Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mardi 4 décembre 2018

100 trucs à faire à Paris avant de mourir

On t’arrête tout de suite, on n’est pas dépressifs, seulement on s’est dit que si le monde devait exploser demain, on aimerait savoir qu’on en a bien profité, de notre ville d’amour. Parce qu’on aime Paris, les Parisiens, les lumières, les immeubles haussmanniens et les autres pas haussmanniens, les bars et les restaurants, l’art, le théâtre, l’alcool, l’amour et toutes les folies qu’il inspire.

1. Faire une nuit blanche à Pigalle, enchainer le Sans Souci avec le Carmen, le Bus Palladium, Chez Moune et le Mansar

2. Prendre la ligne 13 à 18h45 n’importe quel jour de la semain

3. Monter tout en haut de la tour Eiffel et se sentir tout petit

4. Faire sa groupie au musée Grévin

5. Descendre la pente du Sacré-Cœur en ski quand il a neigé

6. Marcher sur les toits de Paris

7. Trouver un appartement sans se prostituer

8. Faire du bateau qui se conduit mal sur le canal de l’Ourcq

9. Aller au Pink Paradise

10. Se faire recaler du Bus Palladium parce qu’on a trop bu

11. Visiter le musée des Catacombes

12. Aller à la Bonbon Party

13. Voir une manif des gilets jaunes

14. Se poser dans les jardins du Musée Rodin sous le soleil

15. Faire un after au Zorba

16. Goûter la soupe aux lentilles de Mardin Corba

17. Passer une journée en mode touriste sur un bateau mouche

18. Se perdre dans les puces de Saint-Ouen

19. Passer une journée au Louvre et voir au moins une fois la Joconde

20. Goûter au Bobun de We Cantine, ou celui d’Asian Wok rue d’Oberkampf

21. Manger un macaron chez Ladurée et dire « franchement c’est pas mal hein je dis pas le contraire mais bon c’est cher pour ce que c’est et franchement vu le prix pour la même chose t’as tellement mieux dans une bonne boulangerie. C’est vraiment un truc pour les touristes ça ahahahaha »

22. Aller boire des coups en mangeant des tapas au Très Particulier... Et plus si affinités s’il reste une chambre à l’Hôtel Particulier Montmartre

23. Se faire une guinguette en allant Chez Gégène

24. Râler

25. Finir sa nuit (commencer sa journée) à la Concrète

26. Se faire peur au Manoir de Paris

27. Se faire escroquer par un taxi

28. Nager dans le canal de l’Ourcq en été

29. Claquer sa porte en oubliant ses clés dessus, à l’intérieur

30. Croiser l’amour de sa vie dans le métro… Et ne plus jamais le/la revoir

31. Flâner dans le Jardin Atlantique en haut de la tour Montparnasse

32. Se taper tous les 1362564245 escaliers de Montmartre

33. Faire un tour de Montgolfière dans le parc Montsouris

34. Déguster le chocolat chaud de Cyril Lignac rue Paul Bert

35. Observer les étoiles à l’Uranoscope de l’Île-de-France

36. Visiter la Conciergerie

37. Regarder les gens passer sur une terrasse de la rue Montorgueil

38. Boire des coups au Perchoir au coucher du soleil

39. Assister à un show au Moulin Rouge

40. Se promener dans la Chapelle expiatoire de Saint-Lazare

41. Visiter le Collège des Bernardins

42. Boire un café sur la terrasse cachée et boisée du Musée de la Vie Romantique

43. Aller aux Buttes-Chaumont et visiter l’église Saint-Serge-de-Radonège, petite église de poche orthodoxe

44. Chiller dans le jardin caché de la rue des Rosiers

45. Prendre un falafel chez l’As du Falafel, les meilleurs de Paname

46. Boire un thé à la Grande Mosquée de Paris

47. Visiter les égouts de Paris

48. Déjeuner italien au délicieux Darocco et se sentir comme un roi

49. Être in love et dire à voix haute, juste une fois, « Paris est tout petit pour ceux qui s'aiment comme nous d'un aussi grand amour. »

50. Rendre visite à la péniche d’Alain Ducasse et se régaler

51. Observer le coucher de soleil depuis le pont Simone de Beauvoir

52. Descendre dans les catacombes illégales et flipper grave

53. Marcher le long de la Petite Ceinture et se poser au Hasard Ludique ou à la REcyclerie

54. Bruncher un délicieux plat rasta et un hot-dog au guacamole au Tricycle

55. Se promener le long de la coulée verte

56. Passer une soirée devant un spectacle au Crazy Horse

57. Se balader dans Montmartre à la tombée du jour par une chaude soirée d’été, et chiner une étole au Marché Saint-Pierre

