Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

jeudi 2 février 2017

Christophe Mourthé (photographe)

Posté par jourstranquilles à 06:59 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le MoMA de New York présente The Ballad of Sexual Dependency de l’artiste Nan Goldin

Le MoMA de New York présente The Ballad of Sexual Dependency de l’artiste Nan Goldin dans une version de 2005 retravaillée et enrichie (la première version date de 1985). Cette installation très célèbre montre plus de 700 diapositives sous la forme d’un diaporama accompagné d’extraits musicaux. Le commissaire s’est senti obligé d’ajouter à la projection une sélection de photographies de Nan Goldin issues des collections du musée. Le geste semble anodin mais le diaporama est long (il dure plus de 40 minutes), l’espace n’est pas si grand et l’affluence importante : on a l’impression que le musée a sorti ces tirages pour faire patienter le public avant la projection.

Nan Goldin fait partie de la génération de photographes qui, à partir de la toute fin des années 1970, a fait des images prises de son quotidien l’essence de sa démarche artistique. Elle présente The Ballad of Sexual Dependency comme son journal intime et l’œuvre n’a pas cessé d’évoluer au grès de la vie de l’artiste (qui s’est beaucoup assagie) et de ses nécessités pécuniaires. Les discours de la critique, l’engouement actuel pour le “subversif” et le discours galvaudé de l’artiste elle-même auraient pu enlever à la Ballad tout son intérêt, on est surpris de constater qu’elle garde une belle mélancolie.

Pourtant, à force d’évoluer sans cesse, l’œuvre a perdu de sa spontanéité (si on peut parler de “spontanéité” pour une œuvre aussi maîtrisée) et elle n’a plus rien à voir avec un journal intime : la chronologie est rompue et la narration n’a plus d’importance. Nan Goldin présente un agencement qui rappelle ce qu’elle avait fait au Musée du Louvre en 2010 où elle avait rapproché ses propres images des thèmes de la peinture classique. L’enjeu de l’œuvre n’est plus le même : il ne s’agit plus simplement de montrer sa vie, mais bien plutôt de la classer et de l’organiser rétrospectivement. Les diapositives sont rangées par catégories (le deuil, la drogue, le bain, le nu masculin, etc.) et chaque morceau de musique souligne la cohérence des photographies entre elles, comme si Nan Goldin voulait rendre son œuvre plus didactique et plus universelle. La Ballad n’est plus le récit d’une vie dissolue et violente, elle est la recréation d’une femme qui a vieilli, qui fouille dans ses boîtes d’archive et qui classe perpétuellement ses souvenirs.

En plus de la projection et des photographies de Nan Goldin issues de la collection du MoMA, le musée présente des posters de l’époque des premières projections à New York, avant que l’œuvre ne soit véritablement connue. L’intention est louable, quoique curieuse, parce que l’effet de mise à distance est immédiat : c’est comme s’il fallait tout replacer dans son contexte et sa fraîcheur d’origine. C’est bien le signe que The Ballad of Sexual Dependency n’est – déjà – plus tout à fait une œuvre comme les autres. Article de Hugo Fortin

Hugo Fortin est un auteur spécialisé en photographie basé à New York.

nan1

nan2

nan3

nan4

nan5

nan6

nan7

nan8

nan9

nan10

Nan Goldin : The Ballad of Sexual Dependency

Jusqu’au 16 avril 2017

Museum of Modern Art

11 West 53rd Street

New York, NY 10019

Posté par jourstranquilles à 06:44 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Art Paris - Art Fair : save the date

hh3

Posté par jourstranquilles à 05:38 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

LUI Magazine

g18

g22

g23

g24

g26

g28

g29

g31

g32

Posté par jourstranquilles à 04:35 - Presse - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'ex-général du KGB impliqué dans les révélations sur Trump a été retrouvé mort

Oleg Erovinkin a-t-il fourni de compromettants renseignements sur Donald Trump ? Il a été retrouvé mort à l'arrière d'une voiture, dans un parking moscovite.

Souvenez-vous. Peu après la publication début janvier d'un accablant rapport sur Donald Trump, son auteur présumé, un ex-agent britannique du MI6 avait précipitamment plié bagage et disparu des écrans radar. "The Telegraph" indique à présent que l'homme suspecté de l'avoir renseigné, un ancien général du KGB, a été retrouvé mort à Moscou.

