Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mercredi 13 décembre 2017

Jean-François Dubos, nouveau président de la Maison Européenne de la Photographie

Le 4 décembre, le conseil d'administration de la Maison européenne de la Photographie (MEP) a nommé Jean-François Dubos à la présidence de l'institution. Il succède ainsi à Henry Chapier.

Titulaire d’un diplômé en lettres, en droit international public et en sciences politiques, Jean-François Dubos a occupé des postes dans le secteur public (ministère de la Défense, Conseil d’État) comme privé (Vivendi, Fondation pour le droit continental). Il a enseigné à l’École nationale d’administration (ENA) et aux universités Paris I (Sorbonne) et Paris X (Nanterre) ainsi qu’à l’Institut d’études politiques (IEP) d’Aix-en-Provence.

Son parcours et son engagement témoignent, en outre, d’un intérêt marqué pour le secteur culturel. Chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’Ordre du mérite et officier des Arts et de Lettres, Jean-François Dubos exerce des fonctions dans le monde de la musique et du théâtre en devenant tout d’abord président du conseil d’administration du Centre de musique baroque de Versailles et secrétaire général du Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence, puis administrateur des Amis de Mozart et du Théâtre du Châtelet. Il s’intéresse également à la photographie puisqu’il est le vice-président des Rencontres de la photographie d’art et le président des Amis de la MEP. Nommé à la présidence de la MEP, Jean-François Dubos est donc un familier de cette institution. Il succède ainsi à Henry Chapier, qui occupait cette fonction depuis la création de l’institution, en 1996. Son départ marque le premier acte d’une procédure qui dévoilera en janvier 2018 le successeur de Jean-Luc Monterosso à la direction de l’institution. Un nouveau tandem aux commandes de la MEP verra donc bientôt le jour.

Posté par jourstranquilles à 19:36 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Instagram

insta

Posté par jourstranquilles à 12:43 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Miles Aldridge

miles214

miles588

Posté par jourstranquilles à 11:44 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sophie Calle : « Ma maison est bourrée d’animaux empaillés »

Entre un ours empaillé et un cabinet d'armes précieuses, Sophie Calle s'est glissée dans les espaces baroques du Musée de la chasse et de la nature, à Paris, où elle invite la sculptrice Serena Carone. Chasseuse dans l'âme, toujours à l'affût de nouveaux destins, la plasticienne s'y trouve comme chez elle. - Photo : Laura Stevens (@misslaurastevens) - Lire notre entretien : http://bit.ly/2C66GVu - #SophieCalle #Art #Culture @musee_chasse_nature



585 Likes, 12 Comments - Le Monde (@lemondefr) on Instagram: "Entre un ours empaillé et un cabinet d'armes précieuses, Sophie Calle s'est glissée dans les..."


Par Emmanuelle Lequeux - Le Monde

La plasticienne expose au Musée de la chasse et de la nature, où elle invite la sculptrice Serena Carone.

Entre un ours empaillé et un cabinet d’armes précieuses, Sophie Calle s’est glissée dans les espaces baroques du Musée de la chasse et de la nature, à Paris. Chasseuse dans l’âme, toujours à l’affût de nouveaux destins, la plasticienne s’y trouve comme chez elle.

Elle explique ses affinités avec la singulière institution du Marais, qui développe depuis des années un beau programme d’art contemporain, et son choix d’inviter son amie artiste Serena Carone pour l’accompagner dans l’aventure.

Après le sommet de la tour Eiffel, le cimetière de Brooklyn, le luxueux hôtel La Mirande d’Avignon, vous voilà au Musée de la chasse !

Je n’y suis pas dépaysée, car ma maison est bourrée d’animaux empaillés. Chaque personne de mon entourage a son équivalent animal chez moi. Ma mère, c’est une girafe, mon père, un tigre. Chaque fois que quelqu’un entre dans ma vie, je cherche son correspondant : un castor masqué, un bélier, des bébés huskies. J’ai un couple d’amis que je représente par deux flamants roses couverts de bijoux. Mon amie Florence Aubenas, ce sont tous les renards de la maison. Serena ? Un petit singe paresseux, dans son lit.

Tous ces animaux, ça fait peur aux gens, a priori, mais quand ils sont chez moi, ils trouvent ça très joyeux. C’est la même chose pour ce musée, qui n’a finalement rien de morbide. La seule note morbide, c’est moi qui l’apporte : j’ai pendu un chat à un fauteuil.

