Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mercredi 4 janvier 2017

"Grimaces et misère" - Petit Palais - Paris

DSCN4333

DSCN4334

DSCN4335

Posté par jourstranquilles à 06:29 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Terry Richardson (photographe)

Terry (1)

Terry (2)

Terry (3)

Terry (4)

Terry (5)

Posté par jourstranquilles à 05:11 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Librairie anglaise à Paris

Posté par jourstranquilles à 03:20 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 3 janvier 2017

52 ans après Simon & Garfunkel jouent «Sound Of Silence» comme eux seuls peuvent le faire

Posté par jourstranquilles à 20:53 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Milo Moiré (artiste) - extrait de son calendrier 2017

71ekLr4mKKL

61q1V3gWaaL

61yCsvqragL

71++d+k6RLL

71QXJeZSilL

71uWq-88bcL

81PsZhg1RhL

715xGE9xgzL

Posté par jourstranquilles à 07:56 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Il y a la neige… et la neige de pollution !

C’est un phénomène qui est exceptionnellement fréquent ces derniers jours sur le pays. Des flocons liés à la pollution aux microparticules.

Par   Vincent Mongaillard

On l’appelle neige de pollution, neige urbaine ou encore neige industrielle. Ce très léger manteau blanc qui n’a rien de magique ni de poétique s’est invité ce week-end en plaine aux abords de certaines villes d’Ile-de-France, de Bretagne, des Pays de la Loire, de Lorraine, de Bourgogne et des Hauts-de-France.

Contrairement à celle, « ordinaire », qui est tombée hier dans un bon quart nord-est, qui tombera encore ce matin de manière très timide sur le Centre-Est et qui se forme à partir de poussières ou de grains de sable, cette neige des temps modernes voit le jour grâce aux particules fines stagnant dans l’atmosphère. Des impuretés essentiellement rejetées par les usines et les cheminées de particuliers. Les émissions des pots d’échappement des véhicules sont, elles, très faiblement incriminées puisqu’elles ne prennent pas suffisamment de hauteur pour pouvoir se métamorphoser en flocons.

Ce phénomène, peu courant et difficilement prévisible — qui, en principe, n’est pas dangereux pour la santé —, n’est pas nouveau. En février 2010, par exemple, il avait recouvert d’une couche d’un centimètre d’épaisseur le sol dans une partie des Yvelines et de l’Essonne. En décembre 2013, il ciblait cette fois l’agglomération lyonnaise.

Ce qui est exceptionnel en revanche cette saison, c’est le nombre élevé d’épisodes ces dernières semaines, disséminés sur une bonne partie de notre territoire. Loin des cimes, Strasbourg (Bas-Rhin), il y a un mois, a été la première ville frappée.

Elle se constitue entre 200 et 300 m d’altitude

Les pics de pollution importants enregistrés au cours du mois de décembre dans les grandes métropoles expliquent, en partie, ces chutes accrues. Pour que ces flocons citadins apparaissent, il faut également des températures négatives, des brouillards givrants et une absence de vent. De la vapeur d’eau sous forme de gouttelettes se fixe alors sur les microparticules de polluant utilisées comme noyaux de condensation, puis gèle avant de se transformer en neige et ainsi blanchir les sols d’une fine pellicule glissante. Elle se constitue dans les très basses couches de l’atmosphère, dans des stratus culminant à 200-300 m. « La neige classique, elle, va naître dans les nuages de haute altitude à des températures plus basses. Mais quand elle est au sol, on ne voit pas de différence à l’œil nu avec sa sœur industrielle », constate Stéphane Nedeljkovitch, météorologue à MeteoNews.

Pour les professionnels du ciel, l’observation tourne parfois au casse-tête. « Différencier les chutes de neige industrielle, très localisées dans un périmètre de quelques kilomètres, des petites chutes de neige classique est assez difficile, surtout lorsqu’il y a un mélange des deux phénomènes », reconnaît Emmanuel Demaël, ingénieur prévisionniste à Météo France. Il faut dire aussi qu’il existe peu d’études scientifiques avancées sur ce sujet, à la différence de celles qui se sont intéressées depuis des siècles à la bonne poudreuse de nos sommets hexagonaux.

Posté par jourstranquilles à 07:52 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fétichisme - Vu sur instagram

Posté par jourstranquilles à 07:50 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

François Fillon de retour !

Présidentielle

François Fillon fait aujourd’hui sa rentrée politique, le début de « sa vraie campagne présidentielle ».

Par   Valérie Hacot

Il avait déserté les plateaux télé depuis le lendemain de sa victoire à la primaire de la droite fin novembre. Ce soir, François Fillon fait son grand retour au 20 Heures de TF1. Après des semaines de silence — « Il revendique sa diète médiatique », souligne le coordinateur de sa campagne, Bruno Retailleau —, le nouveau champion des Républicains est bien contraint de passer à la vitesse supérieure. Comme le résume l’un de ses collaborateurs : « Aujourd’hui, c’est le démarrage de la vraie campagne présidentielle. »

Au menu de ce rendez-vous, dont il calera les derniers détails avec ses lieutenants, ce matin, dans son tout nouveau QG de campagne porte de Versailles, les questions économiques et sociales bien sûr, mais aussi la sécurité ou le terrorisme. « Il redira le sens de sa candidature à la présidentielle », décrypte Bruno Retailleau. Exit donc la prise de hauteur et le recul. Les équipes Fillon promettent un mois de janvier qui va démarrer sur les chapeaux de roue, avec de nombreux déplacements en France et à l’étranger. Il se rendra au CES de Las Vegas (le plus grand salon dédié à la technologie) dès mercredi. Comme un pied de nez à Emmanuel Macron, son plus sérieux concurrent, qui a régulièrement participé à ce rendez-vous américain. Même si cette année, l’ancien ministre de l’Economie passe son tour…

iL doit imprimer sa marque très rapidement

François Fillon prendra également la direction de l’Allemagne, à la fin du mois, pour y rencontrer Angela Merkel. Et il effectuera de nombreux déplacements dans l’Hexagone, certains très minimalistes, comme celui de ce matin chez Emmaüs dans le XIX  e à Paris, d’autres plus conséquents : « Un gros meeting est à l’étude pour janvier », confie un fidèle. Et le 14 janvier, il animera un conseil national des Républicains, histoire de mettre en scène l’unité de sa famille politique.

Le candidat Fillon doit imprimer sa marque très rapidement s’il veut espérer l’emporter. Sa position de favori l’expose à un tir nourri de ses adversaires, qui critiquent à l’unisson son programme trop libéral. Marine Le Pen a même fait éditer un tract sur mesure, barré du slogan « Fillon va vous rendre malade », en référence aux projets du candidat de réformer l’assurance maladie.

Même au sein de son propre camp, certains doutent de sa capacité à rassembler les Français autour de ses propositions parfois radicales. « Il n’y a pas beaucoup de messages à destination des classes populaires. Cela met mal à l’aise certains élus », se désole — sous couvert d’anonymat — un parlementaire LR. Fillon va-t-il donc changer de discours ? Bruno Retailleau s’en défend : « On va condenser le message, mais il n’est pas question de l’affadir. »

Posté par jourstranquilles à 07:48 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Monsieur Chat

Posté par jourstranquilles à 07:47 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]