Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

lundi 30 avril 2018

ROOTS – FRANCISCO JARRIN {ARTIST TO WATCH/ PHOTOGRAPHY/NSFW}

Francisco Jarrin, is an Ecuadorian photographer exploring of the existing types of photography, and specializing in documentary photography.

Model: Hadmariz Navarrete

https://www.instagram.com/franciscojarrinfoto/

https://franciscojarrinfotografia.com/

https://www.instagram.com/hadmarizal/

j1

j3

j5

j6

Posté par jourstranquilles à 04:31 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Icônes de Mai 68, les images ont une histoire

cohn

Horaires

Du mardi au samedi de 10h à 19h, dimanche de 13h à 19h. 

Lieu

Bibliothèque nationale de France François-Mitterrand

11 quai François-Mauriac       

75013 Paris

Date

Du mardi 17 avril 2018 au dimanche 26 août 2018

50 ans après les événements de mai-juin 1968, cette exposition revient sur la construction médiatique de notre mémoire visuelle collective.

OUVERTURE

Du mardi au samedi de 10h à 19h, dimanche de 13h à 19h.

TARIFS

Tarif plein : 9 €

Tarif réduit : 7 €

Posté par jourstranquilles à 04:14 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mona Lisa un lundi....

mona lisa le lundi

Posté par jourstranquilles à 02:46 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 29 avril 2018

Extrait d'un shooting - lingerie minimaliste

DSC_6420

DSC_6425

DSC_6447

Posté par jourstranquilles à 12:43 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Voyage à Nantes

voyage a nantes

Posté par jourstranquilles à 12:38 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Corée du Nord : Kim Jong-un promet de dénucléariser en mai

kim99

Le dirigeant nord-coréen a promis la fermeture des sites d’essais nucléaires de son pays en mai, en invitant des experts sud-coréens et américains à y assister.

Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, a déclaré lors du sommet avec le président sud-coréen Moon Jae-in, vendredi, que Pyongyang allait procéder au mois de mai à la fermeture de son site nucléaire sous les yeux du monde extérieur, a annoncé dimanche 29 avril la présidence sud-coréenne.

En amont du premier sommet intercoréen depuis plus de dix ans, la Corée du Nord avait annoncé la suspension de ses essais nucléaires et de missiles balistiques, ainsi que le démantèlement d’un site à partir duquel étaient effectués les tests d’armes atomiques.

M. Kim et M. Moon se sont engagés vendredi sur la voie de la réconciliation, promettant la « dénucléarisation complète » de la péninsule coréenne et l’établissement d’une paix « permanente » et « solide » entre leurs pays, toujours techniquement en guerre depuis 65 ans.

Le régime de Pyongyang invitera des experts et des journalistes américains et sud-coréens à assister au démantèlement de ses installations afin d’en assurer la « transparence », a ajouté la Maison Bleue (la présidence) à Séoul.

Un sommet dans quelques semaines

Donald Trump s’est entretenu samedi soir avec Moon Jae-in et a « dit que c’était une bonne nouvelle non seulement pour les deux Corées, mais aussi pour le monde entier, que les deux dirigeants aient réaffirmé leur engagement pour une dénucléarisation complète de la péninsule », a indiqué dimanche la Maison Bleue.

M. Trump et M. Moon ont convenu qu’il était nécessaire que le sommet entre les Etats-Unis et la Corée du Nord soit organisé rapidement. Ils ont aussi échangé leurs points de vue sur deux ou trois lieux possibles, a rapporté la présidence sud-coréenne. C’était une « longue et très bonne discussion », a dit Donald Trump sur Twitter à propos de son entretien de 75 minutes avec Moon Jae-in.

Le président américain a aussi déclaré, lors d’un déplacement dans l’Etat du Michigan, que le sommet avec le dirigeant nord-coréen aurait lieu dans les trois ou quatre prochaines semaines. « Cela va être un rendez-vous très important, la dénucléarisation de la péninsule coréenne », a-t-il dit. Le président américain est « impatient » de s’entretenir avec Kim Jong-un et « il y aura un très bon résultat », a ajouté la Maison Bleue.

Durant leur entretien téléphonique, Donald Trump et Moon Jae-in ont « souligné qu’un avenir pacifique et prospère de la Corée du Nord était conditionné à une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible », a déclaré la Maison Blanche.

