Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

lundi 23 juillet 2018

Miley Cyrus photographiée par Terry Richardson

2015 terry miley

Posté par jourstranquilles à 06:25 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 5 janvier 2018

Le controversé photographe Terry Richardson sous le coup d'une enquête pour agressions sexuelles

terry555

Le New York City Police Department a ouvert une enquête le 2 janvier suite aux dernières accusations en date.

HARCÈLEMENT- Les accusations s'enchaînent et ne s'arrêtent pas pour le sulfureux photographe de mode, Terry Richardson évincé le 23 octobre dernier de son groupe de médias, Condé Nast. Alors que depuis 2013, le photographe ne cesse d'être sous le feu des projecteurs pour des affaires d'agressions et d'harcèlements sexuels, le New York City Police Department (NYPD) ouvre finalement ce mardi 2 janvier une enquête à l'encontre du photographe, selon The Daily News.

C'est suite aux révélations chocs, de deux mannequins, Lindsay Jones et Caron Bernstein à la fin du mois de décembre dernier, que le NYPD a décidé de s'intéresser au cas Richardson. Les faits se déroulent respectivement en 2007 pour Lindsay Jones et 2003 pour Caron Bernstein.

Selon The Daily News, alors que Caron Bernstein shoot seins nus pour le photographe, celui-ci l'a alors forcé à prendre son pénis en bouche, avant d'éjaculer sur sa poitrine et de reprendre quelques clichés. Elle déclare, toujours au Daily News: "Mon cerveau s'est mis en pause. Je ne faisais plus rien. Je n'étais plus une mannequin. J'étais comme un chevreuil devant les phares d'une voiture".

En ce qui concerne Lindsay Jones, il s'agit dans les grandes lignes du même genre d'agression comme elle le confiait au HuffPost américain en décembre dernier. En vue d'un possible photoshoot, la mannequin décide de rencontrer celui que le Times surnomme désormais comme étant "le Harvey Weinstein de la mode". Seulement, quand elle toque à la porte, elle raconte au HuffPost que Terry Richardson l'a mise à genoux immédiatement, sortant son pénis en lui lançant: "suce ma bite" ou "avale comme une gentille fille".

Bien que le photographe ait toujours démenti en estimant que les mannequins étaient "consentantes" , les deux femmes entendent bien faire entendre leur version sur cette affaire et doivent rencontrer les agents chargés de l'enquête très prochainement.

Posté par jourstranquilles à 07:00 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 23 novembre 2017

Terry Richardson, la mode et le harcèlement sexuel

Terry-Richardson-1200x520

Le Weinstein de la mode. Voilà comment est aujourd’hui surnommé Terry Richardson. Photographe de renom, il a travaillé pour les plus grands magazines (Vogue, Vanity Fair, GQ…) et photographié nombre de modèles et de célébrités.

Et comme Weinstein, tout le monde dans l’industrie savait ou avait eu vent de son comportement

Le cas Richardson

Une pétition circulait pourtant déjà contre lui en 2013. Mise en ligne sur le site change.org elle a pour titre : « Big brands: Stop using alleged sex offender & pornographic Terry Richardson as your photographer ». Signée des milliers de fois, elle n’a pourtant eu aucun effet.

Pour toute défense, l’accusé invoque son style : « Des photos de mode qui mélangent l’art et la photographie érotique ».  Car Terry Richardson est le Roi du porno chic. Ses photos vont de l’érotisme subtil aux poses carrément provocantes, fleuretant dans certains cas avec la pornographie.

terry022

Emily Ratajkowski posant pourTerry Richardson

tgerry023

Lady Gaga posant pour Terry Richardson

terry024

Miley Cyrus posant pour Terry Richardson

Avec le #metoo et la libération de la parole qu’il a permis, de nouveaux témoignages sont venus s’ajouter. Et cette fois, des sanctions ont été prises. Terry Richardson a été blacklisté par le groupe Condé Nast (propriétaire de Vogue, Glamour, GQ…) et plusieurs marques ont annulé les campagnes qu’elles avaient en cours avec lui.

