Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

samedi 10 novembre 2018

Quel avenir pour le Tire-Bouchon, le train d'Auray à Quiberon ?

tire bouchaon

Si des investissements ne sont pas rapidement entrepris, la ligne pourrait fermer. Les élus planchent sur les différentes solutions qui existent.

Près de 800 000 € au kilomètre. C’est ce que coûterait la rénovation de la voie ferrée entre Auray et Quiberon, empruntée chaque été par le Tire-Bouchon, le célèbre TER. Or, la SNCF a tiré la sonnette d’alarme : il y a urgence à la rénover au vu de son mauvais état. Si rien n’est fait, elle devra fermer dans les cinq à dix ans. La région Bretagne investit depuis des années pour maintenir la ligne à flot malgré son manque de rentabilité. Alors qu’un nouveau contrat de plan État région (CPER) va être négocié, quid de cet axe Auray - Quiberon ?

Les élus locaux et régionaux – la Région étant seule compétente en matière de transport – planchent sur le dossier depuis déjà un moment. Mais ce dernier vient de connaître un coup d’accélérateur lors d’une réunion en préfecture du Morbihan où différentes pistes, reposant sur une étude détaillée du conseil de développement du pays d’Auray, ont été évoquées. L’enjeu est d’autant plus important que le nombre de voitures empruntant l’axe Quiberon - Auray a augmenté de 43 % entre 2002 et 2013 et ne cesse de grimper…

Trois solutions envisagées

La première des solutions envisagées est le maintien de la ligne telle qu’elle existe. Mais des travaux seraient donc nécessaires pour un coût estimé entre 25 et 27 millions d’euros. Par ailleurs, elle ne résoudrait pas le problème de mobilité des habitants de la presqu’île. La seconde solution serait la mise en place d’un tram-train qui deviendrait urbain en ville d’Auray. Le coût ? Entre 400 et 500 millions d’euros. La troisième, enfin, serait d’abandonner totalement le ferroviaire pour une voie routière dédiée au transport en commun avec, par exemple, des bus électriques ou autre. Coût envisagé hors achat foncier : environ 90 millions d’euros. Cette dernière option intéresse particulièrement les différents acteurs : elle permettrait un service qui fonctionnerait toute l’année et permettrait de désengorger la presqu’île.

Implication des hautes sphères de l’État

Mais le dossier est épineux. « Il s’agit d’un espace important et fragile. L ’État est le seul compétent pour prendre en main l’étude de faisabilité environnementale et réglementaire » , observe Philippe Le Ray, président de l’intercommunalité Auray Quiberon terre atlantique. Un avis unanime parmi les différents interlocuteurs interrogés. Gérard Lahéllec, conseiller régional en charge des transports, abonde : « Ce dossier n’a aucune chance de trouver une issue s’il n’est pas traité au bon niveau et avec une approche partagée par l’ensemble des protagonistes. »

Sans compter le financement, qui inquiète la plupart des élus, et la Région en premier lieu : « Après les déclarations du président de la République, les annonces faites dans le cadre de la réforme du ferroviaire et les difficultés rencontrées pour honorer les engagements inscrits au CPER pour l ’ axe Auray - Pontivy, comment pouvons-nous sanctuariser les engagements pour financer un tel projet ? »

Et dans le cas de la mise en place d’un transport innovant – ce qui semblerait être très sérieusement envisagé – la SNCF suivrait-elle ? « Un tel projet est à la fois innovant et complexe et il nécessitera une implication au plus haut niveau de l’État et de la SNCF pour être sérieusement envisagé » , répond Gérard Lahéllec.

Une nouvelle réunion devrait rapidement être organisée par le préfet de région.

Posté par jourstranquilles à 07:40 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 9 novembre 2018

AURAY - La vie quotidienne pendant la Grande Guerre

auray1418

En haut, la place de la mairie au début du XXe siècle. A droite, des kermesses organisées au château de Moncan ont permis de réunir des fonds pour les œuvres de bienfaisance. En bas, de gauche à droite : le livret d’un concert tombola proposé en août 1915 à la salle des fêtes. Proposée à la chapelle du Saint-Esprit, une exposition permet actuellement de se plonger dans l’histoire alréenne pendant le Grande Guerre. Une affiche publiée pendant la Grande Guerre.

