Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mercredi 21 juin 2017

Street Art

steet622

street256

street267

street391

street637

street978

street1347

street3697

street12458

Posté par jourstranquilles à 07:34 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Panthéon se dépoussière pour séduire

Les Parisiens ne représentent que 10 % des 700 000 visiteurs annuels du monument. Des bornes interactives jalonnent depuis quelques jours le parcours des visiteurs. Objectif affiché, rendre la découverte du site plus ludique et moderne.

Par  Marie-Anne Gairaud

Vous n’avez jamais poussé les lourdes portes du Panthéon ? Rien de très étonnant : sur les 700 000 visiteurs annuels du monument, les Parisiens ne représentent que 10 % des curieux venus découvrir le site. « Le Panthéon, tout le monde pense le connaître : c’est une silhouette parisienne, un repère dans la capitale mais très peu de gens l’ont visité », admet Gaëtan Bruel, administrateur du monument. Et pourtant… le Panthéon ce n’est pas seulement la crypte où sont enterrés 80 grands hommes et femmes de la Nation.

C’est pour donner envie au public de venir que le Centre national des monuments a décidé de dépoussiérer un peu le lieu. Des bornes interactives jalonnent depuis quelques jours le parcours des visiteurs.

En cliquant sur les icônes « statues », ou « peintures », tout vous est décrypté. L’histoire du lieu aussi vous est racontée : pourquoi Louis XV a fait édifier le monument, les prouesses techniques réalisées pour ce bâtiment haut de 94 m bâti avec 11 000 t de pierres, sans charpente et sur des puits… d’argile. Un plan interactif permet aux promeneurs de mieux se retrouver dans cet immense et impressionnant monument.

Au fond, dans la salle de la maquette du Panthéon, réalisée par Jean Rondelet (l’élève de l’architecte Jacques-Germain Soufflot) pour convaincre Louis XVI de financer la fin du chantier, une tablette vous permet d’illuminer les différents lieux inaccessibles aux visiteurs : les tribunes, l’arc-boutant…

Une ouverture gratuite le 14 Juillet

Et dans la fameuse crypte, des extraits sonores de discours prononcés par les intéressées (comme la résistante Germaine Tillion) seront bientôt diffusés.

« Dans trois semaines, une bibliothèque permanente mettant 300 livres des grands hommes à disposition des visiteurs sera installée », précise Gaëtan Bruel. Et le 14 Juillet, à l’occasion de la fête nationale, le Panthéon ouvrira gratuitement tout l’après-midi ses portes et proposera des animations comme une « chasse aux symboles » pour les familles.

Autant de nouveautés qui méritent bien un petit détour par ce monument méconnu non ?

Ouvert tous les jours entre 10 heures et 18 h 30. Visite entre 7 et 9 € et gratuit pour les moins de 18 ans.

Posté par jourstranquilles à 07:24 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Georgia May Jagger et Tina Kunakey

georgia maya jagger et tina kunakey

Posté par jourstranquilles à 07:20 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fête de la Musique (ce soir)

La Fête de la Musique fera son retour à Paris, comme dans toute la France, le mercredi 21 juin 2017. A cette occasion, les franciliens les plus musiciens d’entre vous envahiront les rues de la capitale et les bars pour honorer, comme il se doit, cette 36ème édition de la Fête de la musique.

Après une édition 2016 placée sous le sous le thème de « La musique plus forte que ... », la Fête de la Musique 2017, à ne pas manquer le mercredi 21 juin, a décidé de faire à nouveau parler d'elle avec une nouvelle et 36ème édition toute aussi exceptionnelle.

Rappelons que la Fête de la Musique a été créée en 1982 par le ministère de la Culture. « Faites de la musique, Fête de la Musique », la formule devenue mot d’ordre n’avait rien du slogan. Cette mobilisation des musiciens professionnels et amateurs, cette attention nouvelle portée à tous les genres musicaux, devenaient ainsi, à travers la réussite immédiate d’une manifestation populaire, la traduction d’une politique qui entendait accorder leur place aux pratiques amateur ainsi qu’au rock, au jazz, à la chanson et aux musiques traditionnelles.