« Tout shooting qui aurait été planifié ou déjà effectué par Terry Richardson, mais pas encore publié [soit] supprimé ou remplacé par d’autres contenus »

Mais le mal est fait et Terry Richardson n’est sans doute que le sommet de l’iceberg car la mode est un univers particulier, où les photographes ont un ascendant énorme sur les mannequins, grâce à leur influence dans le milieu.

Un domaine propice aux abus

Dans un métier où le corps est un outil de travail, où il s’expose pour le bien d’une photo, la limite entre demande artistique et proposition inappropriée et/ou dégradante est difficile à établir. Ajouter à cela la vulnérabilité des modèles, souvent mineures, et vous obtenez des situations au rapport de force totalement inégal. Voilà comment le photographe a pu sévir en toute impunité pendant des années.

Autre problème : le manque de crédibilité dont souffrent certaines victimes. Justement à cause de la nature parfois jugée ‘’provocante’’ des photos.

C’est ce que dénonce une autre mannequin dans un témoignage : « Si on dit qu’on s’est mise toute nue pour une séance photo, même si c’est professionnel, les gens se disent que ce qui nous est arrivé est de notre faute, qu’on l’a bien cherché »

Voilà pourquoi Cameron Russell, mannequin, a décidé de lancer le #MyJobShouldNotIncludeAbuse et de diffuser sur son compte Instagram les témoignages de victimes qui le souhaitent.

Lancez le 12 octobre dernier, elle a ainsi publié plus de 70 histoires.

Beaucoup de témoignages sont ceux de mannequins débutants, sans expérience et désespérés de percer. Des cibles faciles, manipulables, sans réelle structure vers laquelle se tourner, puisqu’il n’existe pas, par exemple, de syndicat.

Que faire ?

LVMH et Kering ont récemment annoncé la création d’une « charte sur les relations de travail et le bien-être des mannequins.» Une des mesures prévue est la suivante : « Les mannequins doivent avoir la possibilité de formuler directement une réclamation en cas de litige avec une agence de mannequins, un directeur de casting ou une marque (par exemple via une personne référente désignée ou la mise en place d’une hotline téléphonique) »

Mais cette charte ne concerne que les marques des deux groupes. Et donc ni les agences, ni les magazines, ni les directeurs de castings ni sont soumises.

Or, comme l’explique Carolyn Kramer ancienne directrice de casting à Self Magazine, le problème est global: « On en revient toujours à l’argent. Si une agence voit du potentiel chez une fille de 15 ans, alors ce qui peut se passer dans les coulisses ne leur importe pas, tant que la fille peut avoir une campagne. Je me donne un C- pour ce que j’ai pu accomplir pour protéger mes filles. Nous avons tous vendu nos âmes au diable pour que le mannequin devienne célèbre.»

Le designer Prabal Gurung confirme : tout le monde savait et personne n’a rien fait...

Il y a peu à parier que des posts Instagram et des pétitions suffiront à mettre fin à une omerta qui dure depuis des années. Il ne reste plus qu’à espérer que les publicitaires, magazines, stylistes, directeurs d’agences arrêtent de faire appel à des personnes dont ils connaissent les pratiques. L’extravagance et le talent n’excusent pas tout. Même dans la mode.

Posté par jourstranquilles à 06:19 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 6 novembre 2017

Terry Richardson (photographe)

IMG_3299

IMG_3300

IMG_3301

Posté par jourstranquilles à 07:38 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 28 octobre 2017

"Pornographe", "pervers", "louche"... Qui est Terry Richardson, le photographe désormais banni des magazines de mode ?

terry99

Texte : Franceinfo

Le puissant groupe Condé Nast a décidé de cesser ses collaborations avec le photographe américain, rattrapé par plusieurs accusations de harcèlement et d'agression sexuels. Franceinfo dresse le portrait du très controversé Terry Richardson.

