Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

vendredi 21 septembre 2018

« Est-ce bien raisonnable de rénover le Grand Palais pour plusieurs centaines de millions d’euros ? »

Par Michel Guerrin, rédacteur en chef au « Monde »

Le projet de rénovation du prestigieux site culturel parisien devrait coûter 470 millions d’euros. Une folie financière, selon ses détracteurs. Dans sa chronique, Michel Guerrin, rédacteur en chef au « Monde », décrypte les dessous d’un « dilemme » bien français.

Est-ce bien raisonnable de rénover le Grand Palais pour plusieurs centaines de millions d’euros ? C’est la question abordée par la Cour des comptes dans un rapport confidentiel de mars, repris par le site La Tribune de l’art fin août, et relancé, mercredi 19 septembre, par Le Canard enchaîné.

Au regard du bâtiment, oui. Au regard de l’époque, non. Le site est prestigieux, utile, planté au cœur de Paris. C’est un emblème de la nation et de notre culture. Mais fait de bric et de broc, abritant trois choses : des expositions dans un bâtiment de pierre, des manifestations de prestige sous une nef de verre et d’acier de 200 mètres de long qui culmine à 45 mètres de haut, et le Palais de la découverte.

Mais tout cela est fatigué et l’entretien si coûteux… Dilemme passionnant. Celui d’un pays fier de ses bijoux mais qui n’a plus les moyens de les entretenir.

L’addition est pharaonique, à la hauteur d’un bâtiment gigantesque de 70 000 mètres carrés. Près de 470 millions d’euros, dont plus de la moitié financée par l’Etat. Le site fermera de 2020 à 2023 avant que la nef rénovée n’abrite deux épreuves des Jeux olympiques en 2024 (taekwondo et escrime).

Schizophrénie

La facture est trop lourde, répètent les opposants, Stéphane Bern en tête. Plusieurs figures de la culture, en sous-main, savonnent aussi ce projet. En 2014, déjà, l’ancien ministre de la culture, Jean-Jacques Aillagon, dénonçait une folie financière pour l’Etat, plaidant pour un partenariat public-privé. Ce qui n’a pas empêché le projet d’être validé.

La France schizophrène poursuit donc les travaux culturels tout en cherchant à réduire sa dette. Elle restaure des monuments parisiens alors que nombre de lieux en province souffrent et que les crédits du patrimoine manquent.

Et puis les grands travaux font peur, tant les dépassements de coûts sont légion. Avant même le premier coup de pioche, le projet du Grand Palais a doublé. Le Musée des Confluences, à Lyon, a vu sa note multipliée par quatre, la rénovation de Radio France, à Paris, par trois, la construction du Centre Pompidou à Metz, de la Philharmonie, à Paris, ou du Musée des civilisations d’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), à Marseille, par deux.

Que répond la ministre de la culture Françoise Nyssen à cette polémique ? Pour l’instant, rien. La présidence du Grand Palais ? Le poste est vacant depuis trois mois. Ce qui est effarant pour un établissement public qui emploie mille agents, gère trente-cinq librairies-boutiques un peu partout en France, multiplie les prestations pour des musées et doit défendre son projet de rénovation. Sylvie Hubac, nommée présidente du site en 2016 par François Hollande, dont elle a dirigé le cabinet à l’Elysée, a subitement démissionné début juin pour rejoindre le Conseil d’Etat. Comme si elle se désintéressait de ce hochet culturel. Et le ministère ne semble pas pressé de la remplacer.

Audits et expertises ont duré des années

Le projet Grand Palais pourrait être défendu par celui qui l’a porté, Jean-Paul Cluzel, son président de 2011 à début 2016, mais, à 71 ans, il est à la retraite. Et de plus, il est épinglé par Le Canard pour son salaire de l’époque et ses frais de voiture de fonction ; bref, il est contraint au silence. En guise de réponse, le Grand Palais a pondu un communiqué qui porte la marque du président intérimaire, Emmanuel Marcovitch. Ce dernier affirme que la facture globale n’a pas enflé depuis l’acceptation du projet et qu’elle est autofinancée à 40 % par un emprunt.

A quoi vont servir les quelque 500 millions d’euros ? Surtout à la restauration du monument fatigué, à sa mise aux normes et à la création d’aménagements. Sur les deux premiers points, personne ne conteste le principe, ou alors il faudrait fermer le site, voire le vendre.

Mais la note est lourde. Le bâtiment, il est vrai, est gigantesque, fragile aussi, tant il fut mal construit – il fallait être prêt pour l’Exposition universelle de 1900. Il a déjà dû fermer douze ans à partir de 1993 pour rénover la verrière et consolider les fondations ; une ardoise de 110 millions d’euros – le double de ce qui était prévu. De là à dire que le site est maudit…

Mais c’est le projet de fond qui pose question. Il est le résultat d’audits et d’expertises, dont la France est gourmande, et qui ont duré des années. Pour une conclusion qui ressemble à une fuite en avant : augmenter la surface de 30 %, donner une unité au lieu en créant une entrée principale, fluidifier la circulation autour d’une « rue » qui relie les espaces, doper l’offre. L’objectif est de passer de 3 à 4 millions de visiteurs par an.

Une obsession bien française

Avec ce pari : l’offre enrichie dans des lieux modernisés induira plus de tickets vendus et plus d’espaces loués, ce qui permettra de rembourser l’emprunt. En revanche, si on se contente de restaurer le bâtiment et de le mettre aux normes, le projet coûtera plus cher à l’Etat. Donc, pas le choix. Mais ce pari réussira si tout se passe comme prévu – des travaux à la venue du public. Ce n’est pas gagné. Il y a aussi cette obsession bien française de faire toujours plus flamboyant dans une ville où l’offre culturelle est déjà pléthorique.