Pouponnière

Dès le début de la guerre, Auray, chef-lieu de canton au commerce actif, prend des mesures sociales. Pour permettre aux mères de travailler, une pouponnière est créée salle Saint-Joseph pour garder en journée les enfants (un mois à 2 ans). Dans les écoles, des « fourneaux économiques » sont créés « pour nourrir aux frais de la Ville, de 8 h du matin à 7 h du soir, les enfants au-dessous de 10 ans dont les pères sont partis à la guerre ». Fin août, ces dispositifs prennent fin, avec le versement des allocations militaires.

Allocations

Épouses et mères de soldats en perçoivent, après inscription. Fin 1914, les demandes sont « si nombreuses » à la sous-préfecture que « les erreurs pullulent ». Certaines femmes n’ont toujours rien reçu. « Pourquoi adresser le tout à Lorient ? Au chef-lieu de canton, on pourrait tout arranger avec plus d’ordre, de justice et surtout de célérité. » En 1916, 625 personnes touchent des allocations militaires. En mars 1917, la Ville compte 6 244 habitants.

Réfugiés

De 1914 à 1921, 816 réfugiés des zones de conflit ont été accueillis à Auray. En septembre 2014, ils sont 140 à arriver. Les trains « déversent » dans les gares de Bretagne « des foules qui fuient devant la horde sanguinaire ». Partis précipitamment, ils « n’ont pu emporter ni linge, ni vêtements ». En septembre 1915, 160 réfugiés du Nord arrivent. Ils sont logés à l’école communale des garçons « où de la paille fraîche leur fut distribuée pour s’y reposer ». Beaucoup d’enfants et jeunes en font partie. « On va s’occuper de les loger plus convenablement ». En décembre, 32 enfants arrivent de Thann (Alsace), avec leur institutrice.

Travail

En septembre 1914, une usine se retrouve sans travail : son patron fait appel à la mairie, qui octroie du pain à ces familles et à d’autres. Des équipes de dix hommes sont employées une semaine sur deux, notamment à l’école neuve des filles. En février 2016, un comité d’action agricole est mis en place. Sa mission : « Assurer le travail et l’ensemencement de toutes les terres. »

Vêtements

À la caserne Duguesclin, en novembre 2014, une centaine de femmes et enfants « tricotent ». Quinze Austro-allemands, tailleurs, « coupent et cousent toute la journée » : caleçons, tricots, ceintures en flanelle « pour nos soldats ». Ce mois, « plus de 1 000 vêtements chauds » ont été expédiés via la préfecture, laquelle fournit l’étoffe. Les tailleurs sont payés à la journée « à raison d’un bâton de chocolat d’une valeur de 0,07 centimes ».

Solidarités

En mai 1917, le nombre de prisonniers de guerre des cantons d’Auray et Pluvigner est estimé à 350. Les colis expédiés à ces hommes par le Comité alréen de secours s’élève alors à 4 880 en trois ans. Afin de réunir des fonds pour les œuvres, des fêtes et concerts sont organisés, notamment à la salle des fêtes (Petit théâtre) et sous les halles. Début août 1915, un « concert tombola » réunit 700 personnes. Des lots sont offerts par les habitants : cidre, huîtres, pommes de terre… Les écoliers vendent des insignes. Des kermesses ont lieu au château de Moncan. En mai 1916, on en est au 23e envoi de colis : biscuits, chocolat, boîtes de sardines, de pâté, confiture et deux paquets de tabac. Par ailleurs, de 1914 à fin 1915 (date de sa fermeture), des habitants versent des cotisations mensuelles à la Croix-Bleue, cantine gratuite tenue par les femmes de cheminots, pour les soldats passant en gare d’Auray. En ville, un comité met à disposition des militaires journaux, revues et jeux, tisanes et lessive le linge.

Jusqu’au 18 novembre, tous les jours, de 14 h à 18 h, « 14-18, une histoire alréenne de la Première Guerre mondiale », à la chapelle du Saint-Esprit, place du Four-Mollet. Gratuit.

