Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

jeudi 6 juillet 2017

Kylie Jenner

kylie jenner

Posté par jourstranquilles à 06:27 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Extrait d'un shooting - portrait

11066068_10153458322615908_1209042935704171248_n

11701213_10153458322770908_6328800682604877676_n

Posté par jourstranquilles à 06:19 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pont-Aven. « La modernité en Bretagne »

La nouvelle exposition « La Modernité en Bretagne-2 » est ouverte jusqu'en janvier. Cette exposition du Musée de Pont-Aven complète - et achève - le remarquable travail déjà réalisé sur l'influence de l'École de Pont-Aven dans la peinture.

Le premier volet de ce travail sur la modernité en Bretagne couvrait une période allant de 1870 à1920. Ouverte en février dernier, cette exposition temporaire a attiré plus de 40.000 visiteurs. Avec la deuxième partie le Musée des Beaux-arts propose une (re)découverte des peintres sur la période 1920-1940. Les deux volets forment un ensemble cohérent sur « les sources d'inspiration et les influences qui émergent entre 1870 et 1940 en Bretagne », rappelle la conservatrice, Estelle Guille des Buttes-Fresneau.

111 oeuvres exposées

Pour conduire le visiteur, l'équipe du musée a mis en perspective 111 oeuvres : 95 de collections particulières et 16 de collections publiques, dont celles de la ville de Concarneau (29). Le travail de 21 artistes retrace la vie esthétique de cette époque, qui va de Jean-Julien Lemordant à Mathurin Méheut. Au total : 62 oeuvres graphiques, 31 peintures et - c'est une première pour ce musée -, des sculptures. Comme le rappelle la conservatrice, « l'exposition accorde une place de choix aux sculpteurs, en présentant 15 oeuvres dont dix bronzes, deux bois, un plâtre, une céramique et un granit ». L'amateur retrouvera ainsi Joseph Savina, René Quillivic ou encore les oeuvres monumentales de François Méheut.

Le renouveau esthétique

Avec la volonté de mettre en lumière cette quête de la modernité en Bretagne, cette nouvelle réflexion esthétique met en valeur des oeuvres dont les sujets portent sur la vie portuaire, le littoral breton, le vent ou encore les travailleurs locaux. Elle montre qu'« à travers diverses techniques, ces artistes mettent au service de la Bretagne leur créativité et leur talent ».

L'édition du catalogue « La modernité en Bretagne-2. De Jean-Julien Lemordant à Mathurin Méheut (1920-1940) » poursuit celui consacré à la première exposition. Et l'ensemble des deux volumes retrace toute la richesse de l'École de Pont-Aven et toutes ses influences esthétiques.

www.museepontaven.fr

Posté par jourstranquilles à 06:17 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

ARLES

arles1

arles2

arles3

arles4

arles5

arles6

arles7

arles8

arles9

arles10

Posté par jourstranquilles à 06:11 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

GASPAR MARQUEZ (photographe)

gaspard01

gaspard02

gaspard03

gaspar04

gaspar05

gaspar06

http://gasparmarquez.com/

 

Posté par jourstranquilles à 06:07 - Publicité - Commentaires [0] - Permalien [#]

SOUTENEZ LE FESTIVAL PHOTO DE LA GACILLY

Plus de 31 photographes internationaux invités…

35 expositions regroupées en 15 galeries en plein air…

Plus de 600 photos exposées…

4 mois de festivités et près de 400 000 visiteurs…

Du haut de ses 14 ans le Festival a la vigueur et l’énergie de l’adolescence ! Associatif, il est devenu au fil du temps l’un des plus grands festivals photo d’Europe, reconnu pour son excellence artistique et pour son expérience immersive au cœur d’un patrimoine historique, naturel et humain exceptionnel.

Et ça, ça nous touche. C’est une reconnaissance du bien-fondé du projet qui nous anime : soutenir la création artistique, promouvoir le territoire, défendre une conception ouverte et mutuellement enrichissante de la relation à l’Autre et à l’ailleurs, et proposer une occupation partagée de l’espace public. En ce sens, le Festival photo La Gacilly est un manifeste. Sans culture, point d’humanité.