On en vient à la Cour des comptes, qui épingle Jean-Paul Cluzel sur son salaire et la location d’une voiture avec chauffeur pour ses déplacements professionnels. On voit l’effet de sens par rapport à la facture de la rénovation du Grand Palais.

Ce dernier répond que s’il avait eu, comme d’autres patrons d’établissement, une voiture et deux chauffeurs « maison », la note aurait été plus élevée. Ajoutons qu’il appartenait aux tutelles – Bercy, la culture, son conseil d’administration – de dire non à M. Cluzel si cela ne leur allait pas. Sauf que le ministère de la culture, n’ayant plus le sou, n’a plus vraiment l’œil sur ces patrons culturels – à eux, en échange, de trouver l’argent pour faire tourner leur maison. Sauf, aussi, que l’époque a changé. La voiture de M. Cluzel passe désormais pour un privilège. Notre temps veut cela. Le temps, en revanche, ne semble pas avoir de prise sur le Grand Palais et ses projets ambitieux.

Posté par jourstranquilles à 07:28 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 4 juillet 2018

Hier défilé Chanel au Grand Palais...

cha1

IMG_8596

IMG_8598

Posté par jourstranquilles à 07:35 - Fashion Week - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 13 juin 2018

Le Champ-de-Mars accueillera le Grand Palais éphémère de 2021 à 2024

On attendait avec impatience la confirmation et la nouvelle est enfin tombée : c’est bien au Champ-de-Mars que s’installera la structure éphémère destinée à abriter les grands événements du Grand Palais pendant ses travaux du début 2021 au printemps 2023.

Posté par jourstranquilles à 20:35 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 4 mars 2018

Save the date - 10h30 au Grand Palais

IMG_5756

Posté par jourstranquilles à 09:25 - Fashion Week - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 13 février 2018

Expo FETISH du 14 au 18 février au Grand Palais - Nathalie Dumas

Nathalie DUMAS

Biographie

Née en 1970. Vit et travaille à Paris.

1990: Diplômée en photographie Passionnée d'art, d'anatomie et de psychologie, Nathalie Dumas débute son travail sur le portrait et le nu masculin en 1996. Elle sonde l'âme de ses modèles, les invitant vers un voyage intérieur. Puis, elle devient metteur en scène, leur propose un thème. Décors, accessoires et maquillage se mettent en place. Réceptrice d'un regard, d'une émotion, ses œuvres percutantes, nous mettent face à notre miroir, reflétant notre intimité et esthétisme, en toute simplicité. Ainsi se réalisent nos fantasmes. Elle a réalisé en 14 ans une soixantaine d'expositions, en France et à l'étranger.

 

nathalie dumas au grand palais

Posté par jourstranquilles à 05:26 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 24 janvier 2018

Fashion Week - Chanel au Grand Palais - le décor

chanel33

Posté par jourstranquilles à 05:07 - Fashion Week - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 11 janvier 2018

« Irving Penn » au Grand Palais, à Paris - DERNIERS JOURS

Cette vaste rétrospective Irving Penn (1917-2009), conçue avec le Metropolitan Museum de New York, décline toutes les séries du photographe star du magazine Vogue : ses images de mode et ses portraits de personnalités, ses petits métiers, ses portraits d’anonymes en Amérique du Sud, ses nus tout en volumes et ses natures mortes sophistiquées. Toutes partagent la même rigueur et un minimalisme radical qui révèle ses sujets et rend sculpturaux jusqu’à de simples mégots. www.grandpalais.fr. Jusqu’au 29 janvier 2018.

Posté par jourstranquilles à 06:19 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 10 décembre 2017

Le Grand Palais (vu du ciel ou presque ...)

grand palais

Posté par jourstranquilles à 10:47 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 29 novembre 2017

Le théâtre du Châtelet au Grand Palais !

 

I'm singin' in the rain, just singin' in the rain. 🎶 © Vincent Pontet



440 Likes, 6 Comments - @theatreduchatelet on Instagram: "I'm singin' in the rain, just singin' in the rain. 🎶 © Vincent Pontet"

 

Posté par jourstranquilles à 22:05 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 8 novembre 2017

Irving Penn au Grand Palais

penn12

penn13

penn14

penn15

Mercredi jusqu'à 22 heures.....13 euros - Irving Penn L'année 2017 marque le centenaire de la naissance d'Irving Penn. Le photographe américain est en effet considéré comme l'un des plus grands photographes de mode du XXe siècle. Après avoir débuté sa collaboration avec Vogue au début des années 1940, Irving Penn va rapidemment s'intéresser au portrait. Son travail, toujours en studio, se caractérise par une élégante simplicité et instaure toujours avec son modèle anonyme ou connu une véritable intimité. Il réalisera à partir de 1951 de nombreux portraits de célébrités telles que Pablo Picasso, Yves Saint Laurent, Audrey Hepburn, ou encore Alfred Hitchcock, Lieu : Galeries nationales - Grand Palais. Date de début : 21 septembre 2017 Date de fin : 29 janvier 2018 Horaires et tarifs Date de début : 21 septembre 2017 Date de fin : 29 janvier 2018 Programmation : Tous les jours (sauf mar) 10h-20h, mercredi jsq 22h Tarifs : entrée 13€, tarif réduit 9€.

Posté par jourstranquilles à 06:41 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]