Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mardi 6 juin 2017

Débarquement en Normandie : MARDI 6 juin 1944. Nous sommes le MARDI 6 juin 2017 - REMEMBER

Voir mes anciens billets sur le Débarquement en Normandie

Posté par jourstranquilles à 05:48 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 9 mai 2017

Libération du Strutthof - in memorem

Le Stutthof est le premier camp de concentration établi en dehors du territoire allemand. Sa construction commença dès août 1939 sur le territoire de la ville libre de Gdansk (Dantzig), à 34 km de cette ville, sur un terrain entouré par les eaux de la Vistule et de la mer Baltique. Terminé le 2 septembre 1939, il était situé dans un endroit retiré, humide et boisé, à l'ouest de la petite ville de Sztutowo (allemand : Stutthof). Ce camp fut le dernier libéré par les Alliés, le 9 mai 1945. Plus de 65 000 personnes3 y périrent sur les 110 000 qui y furent déportées.

m73

Posté par jourstranquilles à 07:09 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 30 avril 2017

Journée du souvenir - in memorem

nazisme

Posté par jourstranquilles à 11:41 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 19 février 2017

Exposition : Le pouvoir de la propagande nazie - Hôtel de ville de Paris (vu avant-hier)

propagande (1)

propagande (2)

propagande (3)

propagande (4)

propagande (5)

propagande (6)

propagande (7)

propagande (8)

propagande (9)

propagande (10)

propagande (11)

propagande (12)

propagande (13)

propagande (14)

propagande (15)

propagande (16)

propagande (17)

propagande (19)

propagande (20)

propagande (21)

propagande (22)

propagande (18)

propagande (23)

Reportage photographique : Jacques Snap

Posté par jourstranquilles à 06:23 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 27 janvier 2017

Auschwitz

auschwitz

Auschwitz (en allemand : Konzentrationslager Auschwitz Prononciation du titre dans sa version originale Écouter, « Camp de concentration d'Auschwitz ») est le plus grand complexe concentrationnaire du Troisième Reich, à la fois camp de concentration et d'extermination. Il est situé sur le territoire des localités d'Oświęcim (Auschwitz en allemand) et de Brzezinka (Birkenau en allemand), annexées au Reich (province de Silésie) après l'invasion de la Pologne.

Ces camps de concentration et d'extermination, dirigés par les SS, sont créés le 27 avril 1940 par Heinrich Himmler1 et libérés par l'Armée rouge le 27 janvier 1945. En cinq années, plus de 1,1 million d'hommes, de femmes et d'enfants meurent à Auschwitz, dont 900 000 immédiatement à la sortie des trains qui les y transportaient. 90% de ces personnes étaient juives. Ces victimes, de ce que les nazis appelèrent la « solution finale », furent assassinées dans les chambres à gaz ou parfois par arme à feu, mais elles moururent aussi de maladies, de malnutrition, de mauvais traitements ou d'expériences médicales.

En raison de sa taille, Auschwitz est considéré comme le symbole des meurtres de masse commis par les nazis et plus particulièrement comme celui de la Shoah, au cours de laquelle près de six millions de Juifs furent assassinés.

Comme les autres camps de concentration nazis, Auschwitz était sous les ordres de Heinrich Himmler et de la SS. Le responsable du camp fut le SS-Obersturmbannführer Rudolf Höss (du 1er mai 1940 au 1er décembre 1943, puis de nouveau entre mai et septembre 1944), remplacé entre temps par Arthur Liebehenschel, et ensuite par Richard Baer.

Monument historique et culturel majeur, qui contribue au « devoir de mémoire », Auschwitz est inscrit depuis 1979 (3e session du Comité du patrimoine mondial) au patrimoine mondial en Pologne de l'UNESCO.

Posté par jourstranquilles à 07:09 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 2 décembre 2016

La reconstitution historique du Bego aura lieu en mai 2019

Le rendez-vous

Liberty Breiz memory group (LBMG) a tenu son assemblée générale dimanche à l’espace socioculturel. L’association a rappelé le succès de la fête au Bego cette année et salué le travail de 20 associations. Plus de 10 000 visiteurs lors de cette édition, le bunker en ayant enregistré à lui seul 4 000. L’occasion aussi de fixer la date de sa prochaine reconstitution historique au Bego. Elle est aura lieu du 8 au 12 mai 2019.« L’association est de plus en plus sollicitée par les collectivités et organismes » , déclare Gildas Gouarin, vice-président. L’entraide avec les autres associations est très importante.« C’est normal d’aider aussi les autres associations durant leurs événements, car eux aussi nous ont aidés », précisent Jean-Pierre Morane, vice-président, et François Cailloce, président.