Posté par jourstranquilles à 07:19 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 3 novembre 2018

Exposition sur la Grande Guerre à Auray

1914-18. L’épisode peu connu des « indésirables »

Ils étaient Allemands, Autrichiens, Hongrois, civils vivant en France en 1914 mais internés lors de la déclaration de la guerre en août 1914. Plusieurs villes bretonnes durent en héberger, notamment Auray. Retour sur un épisode peu connu de l’histoire d’Auray.

Une série d’animations accompagne la passionnante exposition « 1914-1918, une histoire alréenne de la Première Guerre mondiale », à la chapelle du Saint-Esprit. Mardi soir au Petit Théâtre, Geneviève Hamon, responsable du service Archives et patrimoine de la ville, a présenté un exposé très instructif sur un épisode méconnu du début de la guerre : l’incarcération des « Austro-Allemands » présents en France au début des hostilités.

Comme d’autres villes en France, y compris en Bretagne (Brest et Hennebont notamment), Auray dut héberger ces 698 internés civils, hommes, femmes et enfants, « accueillis » à la gare d’Auray le 5 septembre 1914. La plupart furent hébergés dans les appartements de la caserne Du Guesclin (chapelle du Saint-Esprit) dans des conditions très précaires : « À leur arrivée, ils étaient littéralement sur la paille, mais ils confectionnèrent rapidement de la literie en achetant des tissus aux commerçants locaux ».

Les mieux nantis logeaient dans l’un des quatre hôtels de l’époque : Le Galopin et Les Voyageurs à la gare, Le Lion d’Or et La Tour d’Auvergne dans le centre-ville. D’autres encore avaient trouvé des chambres à louer chez l’habitant.

Le journal de borddu secrétaire de mairie

La conférencière a repris notamment le journal de bord de Victor Creff, secrétaire de mairie, qui notait scrupuleusement les détails relatifs au séjour de ces « indésirables », selon ses propres termes. Malgré la hausse des prix liée à la guerre, la ville était tenue de les nourrir gratuitement : un plat chaud le midi, un potage le soir, et pour les Juifs qui ne mangent pas de porc, « tant pis pour eux » !

Certains travaillèrent gratuitement à l’hôpital militaire temporaire. Les femmes durent tricoter des chaussettes et des cache-nez pour les soldats français. Les mieux qualifiés, plus chanceux, trouvèrent des emplois salariés dans la confection, le bâtiment, la meunerie, la boulangerie, ou comme bonnes à tout faire pour les femmes.

La population locale n’était guère compatissante envers ces civils « ennemis » à charge. Progressivement, les femmes et les enfants furent autorisés à regagner leurs pays d’origine, et les hommes furent redirigés vers d’autres centres d’hébergement. « En février 1915, il ne restait à Auray que six internés civils : deux boulangers et leur famille qui avaient remplacé les boulangers alréens partis au front ».

Prochaines animations : une visite aujourd’hui

Deux autres conférences seront données à 18 h au Petit Théâtre : mardi 6 novembre, « La grippe espagnole à Auray en 1918 », par Christian Chaudré ; et mardi 13 novembre, « Journal de bord de Victor Creff », extraits lus par Pascal Gain.

Trois visites commentées sont encore au programme, toutes le samedi à 15 h : ce 3 novembre, le Manoir de Moncan par Annick Guillou-Moinard ; le 10 novembre, l’exposition au Saint-Esprit commentée par Geneviève Hamon ; et le 17 novembre place Maréchal-Leclerc, décryptage du monument aux Morts avec Lydia Dréan.

PratiqueExposition ouverte tous les jours jusqu’au 18 novembre,

de 14 h à 18 h, chapelle du Saint-Esprit.

Entrée libre.

Renseignements au 02 97 24 18 32 ou par courriel :patrimoine@ville-auray.fr

DSCN8054

DSCN8055

DSCN8056

DSCN8057

DSCN8058

DSCN8059

DSCN8060

DSCN8061

DSCN8062

DSCN8063

DSCN8064

DSCN8065

DSCN8066

DSCN8067

DSCN8068

DSCN8069

DSCN8070

DSCN8071

DSCN8072

DSCN8073

DSCN8074

DSCN8075

DSCN8076

DSCN8077

DSCN8078

DSCN8079

DSCN8080

DSCN8081

DSCN8082

DSCN8083

DSCN8084

DSCN8085

Posté par jourstranquilles à 10:47 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 27 octobre 2018

AURAY : Trois rendez-vous à ne pas manquer

guerre

Le service archives et patrimoine de la ville propose depuis le 20 octobre et jusqu’au 18 novembre une exposition sur « Une histoire alréenne de la Première guerre mondiale ».

