.

Parce-que vous le valez bien !

Adresse: Pont de Solferino

Accès gratuit

MODE A l'occasion de la Fashion Week, le défilé L'Oréal Paris, ouvert à tous, est de retour ce dimanche à 14 heures sur un podium flottant sur la Seine…

loreal11

L’Oréal Paris organise un défilé ouvert à tous ce dimanche à Paris avec de nombreuses égéries dont Eva Longoria.

Il s’agit d’un défilé qui aura lieu sur une structure flottante posée sur la scène.

L’événement sera retransmis sur les réseaux sociaux de la marque dans 30 pays.

Un défilé ouvert à tous. L'Oréal Paris organise pour la seconde fois un défilé avec ses égéries à l’occasion de la Fashion Week. Après avoir choisi l’an dernier l’emblématique décor des Champs-Elysées, cette seconde édition se déroulera ce dimanche sur un podium flottant sur la Seine, au port de Solférino.

« La vocation de la marque L’Oréal Paris, c’est un peu de démocratiser le meilleur de la beauté », explique Pierre-Emmanuel Angeloglou, Brand Global Président L’Oréal Paris. Ce défilé s’inscrit donc dans « cette démarche de démocratisation et d’ouverture à tous ». En plus de quelque 400 invités triés sur le volet, L’Oréal Paris attend plusieurs dizaines de milliers de spectateurs au bord du catwalk sur les quais pour assister gratuitement à un show automne hiver 2018-2019.

Ecrans géants et retransmission dans 30 pays

« On tient beaucoup au fait d’ouvrir cet événement à un maximum de participants. On a même installé des écrans géants pour faire en sorte que les spectateurs puissent avoir une visibilité maximum de cet événement », détaille Pierre-Emmanuel Angeloglou. Cet événement sera pour la première fois retransmis en direct dans plus de 30 pays à la fois sur les réseaux sociaux de la marque, mais également via ses différents partenaires commerciaux. « On aura des images filmées par drone, des plans cadrés et décadrés », souligne le Brand Global Président L’Oréal Paris.

Nombreux seront donc ceux qui pourront apprécier cet événement préparé depuis plusieurs mois. « Il y a une dimension technique qui est assez incroyable, parce que c’est quand même un podium de 60 m de long, sur 7,5 m de large, c’est huit jours de montage et de démontage, c’est 300 personnes qui sont mobilisées le jour J », résume Pierre-Emmanuel Angeloglou. Le trafic fluvial sera même temporairement arrêté. « On travaille en parfaite collaboration avec la mairie de Paris, la préfecture de Police, et aussi les autorités fluviales et portuaires. On travaille avec les autorités pour assurer de parfaites conditions de sécurité », se félicite Pierre-Emmanuel Angeloglou.

La multi-médaillée Marie Bochet sur le catwalk

De quoi assurer les arrières des spectateurs mais aussi des égéries de la marque, telles que Doutzen Kroes, Elle Fanning, Eva Longoria ou encore Andie MacDowell. « Nikolaj Coster Waldau, alias Jaime Lannister dans Game of Thrones sera également présent. C’est aussi intéressant d’avoir la présence de quelques hommes et je pense que cela contribuera aussi à l’attractivité », détaille Pierre-Emmanuel Angeloglou.

La multi-médaillée Marie Bochet, qui a rejoint le clan des égéries beauté L’Oréal Paris, défilera à cette occasion pour la première fois pendant la Fashion Week parisienne. « C’est la plus titrée des jeux paralympiques en France. C’est pour nous un exemple formidable parce que fondamentalement, elle nous permet aussi de véhiculer une image d’accomplissement de soi », se réjouit Pierre-Emmanuel Angeloglou.

Une quinzaine de créateurs à l’honneur

Ces égéries défileront vêtues des looks imaginés par 12 créateurs : Ami, Atlein, Balmain, Elie Saab, Esteban Cortazar, Giambattista Valli, Isabel Marant, Jacquemus, Off White, Pierre Hardy, Poiret, Sonia Rykiel. « Dans notre sélection, on recherche une complémentarité de grands noms qui résonnent et de talents émergents », analyse Pierre-Emmanuel Angeloglou. « Le thème qu’on leur a proposé est d’illustrer leur vision de la Parisienne, de la beauté parisienne de jour comme de nuit », explique Pierre-Emmanuel Angeloglou. Et d’ajouter : « On fait défiler les looks de la saison en cours, des looks d’automne-hiver, ce qui fait qu’il y a une forme d’immédiateté pour le public. Ce sont des looks que vous trouvez aujourd’hui dans les boutiques de ces grandes maisons. »

« Il y a d’abord un objectif de visibilité pour la marque »

Le défilé sera également l’occasion pour L’Oréal de présenter sa nouvelle gamme de rouge à lèvres (Les Chocolats), le mascara « Unlimited » et un nouveau fond de teint « Infaillible ». Ou la collection de maquillage capsule créée par L’Oréal Paris et Isabel Marant, « une des femmes les plus emblématiques de la place parisienne » [disponible depuis ce 27 septembre sur le site L’Oréal Paris]. « Isabel Marant a une vision particulière de la beauté parisienne où on en fait jamais

