Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

dimanche 24 juillet 2016

Nakid Magazine

#LateNight #vibes Via @iammilenagarbo 🔥👌#NAKIDinspo #NAKIDMAGAZINE #NAKIDmag

Une photo publiée par NAKID (@nakid_magazine) le 24 Juil. 2016 à 2h15 PDT

Bananas and jeans Via @wmagazine_ ✨⚡️#NAKIDinspo #nakidmag

Une photo publiée par NAKID (@nakid_magazine) le 24 Juil. 2016 à 2h10 PDT

Posté par jourstranquilles à 11:30 - Presse - Commentaires [0] - Permalien [#]

La presse à scandale passée au crible sur Arte

XVM7f618a8e-4ccc-11e6-88a3-a3ecec0aec15

 Dans le cadre de son «Summer of Scandals», la chaîne décrypte l’évolution des tabloïds depuis leur naissance dans les années 50 à aujourd’hui dans un documentaire inédit.

«C’est une histoire de sexe, de sang et de fric. De scoops bidon et de révélations exclusives. De reporters qui fouillent dans les poubelles. De chasseurs et de proies. De gloires éphémères et de petites princesses...» Tabloïds!, le documentaire de Jean-Baptiste Péretié, s’ouvre sur ces mots, édifiants, qui définissent à eux seuls le monde des tabloïds, également appelé presse à scandale, presse-poubelle ou presse people. Nés dans les années 50 de parents anglo-saxons, ils se nomment The Sun, Bild, Star, Globe, National Enquirer, Daily Star, News of The World, ou plus tard, en France, France dimanche et feu Infos du monde, et ont pour vocation d’être populaires. La recette est simple: traitement de l’information à la fois concis et accrocheur, minimum de texte, maximum d’illustrations, du sexe, du sport et des jeux. Imparable.

«Depuis que la presse existe, les journaux prospèrent grâce à un seul et même principe: donner à lire aux lecteurs ce qu’ils demandent», déclarera le magnat de la presse australien Rupert Murdoch, lors du rachat de The Sun, en 1969. Propriétaire d’une cinquantaine de titres, dont plusieurs tabloïds, il n’a jamais cessé d’encourager ses journalistes à dégoter l’info la plus vendeuse, quitte à traquer les VIP jusque dans les toilettes ou à les mettre sur écoute, violant bien souvent les codes internationaux de déontologie journalistique.

Selon l’universitaire américaine spécialiste des médias Uttara Manohar, «l’une des caractéristiques intéressantes de ces supports est de produire des célébrités sensationnelles à partir de n’importe quel registre de l’actualité, qu’il s’agisse de politique, de sport, d’affaires ou d’un domaine ne faisant jamais défaut en matière de nouvelles à sensation, ce bon vieux monde du spectacle».

Lady Di, Paris Hilton, David Beckham, Angela Merkel, Angelina Jolie, Nabilla, tous s’y retrouvent, un jour ou l’autre. Avec, toujours, cette question: sont-ce les célébrités qui profitent à la presse people ou la presse people qui profitent aux célébrités?

Posté par jourstranquilles à 10:50 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tatouages

DSC_4535

DSC_4536

Posté par jourstranquilles à 10:45 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le bikini a soixante-dix ans et n’a pas grandi

Lancé en juillet 1946, le tout petit maillot de bain n’a connu le succès que dans les années 1970. L’historienne Ghislaine Rayer raconte l’étonnant destin de cet « ovni du vestiaire féminin » (1) .

Ghislaine Rayer, historienne du balnéaire et de la lingerie.

On date précisément la naissance du bikini ?

Oui. C’est une création de Louis Réard. Et il est présenté le 5 juillet 1946, à la piscine Molitor, à Paris.

Les maillots deux pièces existaient depuis les années 1930. Quelle est la différence ?