Il est "le pervers préféré de la mode", titre le New York Post (en anglais). Le photographe Terry Richardson a été blacklisté par plusieurs magazines, lundi 23 octobre, dans la foulée de l'affaire Weinstein. Dans un mail interne obtenu par le Telegraph (en anglais), le puissant groupe de presse Condé Nast annonce qu'il veut désormais se passer des services de l'artiste new-yorkais. "Tous les shootings qui ont été commandés ou tous les shoots réalisés mais pas encore publiés doivent être supprimés et remplacés par du nouveau contenu", précise le vice-président du groupe, James Woolhouse. Et ce dernier de demander aux différentes publications (dont Glamour, Vogue ou encore GQ) de "confirmer que cette directive va être appliquée immédiatement". Les maisons Bulgari et Valentino ont emboîté le pas à Condé Nast et annoncé, mardi, qu'elles ne collaboreraient plus avec l'Américain de 52 ans, rapporte le Guardian (en anglais). Franceinfo vous explique comment le sulfureux Terry Richardson, désormais qualifié de "Weinstein de la mode" par le Sunday Times (en anglais), est devenu persona non grata.

Il a photographié Miley Cyrus, Beyoncé et Obama

Terry Richardson est l'un des photographes les plus acclamés de ces dernières années. Fils du photographe de mode Robert Richardson et de l'actrice Norma Kessler, il obtient son premier gros contrat avec le magazine Vibe, en 1994. Ses portraits de célébrités pris au flash, devant un fond blanc, deviennent une de ses marques de fabrique. Tout comme sa tendance à se mettre en scène à leurs côtés. Toujours dans le même attirail : chemise à carreaux, grosses lunettes noires, rouflaquettes fournies et moustache. Résultat, le visage de Terry Richardson est aujourd'hui presque aussi connus que ses clichés.

Dès le début, son travail s'arrache. L'Américain est choisi pour réaliser les campagnes publicitaires de plusieurs marques de luxe, dont Tom Ford, Yves Saint-Laurent et Marc Jacobs. De nombreux magazines, comme Harper's Bazaar ou Rolling Stone, font régulièrement appel à lui pour leur couverture. Presque toutes les stars de la mode, de la musique et du cinéma se succèdent devant son objectif. Même Barack Obama s'est prêté au jeu pour le magazine Vibe, en 2007, rappelle le New York Mag (en anglais). Le CV de "l'oncle Terry", comme il aime se faire appeler, ne s'arrête pas là. Le quinquagénaire tatoué a ainsi publié un livre avec la chanteuse Lady Gaga (Lady Gaga x Terry Richardson) et réalisé des clips de Beyoncé (XO) ou Miley Cyrus (Wrecking Ball). Cette dernière vidéo, vue plus de 900 millions de fois sur YouTube depuis sa publication en 2013, a marqué la transition de l'ancienne star de Disney Channel vers un style plus sulfureux. Et provoqué de vives critiques. Miley Cyrus y apparaît nue sur une boule de démolition ou léchant des outils. La chanteuse regrette aujourd'hui d'avoir tourné ce clip provocateur, selon Vogue (en anglais). "Je serai nu et tu prendras les photos"

"Oncle Terry", lui, ne regrette sans doute pas. Et pour cause : il a construit sa carrière sur ce style "porno chic". Pour les juteuses campagnes publicitaires comme pour les portraits de people, le photographe privilégie souvent les clichés suggestifs, voire ouvertement sexuels. Et il assume son goût pour la provoc'. L'artiste ne se limite pas aux images suggestives. Il se met en scène, nu, dans plusieurs shootings pornographiques. Le photographe assure qu'il se déshabille pour mettre à l'aise ses modèles. "Beaucoup de ces [séances] commencent avec moi qui demande à une fille : 'Tu veux faire des photos de nu ?' Et elles disent qu'elles ne veulent pas, raconte Terry Richardson à The Observer (en anglais) en 2004. Alors je réponds : 'Je serai nu et tu prendras les photos. Tu peux avoir l'appareil. Tu peux avoir le phallus.'"

Les séances vont régulièrement plus loin que les photos de nu. Des clichés de femmes en train de lui faire une fellation ont ainsi été dévoilés lors de l'exposition "Le Monde de Terry" à New York, en 2004. Terry Richardson s'en amuse et assume. "[Dans ce milieu], ça ne dépend pas de qui tu connais, mais de qui tu suces. Ce n'est pas pour rien si j'ai un trou dans mon jean", affirme-t-il trois ans plus tard, selon des propos rapportés par Complex (en anglais).