La gratuité des concerts, le soutien de la SACEM, le relais des médias, l’appui des collectivités territoriales et l’adhésion de plus en plus large de la population, allaient en faire, en quelques années, une des grandes manifestations culturelles françaises.

D'ailleurs, elle commence à "s’exporter" en 1985, à l’occasion de l’Année européenne de la Musique. En moins de quinze ans, la Fête de la Musique sera reprise dans plus de cent pays, sur les cinq continents!

Posté par jourstranquilles à 07:16 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Extrait d'un shooting - masque anonymous

DSC_0004

Posté par jourstranquilles à 07:14 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Exposition : Marilyn Monroe

expo3

Posté par jourstranquilles à 07:10 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pierre Sage (photographe)

pierre sage012

pierre sage2178

Posté par jourstranquilles à 06:58 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Bateau

19227522_208995219622406_1956260657326194688_n

http://www.lebateau.org/

Posté par jourstranquilles à 06:57 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

InOui : l’histoire d’un « bad buzz » qui a tourné à l’avantage de la SNCF

Par Éric Béziat

Plusieurs semaines de réflexions marketing et de luttes d’influence ont abouti à la création de la nouvelle griffe des TGV haut de gamme.

C’est l’histoire édifiante d’un lancement de marque à la fois raté et réussi. Celui d’inOui, la nouvelle griffe des TGV haut de gamme, dévoilée lundi 29 mai après trois jours de frénésie médiatique mais aussi plusieurs semaines de réflexions marketing et de luttes d’influence au sein du comité de direction de la SNCF.

« J’étais au Qatar le vendredi du week-end de l’Ascension, raconte Guillaume Pepy, président du directoire de la SNCF. J’ai allumé mon smartphone et je me suis demandé ce qui arrivait. »
Ce qui arrive ? Un scoop du Parisien qui fait grand bruit. Le quotidien vient de révéler, le 26 mai, que la SNCF a décidé de remplacer sa marque TGV par un nom venu d’on ne sait où : inOui.

Aussitôt, la Toile prend feu : le mot-dièse #inoui devient une tendance phare de Twitter. Indignations, moqueries… un torrent de « bad buzz » déferle. Quoi ? Notre TGV national disparaîtrait, englouti par la novlangue des marketeurs ? Les cheminots s’inquiètent en ligne. Les tweettos facétieux s’en donnent à cœur joie, rebaptisant le patron de la SNCF « Guillaume PepOui » ou nommant virtuellement le lutin Oui-Oui à la tête de la compagnie nationale.

« Le Parisien a sciemment déformé les faits pour faire du clic », râle un dirigeant de la SNCF. De fait, le quotidien, qui a dévoilé l’information en même temps que la lettre spécialisée Mobilettre, a fortement insisté sur l’effacement de la marque TGV au profit d’inOui.

« Le nom TGV ne disparaît pas, rappelle Mathias Vicherat, directeur général adjoint de la SNCF, chargé de la stratégie et de la communication. TGV reste la marque ombrelle de deux gammes de prix associées. Ouigo, d’une part, qui signe notre offre grande vitesse low cost, et inOui, d’autre part, qui constitue le label d’un TGV à haut niveau de prestation. »

Bernés, trahis

Mais le mal est fait. L’opinion commune retient que la SNCF a sabordé le TGV, ce qui provoque, pendant ce week-end fatidique, une montée de tension entre la direction générale et SNCF Voyages qui pilote l’opération. Les hauts dirigeants de la SNCF sont furieux. Ils se sentent bernés par les journalistes et trahis par leurs équipes en interne lorsqu’ils découvrent que même les visuels prévus pour la campagne se retrouvent en ligne.