Un bikini, c’est une toute petite culotte avec un haut. Il découvre le nombril, ce qui était jusqu’ici tabou. Ce premier bikini, avec une culotte tenue par deux liens sur les hanches, c’était très osé à l’époque. Louis Réard va ensuite l’assagir. Il faudra attendre vingt ans pour que le bikini revienne à cette version initiale.

Qui est Louis Réard ?

Quelqu’un qui avait mille défauts et cent mille qualités. Il était issu d’une famille de tailleurs. Il a été brièvement styliste automobile puis s’est installé à Paris dans les années 1930 en se spécialisant dans le balnéaire. Il sentait que la rigidité des codes allait bouger. Le bronzage devenait à la mode. Plutôt que d’enlever les bretelles et retrousser le maillot, pourquoi ne pas en faire un plus petit ?

Depuis quand le bronzage est-il à la mode ?

À partir de 1925, les Années folles, la mode de la garçonne. On a dit que Coco Chanel a lancé cette mode du bronzage, mais elle existait déjà en Italie, notamment à Venise. C’était une mode de l’élite. Le bronzage ne devient pas populaire avant les années 1950.

Réard est le seul à vouloir réduire le maillot ?

Jacques Heim, qui était également un couturier réputé à l’époque, sort la même année un maillot appelé « Atome »… le plus petit élément alors connu. On n’a pas retrouvé d’images de ce maillot. Qui était a priori plus couvrant.

Pourquoi ce nom de bikini ?

Une référence aux essais atomiques américains sur l’atoll de Bikini – atoll des îles Marshall, situées dans l’océan Pacifique, en Océanie –, très médiatisés. Tout comme la fascination pour les îles, comme Hawaï. Réard avait une particularité, il déposait plein de noms. Le jour où il dépose Bikini, le 16 juin 1946, il avait également déposé Hawaï, Soleil d’Hawaï et d’autres noms très ridicules… Il a sans doute choisi Bikini en réaction à l’Atome de Heim.

Le premier bikini n’a pas eu de succès ?

Il a quand même enfoncé un clou médiatique. En 1948, L’Oréal sort une huile solaire de protection, Ambre solaire, et crée le personnage de Suzy (incarné par la starlette Suzy Bastide), une fille bronzée en bikini. Une image que l’on verra partout. Mais le bikini tel qu’on le porte actuellement n’a vraiment eu droit de cité sur les plages familiales qu’au début des années 1970.

Les Français ont inventé le bikini, mais les États-Unis ont un rôle essentiel dans l’évolution du maillot de bain ?

Pour tout ce qui est évolution technique ou pratique, les États-Unis ont toujours eu une longueur d’avance. Le lastex (latex recouvert de coton ou laine), par exemple, créé dans les années 1930. Mais pour le stylisme, l’avantage était français.

Brigitte Bardot va populariser le bikini ?

Le médiatiser surtout. Les célèbres photos de Brigitte Bardot, en 1953, sur la plage du Carlton pendant le festival de Cannes, vont faire le tour du monde. Cependant, contrairement à ce que l’on croit, Bardot n’a jamais porté de bikini en vichy rose.

Une seule Miss Monde a défilé en bikini ?

En 1951, le concours a été gagné par la Suédoise Kerstin Haajansson. Mais cela a été un choc. Certains pays ont trouvé cela indécent, et refusé de voir leurs miss en bikini.

Le bikini a parfois été interdit ?

Il était proscrit sur les plages françaises de l’Atlantique. En Italie, en Espagne, en Belgique. En Allemagne aussi, curieusement, alors qu’il y avait ce culte du corps.

Pourtant, le village espagnol de Benidorm doit tout au bikini ?

C’est une histoire étonnante. C’était un petit village de pêcheurs. En 1952, le maire est allé en scooter à Madrid demander une dérogation à Franco. Il l’a bizarrement obtenu, même si l’épouse du général était farouchement contre le bikini. C’est comme cela que cette plage est devenue célèbre, et que Benidorm est devenue une ville de 70 000 habitants, fréquentée par des millions de touristes.