"Il manipule des jeunes filles pour qu'elles enlèvent leurs vêtements"

Sur l'un des clichés exposés en 2004 figure son assistante de 19 ans, Alex Bolotow. La jeune femme est capturée en pleine fellation, alors qu'elle est assise dans une poubelle. Sur son front, le mot "salope". La jeune femme, désormais mariée au photographe et mère de ses jumeaux, "adore cette photo". "Je me dis toujours 'qu'est-ce que je suis canon !'", s'enthousiasme-t-elle dans les pages du New York Mag. A l'inverse, d'autres modèles goûtent guère les méthodes de shooting de Terry Richardson. En 2010, la mannequin danoise Rie Rasmussen le prend à partie lors de la Fashion Week à Paris, qualifiant son travail de "complètement dégradant pour les femmes". "Il prend des jeunes filles, les manipule pour qu'elles enlèvent leurs vêtements et prend des photos dont elles auront honte, estime-t-elle quelques jours plus tard dans un entretien à Page Six (en anglais). Elles ont peur de dire non parce que leur agence leur a trouvé ce shooting et qu'elles sont trop jeunes pour se défendre."

Fellation et masturbation pendant les shootings

Ces déclarations poussent Jamie Peck à prendre la parole quelques semaines plus tard. Le mannequin donne des détails troublants sur le déroulement des séances photo avec Terry Richardson. Elle raconte au site féministe Jezebel (en anglais) avoir posé nue pour lui lorsqu'elle avait 19 ans. "J'ai dit que je voulais garder mes sous-vêtements parce que j'avais mes règles et il m'a demandé d'enlever mon tampon pour qu'il puisse jouer avec." Jamie Peck décline l'offre. "C'est là qu'il a décidé se mettre nu." Terry Richardson aurait alors proposé au mannequin de prendre des photos de lui puis de toucher son pénis.

La jeune femme accepte finalement de le masturber, sous les encouragements de l'assistant du photographe et du reste de l'équipe. "Je me souviens de faire ces choses mais, même sur le moment, j'avais l'impression de regarder quelqu'un d'autre le faire, poursuit Jamie Peck. Quelqu'un qui ne pouvait pas être moi parce que je ne toucherais jamais le pénis d'un photographe louche."

Dans les années qui suivent, au moins six autres modèles accusent Terry Richardson. En novembre 2014, une femme, jamais identifiée, dénonce même une agression sexuelle. Sous le pseudonyme d'Anna, elle raconte à Jezebel (en anglais) avoir posé dénudée pour le photographe, avant qu'il ne donne l'appareil à son assistant et ne la rejoigne face à l'objectif. "J'étais accroupie. (...) Soudainement, j'ai senti un pénis contre mon visage, affirme la jeune femme. Il a pressé [son sexe] contre mes lèvres. Il voulait clairement une fellation et que ce soit pris en photo." Craignant que la situation ne dérape, elle prétexte avoir un engagement et fuit l'appartement de Terry Richardson.

Une réputation ternie depuis quelques années

A cette période, les différentes déclarations de mannequins commencent à ternir la réputation d'"oncle Terry". Une pétition en ligne, lancée en 2013 par une adolescente britannique, demande aux grandes marques de ne plus employer le "pornographe et agresseur sexuel présumé". Elle recueille plus de 40 000 signatures. Le mannequin Emma Appleton écorne un peu plus son image, en 2014. Elle publie une capture d'écran d'un message qu'un certain Terry Richardson lui a envoyé sur Facebook : "Si je peux te baiser, je t'engagerai pour un shooting pour Vogue à New York." L'artiste crie au faux compte, ce que Facebook confirmera quelques jours plus tard, rappelle Complex (en anglais).

Le monde de la mode commence toutefois à prendre ses distances avec Terry Richardson. Interpellée sur Twitter quelques jours après l'affaire Appleton, la marque H&M répond que "si ces accusations sont fondées, [le comportement du photographe] est inacceptable". La firme suédoise, suivie par d'autres marques comme Target et l'édition américaine du magazine Vogue, décide de ne plus travailler avec le New-Yorkais. Terry Richardson tente de rassurer ses clients. Dans une tribune publiée par Le Huffington Post (en anglais), il assure avoir "collaboré avec des femmes adultes consentantes qui étaient pleinement conscientes de la nature du travail". "Comme c'est le cas pour tout projet, tout le monde a signé des autorisations, poursuit le photographe. Je n'ai jamais utilisé une offre de travail ou une menace de réprimande pour contraindre quelqu'un à faire quelque chose qu'il ne voulait pas faire."