Rien de morbide, mais le deuil de votre chat Souris fait, lui aussi, l’objet d’une œuvre.

C’est vrai. D’ailleurs, grâce au récit que j’ai fait au Monde de la mort de Souris, j’ai été désignée comme la pire artiste depuis mille ans par Alain Soral sur son site Egalité et réconciliation. Ils ont même fait une parodie de moi, chevauchant mon chat. Un véri­table honneur ! Vous imaginez, mille ans !

Rien de morbide, mais le ­parcours s’ouvre sur le regard de Bob Calle, votre père, grand collectionneur d’art, disparu récemment. Exposer, est-ce une façon de faire son deuil ?

Quand le musée m’a invitée, c’était une période où je n’avais plus beaucoup d’idées, car mon père venait de mourir. L’espace, plutôt grand, me faisait aussi un peu peur. J’ai donc proposé à mon amie Serena Carone de m’accompagner dans l’exposition.

Son vocabulaire est très animalier, c’était une évidence, et on a croisé nos univers. En plus c’était très gai, ça m’a portée. Mais c’est effectivement ma première exposition depuis la mort de mon père. La dernière qu’il ait vue, c’est celle que j’ai faite au Bal, et il avait beaucoup aimé. A ma grande surprise.

Pourquoi surprise ?

Moi-même, je n’étais pas sûre de cette exposition. Je marchais sur des œufs, ce qui m’arrive rarement. Je trouvais que j’avais manqué de suite dans les idées. Je me suis installée une nuit dans une cabine du péage de Saint-Arnoult, en demandant aux gens qui passaient : « Où voulez-vous m’emmener ? »

J’avais prétendu aller là où les gens me diraient d’aller, mais je n’étais pas du tout partie de chez moi avec un ­pyjama et une brosse à dents. Plutôt comme quelqu’un qui sait qu’il rentrera chez lui le soir venu. J’avais la flemme. Pas envie de me retrouver au fin fond de je ne sais où. J’ai donc réalisé ce projet en ­sachant que je n’irai pas au bout du jeu. Je n’étais plus prête à l’aventure comme je l’étais à 20 ans. Et pourtant mon père a adoré !

Peut-être a-t-il senti qu’enfin vous preniez moins de risques, et qu’il pouvait partir tranquille ?

Je ne crois pas, il ne calculait pas comme ça. Il voulait que je prenne des risques, que ce soit radical. Dès que c’était trop joli, ou dans un cadre décoratif, ça l’énervait. Il disait : « Souviens-toi, Sophie, accroche avec des punaises ! »

Pour les cartels du Musée de la chasse, j’ai déniché dans une boutique d’Arles une série de cadres très moches, avec des petits chiens sculptés. Le directeur du musée, Claude d’Anthenaise, les adore. Mais je ne suis pas sûre que mon père aurait apprécié !

Quand il n’aimait pas l’une de vos œuvres, vous le disait-il franchement ?

Et même violemment ! D’ail­leurs il ne me disait jamais qu’il aimait. Il était très dur. Quand il avait tout aimé, il trouvait toujours un moyen de contourner, une poussière. Par exemple, il disait : « Je n’aime pas le cadre de la deuxième photo, là… » Et je lui répondais : « Oui, mais les 400 autres, qu’en penses-tu ? »

Serena Carone a notamment sculpté ici votre tombeau. Vous y apparaissez couverte de fleurs, en majesté. Quelle impression cela fait-il de se voir en figure mortuaire ?

Vous savez, je commence à m’acheter des trous un peu partout, au cas où. J’ai toujours voulu être enterrée au cimetière du Montparnasse, que je traversais tous les jours pour aller à l’école. Beaucoup de mes amis y sont, mon père, ma mère. Tous les ans, on allait boire du champagne avec mon père sur sa future tombe. Mais la loi a changé, et l’on ne peut plus investir à l’avance dans un tombeau.

Donc moi, je sens que n’aurai pas le droit d’être enterrée là. Alors je multiplie les tombeaux. Et sur mes stèles, j’écrirai peut-être : « Est-elle vraiment là ? » Je ne veux pas seulement un trou, je veux l’investir à l’avance. Ecrire une histoire, enquêter sur mes voisins… C’est comme ça que j’ai acheté un caveau au cimetière de Bolinas, en Californie, où j’ai fait mes pre­mières photos de tombe, où j’ai commencé ma carrière d’artiste. Quand j’ai demandé au directeur comment je serais rapatriée, il m’a répondu : « Si c’est des cendres, par Fedex. Si c’est le corps entier, par UPS. »

J’ai fait aussi un projet au cimetière de Brooklyn, où je propose aux gens de venir dé­poser des secrets, et ils m’ont donné la tombe ! En fait, je souffre du syndrome du FOMO (Fear of ­Missing out), cette crainte de rater quelque chose qui me pousse à sortir tout le temps, à tout voir. Même pour ma tombe, j’ai peur que ça soit mieux ailleurs !

