Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

vendredi 4 mars 2016

Brigitte Bardot et Serge Gainsbourg

11349289_577641825724315_867782354_n

BB et Gainsbourg. Serge Gainsbourg a vécu une très belle histoire d'amour avec Brigitte Bardot en 1968. "Il voulait me faire entendre quelques chansons qu'il avait composés. Il est venu me voir et m'a demandé si j'avais du Champagne. Nous en avons bu un peu, beaucoup, et j'ai pu attaquer sa chanson avec insolence et avec sensualité. Ce n'est que quelques jours plus tard que nos doigts se sont croisés et que plus rien d'autre, plus personne d'autre, n'a existé pour moi." Pourtant #BrigitteBardot était mariée à Gunter Sachs. Serge #Gainsbourg écrira pour Brigitte une chanson culte " Je t'aime moi non plus ". Ils l'enregistreront ensemble mais cette chanson sera finalement supprimée suite aux menaces de Gunter Sachs. Cette épisode mettra fin à la liaison de #BB avec #SergeGainsbourg. "Nous avons vécu un amour très pur est très romantique. Un amour comme on en rêve une fois dans sa vie" racontera Brigitte #Bardot. Photo : Patrice Habans / #ParisMatch.

Posté par jourstranquilles à 07:51 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Zahia au cours d'un shooting avec Bettina Rheims

12321675_1156439111034940_219458402116688622_n

12814257_1155247721154079_5245310998084139286_n

zahia shooting

Posté par jourstranquilles à 07:49 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Alyssa Arce

alyssa arce

12783480_1563608593949522_1277956909_n

Posté par jourstranquilles à 07:29 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

TERRY RICHARDSON A SHOOTÉ LA DERNIÈRE COLLECTION DE SUPREME

Supreme et Them Magazine, la récidive! Après un éditorial majestueux sublimant la saison fall/winter 2015 du pilier du streetwear, le mag de mode japonais fait végéter à présent les must-have de la collection haletante spring/summer 2016 de Supreme.

À marque emblématique, photographe d’exception voir polémique. On connait les liens qui unissent Terry Richardson et Supreme, des milliers de shots déjantés et une pléiade de stars passée sous leur bistouri comme dernièrement Morrissey.

Sans surprise, l’idylle se prolonge entre la marque de skateboard et le photographe corrosif dans cet éditorial visuel modelé par l’enfant prodige de l’art selon Vogue, Lucien Smith.

S’exhibent ainsi les pièces fétiches du directeur artistique de Supreme himself, le dénommé Angelo Baque : Du pantalon de paon, à la veste « fuck them all » dont le logo au dos détourne celui d’alfa Romeo.

image5

image140

image141

Posté par jourstranquilles à 06:57 - Publicité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Gainsbourg - Toujours - 25 ans

À l’occasion des 25 ans de la disparition de Serge Gainsbourg, la Galerie Hegoa, située à quelques pas du célèbre 5 bis rue de Verneuil, présente de nouveaux tirages, peintures, collages et dessins en hommage à cet immense artiste.

L'exposition tente ainsi de restituer la force et la fragilité de ce personnage qui a marqué son époque et qui reste encore et toujours une source d’inspiration pour bon nombre d'artistes.

Distribution : "Gainsbourg - Toujours - 25 ans" exposition collective (Photographie, peinture, dessin, collages)

Lieu : Galerie Hegoa 

Date de début : 4 mars 2016

Date de fin : 8 avril 2016

Posté par jourstranquilles à 06:33 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 3 mars 2016

Ai Weiwei

ai weiwei

aisssss

Posté par jourstranquilles à 23:06 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Louise Bourgeois

bourgeois

bourgeois01

Posté par jourstranquilles à 23:05 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Chinatown

IMG_8544

Posté par jourstranquilles à 23:02 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 2 mars 2016

Serge Gainsbourg - La Javanaise Live au Zénith (1988) - j'y étais....

Posté par jourstranquilles à 22:09 - Serge Gainsbourg - Commentaires [0] - Permalien [#]

CONSTANCE MEYER : LA JEUNE FILLE ET GAINSBOURG

constance-meyer-10-reporters

Il y a vingt-cinq ans, Constance Meyer a vécu une histoire avec le chanteur qu'elle raconte dans un livre paru récemment, « La jeune fille et Gainsbourg » (éd. l'Archipel). Nous avons rencontré cette jeune femme aujourd'hui amoureuse et mère de famille. A peine assise, avant que l’on pose la première question, elle s’inquiète : « Surtout ne faites pas un papier trash sur notre relation qui ne ressemblait en rien à cela »... Extraits.