"Terry a déjà répondu à ces vieilles histoires"

Trois ans plus tard, l'affaire Weinstein pousse de nombreux mannequins à dénoncer le harcèlement sexuel dans le milieu de la mode. Le nom de Terry Richardson, ainsi que les anciennes accusations qui pèsent sur lui, sont une nouvelle fois mentionnés sur les réseaux sociaux. Dans un article daté du 22 octobre, le Sunday Times s'interroge : "Pourquoi Terry Richardson demeure-t-il prisé des fashionistas ?" Le message du journal britannique semble avoir été entendu : c'est désormais la totalité du groupe Condé Nast qui tourne le dos au photographe.

Terry Richardson conserve, lui, la même ligne de défense. "Terry est déçu d'apprendre l'existence de cet e-mail [du vice président du groupe], d'autant plus qu'il a déjà répondu à ces vieilles histoires, a affirmé son agent auprès de plusieurs médias, dont le Daily Beast (en anglais), mardi 24 octobre. C'est un artiste connu pour son travail explicitement sexuel. Plusieurs de ses interactions avec ses modèles étaient sexuelles, mais ils ont tous consenti à participer." A ce jour, le photographe n'a jamais été poursuivi pour une agression ou un harcèlement sexuels.

https://www.instagram.com/terryrichardson/

http://jourstranquilles.canalblog.com/tag/terry%20richardson

terry100

Terry Richardson avec sa compagne dont il a eu des jumeaux

Posté par jourstranquilles à 12:26 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 25 octobre 2017

Agressions sexuelles : les photos de Terry Richardson bannies des magazines du groupe Condé Nast

terry222

Par Pierre Bouvier - Le Monde

Le photographe de mode est visé depuis plusieurs années par des accusations d’agressions sexuelles dont il s’est toujours défendu.

Terry Richardson, le sulfureux photographe de mode américain, vient d’être emporté par la même vague qui a fait tomber le producteur de cinéma Harvey Weinstein. Selon The Daily Telegraph il vient d’être banni des publications du groupe d’édition américain Condé Nast International – qui comprend les titres Vogue, GQ, Glamour, Vanity Fair, Rolling Stone ou le site Pitchfork, pour lesquels le photographe a effectué de nombreuses séries de photos de mode et de portraits.

Dimanche 22 octobre, le quotidien britannique Times se demandait pourquoi le photographe était encore fêté par les « fashionistas ». Dans la foulée, James Woolhouse, le vice-président exécutif en charge des opérations de Condé Nast, a envoyé un mail aux responsables des magazines dans les différents pays leur annonçant que « Condé Nast entend cesser de travailler avec le photographe Terry Richardson ». Toute commande déjà passée qui n’a pas été publiée doit être supprimée ou remplacée par d’autres productions, rapporte le Daily Telegraph.

Pétition lancée en 2013

Agé de 52 ans, Terry Richardson est connu pour le style « porno chic » de ses clichés provocateurs, au caractère explicitement érotique ou sexuel. Il a notamment travaillé avec Beyoncé, Lady Gaga et Miley Cyrus, pour laquelle il a réalisé le clip de Wrecking Ball en 2013. Il a aussi photographié Barack Obama.

Mais depuis quelques années, il est accusé par plusieurs femmes d’agressions sexuelles. Rie Rasmussen, Jamie Peck, Emma Appleton : plusieurs mannequins ont dénoncé des agressions commises à l’occasion de shootings. En octobre 2013, change.org avait fait circuler une pétition appelant à boycotter le photographe. En avril 2014, le mannequin britannique Emma Appleton mettait sur son compte Twitter une copie d’écran d’un texto envoyé par Richardson : « Si je peux te baiser, je te mets dans mon shooting du Vogue à New York ». En 2014, sur le site du Huffington Post, Terry Richardson avait dénoncé des « mensonges », assurant avoir le consentement de ses modèles.