Officiellement, Oleg Erovinkin est mort d'une crise cardiaque. Mais le quotidien britannique "The Telegraph" rapporte que son corps a été retrouvé inerte à l'arrière d'une Lexus, dans un parking moscovite en décembre... soit quelques semaines avant la publication dans la presse d'un compromettant rapport confidentiel de 35 pages sur Donald Trump. 

A la morgue du FSB

Composé d'une série de notes datées de juin à décembre 2016, ce rapport aurait été rédigé par un ancien agent des services secrets britanniques pour le compte d'opposants politiques à Donald Trump. Il fait notamment état d'une sextape captée à Moscou et détaille comment "le régime russe a cultivé, appuyé et assisté [Donald] Trump depuis au moins cinq ans".

Ce que contient le rapport de 35 pages qui accable Donald Trump

Qualifié de "fake news" par Donald Trump, ce rapport avait à tel point été jugé crédible par le renseignement américain qu'il avait été présenté à Donald Trump, mais aussi au président sortant Barack Obama et à plusieurs responsables du Congrès, rapporte le "New York Times".

Le rapport s'appuyait en effet sur la base du témoignage d'un "haut officier des services de renseignements russes, toujours actif au sein du Kremlin". S'agissait-il d'Oleg Erovinkin, retrouvé mort en décembre ?

Plusieurs éléments de son décès sont en tout cas troublants. L’agence d’Etat russe RIA Novosti affirme qu’une "enquête à grande échelle a été ouverte dans la zone" où le général a été retrouvé mort. Il a illico été transporté à la morgue du FSB, ajoute le quotidien "The Telegraph". 

Cité par "The Telegraph", Christo Grozev, un expert du think tank bulgare Risk Management Lab, explique sur son blog que le général Erovinkin était un très proche collaborateur de l’ancien vice-premier ministre russe Igor Setchine, lui-même très proche... de Vladimir Poutine.

L'ex-espion auteur du rapport accablant sur Trump a disparu des écrans radar

De son côté, le Britannique Christopher Steele, auteur présumé du rapport, demeure introuvable. Cet ancien agent du MI6 a notamment été stationné à Moscou pendant plusieurs années.

siege FSB ex KGB

Siège du FSB (Ex KGB)

Posté par jourstranquilles à 01:39 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 1 février 2017

Sylvia Gobbel

#richardavedon #1955 #helmutnewton #1985 #dogs #inspiration @voguemagazine #models #dovima @sylvia_gobbel

Une photo publiée par Sylvia Gobbel (@sylvia_gobbel) le 1 Févr. 2017 à 12h29 PST

Posté par jourstranquilles à 21:58 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Demain Vernissage / Harold FEINSTEIN/ Galerie Thierry BIGAIGNON / L'Optimisme contagieux / février-avril 2017

Vernissage– jeudi 2 février de 18h à 21h  RSVP nathalie.dran@wanadoo.fr

unnamed

Les années 40 et 50 : L’Optimisme contagieux – Harold Feinstein – du 3 février au 30 avril 2017 – galerie Thierry Bigaignon

MOIS DE LA PHOTO DU GRAND PARIS, avril 2017 + WEEK-END INTENSE samedi 29 et dimanche 30 avril 2017

Harold Feinstein, la renaissance d’un prodige de la photographie !

La Galerie Thierry Bigaignon présente, pour la première fois en Europe, une rétrospective exceptionnelle de l'oeuvre du photographe américain Harold Feinstein, né à New York en 1931 et décédé en juin 2015.

Digne représentant de la "New York School of Photography", Harold Feinstein étend son oeuvre sur près de six décennies, période pendant laquelle il va s'évertuer à faire le portrait intime d’une Amérique exubérante et pleine de vitalité.

La première partie de la rétrospective se consacrera aux jeunes années du photographe, les années 40 et 50, offrant une sélection de

photographies en noir et blanc, à la fois riches, diverses et bouleversantes d’humanisme.

Galerie Thierry Bigaignon

Hôtel de Retz, 9 rue Charlot, Paris III

http://www.thierrybigaignon.com/

Posté par jourstranquilles à 20:51 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Exposition Henri Cartier Bresson : "Images à la sauvette" - Fondation HCB - vu ce soir

16110172_1862069024061493_4116442908712763392_n

Posté par jourstranquilles à 20:45 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Emmanuelle Riva (in memorem)

Posté par jourstranquilles à 20:44 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

"Jackie" en salles aujourd'hui

jackie (1)

jackie (2)

Posté par jourstranquilles à 08:17 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]