58. Se balader dans Paris la nuit et s’émerveiller devant ses lumières

59. Boire un verre de vin blanc sur le bateau des Maquereaux, le long des quais de Seine

60. Dégommer un couscous au Marché des Enfants Rouges

61. Draguer son date au Pavillon Puebla

62. Danser au Rosa Bonheur des Buttes-Chaumont

63. Se boire une (très) mauvaise bouteille de rosé sur les quais en été

64. Aller à la Comédie Française admirer les grands talents

65. Aller à un concert à l’Olympia… et finir à se bourrer la gueule avec les artistes au Petit Olympia

66. Observer une série d’humoristes se planter au Paname Café

67. Faire la file pendant 1h30 au Bouillon Pigalle…

68. …Ou arriver à 17h30 pour avoir une table à Pink Mamma

69. Prendre le métro un matin d’after

70. Se faire un brunch à 30€ dans le Marais un dimanche en gueule de bois, avec des lunettes de soleil, et remercier le ciel de t’avoir fait croiser la route de ces œufs mimosa qui sauvent ta journée

71. Se promener à Barbès en pleine journée

72. Faire semblant d’être intellectuel avec un bouquin en terrasse sans réussir à le lire

73. Marcher plus vite que tout le monde dans le métro pour faire croire que t’es parisien

74. Coucher avec quelqu’un sans connaître son prénom et ne plus jamais le croiser de sa vie

75. Se poser autour de la fontaine des jardins du Palais Royal

76. Acheter une fiole de poppers dans un des sex-shops de Pigalle

77. Sourire

78. Manger une soupe à l’oignon à la Taverne à 5h du mat' en sortant du Silencio

79. Se balader en vélo l'été au lever du soleil, quand Paris s'éveille doucement, que la lumière est belle et les rues désertes

80. Faire un tour en trottinette les cheveux au vent

81. Faire une pétanque ou un marin d’eau douce le long du canal de l’Ourcq

82. S’émerveiller à l’Atelier des Lumières

83. Monter en haut de la Butte Bergeyre et prendre une photo de la meilleure vue sur le Sacré-Cœur

84. Faire un trois point sur le terrain de basket coloré de la rue Duperré

85. Danser sur du rock au Supersonic

86. Acheter des vieux livres d’époque aux bouquinistes des boites vertes des quais de Seine

87. Flâner dans les ruelles fleuries de la Butte-aux-Cailles… et se faire un couscous Chez Mamane

88. Dénicher une pépite dans les friperies du Marais ou chez Guérrisol

89. Assister à une dispute à Roland Garros

90. Dévorer les pâtisseries de Cédric Grolet au Meurice

91. Aller à une expo à la Fondation Louis Vuitton… et se sentir dépaysé par tant de verdure aux alentours

92. Visiter le Panthéon et faire tous les restos de la rue Mouffetard

93. Écouter l'annonce de pickpockets en japonais dans le métro et voir un touriste japonais complètement surpris en entendant ça

94. Prendre le métro avec au moins une correspondance un lundi matin sans une seule annonce "malaise voyageur"

95. S’asseoir sur un banc de pierre de la cour du Louvre à la nuit tombée, et regarder les lumières qui éclairent les statues

96. Pique-niquer dans les Arènes de Lutèce

97. Écouter du jazz au Caveau de la Huchette

98. Danser sous le soleil à la Fête de l’Huma, aux Solidays ou à Rock en Seine

99. Se promener dans le centre de Paris le premier dimanche du mois, quand les rues deviennent piétonnes et qu’on se sent seul au monde

100. Payer 20€ son cocktail au Silencio, le siroter très lentement pour en profiter le plus longtemps possible, voir tous les autres bourrés avant soi et finir par rentrer chez soi sobre, tout seul et en noctilien

Posté par jourstranquilles à 10:15 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 16 novembre 2018

La maire Anne Hidalgo veut piétonniser le centre de Paris

Ce projet, qui concerne les quatre premiers arrondissements de la capitale, s’inscrit « dans une prochaine mandature ».

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, souhaite piétonniser le centre historique de la capitale, après l’opération des quais de Seine entérinée récemment par une décision de justice, a révélé l’entourage de l’élue à l’Agence France-Presse, mercredi soir 14 novembre.

Le projet s’inscrit « dans une prochaine mandature », l’entourage de Mme Hidalgo précisant que la mesure serait adaptée après « études approfondies, en concertation » avec l’ensemble des parties, et qu’elle allait « dans le sens de l’histoire ».

