Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

dimanche 26 février 2017

Galerie Laurent Strouk

laurent strouk

Posté par jourstranquilles à 09:44 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Affaire Fillon

Que peut-il se passer désormais ?

Le juge d’instruction peut placer François Fillon (mais aussi sa femme et deux de ses enfants impliqués) sous le statut de témoin assisté. Il aura alors estimé qu’il existe« des indices rendant vraisemblable qu’il ait pu participer à la commission des infractions ». Mais si le magistrat considère qu’il possède des« indices graves et concordants », il décidera d’une mise en examen. François Fillon et son avocat auront alors la possibilité de la contester, par une requête en nullité, devant la chambre de l’instruction. Leur objectif sera alors de démontrer que de tels indices n’existent pas et que le juge d’instruction s’est fourvoyé.

Les précédents Aubry et Sarkozy

Dans l’affaire de l’amiante, les défenseurs de Martine Aubry (poursuivie alors qu’elle était directrice au ministère du Travail) étaient ainsi parvenus à faire annuler par deux fois sa mise en examen, en 2013 et 2014.« Il est cependant rare qu’une personne soit mise en examen sur la base d’un dossier complètement vide », note Me Stéphane Babonneau, dans une note sur les manières de s’opposer à une mise en examen . Autre stratégie : l’avocat de François Fillon peut contester la légalité de ces indices. Le but sera alors d’obtenir leur annulation et, par ricochet, l’annulation de la mise en examen. C’est cette stratégie qu’avait mise en œuvre Nicolas Sarkozy, en 2013, à la suite de sa mise en examen pour abus de faiblesse dans l’affaire Bettencourt. Ses avocats avaient contesté la légalité de l’expertise médicale qui avait conclu à l’état de faiblesse de Liliane Bettencourt. En vain. Malgré cela, l’ancien président a bénéficié par la suite d’un non-lieu, c’est-à-dire qu’il n’existait pas de charges suffisantes pour le renvoyer devant un tribunal. Mais attention, prévient Me Babonneau, il peut être risqué de vouloir faire annuler d’entrée de jeu sa mise en examen. Car si l’intéressé n’obtient pas gain de cause, cette démarche« alourdira les soupçons ».

Pierrick BAUDAIS. Ouest France

Posté par jourstranquilles à 08:53 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Joli, non ?

snip_20170225172059

L’Ikebana est l’art traditionnel de l’arrangement floral japonais, issu d’une mise en pratique de techniques rigoureuses codifiées par différentes écoles.

Arranger des fleurs est le résultat de l’étude de nombreux aspects, mais quand les personnes prennent place devant les végétaux et les considèrent le cœur plein d’indulgence, ils arborent un visage plus que beau, reflet du changement qui s’opère en eux. Leurs gestes sont délicats et leur ordre naturel, et quand ils découvrent incidemment la beauté, leur cœur tressaille d’émotion. Ces découvertes et ces émotions, parce qu’elles constituent l’essence spirituelle d’un ikebana, revêtent une importance profonde.

Arranger des fleurs, c’est également faire l’expérience d’un agréable sentiment de plénitude. Quand le cœur est concentré dans l’acte d’arranger des végétaux que l’on tient dans sa main, toutes les choses compliquées de la vie quotidienne sont laissées de côté et la joie illumine ce monde de beauté ; c’est là, le plus important.

La surprise et la joie nées de l’arrangement des fleurs, les belles pensées qui emplissent alors notre cœur, rien ne peut les remplacer. L’espace autour de nous, décoré de fleurs arrangées, s’étend et devient un monde rempli d’un charme mystérieux.

Posté par jourstranquilles à 08:28 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Egon Schiele

egon_schiele__akt__nude___1917__est_____180_000_250_000__jpg_9440_jpeg_8002

Posté par jourstranquilles à 08:20 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pauline Moulettes

Posté par jourstranquilles à 08:11 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un mur de contestation se dresse contre la tour Eiffel bunkérisée

tour

LP/Frédéric DUGIT

Mis devant le fait accompli, élus et riverains remettent en cause le projet de mur de protection autour du monument.

Pas encore installé et déjà… décrié. Le mur de protection qui doit être édifié autour de la tour Eiffel (VII  e) à l’automne pour renforcer la sécurité sur le site soulève un vent de colère. Mercredi, l’ambiance était tendue au conseil d’administration de la Société d’exploitation de la tour Eiffel (Sete). Dans une quasi-unanimité, les élus qui y siègent ont protesté contre la méthode employée par la Ville. « Sur le fond, qu’il faille renforcer la sécurité des lieux, tout le monde est d’accord, admet Catherine Dumas pour les élus Républicains. Mais la méthode n’est pas admissible. »

Même les communistes et écologistes sont mécontents. « On nous a mis devant le fait accompli », regrette Nicolas Bonnet (PCF). « Et en plus aucun adjoint de la maire n’était là pour nous répondre », appuie Pascal Julien (EELV).

« Une délibération portant les grands projets pour la tour Eiffel a été votée par le Conseil de Paris en janvier. Cette délibération comprenait déjà le volet sécurité », répond la mairie de Paris. « Le mur en tant que tel n’avait été évoqué qu’en filigrane, se souvient Pascal Julien. D’ailleurs, en pleine séance, j’étais allé voir Bernard Gaudillère (NDLR : président de la Sete) pour savoir si on aurait un jour l’occasion de voir des visuels de ce projet. »

« On nous présente le projet alors que les permis de construire ont déjà été déposés. On ne peut pas prendre de telles décisions sans consulter les élus », renchérit Emmanuelle Dauvergne, élue (LR) du VII  e. « Depuis décembre, des contacts ont été pris à de multiples reprises pour présenter le projet à la maire du VII  e, qui n’a pas répondu à nos sollicitations », indique la mairie de Paris.

Les riverains, eux aussi, sont inquiets. « Si les entrées se font par les jardins, il va y avoir beaucoup plus de monde aux abords des immeubles », redoute l’association des amis du Champ-de-Mars qui a lancé une consultation sur son site Internet. Sur les 200 personnes qui ont voté, 93 % se déclarent opposées à cette future installation.

« Nous souhaiterions que ce projet soit réversible. Et provisionner par exemple une somme d’argent pour le démontage futur », indique Pascal Julien. « Et pour le moment, la Ville ne nous donne aucune assurance là-dessus », assène Nicolas Bonnet.

« Ce projet de sécurisation de l’espace d’accueil de la tour Eiffel en est à ses débuts et il reste plusieurs mois pour discuter du projet. Le conseil d’administration est l’instance appropriée pour discuter de ce type de sujet », rétorque la Ville de Paris.

Posté par jourstranquilles à 07:56 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Paris

16906242_1639856429374864_449548978422284288_n

Posté par jourstranquilles à 07:41 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu sur instagram

16583119_405442606473033_3136343917365035008_n

Posté par jourstranquilles à 07:39 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Alyssa Arce

alyssa arce

Posté par jourstranquilles à 06:41 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nobuyoshi Araki, Untitled, (Hotel Rooms), 1993-1994

nobuyoshi_araki__untitled___hotel_rooms___1993_1994__est_____6_000_8_000__jpg_4108_jpeg_6978

Posté par jourstranquilles à 06:36 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]