Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mardi 14 août 2018

Helmut Newton

newton64

Posté par jourstranquilles à 02:06 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 10 août 2018

Helmut Newton

newton33

'Elsa Peretti in Bunny Costume' is a lasting image of the 1970's. Newton shot this work in New York amongst the towering skyscrapers that characterise the American Dream, equally epitomised by the Playboy lifestyle in the 70's.

In it, Newton features the iconic motifs of his work- casting the intimacy of the night into the reality of the day, the clothing of the private into the sphere of the public and perhaps most masterfully, the voyeuristic gaze. From every window within the skyscrapers, we sense powerful gazes looking down on Peretti.

Elsa Peretti is one of Helmut Newton's most iconic photographs. This variation of the better-known version we have has rarely come to market. We have only two of these original vintage silver gelatin photographs available.

newton34

newton35

newton66 (1)

newton66

newton67

newton68

newton69

newton70

Posté par jourstranquilles à 05:27 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 31 juillet 2018

Monica Bellucci photographiée par Helmut Newton

newton bellucci

Posté par jourstranquilles à 19:02 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 27 juillet 2018

Helmut Newton

newton44

Posté par jourstranquilles à 07:21 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 24 juillet 2018

Helmut Newton

641px-Helmut_Newton_Grave

Tombe d'Helmut Newton

We are excited to share with you the story behind one of Helmut Newton’s most sensational pieces “Comme Jackie O”, featuring one of his favourite and best-known supermodels, Linda Morand.

LINDA MORAND: INCOGNITO – A Daughter’s Search for Her Heritage

In our second excerpt from LINDA MORAND: INCOGNITO – A Daughter’s Search for her Heritage – Preview, Linda tells of what happened immediately after that famous “Comme Jackie O” shoot.

“When we finished the shoot, we went to Newton’s Le Marias apartment. There was no one there.

“I have a great idea for your nude.” Newton said.

My nude? He acted as if it was expected of me. I didn’t know what to say. I had never done a nude before. However, this was Newton. This was art. It was to be for his private collection. And he has kept his word. No one has seen it, even me.

He was a complete gentleman, directing me to sit on the sofa with my legs crossed, one hand on the arm, the other holding a glass of champagne. I was wearing the full Jackie type big hair. The only thing I had on was high heels, long black gloves and sunglasses.

While we were shooting in his living room, his wife, June came home. Helmut introduced us. She, of course was completely unaffected by finding her husband with a naked lady. It wasn’t the first time. The atmosphere was completely professional and I didn’t feel uncomfortable.

Newton booked me again to shoot a 2 million dollar diamond necklace.

I was seated in the back of a Rolls Royce with an elegant gentleman. Newton was in the front seat. The dress was rather big on me and at one point, the strap slipped off my shoulder and dropped to my waist. Out popped my boob. The stylist reached in the window to fix it, but not after Newton began clicking like crazy. The stylist stopped.

“Grab the boob”, Helmut shouted to the male model. He was not a professional, but a friend of Newton, an elegant, silver-haired man. The poor man didn’t know what to do. He wasn’t the type to do anything like that. He gingerly placed his hand underneath my breast, wide open, not daring to touch me.

Newton promised me no one would ever see the results. However, it ended up in his book “White Women”, entitled “Commercial Outtake.”

newton55

newton56

Posté par jourstranquilles à 06:27 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 18 juillet 2018

Helmut Newton

newton piscine

Posté par jourstranquilles à 06:31 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 13 juin 2018

Helmut Newton

Posté par jourstranquilles à 07:05 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 6 juin 2018

Éditions Louis Vuitton : Le vibrant Monte Carlo d’Helmut Newton

La série Fashion Eye des Éditions Louis Vuitton donne à revoir le Monte Carlo d’Helmut Newton. L’atmosphère méditerranéenne, les hautes tours de béton et le fantasme de la richesse et du luxe renforceront un regard en rupture. Newton y façonne une œuvre photographique où la mode se mêle de scandales, de faits-divers, de luxures et de désirs. Sous ses yeux, Monte Carlo est une vibration.

June et Helmut Newton quittent la vie parisienne et leur domicile du Marais en 1981. Ils gagnent Monaco pour des raisons fiscales. Le photographe allemand, naturalisé australien, connaît la splendeur du Sud. En 1964, il s’est offert une maison de pierres dans un petit vignoble à Ramatuelle. Mais à l’image de son cliché de la Princesse Caroline (H.R.H. Caroline, Princess of Hanover, Monte Carlo, 1983), la ville lui apparaît triste et noire dans son soleil de plomb. Matthias Harder, conservateur en chef pour la fondation Helmut Newton (Berlin) confirme, la ville « a quelque chose de funeste ».