Anne Hidalgo, qui a succédé à Bertrand Delanoë à la tête de l’exécutif parisien en 2014, n’a pour autant pas encore formellement annoncé si elle était candidate à sa succession en 2020.

Elargir l’opération « Paris respire »

Le projet concerne les quatre premiers arrondissements de la capitale, situés au cœur de Paris, rive droite, avec « la création d’une zone de circulation extrêmement restreinte, avec des navettes électriques autonomes ».

Des vœux allant dans ce sens seront présentés lors des prochains conseils municipaux de chacun des arrondissements concernés. La préfecture de police et les maires seront associés, a insisté la Ville.

Avant une adoption à terme de cette mesure, la mairie de Paris souhaite dans un premier temps élargir l’opération « Paris respire » – qui prévoit une piétonnisation de ces arrondissements tous les premiers dimanches du mois – pour la généraliser à tous les dimanches dès 2019.

Selon elle, une telle décision avait été demandée par les édiles de ces arrondissements touristiques qui recouvrent notamment Notre-Dame-de-Paris, le Centre Pompidou et les quartiers du Marais et des Halles.

Esquisse les contours d’une candidature

L’annonce d’Anne Hidalgo intervient quelques jours après une victoire judiciaire qui a consacré une laborieuse opération de piétonnisation d’une partie des voies sur berge.

Elle esquisse les contours d’une probable candidature aux municipales de 2020 de la maire sortante, qui a fait de la lutte contre la pollution l’un de ses chevaux de bataille, quitte à devoir sans relâche croiser le fer avec une opposition vent debout contre ses méthodes, parfois critiquées pour leur manque de concertation.

Mais, si la piétonnisation des voies sur berges a cristallisé les passions et divisé les élus parisiens à son adoption en octobre 2016, deux ans plus tard, « je n’entends plus personne contester cette fermeture sur le fond », assurait un proche de Mme Hidalgo, il y a quelques jours.

Lundi, la métropole du Grand Paris (MGP) a pour sa part voté l’interdiction de circulation des véhicules les plus polluants dès juillet 2019, soit les véhicules diesel de plus de 18 ans et essence de plus de 21 ans, dans un large périmètre autour de la capitale.

Posté par jourstranquilles à 07:10 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 6 septembre 2018

QUELLE EST L’ORIGINE DU BLASON DE PARIS ?

blason de paris

« Fluctuat nec Mergitur » : telle est la devise qui accompagne fièrement le fameux bateau ornant les armoiries de la Ville de Paris. Cet emblème vous est sûrement familier… Mais connaissez-vous vraiment son histoire ?

Une origine gauloise

Il y a 2000 ans, alors que Paris s’appelait Lutèce, la ville est habitée par une tribu gauloise : les Parisii. Parmi eux, une confrérie de marins commerçants – les Nautes – gère les affaires de la Seine et développe les échanges entre la cité et le reste du monde. Un pilier retrouvé sur l‘île de la Cité (et aujourd’hui exposé au Musée de Cluny) montre la puissance de cette corporation, et c’est leur symbole, le bateau, qui sera adopté quelques siècles plus tard pour représenter Paris.

Les premières armoiries du XIIe siècle

Le roi Philippe Auguste est le premier à donner des armoiries à la capitale, dès 1190. Il choisit un bateau d’argent sur fond rouge, surmonté de fleurs de lys d’or sur fond bleu. Le rouge était la couleur de l’oriflamme de Saint-Denis, un étendard que les rois de France brandissaient en temps de guerre ; il symbolise le sang du martyr. Quant au bleu, Philippe Auguste est le premier à l’adopter : c’est une couleur rare et chère, que porte la Vierge Marie.

Une devise fière et forte

Jusqu’au 15e siècle, le sceau de Paris est simplement accompagné de la légende « Sigillum mercatorum aquæ Parisius » : sceau des marchands de l’eau de Paris. Mais dès le 16e siècle, on voit apparaître la devise « Fluctuat nec Mergitur«  qui signifie « Il est battu par les flots, mais ne sombre jamais ». Celle-ci est rendue officielle en 1853. Au fil des siècles, Paris n’aura de cesse de confirmer cette devise… se montrant indestructible face à l’adversité.

Un pigeon aurait pu figurer sur le blason de Paris

Reflet des gouvernements successifs, l’emblème de la capitale a souvent été modifié au cours du temps : les fleurs de lys ont été retirées pendant la Révolution, remplacées par des abeilles par Napoléon Ier et des étoiles sous la IIe République. Après la guerre de 1870, Edgar Quinet suggéra même qu’on y ajoute un pigeon en raison de leurs services rendus pendant le siège de Paris ! Finalement, le blason actuel est assez proche de l’original, mais trois décorations ont été ajoutées : la croix de la Libération, la Légion d’honneur et la croix de Guerre 1914-1918.