Objectif de la marque de cosmétiques avec ce gigantesque rendez-vous ? « Celui de la visibilité pour la marque et, plus important encore, c’est une façon de renforcer notre relation avec les femmes et les hommes, les consommateurs mais aussi la perception de la marque et de ses valeurs », répond Pierre-Emmanuel Angeloglou. Et de conclure : « L’un des messages que l’on souhaite faire passer au travers ce défilé, c’est que la marque L’Oréal Paris est ancrée dans Paris, capitale de la beauté et de la mode. »

https://twitter.com/Loreal?lang=fr

https://www.youtube.com/watch?v=vnOvZW8GV7g

Posté par jourstranquilles à 04:08 - Fashion Week - Commentaires [0] - Permalien [#]

AQUARIUS

aquarius

Posté par jourstranquilles à 01:14 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 29 septembre 2018

NANTES : 1 500 manifestants pour le rattachement de Nantes à la Bretagne

Les manifestants, parmi lesquels des jeunes, en tête de cortège, ont rejoint la rue de Strasbourg, puis la préfecture. Ils sont ensuite passés sur le cours des Cinquante-Otages pour revenir au niveau du miroir d’eau. Dans les rangs, certains scandaient : «Ici c’est la Bretagne, pas les Pays de la Loire.»

Une Coordination démocratique de Bretagne a vu le jour pour organiser la manifestation. On y retrouve le collectif 44 = Breizh, l’association Ai’ta, qui défend l’usage du breton dans les lieux publics, des associations culturelles bretonnes. 5 000 affiches ont été collées et 10 000 tracts distribués pour appeler à la mobilisation.

« Nous demandons un référendum dans les cinq départements bretons pour que l’ensemble des habitants puissent choisir le cadre institutionnel dans lequel ils veulent vivre », explique Anton Burel, représentant cette coordination. Une pétition a déjà recueilli 80 000 signatures.

nantes1

Posté par jourstranquilles à 16:00 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Casting : Paris Première recherche… des « cons »

casting con

Paris Première, la chaîne payante de M6, prépare une émission pour les 20 ans du film "Le Dîner de cons" et recherche des participants via une annonce insolite.

Qu’avez vous de prévu mercredi soir ? Un dîner, ça vous tente ? Ou plutôt… un casting.

Pour fêter les 20 ans du célèbre film de Francis Veber, « Le Dîner de cons », Paris Première souhaite réaliser une émission spéciale sur ces personnages un peu simplets, à l’image de François Pignon, interprété par Jacques Villeret. La chaîne du groupe M6 recherche donc… des « cons ».

« Vous vous sentez parfois con ? »

Pour les dénicher, elle a publié une petite annonce insolite dans les colonnes du Parisien, mercredi 26 septembre. Passée inaperçue, mais repérée par Pure Médias, elle paraît presque parodique :

La place du « con »

Nos confrères ont contacté la chaîne, qui confirme ce casting. Le documentaire au « ton léger » s’intéressera au « con » et à sa place dans la culture, notamment dans le cinéma populaire et la littérature.

Vous avez certainement plusieurs noms de proches en tête…

Posté par jourstranquilles à 14:16 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Street art à Vannes. Découvrez les fresques de Dédale en avant-première

vannes2

Une soixantaine d’artistes ont investi un ancien bâtiment administratif de 150 pièces prêté par la Ville de Vannes. Un lieu de création et d’exposition insolite sur le port qui sera détruit en 2020.

Vannes serait-elle en train de devenir l’une des capitales du street-art ? À côté de Paris ou de Nantes, la ville du Morbihan a désormais de sérieux atouts à faire valoir, à en croire le défilé d’artistes à la réputation internationale qui s’y pressent.

Artistes internationaux

L’association « L’art prend la rue », présidée par Laurent Sanchez, créateur du site internet de référence « Street-art-Avenue.com » n’y est pas étrangère. Ça n’est pas par hasard que le duo franco-espagnol Dourone, le Brésilien L7M ou encore l’Australien Rone ont laissé de magnifiques traces de leur passage sur des façades du centre-ville.

3 000 m2, 150 pièces réparties sur quatre niveaux

En juin dernier, c’est un pas de plus qui a été franchi par le maire. David Robo a confié à l’association les clés de l’ancien bâtiment de la Direction départementale de l’équipement (DDE), sur la rive gauche du port de Vannes. 3 000 m2, 150 pièces réparties sur quatre niveaux comme une énorme toile blanche laissée à la libre inspiration d’artistes jusqu’en 2020, date à laquelle le bâtiment sera détruit.

Après l’ouverture, il y a quelques semaines, d’un café aussi éphémère que le lieu d’exposition, ce samedi ce sera au tour des trente-cinq pièces du rez-de-chaussée de révéler leurs premières créations.