La rencontre

En 1985, Constance a 16 ans. Ses parents sont professeurs de faculté, elle est bonne élève au lycée Victor Duruy. « Je deviens adulte doucement auprès de ma mère, divorcée, entourée de mes frères. Un jour, sur mon Walkman, j’entends « Love on the Beat ». Le choc.Vacances en Californie l’été qui suit, je ne fais qu’écouter ce titre qui, pour moi, est une révolution. »

A la rentrée des classes, elle découvre que Gainsbourg chante au Casino de Paris. « J’enfourne mon Ciao, une heure avant le concert, il reste quelques places dans le fond de la salle. Je prends. Quand la lumière s'éteint, je rampe jusqu’au premier rang, jusqu’à toucher la scène. » « Pour moi ce type sur scène c’est une évidence, il m’est familier. On est comme cela à l’adolescence, entier. » Elle retourne le voir quatre fois.

Un signe du destin

"Ma prof d'italien nous dit qu’elle habite rue de Lille, à côté de chez Serge… Je suis dubitative, je le lui dis. « Allez donc au 5 bis, rue de Verneuil si vous ne me croyez pas », me répond-t-elle. Je m’y précipite, la maison, les tags, aucun doute. Je sonne. Pas de réponse… Sur le trottoir d’en face, j’ouvre mon sac à dos et je lui écris. Cinq pages pour dire toute ma passion, mon engouement pour sa musique, je donne mon numéro de téléphone et je termine par « Quelle folie !» "

Il est 14 h 30 à quand elle glisse la lettre sous la porte. Elle rentre chez elle faire ses devoirs.

17 h, le téléphone sonne, elle répond.

- Pourrais-je parler à Constance ?

- C’est moi…

- C’est l’homme qui a reçu la lettre… Elle est bien écrite, elle m’a touché. J’aimerais bien te rencontrer. Tu veux venir dîner avec moi ce soir?

Elle lui propose le lendemain, sa mère doit sortir….

Le RDV

5 décembre, 20 heures: elle sonne trois fois chez lui (c’est le code).

« Si je suis intimidée , il l’est plus que moi encore. Les silences s’enchaînent, il me propose d’écouter le dernier disque de Jane « Quoi ». Il met la musique à fond. Il m’emmène Chez Ravi, un indien délicieux rue de Verneuil. Tout le monde le connaît. En entrant dans le restaurant je repère un garçon qui est dans ma classe : Bertil Scali. Au restaurant, Serge, toujours timide, me raconte une foule d’histoires drôles parce qu’il ne sait trop quoi me dire. Moi je le trouve irrésistible. A la fin du repas, je lui avoue que je ne comprends pas ce que veut dire « Je t’aime moi non plus ». Une Chanson devenue un film. Il me propose de venir le voir chez lui, en cassette.

Je découvre l’étage de son hôtel particulier: moquette noire au sol avec de gros motifs blancs. Je visite sa petite bibliothèque : livres précieux, objets et sa vieille machine à écrire Remington… Il y a aussi sa collection de poupées anciennes, la salle de bain de Jane restée intacte depuis leur séparation... Serge me dit de m’installer sur le lit et je découvre les merveilles d’une technique ultra inconnue de moi : un écran descend du plafond, il lance le film et s’en va téléphoner, vaquer à ses occupations. Quand le film est terminé, il me propose de voir « Equateur », son second long-métrage…

Je suis épuisée quand le film se termine. Serge me propose de rester dormir, nous dormons ensemble. Au matin, Fulbert son homme de ménage a préparé du café… Serge a du travail … on se quitte… Sur le pas de la porte, il me fait un signe de la main quand je démarre mon Ciao .