Quelques jours après l’épisode, M. Pepy prendra d’ailleurs son téléphone pour dire à Francis Morel, patron du groupe de presse propriétaire du Parisien, tout le mal qu’il pense de la présentation d’une information à son sens erronée. En parallèle, une enquête interne à la SNCF est lancée pour savoir d’où viennent les fuites. Elle est toujours en cours et serait en passe d’aboutir.

Comment en est-on arrivé à ce psychodrame ? Pour comprendre la séquence, il faut remonter à la création, en 2013, de la marque de TGV low cost : Ouigo. A l’époque, ce jeu de mot franglais n’émeut guère l’opinion. Il finit même par avoir son petit succès. Testé sur des panels de consommateurs, il séduit. Mieux, la marque Ouigo enregistre un indice de satisfaction de 93 %, jamais atteint par TGV. Bigre ! La SNCF aurait-elle déniché dans ce petit « oui » un sésame marketing ? En tout cas, l’entreprise se dépêche de le décliner : Ouibus pour les cars Macron, Ouicar pour la location de voitures entre particuliers.

La très secrète opération « Simone » est lancée

L’histoire va s’accélérer à partir de janvier 2017. Le nouveau directeur de la communication, M. Vicherat, fait le constat, avec M. Pepy, que l’offre commerciale pléthorique de la SNCF tourne à la cacophonie. « Il fallait ranger la chambre », constate-t-il.

Du coup, la très secrète opération « Simone » est lancée. Elle est destinée à rationaliser le portefeuille de marques et va conduire à la disparition rapide d’iDTGV. Dans le même mouvement, il est décidé qu’un nom sera donné à l’offre TGV à tarif normal.

SNCF Voyages fait alors appel à Enov, société spécialiste du marketing sémantique. Pour quelques milliers d’euros, le cabinet lyonnais réunit un panel d’une trentaine d’usagers du TGV pour travailler sur la création d’un nouveau nom. Evidemment, le « oui » de Ouigo est une figure obligée. SNCF Voyages a concocté une liste dans laquelle s’est glissé un peu anonymement inOui à côté de OuiStar et d’autres. Toutefois, un nom semble s’imposer de lui-même : OuiTGV, simple, efficace, et qui a le mérite de conserver les trois lettres magiques.

Mais nos panélistes ne vont pas aller où on les attend. Pour le groupe de clients, OuiTGV, c’est « plan-plan », c’est le TGV de maintenant, ce n’est pas la promesse de changement annoncée par l’ouverture des nouvelles lignes à grande vitesse vers Bordeaux et Rennes, et l’arrivée de trains neufs équipés de Wi-Fi. Le brainstorming des clients va préférer contre toute attente le bien plus ambitieux inOui.

Chez SNCF Voyages, on est enthousiaste. La patronne du département, Rachel Picard, défend la nouvelle proposition devant un comité exécutif dubitatif. MM. Pepy et Vicherat, favorables à OuiTGV, commencent d’ailleurs par s’y opposer. Après plusieurs semaines de négociations tendues, la haute direction finira par se laisser convaincre. « Cela nous permet d’adresser un message en interne, glisse l’un des responsables. De “vendre” à nos équipes le processus de transformation de l’entreprise. »

Deux petites semaines après le choc inOui, il n’est pas sûr que les dirigeants de la SNCF regrettent la séquence.

« Nous avons assisté à un renversement spectaculaire du mauvais buzz, constate Gilles Dansart, fondateur du site Mobilettre et grand connaisseur du secteur. L’attachement des Français à la SNCF et le talent de M. Pepy pour mettre des mots simples sur des choses compliquées y sont pour beaucoup. »
Pour preuve : un sondage tout récent indique qu’inOui jouit d’un taux de notoriété de 53 % huit jours seulement après sa naissance et que, selon 92 % des Français, ce nouveau nom n’a rien de dommageable pour l’image de la SNCF. « Pour atteindre si vite un tel niveau de notoriété, il nous aurait fallu dépenser 35 millions d’euros en publicité », conclut, malicieux, M. Pepy.

Posté par jourstranquilles à 06:47 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vive l'été !

l7

Posté par jourstranquilles à 05:39 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]