Singapour est considéré comme l’un des hôtes possibles du sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un, a indiqué un haut responsable de l’administration américaine.

kim

Posté par jourstranquilles à 11:10 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

Circulation(s) au Cent Quatre

ciculations

PARIS JUSQU’AU 6 MAI 2018

Circulation(s) propose pour la huitième année consécutive un regard croisé sur l’Europe avec pour vocation de faire émerger les nouveaux talents et faire découvrir à un large public une création artistique contemporaine innovante. Le programme des expositions est encore une fois foisonnant et s’accompagne de plusieurs initiatives complémentaires : galerie ukrainienne et école russe invitées, association hors les murs avec la RATP et des lieux partenaires, studio photo, exposition à hauteur d’enfant, lectures de portfolios… On y va!

Posté par jourstranquilles à 11:00 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Publicité - Zadid et Voltaire

pub1

Posté par jourstranquilles à 10:55 - Publicité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Beaux Arts - Presse - Street Art

street art

Posté par jourstranquilles à 10:53 - Presse - Commentaires [0] - Permalien [#]

La protestation enfle en Espagne contre le jugement disculpant la "meute" de viol

viol

Nouvelle manifestation massive en Espagne samedi contre le jugement disculpant de "viol" cinq hommes ayant abusé d'une jeune femme et se qualifiant eux-mêmes de "meute". Même des carmélites se sont jointes aux critiques depuis leur couvent.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi 28 avril à Pampelune, dans le nord de l'Espagne, au troisième jour d'un vaste mouvement de protestation dans ce pays contre un jugement disculpant de "viol" cinq hommes ayant abusé d'une jeune femme.

Le slogan "ce n'est pas un abus sexuel, c'est un viol !", a résonné dans les rues de la capitale de la région de Navarre, comme chaque jour depuis que le jugement contesté y a été rendu. À l'appel du Mouvement féministe de la ville, "32 000 à 35 000 personnes ont participé à cette marche très tranquille mais très revendicative", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police municipale.

Cinq Sévillans, âgés de 27 à 29 ans, qui se surnommaient eux-mêmes "La meute", avaient été condamnés jeudi à une peine de neuf ans de prison chacun, pour "abus sexuel" sur une Madrilène de 18 ans pendant les fêtes de la San Fermin de l'été 2016, aggravé d'"abus de faiblesse".

Ils avaient filmé leurs actes et s'en étaient vantés sur Whatsapp, tandis qu'au procès, la jeune fille avait dû se justifier d'avoir eu une attitude passive face à eux. Leurs avocats soutenaient que la victime, qui avait auparavant bu de la sangria,  était consentante puisque qu'elle n'avait jamais semblé dire "non" à l'image.

Nouveau procès

Finalement, les juges n'ont pas retenu la notion de "viol", pour lequel le Code pénal espagnol stipule qu'il doit y avoir eu "intimidation" ou "violence".

Cependant, dans leur jugement, les magistrats ont considéré "indiscutable que la plaignante s'était soudain trouvée dans un lieu étroit et caché, entourée par cinq hommes plus âgés et de forte carrure qui l'avaient laissée impressionnée et sans capacité de réaction". Un nouveau procès devrait avoir lieu.

Dès vendredi, le parquet de Navarre notamment avait annoncé qu'il ferait appel du jugement, en maintenant que "les faits sont constitutifs du délit d'agression sexuelle (viol)". Le gouvernement conservateur espagnol de Mariano Rajoy s'était empressé d'annoncer qu'il étudierait l'éventualité d'une révision du Code pénal.

Pétition massive

Mais la contestation n'a cessé d'enfler, de nombreux Espagnols s'indignant qu'un des trois juges se soit prononcé pour la relaxe des cinq hommes.

Des personnalités très différentes se sont impliquées dans le débat, telle la puissante dirigeante de la banque Santander, Ana Botin, qui a glissé sur Twitter que le jugement était "un recul pour la sécurité des femmes".

L'ancienne juge Manuela Carmena, maire de Madrid, a aussi considéré que "ce jugement ne répond pas aux exigence de justice des femmes" et souhaité qu'il soit cassé.

Fait rare : plus d'1,2 million de personnes ont déjà signé une pétition adressée au Tribunal suprême pour réclamer la révocation des juges ayant pris la décision.

Le mouvement de protestation n'a pas fini d'agiter les réseaux sociaux. Même des carmélites cloîtrées, de l'ordre des Moniales déchaussées, ont fait sensation en postant un texte sur Facebook, se concluant par le slogan "ma soeur, moi je te crois", couramment repris dans le pays à l'attention de la victime de Pampelune.

"Nous voulions qu'il y ait une voix dans l'Église qui critique ce jugement", a dit à l'AFP soeur Mariluz, porte-parole des 16 religieuses du monastère d'Hondarribia au Pays basque.

Avec AFP

viol23

Posté par jourstranquilles à 10:51 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]