Quel est l’impact du tube de Dalida, Itsy Bitsy Bikini, en 1960 ?

À l’époque, le bikini se voit sur les plages chics, dans les nombreux concours de miss ou dans les publicités. Pas sur les plages populaires. Cette chanson est le reflet de ce qu’il se passe. Les jeunes filles voulaient acheter des bikinis, comme les starlettes, mais l’environnement familial et l’éducation faisaient qu’elles ne pouvaient pas le porter.

Les films « de plage » américains des années 1960 mettent le bikini à l’honneur…

Ils participent à la fascination pour la Californie, avec l’explosion de groupes comme les Beach Boys. Néanmoins, l’une des images les plus frappantes de l’époque est celle d’Ursula Andress dans James Bond 007 contre D rNo (1963). C’était la première fois que l’on voyait à l’écran une femme en bikini, qui était indépendante et pas seulement un faire-valoir du mâle.

En Europe, il faut attendre l’après-1968 pour que le bikini se démocratise ?

Oui, mais le bikini évolue à cette époque. Avec le haut triangle, qui n’a plus le côté sexy du soutien-gorge à balconnet. On part sur une idée plus sportive, plus indépendante, mais moins sexy de la femme.

Le monokini n’est pas le topless, dites-vous ?

C’est très différent. Le monokini est un maillot à bretelles qui laisse la poitrine apparente. Le styliste autrichien Rudy Gerneich sort ce maillot en 1964, mais c’est une provocation. Il sera vite oublié.

Le trikini est encore plus ancien ?

Dans les années 1930, il était une façon de dénuder la peau tout en respectant les codes, puisque c’est un maillot une pièce avec des trous partout. C’est très joli quand on est bien faite mais les traces de bronzage ne sont pas… possibles. C’est plutôt un maillot de soirée.

Finalement, le bikini a très peu évolué depuis sa création ?

C’est un ovni dans le vestiaire féminin. Depuis les années 1970, il n’a pas évolué d’un pouce. Seules les matières ont changé. Elles sèchent plus vite, elles peuvent laisser passer les rayons du soleil. Ces évolutions ne se voient pas à l’œil… nu.

Recueilli par Philippe RICHARD.

(1)   Bikini, la légende, Ghislaine Rayer et Patrice Gallupeau, Michel Lafon, 192 pages, 29 €. •Exposition « Molitor fête les 70 ans du Bikini ». Piscine Molitor à Paris, jusqu’au 30 août.

Posté par jourstranquilles à 10:34 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Hommage à Helmut Newton

Posté par jourstranquilles à 10:28 - Autoportraits - Jeux de rôles - Autodérisions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Bretagne

13754308_1201740326522952_5733086381835038663_n

Posté par jourstranquilles à 10:23 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pierre et Gilles

Le petit matelot 🌸⚓️🌸 Wilfried @friedwil77 #1997 #pierreetgilles #marin #marinenationale #port #crotte #flowers #boat

Une photo publiée par Pierre et Gilles (@pierre_pierreetgilles) le 24 Juil. 2016 à 0h56 PDT

Posté par jourstranquilles à 10:21 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Milo Moiré (artiste)

0271b272-caa8-430b-8f35-e4bc20a459a2

13731531_1779060575643423_2830295105644633248_n

a186aee8-0813-4ed8-aa1b-f51e1ed88ebf

c9008f36-7f8e-48de-8463-45c94513fa0f

eb3037c5-160d-447a-b9d3-621b16ae5d67

1ae4656f40a043dc4df70be5abb49ccf

Posté par jourstranquilles à 10:21 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vacances d'été

74de252d-0cf3-41a1-8010-7af79f01ad2e

adba1053-6b34-4e35-be8c-9ce8a4ffcaa1

Posté par jourstranquilles à 10:17 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Publicité

3c4f564d-61a7-4818-bd33-8e130b138cf7

Posté par jourstranquilles à 10:16 - Publicité - Commentaires [0] - Permalien [#]