Posté par jourstranquilles à 06:06 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Concorde Art Gallery - Emmanuel Khatchikian (actuellement)

Emmanuel KHATCHIKIAN (1)

Emmanuel KHATCHIKIAN (2)

Emmanuel KHATCHIKIAN (3)

Emmanuel KHATCHIKIAN (4)

Emmanuel KHATCHIKIAN (5)

Emmanuel KHATCHIKIAN (6)

Emmanuel KAT, peintre autodidacte, est né en région parisienne en 1962. Les arts graphiques et la photographie lui donnent l'opportunité de travailler sur l'un des thèmes qu'il affectionne particulièrement : le corps de la femme. Afin d'en restituer la douceur , il couche les corps harmonieux et alanguis sur des fonds contrastés, inspirés, en partie, de l'iconographie street-art, et en accentue l'intention érotique. Sa distorsion des codes du pop-art et sa palette de couleur élargie nous fait découvrir sa vision de l'absolu féminin, ce savant mélange de fragilité humaine et de sensualité animale. 

Posté par jourstranquilles à 06:02 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

STREET ART : REHAB 2 Urban Festival Paris // 16 JUIN - 16 JUILLET 2017

Adresse : Maison des arts et métiers, Cité internationale universitaire, 17, boulevard Jourdan, RER Cité Universitaire. Horaires : jusqu’au 16 juillet, chaque jour de 10 heures à 22 heures. Tarif : entrée libre. Rens. : www.rehab2.fr

Posté par jourstranquilles à 05:59 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 5 juillet 2017

Laetitia Casta est dans ELLE

laetitia dans elle (1)

laetitia dans elle (2)

laetitia dans elle (3)

laetitia dans elle (4)

laetitia dans elle (5)

Posté par jourstranquilles à 07:47 - Presse - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une Nuit blanche contre des temps obscurs

Prévu le 7 octobre, le cru 2017 veut faire de l’art un outil contre le repli identitaire.

Par  Philippe Baverel

Elle aura lieu le samedi 7 octobre. Mais cette année, Nuit blanche sera très rive droite. Ainsi en a décidé l’historienne de l’art, Charlotte Laubard, directrice artistique de l’édition 2017.

Organisée depuis 2002 chaque premier week-end d’octobre par la Ville, qui consacre 1,6 M€ à l’événement (sans compter l’apport du mécénat, de l’ordre d’1 M€), Nuit blanche attire près d’un million de personnes chaque automne. Populaire et festive, cette manifestation gratuite est conçue comme une invitation à découvrir l’art contemporain dans la rue, sur les places ou dans des monuments.

Le quartier de la Chapelle à l’honneur

Autour de la thématique « Faire œuvre commune », Charlotte Laubard, responsable du département des arts visuels à la Haute école d’art et de design de Genève, entend « célébrer le collectif en ces temps de repli sur soi et de crispation identitaire, qu’il s’agisse de collaborations entre artistes ou avec des citoyens, de groupes de recherches transdisciplinaires ou d’initiatives citoyennes ».

Le 7 octobre, les noctambules auront le choix entre deux parcours. Le premier au cœur de Paris, partira du parc des rives de Seine (ex-voie Georges-Pompidou). Sur ces berges, il ira de l’Hôtel de Ville au Pont Neuf. Et rayonnera jusqu’aux Halles et la place de la République. A l’initiative du collectif berlinois Invisible Playground, « les berges seront inondées de lettres qui se composeront en phrases au fil de l’eau », annonce Charlotte Laubard. Sous la canopée des Halles, en collaboration avec la maison des pratiques artistiques amateurs, le conservatoire Mozart et le centre de hip-hop La Place, le chorégraphe Olivier Dubois a carte blanche pour mettre en scène 300 danseurs amateurs (un appel à participation sera bientôt lancé par la Ville). Epicentre du deuxième parcours, le quartier de la Chapelle (avec le 104, la halle Pajol, le jardin d’Eole, des friches SNCF…) accueillera les créations sonores et visuelles des collectifs Mu et La Horde. Quant à savoir pourquoi elle a choisi « le carrefour migratoire de la Chapelle », Charlotte Laubard n’en fait pas mystère : « Je préfère montrer les quartiers populaires, plutôt que le Paris carte postale.» Une décision assumée par Bruno Julliard, premier adjoint chargé de la culture : « Installer l’art dans ces quartiers est un moyen de compréhension de l’autre. »

Posté par jourstranquilles à 07:28 - Visites - Salons - Reportages - Tourisme - Commentaires [0] - Permalien [#]