« Ici, ça n’est pas du street-art que nous avons voulu montrer, prévient d’emblée Laurent Sanchez, le directeur artistique. Même si 90 % des artistes viennent de là et qu’on le perçoit dans leur urgence à peindre, ils sont arrivés à un tel degré de maturité que leur technique et leur inspiration les amènent désormais ailleurs. »

C’est parti pour une incroyable immersion dans une succession de pièces de 9 à 30 m2. « Chacune a été confiée à un artiste différent qui a soumis un projet », explique Violaine Pondard, en charge de la communication de Dédale.

Dès l’entrée, Persu, le boss de la scène nantaise du graffiti, plante le décor : les lettres sauvages de son blaze (entendez de son nom d’artiste) débouchent sur une magnifique fresque de train qui véhicule ses graffs depuis ses débuts…

La déambulation se transforme vite en expérience sensorielle. À l’image de la méduse fluorescente de L7M qui prend toute son envergure quand on l’éclaire avec la torche de son téléphone portable. Puis on se laisse aspirer par le vortex dans lequel Astro invite le visiteur à plonger, grâce à une impressionnante illusion optique et artistique.

Des couloirs comme des sas de décompression

Notre regard se cogne à des mondes très différents, souvent fascinants, parfois dérangeants, distribués par de longs couloirs comme autant de sas de respiration, de décompression et d’interrogations sur ce que l’on vient de voir. Ici, c’est une expérience à part entière qui est proposée.

Si pour des raisons de sécurité, le premier étage n’est pas encore visitable, des artistes y travaillent déjà d’arrache-pied. Au deuxième, les pièces permettront aux créateurs de s’exprimer librement, au troisième, place aux expérimentations. Entièrement financé par des Mécènes à hauteur de 100 000 €, Dédale n’en a pas fini de surprendre et de bousculer les amateurs d’art.

A partir du 29 septembre, du mardi au dimanche, de 15 à 20 h (18 h le dimanche), visites gratuites par petits groupes (complet ce week-end).

Réservation obligatoire sur : dedale.lartprendlarue.org. A l'occasion de l'inauguration ce samedi 29 septmbre, de 15 h à 17 h 30: ateliers participatifs tout public avec fresque à la craie (sans inscription), cello-graffiti (sur inscription à partir du 24 septembre), fabrication de badges (contribution sur place). De 18 h à 18 h 45 : "Les Amants du Ciel" par la Compagnie volante Mattatoio Sospeso : un duo d'acrobates qui brise la loi de la gravité. A 21 h : DJ Tagada Balkanbeats. A 22 h : performance live-mapping par Nature Graphique.

vannes1

Posté par jourstranquilles à 10:16 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Miss Bretagne et après.... Miss France ?

Posté par jourstranquilles à 08:23 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

L’« allée Sonia Rykiel », une distinction inédite à Paris

rykiel21

 

Hier soir 28 septembre 2018rykiel22

rykiel23

rykiel24


Le défilé de la maison Rykiel a aussi été l’occasion de l’inauguration de l’allée baptisée du nom de la créatrice. Une première pour un designer de mode.
Une styliste anglaise a, non sans tendresse, trouvé l’événement « so french ». Cette énième évocation de Mai 68, le boulevard Raspail bloqué à la circulation et donc les embouteillages et klaxons subséquents, les personnalités politiques présentes, parmi lesquelles Lionel Jospin, qui fut un grand ami de Sonia Rykiel, les discours, les auvents colorés des étals du marché Raspail pour décor… Samedi 29 septembre au soir, le défilé de la marque – détenue désormais à 100 % par le fonds First Heritage Brands – a été précédé d’une petite cérémonie : on inaugurait l’allée qui porte le nom de celle dont la rousseur est pour toujours associée à Saint-Germain-des-Prés.
C’est la première fois qu’un créateur de mode, en l’occurrence une créatrice, a une plaque à son nom dans les rues de Paris. Pas d’avenue Christian Dior, ni de boulevard Yves Saint Laurent. Dans la capitale mondiale de la mode, ces grandes figures qui font la renommée de la France sur à peu près tous les continents n’inscrivent leur patronyme que sur des vitrines. Sauf Sonia Rykiel.
On peut penser qu’une allée, c’est « petit joueur » pour celle dont la démesure caractérisait l’imaginaire, celle qui avait « enlevé les ourlets parce que rien ne doit finir jamais ». Mais la maire de Paris, Anne Hidalgo, puis la fille de Sonia Rykiel, Nathalie Rykiel, ont rappelé que baptiser une rue de Paris, quelle que soit sa taille, c’était inscrire une personnalité dans l’éternité. Et il est vrai que cette allée qui court au cœur des immeubles cossus a une légèreté qui va mieux à Sonia Rykiel qu’un boulevard lourd et empesé.

Posté par jourstranquilles à 07:55 - Fashion Week - Commentaires [0] - Permalien [#]