Plusieurs rendez-vous sont prévus ces prochains jours pour découvrir l’exposition autrement.

Le premier s’adressera aux plus jeunes avec « Les enfants pendant la première guerre mondiale ». Dans le cadre de l’exposition 1914-1918, une histoire alréenne de la première guerre mondiale, Dominique Taquet, historien, fera découvrir la vie des écoliers pendant ce conflit. Il a collecté de nombreux témoignages de cette époque : livres, pupitres, tableau noir, insignes… Qu’il commentera. Samedi 27 octobre, 15 h, Chapelle du Saint-Esprit, Place du four Mollet, Auray. Gratuit

L’exposition se met ensuite lundi à l’heure du marché. Profitez d’une heure, lors du marché, pour découvrir l’exposition sur la Grande guerre à Auray. Neuf thèmes y sont développés : la vie quotidienne des Alréens, celle des femmes et des enfants, des réfugiés et des internés civils, les hôpitaux militaires d’Auray, les prisonniers et les soldats au front. Lundi 29 octobre, 11 h à 12 h, Chapelle du Saint-Esprit, Place du four Mollet, Auray. Gratuit.

Enfin, une conférence ayant pour thème « 698 Allemands, Autrichiens — Hongrois incarcérés à Auray » sera proposée mardi. Qui étaient ces internés civils allemands et austro-hongrois incarcérés à la caserne Duguesclin, (actuelle chapelle du Saint-Esprit) ? Quelles étaient leurs conditions de vie ? Comment les Alréens ont-ils réagi devant ces personnes déclarées ennemies de la France ? Mardi 30 octobre, 18 h, chapelle du Saint-Esprit, place du Four-Mollet, Auray. Gratuit.

PratiqueExposition ouverte tous les jours jusqu’au 18 novembre de 14 h à 18 h à la chapelle du Saint-Esprit rue du Four-Mollet. Entrée libre. Renseignements au 02 97 24 18 32 ou patrimoine@ville-auray.fr

Posté par jourstranquilles à 11:41 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 2 septembre 2018

Cancer de la Prostate

prostate 2 septembre auray

Posté par jourstranquilles à 09:33 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 20 août 2018

Auray. Les technologies numériques au service de l’histoire

rampes loch

Première esquisse représentant l’élévation d’une partie de la façade du château d’Auray faisant face au port de Saint-Goustan au XVe siècle, avant la construction du quai Benjamin-Franklin.

Court-métrage, réalité virtuelle, Google map. Au stand de l’association Arkhéo, ces techniques permettent de découvrir le port de Saint-Goustan (Morbihan), tel qu’il était au XVe siècle.

rampes1

Lunettes trois dimensions (3D) sur les yeux, on découvre la rue Saint-René autrefois, situé au port de Saint-Goustan. Tout y est. Les marchands de fruits, les vieilles briques, les oiseaux, les pavés au sol. La qualité de l’image reconstituée est semblable à celle d’une photographie. Un travail de reconstitution historique mené par l’association alréenne Arkhéo.

Lors du trophée de la rivière d’Auray, ce week-end, sur le port de Saint-Goustan, l’association proposait aux visiteurs une immersion dans le passé. Déclinée sous trois supports : le château d’Auray en modélisation 3D, la rue Saint-René visible à 360° et le court-métrage " L’énigme du château d’Auray ".

" La scénographie est très intéressante, c'est un travail formidable pour le patrimoine de la ville " selon Pascal Prieur, qui s'installe dans quelques semaines à Auray.

Archives et documents

" Nous n’avons pas de mesure précise, ni photos, ni documents de l’époque. La reconstitution passe donc par des archives, ainsi que par l’étude des sols ", explique Murielle Camax, bénévole d’Arkhéo. Les documents pédagogiques, tels que des livres ou des iconographies anciennes, permettent d’avoir une idée précise sur les paysans de l’époque, leurs tenues vestimentaires, leurs comportements ou l’hygiène. Des informations précieuses pour reconstituer la rue Saint-René.

