Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

samedi 19 novembre 2016

Street Art

m92

m93

Posté par jourstranquilles à 19:00 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une manifestation anti-Trump dans les rues de Paris

t144

Entre 300 et 400 personnes, surtout des Américains, ont manifesté samedi à Paris pour protester contre l'élection du républicain Donald Trump aux Etats-Unis, qu'ils ont accusé de « racisme » et de « sexisme ».

« Nous ne sommes pas là pour contester le résultat de l'élection, nous respectons le processus démocratique. Mais par contre, nous ne respectons pas ses valeurs », a expliqué à l'AFP Youssef Almujhrabi, un étudiant américain installé à Paris depuis six mois.

Sous des bannières proclamant « Dump Trump » (« jetez Trump ») ou « Paris contre Trump », les manifestants ont défilé jusqu'à la Tour Eiffel. « Bâtissez un mur autour de Trump, je paierai pour ! », avait écrit un manifestant sur sa pancarte, en référence au mur que le milliardaire populiste a promis de faire construire à la frontière avec le Mexique.

« Cette élection a des conséquences »

Certains, comme Jessie Kanelos qui travaille à Paris depuis quelques mois, étaient venus pour se réconforter. « Les 48 heures qui ont suivi l'élection j'ai beaucoup pleuré. Je suis toujours choquée mais il faut avancer et être ici m'aide beaucoup », a-t-elle confié.

Des Français s'étaient joints au cortège. « Cette élection a des conséquences sur le monde entier, pas uniquement aux États-Unis », avait souligné en amont l'un des organisateurs, Sylvestre Jaffard, interrogé sur la radio France Info, en référence aux critiques exprimées par Donald Trump contre l'Alliance transatlantique, l'accord sur le climat de l'ONU ou l'accord sur le nucléaire iranien.

Depuis la victoire choc du magnat de l'immobilier le 8 novembre, des manifestations se sont tenues à travers les États-Unis pour dénoncer la rhétorique souvent incendiaire du républicain pendant la campagne. Des rassemblements ont également eu lieu à Berlin et Londres.

t145

t147

https://www.periscope.tv/w/1zqJVNaBDddJB

https://www.periscope.tv/w/1yNxaAvZOpqxj

Posté par jourstranquilles à 18:53 - Elections Américaines - Commentaires [0] - Permalien [#]

Météo France a placé cinq départements de l'ouest de la France en alerte orange pour vent violent.

Les Côtes-d'Armor, le Finistère, l'Ille-et-Vilaine, la Manche et le Morbihan sont concernés par cette alerte orange qui commence samedi à 21h et qui doit durer jusqu'à dimanche 10h.

Selon Météo France, il s'agit d'"une tempête commune en période automnale se produisant trois à quatre fois par an".

"Les rafales de vent débuteront sur le Finistère en début de nuit pour s'étendre à la Bretagne et au département de la Manche durant la seconde moitié de nuit de samedi à dimanche. Les rafales de sud puis sud-ouest atteindront 100 à 110 km/h, localement 120 km/h près du littoral, et 90 à 100 km/h dans les terres. Une extension du risque de vents forts à la Normandie est à envisager", selon les prévisionnistes.

snip_20161119151458

Posté par jourstranquilles à 13:16 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vitrines de Noël au BHV Marais

DSCN3926

DSCN3927

DSCN3928

DSCN3929

DSCN3930

Posté par jourstranquilles à 10:58 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Extrait d'un shooting - glamour

m74

m75

Posté par jourstranquilles à 10:56 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les dessous du Crazy Horse

Pour célébrer ses 65 ans de folie et de glamour, Chantal Thomass met en scène le spectacle « Dessous Dessus » au Crazy Horse. En compagnie de de Chantal Thomass, Entrée Libre a visité les coulisses du plus célèbre cabaret parisien.

Posté par jourstranquilles à 10:53 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Actuellement à la Galerie Azzedine Alaïa - vu hier

DSCN3887

DSCN3913

DSCN3891

DSCN3888

DSCN3889

DSCN3892

DSCN3893

DSCN3894

DSCN3898

DSCN3899

DSCN3900

DSCN3901

DSCN3902

DSCN3905

DSCN3906

DSCN3907

DSCN3908

DSCN3911

DSCN3914

DSCN3917

DSCN3920

DSCN3921

DSCN3924

DSCN3925

DSCN3915

Galerie Azzedine Alaïa

16, Rue De La Verrerie, Paris 75004 

https://twitter.com/search?q=galerie%20azzedine&src=typd

Posté par jourstranquilles à 10:35 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

"INFERNO" - vu hier soir

inferno

Robert Langdon se réveille dans un hôpital à Florence en ayant oublié ce qu'il s'est passé ces dernières 48 heures. Le célèbre professeur de symbologie se retrouve en possession d'un tube, que des personnes mal intentionnées veulent récupérer. Il s'agit en fait d'une carte, un jeu de piste pour retrouver un virus inventé par Dante. L'enfer de l'écrivain et poète florentin ne serait donc pas une fiction mais une prophétie. Accompagné de la doctoresse Sienna Brooks, il s'engage dans une course-poursuite, dont l'enjeu est de sauver l'humanité...

Acteurs : Tom Hanks, Irrfan Khan, Omar Sy, Felicity Jones, Ben Foster, Sidse Babett Knudsen, Ana Ularu, Jon Donahue

Posté par jourstranquilles à 10:25 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

La lune le 13 novembre....

