Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

dimanche 22 janvier 2017

Artcurial

16123442_249636955461208_6125411950156316672_n

Posté par jourstranquilles à 12:06 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ren Hang

15877212_1545674412124226_4186064848271966208_n

15876868_330145050718881_6142996912065740800_n

Voir mes précédents billets sur Ren Hang

Posté par jourstranquilles à 12:05 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un poisson nommé Pignon

Francis Veber présente sa nouvelle pièce « Un animal de compagnie » au Théâtre des Nouveautés à Paris.

Théâtre Francis Veber, auteur du « Dîner de cons », ressuscite, dans sa nouvelle pièce, son personnage de François Pignon sous la forme d’un… poisson. Rencontre. Théâtre. Francis Veber, auteur de perles comiques comme «Le dîner de cons» ou « Les fugitifs », réssuscite, dans sa nouvelle pièce, son personnage de François Pignon sous la forme d’un... poisson. Rencontre. Théâtre. Francis Veber, auteur de perles comiques comme «Le dîner de cons» ou « Les fugitifs », réssuscite, dans sa nouvelle pièce, son personnage de François Pignon sous la forme d’un... poisson. Rencontre.

Par   Sylvain Merle

Film ou pièce de théâtre, une nouvelle création de Francis Veber est toujours un événement. Du « Grand Blond avec une chaussure noire » à « l’Emmerdeur », dont il a signé les scénarios, à « la Chèvre », en passant par « les Fugitifs » mais aussi l’inénarrable « Dîner de cons », le père des François Perrin et François Pignon a signé parmi les plus grandes comédies françaises des quarante dernières années. A 79 ans, il présente « Un animal de compagnie », sa nouvelle pièce jouée au Théâtre des Nouveautés (Paris IX  e) à partir de ce soir. Sur scène, entre autres, Stéphane Freiss, Noémie de Lattre et un poisson rouge nommé… Pignon.

Le public attend beaucoup de chacune de vos créations…

Francis Veber. C’est une pression considérable… Si on ne s’attend à rien de votre part, vous ne décevez pas. Mais si les gens misent sur vous, ce qui flatte énormément, vous êtes malheureux comme les pierres si vous ratez… Je le dis sans forfanterie, j’ai eu très peu d’échecs. Quand vous avez cette chance, en connaître un est terrible…

Vous dites souvent que c’est le personnage de François Pignon qui vous a porté chance. Le revoici sous une forme particulière…

Oui, c’est un poisson avec la voix off de Gérard Jugnot. Il a refusé d’être dans un bocal tout nu à tourner en rond  (il sourit).

Faire de Pignon un poisson, ça vous vient d’où ?

Du moment où j’ai appris que l’animal de compagnie le plus apprécié des Français était le poisson rouge ! Stupéfiant, non ? C’est d’un monotone, un poisson rouge ! On ne peut pas lui caresser la tête ni le prendre sur ses genoux… Mais en fait, comme lorsqu’on s’assoit devant un feu de bois, je me suis rendu compte que face à un poisson on entrait en soi-même… L’animal va servir de psychanalyste à ce couple.

Vous faites jouer un vrai poisson ?

Non. Précisons qu’aucun animal ne souffre lors de ce spectacle. On a eu des graffitis sur les affiches dans le métro dénonçant la torture sur animaux… Les amis des bêtes, que je respecte, n’ayant pas l’air contents, j’ai essayé de trouver une autre solution. On a donc créé un poisson holographique qui fait ce qu’on attend de lui. On entend ses réflexions avec la voix de Jugnot, il est toujours horrifié, tout ce qu’il découvre le terrorise.

Ce sont ses (més)aventures au sein d’un couple ou celles d’un couple qui a adopté un poisson rouge ?

Celles d’un couple qui a adopté unilatéralement. C’est le mari qui le ramène à sa femme pour se venger. Il voulait un enfant, elle a longtemps privilégié sa carrière et s’est décidée trop tard… Frustrée, elle lui a demandé un yorkshire. Avec un petit soupçon de rancune, il lui a rapporté un poisson. Ça se passe très mal au départ et, petit à petit, elle va parler au bocal.

Vous vivez toujours à Los Angeles ?

Oui. J’écris là-bas pour être tranquille. Los Angeles est une ville de province. A moins d’être dans les milieux cocaïne, filles avec seins siliconés, ce qui n’est pas mon cas, eh bien vous y êtes comme à Vesoul avec du soleil. J’écris là-bas, mais je tourne ici, c’est plus simple.

Vous nous faites rire depuis des décennies, mais vous, qu’est-ce qui vous fait rire ?

Au début de mes Mémoires j’écrivais : né d’un père juif et d’une mère arménienne, deux génocides, tout pour faire un comique… Les comiques ne rient pas beaucoup, Woody Allen est sous psychanalyse depuis soixante ans, Steve Martin est neurasthénique, Jim Carrey souvent en dépression… Le comique est une maladie. Il m’arrive de rire, bien sûr, de certains films de la grande époque de la comédie américaine, comme « Certains l’aiment chaud ». Et dans la vie… En fait ce que j’aime dans la vie, c’est qu’à la différence de la fiction elle n’a pas besoin d’être vraisemblable, elle peut faire n’importe quoi. Et c’est là que je peux rire.

« Un animal de compagnie », au Théâtre des Nouveautés (Paris IX e), de 15 à 60 € (01.47.70.52.76).

Posté par jourstranquilles à 12:03 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Horst (photographe)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Horst_P._Horst

Posté par jourstranquilles à 11:59 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ellen von Unwerth (photographe) - à la ferme

15624486_404632023261235_7317407710012506112_n

Posté par jourstranquilles à 10:41 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pauline Moulettes

moulettes1

moulettes2

16123292_1057674037693410_4152745475537108992_n

Posté par jourstranquilles à 10:36 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Women's rights - hier

wemen (1)

wemen (2)

https://twitter.com/hashtag/womensmarch?src=hash

Posté par jourstranquilles à 10:33 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

PHOTOGRAPHIE : Brassaï fait le mur

5065743_6_edf7_2017-01-19-0487154-6079-adqt72-20haqvvx6r_00fe96d0a02543c0090963abbd30ca6f

 Brassaï, Sans titre, de la série Graffiti © Centre Pompidou – Estate Brassaï

Les graffitis de Brassaï sont archiconnus : à partir des années 1930, le photographe hongrois a collecté les images de dessins gravés par des inconnus sur les murs de la capitale parisienne. Le Centre Pompidou, qui possède de nombreux tirages de cette série publiée en livre en 1961, lui consacre une exposition très fouillée dans sa galerie de photographies en sous-sol (entrée gratuite). On y découvre, outre ces images pleines de magie et de mystère, le contexte et les interprétations successives qui les ont accompagnées. Obsédé par ses graffitis au point de répertorier ses trouvailles sur des carnets de dessin et des cartes, Brassaï ne se voyait pas pour autant comme un enquêteur sociologique. C’est plutôt la poésie des motifs qui l’intéressait, leur capacité à traduire l’essence de la condition humaine : la mort, l’amour, le sexe. Claire Guillot

Centre Pompidou, Paris 4e. De 11 heures à 21 heures. Gratuit. Tous les jours sauf mardi, de 11 heures à 22 heures Jusqu’au 30 janvier.

Posté par jourstranquilles à 10:29 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Premier tour de la Primaire de la Gauche aujourd'hui

Posté par jourstranquilles à 10:16 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]