Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

jeudi 29 juin 2017

Extrait d'un shooting - jeux de rôles

DSC_0177

DSC_0182

Posté par jourstranquilles à 06:42 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Helmut Newton - photographe

newt

Posté par jourstranquilles à 06:40 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Bourse du commerce vouée aux arts

Par Frédéric Edelmann - Le Monde

Le monument du quartier des Halles à Paris abritera, en 2019, les collections de la fondation Pinault.

« Centripète ou centrifuge ? », demande en substance un des journalistes présents à la conférence de presse grand standing, tenue lundi 26 juin à la Bourse de commerce à propos de la nouvelle Fondation Pinault, qui doit prendre pied dans le monumental édifice.

« Centrifuge », répond la maire socialiste de Paris. Anne Hidalgo, qui soutient « avec enthousiasme » le projet, censé être achevé « au plus tard en 2018 » (soit après un an et demi de travaux seulement, pour ouvrir en 2019), est en effet présente au côté du milliardaire François Pinault.

Une équipe de choc. Elle comprend aussi François-Henri, le fils, successeur de son père à la tête du groupe Kering, et futur gestionnaire de la fondation ; Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre de la culture, aujourd’hui conseiller du patriarche ; enfin, Tadao Ando, le plus célèbre des architectes japonais, qui ne cache pas son bonheur d’être à Paris.

Un chantier difficile

C’est à lui, déjà auteur pour Pinault à Venise des aménagements du Palazzo Grassi et de la pointe de la Douane, qu’a été confiée la transformation de l’ancienne Bourse, en liaison avec la jeune agence française Niney et Marca Architectes (NeM). Sans compter Pierre-Antoine Gatier pour les Monuments historiques – car la Bourse a de beaux morceaux classés : sa coupole, sa colonne, son escalier – ; Martin Bethenod, directeur délégué de la Collection Pinault-Paris ; Daniel Sancho, directeur de la maîtrise d’œuvre et donc maître du temps sur ce chantier à haute vitesse, qui, même s’il n’y a pas de toiture ni de murs porteurs à couler, présenterait de sérieuses difficultés.

Un staff « béton » pour qui douterait de la solidité de l’une ou l’autre des personnalités de l’équipe, et le prouver est sans doute le but de cette conférence de presse bondée de journalistes de toutes nationalités.

La tradition veut qu’on s’interroge tout de même sur les chiffres. Réponse des Pinault boys : tout sera pris en charge par la famille sans recours aux dispositions de la loi Aillagon du 1er août 2003, dont le dispositif fiscal pour développer en France le mécénat des entreprises et des particuliers. François Pinault trouverait immoral de priver l’Etat de ses apports au Trésor. Un argument de moins pour les râleurs.

Il ne s’agit pas de sommes modestes : les travaux sont estimés à environ 108 millions d’euros. Quant à l’occupation de l’édifice, elle donnera lieu à une redevance versée à la Ville de Paris, de 15 millions d’euros les deux premières années (deux fois 7,5 millions), puis d’une somme annuelle de 60 000 euros augmentée de 5 % au-delà de 3 millions de chiffre d’affaires.

Un édifice à l’histoire composite

Le financement de l’activité, toujours par la famille Pinault, est censé tourner autour de 10 millions d’euros annuels, soit 500 millions sur cinquante ans. C’est dire que les héritiers s’engagent sur un fort long terme.

A 55 ans, François-Henri Pinault dominerait largement, en France, le classement des hommes d’affaires les mieux payés en 2017, avec des revenus estimés à près de 82 millions d’euros. De quoi faire vivre une fondation et poursuivre tranquillement l’œuvre de son père.

La Bourse du commerce aura été le dernier avatar d’un édifice à l’histoire composite. D’abord un hôtel aristocratique, construit à la demande de Catherine de Médicis (plus tard hôtel de Soissons), détruit en 1748, et dont il ne subsiste que la colonne supposée astronomique élevée en 1574.

Puis une halle aux blés, circulaire, dotée d’une grande cour centrale largement ouverte sur la ville, fut édifiée dès 1763, puis remplacée par la Bourse officielle des marchandises en 1886, coiffée d’un dôme de verre, remarquable pour les historiens. Trois ans plus tard, elle participait à l’Exposition universelle de 1889, enrichie, sous la coupole, d’une immense fresque représentant les grandes régions de commerce du monde, peinte par les peintres les plus en faveur de l’époque.

Entretenir le mystère

Quelle « Collection Pinault » – puisque tel est le nom de la fondation ? Ce n’est pas ce 26 juin que l’on aura pris connaissance du projet conduit par Martin Bethenod. Que ce soit le contenu de la collection permanente ou le programme des expositions temporaires. Ils seront élaborés selon le même principe de secret relatif qui a accompagné les deux enseignes vénitiennes.