Une démarche rigoureuse selon Murielle, " On ne peut pas affirmer à 100 %, mais on a une bonne idée. Nous documentons tout ce que nous avançons. " Le Moyen Age est au cœur de ce travail de reconstitution, " c’est une époque qui intéresse les gens, elle est fascinante. Le château d’Auray a été construit à cette époque, et y a connu son moment de gloire. "

rampes2

Murielle Camax, bénévole d'Arkhéo partage avec Anne Catherine Vilain les travaux de reconstitution du château en 3 dimensions.

Un an de travail

Édifice historique de la ville, le château médiéval a été démantelé il y a plus de 450 ans. Grâce à une modélisation 3D, Arkhéo propose sa renaissance." La machine à remonter le temps n’existe pas, mais on peut reconstruire, en s’appuyant sur de la documentation précise, grâce aux outils numériques, explique Gérald Cariou, président d’Arkhéo. Si on veut représenter des pavés, il faut savoir de quel type il s’agit : la texture, la taille, la couleur. Ces détails font la différence pour s’approcher au plus près de la réalité. "

Au sein de l’association, cinq personnes ont travaillé sur ce projet, mais aussi de nombreux spécialistes, tels que des architectes, scientifiques ou des professionnels de la reconstitution visuelle.

Recherche, modélisation, postproduction : un an de travail a été nécessaire pour arriver à un tel résultat. Pour le président d’Arkhéo, " l’objectif est de rendre accessible l’histoire. La reconstitution visuelle facilite la transmission. Un enfant de 5 ans, par exemple, peut tout à fait comprendre l’histoire du château d’Auray. "

L’idée rencontre un franc succès. Anne-Catherine Vilain est enseignante à Kervignac et Plœren, en maternelle et en CP : " C’est très parlant pour des enfants ; les nouvelles technologies pourraient être un support pédagogique très intéressant. " Source : Ouest France

Posté par jourstranquilles à 09:09 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 18 août 2018

On tourne à Auray...

on tourne

Posté par jourstranquilles à 18:53 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 6 août 2018

Bagadoù. Le pays d’Auray dans le top 4

bagadou

À la fois une satisfaction et un petit pincement au cœur pour les bagadoù du pays d’Auray : samedi à Lorient, la Kervrenn Alré s’est classée troisième du championnat d’été et les Ronsed-Mor quatrièmes. Par rapport au concours d’hiver, Bagad Kemper à nouveau au top, s’intercale entre Cap Caval et les Alréens, qui marquent le pas, mais d’une seule place. Et cette fois, la Kevrenn repasse devant les Locoalo-mendonnais. Si la satisfaction est de rester dans le Top 4 et de s’être fait vraiment plaisir (un plaisir partagé aussi par le public), le bémol est que, selon l’ancien règlement qui faisait la moyenne des deux concours, la Kevrenn aurait conservé de très peu sa deuxième place devant Bagad Kemper. Loïc Le Cotillec se réjouissait de la prestation de la Kervrenn : « Une des meilleures, au regard des répés ». Intitulée « Soñin », la suite résulte d’un travail collectif : « J’ai cherché à mêler ce que j’aime écrire et ce que les gens aiment jouer ». Du côté des Roñsed-Mor, la prestation a été aussi magistrale, dans la lignée de l’intro en solo de Christophe Mahévas sur la mélodie issue, comme une large partie de la suite, de son répertoire de sonneur avec son frère Jean-Michel. Cette suite était d’ailleurs un hommage aux frères Mahévas à l’approche de leurs 40 ans de sonneurs de couple. « C’est mieux de faire ça du vivant des gens ! », plaisantait Jean-Michel Mahévas. Pour les Ronsed-Mor, le prochain rendez-vous sera la création Asturianaes, le 10 août au Fil. Source : Le Télégramme

bagadou1

Posté par jourstranquilles à 08:32 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 30 juillet 2018

Les secrets du Tire-Bouchon

Posté par jourstranquilles à 19:04 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 23 juillet 2018

Le Marché d'Auray

IMG-9120

IMG-9122

Photos prises ce matin au marché d'Auray

Posté par jourstranquilles à 11:42 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]