Les prochains travaux

Les membres de LBMG continuent, le dernier samedi de chaque mois, l’entretien du bunker. Ils prévoient la réfection des parties cuisines et lieux de vie des occupants de l’époque. Le travail de numérisation du site a aussi été évoqué.« Le projet 2016 nous a fait connaître au niveau national », ajoute Gildas Gouarin.« Le Bego s’inscrit désormais dans un site global et territorial, grâce à cet inventaire de la zone VA300. La mise en valeur de ce patrimoine doit continuer. C’est aussi ça la mémoire, transmettre aux générations futures », conclut Jean-Pierre Morane. Gérard Pierre, maire, a souligné que« désormais, le Bego fait partie d’un tout, historique, et ajoute à la labellisation du grand site dunaire en grand site de France ». L’année 2017 sera une année charnière et le planning est déjà bien chargé : le 14 janvier, cérémonie à Camors ; le 12 février, bourse militaria à Quimper ; du 27 avril au 5 mai, exposition à Quiberon ; le 8 mai, inauguration « Ailes de la Victoire » à Brec’h ; le 9 juillet, vide-greniers à Plouharnel ; le 13 juillet, cérémonie au fort de Penthièvre ; le 14 juillet, bourse aux antiquités militaires à Locoal-Mendon ; les 5 et 6 août, noces chouannes à Plouharnel. Participation aux Journées du patrimoine. Le conseil d’administration, porté à douze membres, a élu son nouveau bureau : François Cailloce, président ; Jean-Pierre Morane et Gildas Gouarin, vice-présidents ; Nadine Declercq, trésorière ; Jean-François Juille, secrétaire ; Claudine Juille, adjointe.

Posté par jourstranquilles à 07:56 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 9 octobre 2016

In memorem : La mémoire des Fusillés sur Internet

Un site recense 10 000 noms de femmes et d’hommes massacrés par les nazis et les miliciens de 1940 à 1944.

« On vient nous chercher pour la fusillade. Adieu, petite maman chérie, pardonne-moi tous les tracas que je t’ai faits. J’ai lutté pour une vie meilleure. Nous partons en chantant » ,écrit Pierre Benoît, 17 ans, avant de mourir avec quatre autres élèves du lycée Buffon à Paris, en 1943. Ces jeunes FTP (Francs-Tireurs et Partisans) avaient été arrêtés et torturés par la police française avant d’être livrés aux Allemands. Pendant l’Occupation, des Français et des étrangers ont été pendus, brûlés par les nazis et leurs complices. Certains étaient engagés dans la Résistance, d’autres ont été raflés. Ces femmes et ces hommes ont été dénoncés, sont tombés dans une embuscade ou se trouvaient au mauvais endroit, au mauvais moment. Un hommage leur est rendu sur Internet. Le site (maitron-en-ligne. univ-paris1.fr) porte le nom de l’historien Jean Maîtron, décédé en 1987. Quelque 10 000 noms sont recensés. Les biographies sont accompagnées de photos, de lettres d’adieux. Le site détaille les lieux d’exécution, les professions des victimes et leurs différents statuts. Il y a les fusillés après condamnation à mort ou ceux pris en otages ; les résistants exécutés sommairement ; les civils massacrés ; les habitants d’Alsace-Lorraine annexée par le IIIe Reich. Ce travail passionnant et instructif se poursuit, mené par une centaine de chercheurs du CNRS, de la Sorbonne et de l’Université de Caen. Il reprend et enrichit les notices du Dictionnaire des Fusillés, publié en 2015, co-signé notamment par Claude Pennetier et Delphine Leneveu, du Centre de recherche d’histoire quantitative à Caen. Source : Ouest France

Posté par jourstranquilles à 10:05 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 19 septembre 2016

Normandie. Les enchères s'envolent pour les chars de 39-45

chars en vente

Des chars américains adjugés 280.000 euros et 230.000 euros, un side-car allemand 130.000 euros ou une jeep à 77.000 euros : les prix ont flambé, hier, lors d'une vente aux enchères de véhicules de la Seconde Guerre mondiale, provenant d'une collection privée, organisée près des plages du Débarquement. De quatre à sept fois leur valeur estimée ! 70 % des lots les plus chers ont été achetés par des Américains, selon Artcurial, organisateur de cette vente record de 2,7 millions d'euros. (Photo AFP)

Posté par jourstranquilles à 05:10 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 30 août 2016

À Dunkerque, le mystère du bunker couvert de miroirs

L'homme qui a fait ça s'est lancé sans autorisation et préfère rester anonyme. Mais son oeuvre, elle, devrait vite devenir célèbre : elle est magnifique !

A mi-chemin entre le vestige historique et l’oeuvre d’art, ce bunker est un mystère. Construit en 1944 par les Nazis sur la plage de Dunkerque, il a été entièrement recouvert de miroirs par un anonyme ! Résultat : une création aussi belle qu’intrigante.

Voilà maintenant plus de deux ans que ce bunker (situé précisément à Leffrinckoucke), fascine passants, curieux et riverains. Il faut dire qu’on a rarement vu de structure militaire aussi originale et étincelante !

bunker-miroirs-anonyme-dunkerque-1

bunker-miroirs-anonyme-dunkerque-2

Posté par jourstranquilles à 20:17 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 6 août 2016

6 août 1944 : Hiroshima - in memorem

Posté par jourstranquilles à 08:21 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]