Blason de Paris

LES 3 POINTS À RETENIR :

– Le symbole de Paris est un bateau, en référence à la corporation gauloise des Nautes, les marchands de la Seine

- Il est accompagné de la devise « Fluctuat nec Mergitur » : « Il est battu par les flots mais ne sombre jamais »

– Les couleurs de Paris, le bleu et le rouge, associées à la couleur blanche, symbole de la monarchie, sont à l’origine du drapeau français

Posté par jourstranquilles à 06:42 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 2 septembre 2018

Paris !

paris

Posté par jourstranquilles à 17:42 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 19 août 2018

Bouquiniste - quais de Seine

bouquiniste

Posté par jourstranquilles à 06:16 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 4 août 2018

La Seine et Paris Plages sous la canicule

IMG_9415

IMG_9419

IMG_9420Photos : J. Snap ce samedi 4 août 2018

 

Posté par jourstranquilles à 17:21 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 9 juillet 2018

Les grands chantiers parisiens...

Posté par jourstranquilles à 07:44 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 5 juillet 2018

Rats à Paris : la photo du maire du XVIIe arrondissement a fait le tour du monde

rats paris

Le maire LR du XVIIe arrondissement de Paris, Geoffroy Boulard, pour annoncer le lancement d’un site sur lequel les habitants peuvent signaler les rats qu'ils ont repérés. @Alain Guizard

Depuis le 11 juin et une photo publiée dans Le Parisien, le maire du XVIIe, Geoffroy Boulard, est devenu le chasseur de rats de Paris.

Le 11 juin, le maire du XVIIe arrondissement parisien, Geoffroy Boulard (LR), posait sur une photo, ses mains gantées, portant des rats morts. Une photo qui a fait le tour du monde…

Quelle est l’histoire de cette photo ?

J’avais été saisi par des habitants de la place du Maréchal-Juin qui m’indiquaient la présence de rats morts dans le square Albert-Besnard. Je l’avais signalé aux services de la Ville en charge de la dératisation. J’ai été relancé par les habitants en mai. On me parle d’une plate-bande de rosiers infestée de rats morts. Alors je suis venu voir avec Alain Guizard, un ami photographe. Sur place, on voit les rats. Mon conseiller m’a mis une double couche de gants. Et on a fait sérieusement cette photo. Il était 17 heures. Je vois encore des habitants passer devant moi totalement éberlués.

Et que faites-vous de cette photo ?

Mon chef de cabinet me dit que la photo est géniale. Mais ce qui m’a décidé à me lancer, c’est le fait de pouvoir proposer un outil utile imaginé par un jeune membre de mon cabinet en apprentissage. Les habitants pouvaient tout simplement déclarer et géolocaliser des rats morts. On a créé un nom de domaine : signalerunrat.paris. Cela nous a coûté 83 euros TTC. Et le bon moment nous a été offert quand Jack Lang a attaqué Anne Hidalgo sur la propreté de Paris. On a déclenché l’opération.

L’effet a été immédiat ?

Dès le dimanche soir dans la version web du Parisien. À 20h18, le secrétariat général de la mairie de Paris m’a même appelé pour améliorer le système… Le coup était parti. Après ça a été un déferlement : le lundi matin, Laurent Ruquier évoque le sujet. Le Quotidien avec Yann Barthés en parle, TF1, BFM, Arte…

Et à l’étranger ?

La presse étrangère est arrivée en fin de semaine avec The Guardian, le Wall street journal. Et des Thaïlandais, des Slovaques. La télévision portugaise est venue la semaine dernière. J’ai été présent sur les médias de tous les continents. La photo, oui. Mais surtout le côté innovant de notre site mobile participatif. Lisbonne et New York m’ont même demandé des conseils.

Et comment a réagi la Ville ?

En une journée et demie, j’ai eu 800 signalements rien que sur le XVIIe avec des adresses précises… (1800 signalements un mois après, NDLR). Quelques ramassages ont été faits. Mais aucune action sérieuse. Ils sont débordés.

rats parisssss

Posté par jourstranquilles à 07:55 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 17 juin 2018

Paris - Place de l'Hôtel de Ville

114418545_o

114418556_o

Posté par jourstranquilles à 07:48 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 16 juin 2018

Paris

114418540_o

Photo : J. Snap

Posté par jourstranquilles à 07:26 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]