Dans un article intitulé « Terry le Terrible », publié en 1994, le Monde écrivait : « Sa notoriété repose aussi sur cette réputation de débauché professionnel qu’il a cultivée. De pervers assumé qui, en dehors de ses activités commerciales, a réalisé des images extrêmement explicites – sur lesquelles il apparaît souvent nu et en érection –, des clichés que d’aucuns jugent pornographiques et misogynes et qui peuvent déranger. »

« Une sexualité libre et désinhibée »

Dans un texte envoyé aux sites Daily Beast et BuzzFeed, un représentant du photographe affirme que « Terry est déçu d’apprendre l’existence de ce courrier électronique [du responsable de Condé Nast], parce qu’il a déjà répondu à ces accusations. C’est un artiste qui est connu pour son travail au caractère sexuellement explicite. Les interactions avec ses modèles étaient de nature sexuelle, explicites par nature, mais à chaque fois dans le cadre d’un consentement mutuel ».

En 2015, interrogé par Le Monde, qui lui demandait « Quel regard portez-vous sur la vision libérée et décomplexée de la sexualité que vous véhiculez à travers vos clichés ? », il répondait : « C’est seulement l’un des aspects de mon travail. C’est évidemment un thème qui intéresse tout le monde et qui interpelle. Presque toutes les publicités utilisent le sexe, ou au moins le suggèrent, pour vendre un produit. La différence dans mon travail est peut-être que je suis intéressé par une sexualité libre et désinhibée, plus qu’une vision stéréotypée. »

Terry Richardson n’est qu’un cas parmi d’autres. Après les révélations de l’affaire Weinstein, le mannequin américain Cameron Russell a invité ses collègues, via son compte Instagram, à dénoncer les prédateurs dans l’industrie de la mode, en partageant leurs expériences d’agressions sexuelles et de harcèlement en utilisant le hashtag #MyJobShouldNotIncludeAbuse.

Posté par jourstranquilles à 05:28 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 24 octobre 2017

Agressions sexuelles : le photographe Terry Richardson blacklisté par des magazines de mode

terry richardson xxxx

Le groupe de médias Condé Nast ne souhaite plus collaborer avec le photographe de mode.

Le New York Post l’avait qualifié de « pervers » préféré de la mode. Dans une interview livrée au quotidien américain en 2013, Terry Richardson avouait presque son statut d’agresseur sexuel : « J’étais un enfant timide et maintenant je suis ce mec avec la gaule, qui domine toutes ces filles ».

Accusé d’agressions sexuelles par plusieurs femmes depuis de nombreuses années, le photographe de mode a souvent été dénoncé mais jamais vraiment inquiété. Malgré tout, depuis le scandale Weinstein et les hashtags comme « #MeToo (« Moi aussi ») ou #MyJobShouldNotIncludeAbuse (« mon métier ne devrait pas inclure d’abus »), invitant les femmes à partager leurs histoires d’agressions sexuelles, son nom a refait surface.

« Condé Nast ne souhaite plus travailler avec le photographe Terry Richardson »

Résultat, le Telegraph rapporte que le groupe de médias Condé Nast a décidé de ne plus travailler avec lui. Une décision qui risque d’être handicapante pour le photographe de mode puisque le groupe détient de grands magazines tels que Vogue, Vanity Fair, Glamour et GQ. Dans e-mail envoyé à tout le groupe lundi, James Woolhouse, le vice-président de Condé Nast explique :

« Je vous écris à propos d’un sujet important. Condé Nast ne souhaite plus travailler avec le photographe Terry Richardson. Tout shooting qui aurait été planifié ou qui n’a pas encore été publié devra être annulé et remplacé par un autre travail ».

Des accusations qui ne datent pas d’hier

L’homme a travaillé avec de nombreuses stars comme Miley Cyrus, Rihanna ou Kim Kardashian est connu pour être l’un des inventeurs du style « porno-chic » avec ses photos parfois trash et souvent suggestives.

En octobre 2013 une pétition soutenue par plus de 18 000 personnes appelait les grandes marques à ne plus faire appel à ses services à cause des nombreuses accusations d’agressions sexuelles à son encontre. Une pétition soutenue par les mannequins Coco Rocha et Rie Rasmussen.