Posté par jourstranquilles à 10:20 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Malgré l’ouverture d’un centre à Paris, les « migrants se cachent »

Alors qu’il reste de nombreuses places, le camp refuse des arrivants

Une semaine après son ouverture et alors que beaucoup craignaient une saturation immédiate, le centre humanitaire parisien de premier accueil pour les migrants situé boulevard Ney (18e arrondissement) est loin d’afficher complet : 220 lits occupés sur 400 disponibles et 80 personnes orientées ailleurs – familles, femmes, mineurs isolés… –, selon les derniers chiffres communiqués par Emmaüs Solidarité, l’association qui gère les lieux, mercredi 16 novembre.

Ce lendemain matin, pourtant, une centaine d’entre eux fait la queue, avant même l’ouverture du centre à 8 heures. Certains sont là depuis 5 heures. A l’entrée, un jeune homme de l’association Utopia56 leur sert du café et commente : « Cet endroit est totalement sous-dimensionné. Il en faudrait deux ou trois pour que cela marche vraiment. »

Sous-dimensionné mais à moitié vide ? Il faut regarder la file d’attente pour mieux comprendre. En fait, il y en a deux : à gauche pour ceux qui se présentent aux portes du centre pour la première fois ; à droite pour ceux qui ont un tampon sur le poignet ou la manche de leur sweat-shirt, un système mis en place la veille pour prouver qu’ils sont déjà venus mais n’ont pas pu entrer. Ceux-là seront reçus en premier.

Devenir invisibles

Un bénévole confirme : « Certains essaient depuis au moins quatre ou cinq jours. » L’objectif affiché par la Mairie de Paris, qui cofinance le centre avec l’Etat, était pourtant clair : elle veut empêcher la reconstitution de campements de migrants dans les rues de la capitale et absorber le flux des 50 à 70 exilés qui arrivent chaque jour à Paris. « A partir du moment où un centre existe, il n’y a pas de raison qu’il y ait des migrants dans les rues », répète la Mairie. Avec la préfecture, elle y veille. Mais alors, où sont les migrants ?

Dans le quartier de La Chapelle, où ils avaient trouvé refuge, on ne croise que quelques hipsters qui sortent des bistrots. Mais Faty, 39 ans, est en colère. Cette habitante de Saint-Denis, membre des Brigades du cœur, un groupe de bénévoles, ne parle pas, elle « gueule » : « Après l’évacuation [3 800 migrants le 4 novembre] de Stalingrad et l’ouverture de ce centre, on a cru que leur situation allait s’arranger, qu’ils quitteraient la rue. Mais pas du tout, c’est pire. Maintenant, comme ils sont traqués par la police, ils se cachent. Il faut arriver à les trouver pour pouvoir les aider. » Car les migrants sont bien là, mais ils apprennent à devenir invisibles.

Il est 23 heures, rue Riquet, lorsque Yona et cinq copains arrivent au coin de la rue Pajol. Ils ont la vingtaine et portent sur leurs épaules duvets et couvertures élimés. Ils viennent d’Erythrée et sont à Paris depuis quatre jours seulement, après un périple de quatre mois au cours duquel ils ont traversé le Soudan, la Libye et l’Italie.

S’ils marchent si lentement, c’est qu’ils ont peu dormi depuis leur arrivée et surtout qu’ils ne savent pas où aller. « Go ! Go ! nous crient les policiers dès qu’on s’installe quelque part », raconte Yona, avec ses quelques mots d’anglais.

Ce soir-là, ils tentent de se (re) poser sur l’esplanade Nathalie-Sarraute. Mais quelques secondes plus tard, un homme en pantalon noir et polo blanc leur ordonne de décamper : « Non ! Ne restez pas là ! Partez ! » L’homme n’est pas un policier, son polo porte le logo « SPG », une société de sécurité privée qui confie que la Mairie de Paris l’a chargée de veiller à ce qu’aucun migrant ne déplie sa couette. Le petit groupe remballe donc ses maigres effets et se pose discrètement de l’autre côté de la place. Cette fois, l’agent de sécurité vient les déloger avec un berger allemand.

« Système illisible »

Ils repartent sans but et tombent vite sur une quinzaine de compatriotes et quelques Soudanais, allongés sur le bitume, planqués derrière des panneaux de travaux de voirie.

La plupart sont à Paris depuis deux semaines, quelques-uns depuis la veille. Tous racontent la même histoire : les lampes torche en plein visage et les cris « No sleep, get up, go ! ». Sans jamais se voir proposer une alternative d’hébergement. Comme Yona, ils ont bien essayé d’entrer dans le centre humanitaire. Parfois à plusieurs reprises. Mais en vain. « “Demain, demain”, ils nous disent, raconte Kiros, 23 ans. Mais le lendemain, c’est pareil. Je ne sais pas pourquoi. »

Le système est tellement illisible que personne ne comprend pourquoi certains entrent et d’autres pas. La Mairie de Paris avait pourtant insisté sur « l’accueil inconditionnel ». Aujourd’hui, elle juge « impossible » que certains attendent plus de vingt-quatre heures avant d’entrer, « à condition d’arriver le matin », précise-t-elle. Même refrain chez Emmaüs Solidarité, qui affirme que personne n’est refoulé à l’entrée, à moins de se présenter après 18 heures. Ce serait les entretiens individuels, de vingt minutes en moyenne, qui gripperaient la machine, selon l’association.

Héloïse Mary, présidente du bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants, n’en croit pas un mot : « Ce centre n’est pas rempli parce qu’il s’agit en réalité d’un centre de tri : il exclut et envoie ailleurs les déboutés de première instance, les femmes, les mineurs et les “dublinés” [les demandeurs d’asile qui ont laissé leurs empreintes dans un autre pays d’Europe et qui, au nom du règlement de Dublin, devraient y demander asile] ». Selon ses estimations, le centre du boulevard Ney ne concernerait qu’autour de 10 % des migrants de Paris. Article de Louise Couvelaire

Posté par jourstranquilles à 09:05 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]