Concernant l’architecture, en revanche, impossible d’entretenir le mystère. Les visiteurs acceptés à l’agence Tadao Ando, située à Osaka, ont déjà pu apercevoir la plus grande maquette du projet existante. Large de près de deux mètres, elle somnole au sous-sol d’une annexe, un moment prévue pour servir de logis au maître d’œuvre.

Remarquablement explicite, elle ne viendra cependant pas en France. Du moins pas tant que la grande exposition qui doit être consacrée à l’œuvre de Tadao Ando, à Tokyo, à l’automne, n’aura pas fermé ses portes.

Pour l’instant, le public peut voir une maquette plus petite, accompagnée de dessins originaux, jusqu’au 24 septembre au Pavillon de l’Arsenal, à Paris. Un moyen pour comprendre ce que signifie ou non le terme « centrifuge », répété par Mme Hidalgo. Elle souhaite que la future fondation soit ouverte sur tout le quartier central de Paris, jusqu’aux quais de la Seine, au sud, au Musée du Louvre, à l’ouest, au Centre Pompidou, à l’est, ainsi que jusqu’à la Canopée, au Forum et à l’immense gare souterraine des Halles.

Pourtant, le plan parfaitement circulaire de la Bourse, seulement interrompu par la grande porte au numéro 2 de la rue de Viarmes, laisse plutôt imaginer un bâtiment centripète, replié sur lui-même, tournant donc résolument le dos au jardin et à la Canopée de l’architecte Patrick Bergé. L’évocation de la rue de Viarmes est l’occasion pour François Pinault de plaider pour une révision des numéros des rues : 40 bis, rue du Louvre serait assurément plus vendeur.

Posté par jourstranquilles à 06:36 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu sur instagram - j'aime beaucoup

19534052_244692349361012_8825097211235794944_n

Posté par jourstranquilles à 05:37 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

LE VOYAGE à NANTES

nantes

http://www.evaadele.com/texts/fleckfr.html

https://www.facebook.com/voyageanantes/posts/1334907049879321:0

La fin du mois de juin approche, de curieuses installations prennent place dans les rues… pas de doute le lancement du Voyage à Nantes 2017, c’est pour bientôt !

Plus que quelques jours avant que la cité des ducs ne se transforme en un véritable musée à ciel ouvert. Du 1er juillet au 27 août il sera possible de dévaler Paysage Glissé signé

Tact Architectes, de découvrir de grandes expositions qui s’installent au Château des ducs de Bretagne et à la HAB Galerie, de traverser de part en part Hécate de Nicolas Darrot place Graslin, de se perdre sur La Terre où les arbres rêvent de Laurent Pernot place Royale, ou encore de flâner au Jardin des plantes, qui devient pour l’occasion le jardin d’un géant… et bien plus encore !

 

Posté par jourstranquilles à 04:41 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Magasin de vêtements dans le quartier des Halles

19425120_321688474911114_7058128381258235904_n

19534450_451463275222542_6886838651632746496_n

Posté par jourstranquilles à 04:38 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Théâtre La Bruyère

Posté par jourstranquilles à 04:02 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 juin 2017

Miles Aldridge

miles

miles222

miles2158

miles2199

Posté par jourstranquilles à 19:34 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Donald Trump sera présent au défilé du 14 juillet

L'Elysée a fait savoir que Donald Trump avait accepté l'invitation à assister au défilé du 14 juillet lancée hier par Emmanuel Macron.

Lors d'un entretien téléphonique la veille, le président français avait «renouvelé son invitation au président Trump et à son épouse de venir assister» au traditionnel défilé, qui célèbrera «les cent ans de l'entrée en guerre des Etats-Unis aux côtés des troupes françaises pendant la Première Guerre Mondiale», avait fait savoir l'Elysée.

Donald Trump avait alors répondu à Emmanuel Macron qu'il allait «examiner la faisabilité de ce déplacement».

Outre la présence de Donald Trump, les Etats-Unis seront bien représentés pour ce défilé. Deux avions de chasse furtifs américains F-22 et six F-16 des Thunderbirds, la patrouille acrobatique de l'US Air Force, survoleront les Champs-Elysées derrière la Patrouille de France. Des soldats américains participeront également aux festivités aux côtés des soldats français.

Posté par jourstranquilles à 19:08 - Politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

Dans le quartier du Centre Pompidou

DSCN5885

DSCN5886

DSCN5890

DSCN5891Photos : J. Snap

 

Posté par jourstranquilles à 08:05 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]