« Beau doublé, Monsieur le marquis ! », de Sophie Calle et son invitée Serena Carone. Musée de la chasse et de la nature, 62, rue des Archives, Paris 3e. Tél. : 01-53-01-92-40. Du mardi au dimanche, de 11 heures à 18 heures, 21 h 30, les mercredis. De 6 € à 8 €. Jusqu’au 11 février. Chassenature.org

Posté par jourstranquilles à 07:21 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

"Super Putin"

super poutine

Moscou (Russie). 6 décembre. Exposition "SuperPutin" à l'Ultra Modern Art Museum (UMAM) de Moscou. Vladimir Poutine est candidat à sa propre succession. L'élection présidentielle aura lieu en mars 2018. #superputin #vladimirpoutine #poutine #unam #moscou #russie

Posté par jourstranquilles à 07:16 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Galerie Sakura - L'art dans la peau

L'art dans la peau

Jusqu’au dimanche 28 janvier 2018

LIEU : Galerie Sakura (Paris 75004)

HORAIRE : De 12 à 20h

PRIX : GRATUIT

Tout comme l’art, le tatouage a maintenant ses propres courants, ses propres styles, de l’abstrait au portrait, du figuratif à l’hyperréalisme, en passant par le primitif et le moderne. Alors si vous rêvez d’un nouveau tatouage, venez trouver l’inspiration à la galerie Sakura !

 

Liste des artistes exposés :

Phil Barclay | Billy Butcher | Mason Denaro | Toby Dixon | Victo de Mello | Travis Durden | Andreou Errikos | Nicolas Guichard | Greg «Leon» Guillemin | Michael Hall | Alex Konahin | Kimbei Kusakabe | Julia Kuzmenko | Wayne Maguire | Ramon Maiden | Phillip Marsden | Jonathan May | Marc Ninghetto | Joana Pereira | David Prior | Raul Raichtaler | Nina Red | RedApe | Ng Rhonson | Jack Romo | Christian Saint | Amit Shimoni | Juliette Teal | Austin Tott | David Van Der Veen | Eduardo Vieira | Dito Von Tease

sakura1

sakura2

sakura3

sakura4

sakura5

sakura7

sakura8

sakura9

sakura10

sakura11

sakura12

Posté par jourstranquilles à 05:13 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 12 décembre 2017

Vu sur internet....

À partir de demain - Nouvelle exposition pour célébrer les grandes collaborations entre l'incroyable @solvesundsbostudio et @numeromagazine

#SolveSundsboXNumero à @studiodesacaciasdu 13 déc. 2017 au 10 jan. 2018 #numeromagazine #solvesundsbo #exposition #fashion #photo #fashionphotography

superbe

Posté par jourstranquilles à 20:19 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Petter Hegre

 

 

Posté par jourstranquilles à 19:52 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Arnold Schwarzenegger est de passage à Paris

arnold

On l’a fait passer par une porte dérobée pour ne pas être assailli de demandes d’autographes. L’acteur et ancien gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger a atterri lundi matin à l’aéroport de Beauvais. Son avion privé, censé le déposer au Bourget (Seine-Saint-Denis), a été détourné en raisons des conditions météorologiques difficiles. Président-Fondateur du réseau des régions R20, Arnold Schwarzenegger était attendu à Paris pour le sommet sur le climat. La police aux frontières l’a fait sortir discrètement par un petit aérogare, situé entre les deux terminaux. Ensuite, « il a attendu patiemment son taxi », raconte un témoin. Terminator a utilisé un autre moyen de locomotion pour rencontrer la maire (PS) de Paris Anne Hidalgo. Il est arrivé sur le parvis de l’Hôtel de ville à vélo. En revanche, son vol retour devrait s’effectuer depuis Le Bourget.

Posté par jourstranquilles à 10:43 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Exposition Rancinan cet été à La Baule

DSCN6626

DSCN6628

DSCN6634

DSCN6635

GOPR0781Photos prises avec une Gopro - J. Snap

 

Posté par jourstranquilles à 07:43 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]