Les hôtels innombrables, les marques de luxe, casinos, yachts forment un paysage de béton. « Monaco n’est ni une ville, ni une station themarle, ni un lieu de villégiature ». Et l’habitude lui ouvre les yeux, il se fait à la ville et la ville le façonne. Les deux s’adoptent. Newton arpente les plages, trouve dans les chantiers, sur les bords des piscines, sur les toits des hôtels ou devant le musée Océanographique les symboles d’opulence de Monte-Carlo. Il va se servir de ces décors pour des mises en scène de genre.

À Monte Carlo, pendant près de vingt ans, Newton jongle avec les genres. Ses mannequins sont des jouets, l’une s’habille d’une marque (voici la mode), l’autre gît inanimée (voilà la scène d’un crime), une dernière livre entière un sein ou sa croupe (et là, une scène de nus). Et ces genres se mélangent, telle cette scène réalisée pour l’American Vogue (Juillet 2003). On y retrouve dans un intérieur clinique et pourtant chic une pointe de passion, de l’horreur et du vice, du sang et un soupçon de sexe.

Newton magnifie autant les vêtements qu’il sert que les corps qu’il chérit. Le photographe reconstruit et rejoue le diptyque de l’élégance du prêt-à-porter et du nue radicale. Le même corps photographié est habillé puis dévêtu entièrement. Les poses sont les mêmes, le paysage vient souligner un monde inaccessible. La nudité habille ces filles, aussi finement qu’un tissu conçu avec brio détonne. La force de Newton est de mettre en valeur cette relation nudité/mode dans des environnements brutaux ou feutrés, de montrer combien leur perfection vestimentaire ou corporelle devient un objet de désirs.

L’érotisme pourtant ne se situe pas exclusivement dans le corps. « L’érotisme, pour moi, c’est le visage. Pas le sexe. C’est un vieux cliché que d’affirmer que l’érotisme est le contraire du nu intégral, et pourtant c’est tellement vrai ! », déclare-t-il à Photo en 1975. Et cet érotisme est magnifié par un environnement concret comme sociologique. « Pour moi, une bourgeoise est plus érotique qu’une coiffeuse ou une secrétaire. Rien, dans ces mots, n’est péjoratif ; c’est un constat. La classe, l’élégance, l’éducation, l’environnement sociologique sont des facteurs auxquels je crois. J’ai parfois mauvaise conscience, mais c’est ainsi. Une femme bourgeoise est sexy naturellement. Je hais quand tout est exposé en vitrine, cela fait bon marché. »

Le Monte Carlo d’Helmut Newton des Éditions Louis Vuitton réussit à montrer la transformation radicale de son œuvre dans cet environnement particulier. Et ses photographies fascinent encore aujourd’hui. Elles nous paraissent autant grossières que vulgaires, pleines de frivolité et de sexualité. Et le photographe s’en réjouissait. À Photo, il déclarait encore « le bon goût, c’est de l’anti-mode, de l’anti-photo, de l’anti-fille, de l’anti-érotisme ! La vulgarité, c’est la vie, l’amusement, l’envie, les réactions extrêmes ! ».

Helmut Newton, Monte Carlo

Publié aux Éditions Louis Vuitton

50€

https://fr.louisvuitton.com

monte-carlo-helmut-newton1-x540q100

monte-carlo-helmut-newton2-x540q100

monte-carlo-helmut-newton3-x540q100

monte-carlo-helmut-newton4-x540q100

monte-carlo-helmut-newton5-x540q100

monte-carlo-helmut-newton6-x540q100

monte-carlo-helmut-newton7-x540q100

Posté par jourstranquilles à 07:01 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 3 juin 2018

Brigitte Nielsen photographiée par Helmut Newton

nielsen

L'actrice culte Brigitte Nielsen est déjà mère de quatre enfants mais n'en a visiblement pas terminé avec la maternité. À 54 ans, elle attend son cinquième enfant. Une nouvelle qu'elle vient d'annoncer sur Instagram et qu'elle ne peut plus cacher...

Posté par jourstranquilles à 10:45 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 30 mai 2018

Clip « Role Model » : Phoenix rend hommage au photographe Helmut Newton

Posté par jourstranquilles à 03:54 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]