Ils deviennent amants

Mars 1986 : « Je passe chez lui, sonne trois fois, pas de réponse. J’écris sur son mur un poème pour qu’il le voit… Il me rappelle… Me propose notre second dîner. Après le restaurant créole, cette fois, rue de Verneuil, on rentre, on parle, on se rapproche. Je découvre sa gentillesse, sa douceur, sa faculté à mettre en valeur la personne avec laquelle il se trouve… D’une certaine façon il me rend plus belle, plus importante en me mettant tellement en valeur… Sa chambre, son film préféré « Les sentiers de la gloire » de Kubrick, le lit gigantesque recouvert de vison, les bouteilles de parfum Guerlain. Je me sens bien, déjà familière en ce lieu. Après le film, il me demande si je veux faire « dodo avec lui »… J’en meurs d’envie. C’est tendre… »

« J’ai presque 17 ans, une vraie maturité, Serge ne fait pas son âge, il n’a pas d’âge. »

L’histoire se poursuit cinq ans « régulièrement », dit-elle. Beaucoup de lettres (il n’y a pas de portable à l’époque), beaucoup de télégrammes.

« Je le retrouve en fin d’après-midi, chez lui, en studio, en tournage, à l’hôtel. On reste toute la nuit ensemble, on dort peu, on parle énormément… Il me raconte sa vie, me parle de sa solitude, de ses moments de déprime, de ses doutes. »

«Il dit ne pas connaître le bonheur… Il a un stock d’anecdotes incroyables que j’adore écouter… Quand il parle de sa mère, il pleure. Il parle de sa première femme, de ses enfants, de Jane et de sa rencontre avec Bambou… et aussi de Charlotte et de Lulu. »

Elle assiste à de nombreux épisodes connus, souvent cachée dans les coulisses. Elle est ainsi présente sur le plateau de Michel Drucker quand il dit à Whitney Houston « I want to fuck you ». Malgré, ou peut-être à cause de l’éducation stricte qu’il a reçu, Serge adore la trangression. Sur « Tenue de Soirée » , elle est en studio avec Bertrand Blier, Serge compose sur un clavier électronique. Elle dit l’avoir vu dicter d’une traite le synopsis de « Charlotte Forever » à une dactylo.

Au fur et à mesure que leur histoire avance, Serge la transforme physiquement, lui demande de s’habiller autrement, de ne plus porter de vêtements informes, de se couper les cheveux.

Elle dit n’avoir que très peu connu Gainsbarre… Ce qu’elle a vu elle c’est un homme qui n’a jamais cessé d’être un enfant, timide, doux. Jamais blasé.. Quand un gamin de six ans le reconnaît dans la rue, cela le met en joie, de même lorsqu'il entend ses chansons à la radio.

"De ma vie je n’ai jamais rencontré un homme aussi généreux, attentionné et drôle. Dépourvu de vulgarité, de méchanceté. Un dandy, avec une allure folle et unique. Depuis je n’ai jamais cessé de chercher un tel homme. Si je pense à Serge , je pense à son eau de toilette Van Cleef &Arpels pour homme , bouteille noire. Il a en six exemplaires, la même veste, le même jean, les mêmes Repetto. Et détail important: il relève toujours le col de sa veste ou de sa chemise.

Il a beaucoup souffert de sa laideur; d’elle il dit : « Elle a ceci de supérieur sur la beauté c’est qu’elle dure. » Les deux dernière années, Serge fume de plus en plus, des Gitanes qu’il allume avec un Zippo, boit de l’alcool, beaucoup de pastis.

C’est en tournant « Charlotte For Ever » que la fille de Gainsbourg rencontre Constance. Celle-ci est couchée dans une chambre de l’hôtel Raphaël où elle a dormi avec Serge. « J’ai beaucoup attendu les appels de Serge pendant toutes ces années. Je ne sais jamais quand je vais le revoir. »

Dernier Acte

1989 à 1991: Plusieurs hospitalisations. Serge doit arrêter de fumer, de boire. Il est déprimé, il a peur de perdre la vue. Il se referme sur lui-même.

Dernier appel en décembre 1990… Il fume et boit à nouveau. Parle de la mort en blaguant. Dit qu’il faudrait faire un musée de sa maison, après.

« Il est mort avant de vieillir, tu es encore jeune, tu as 62 ans », lui dit-elle.

« Avoir pour premier grand amour un tel homme fait que le retour à la réalité est terrible. A seize ans je découvrais des sommets et ne pouvais ensuite que tomber de ce piédestal. »

« La jeune fille et Gainsbourg », de Constance Meyer, éd. de l’Archipel, 160 pages. 14,95 euros.

Posté par jourstranquilles à 21:42 - Serge Gainsbourg - Commentaires [0] - Permalien [#]