En mars et avril 2014 deux autres jeunes femmes avaient raconté s’être fait agresser sexuellement par le photographe. Des accusations démenties par Terry Richardson dans une lettre publiée sur le Huffington Post. A l’époque le magazine Vogue avait déjà fait part de son intention de ne plus travailler avec lui, tout comme le géant suédois du prêt-à-porter H & M

http://jourstranquilles.canalblog.com/tag/terry%20richardson

Posté par jourstranquilles à 19:58 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 6 octobre 2017

Si à 11 ans on a pas un sweat Supreme, c’est qu’on a raté sa vie

supreme-ss17-editorial-preview-01-1200x800

Par Caroline Rousseau - Le Monde

Ils n’ont pas même passé le brevet des collèges, mais sont hyper affûtés quand il s’agit de mode. Ces jeunes achètent ou revendent à prix d’or tee-shirts ou sweats issus de collaborations entre marques de streetwear pointues et grands noms du luxe.

En 2017, il arrive que des gosses de 12 ans qu’on habille encore chez H&M et Decathlon demandent un matin devant leur bol de céréales : « C’est quoi déjà, maman, la marque avec le cœur et les yeux ? » S’ils posent la question, c’est souvent que maman sait de quoi il retourne ; en l’occurrence, la ligne Play de la marque japonaise Comme des Garçons.

Ce qui ne l’empêche pas de s’étrangler avec sa tartine, car maman sait aussi que 90 % des gens de sa propre génération ignorent qui est Rei Kawakubo – la créatrice à succès de Comme des Garçons, icône discrète à la veille de ses 75 ans –, et que cette culture de mode-là est réservée à une bande de snobinards urbains qui pour moitié ont découvert la griffe il y a dix ans sans avoir jamais entendu parler de l’école japonaise des années 1990 et de sa révolution stylistique…

C’est peut-être à ce moment précis, en répondant à l’amateur de Chocapic prépubère que « c’est une marque fantastique mais très chère » (cardigan en laine noire à logo cœur rouge brodé = 450 €), qu’il faut commencer à s’inquiéter. Car il y a fort à parier que la prochaine étape sera la suivante…

supreme-ss17-editorial-preview-02-961x1200

Cinq heures de queue

Le 30 juin, pour commercialiser les pièces créées en collaboration avec la marque de skate new-yorkaise Supreme, et présentées lors des défilés de janvier (puis largement relayées par les réseaux sociaux), Louis Vuitton ouvrait un magasin éphémère au numéro 10 de la rue Boucher à Paris ainsi que dans de nombreuses villes étrangères. Mais l’exemple français reste unique : prévu pour durer un mois, le pop-up store fermera ses portes quarante-huit heures plus tard, totalement dépassé par son succès. Dans la queue interminable, des branchés avec sac à dos et capuche, quelques filles et, surtout, de très jeunes gens… Une présence en masse qui illustre l’inéluctable et récent rapprochement des adolescents et du luxe.

« Certains avaient campé la veille pour avoir un ticket [et revenir le lendemain avec le sésame pour pénétrer dans la boutique], d’autres ont mis leur réveil à 5 heures le jour J…, raconte Luca, 15 ans. Moi, je l’ai fait sonner à 7 h 30, j’y suis allé avec ma marraine. On est arrivé à 9 heures et j’ai eu un ticket pour le jour même. Y avait beaucoup de sécurité et de monde. C’est tellement long… On a le temps de se rendre compte que c’est ridicule de faire cinq heures de queue. »

Deux mois et demi après l’événement, Luca est là, chez lui. On a calé un rendez-vous un lundi après la sortie du lycée et avant l’arrivée du prof particulier. « Vous voulez que je vous montre ? », demande le garçon sans fanfaronner. Dans l’appartement familial du 15e arrondissement, le chat s’éclipse quand il pose sur la table les « items » qu’il a réussi à acheter ce fameux jour de juin.

Le packaging est celui de Vuitton. Les deux boîtes en carton safran impérial contiennent l’une un portefeuille en cuir Épi (l’un des classiques de la maroquinerie maison) frappé du mot Supreme et l’autre un petit foulard monogrammé LV X Supreme. Luca a aussi gardé son ticket, le no 272, presque aussi précieux que le reste de son butin.

La revente ? Un jeu d’enfant !

Les produits sont neufs. Les boîtes ont encore leur ruban. Il explique qu’il s’intéressait déjà à Supreme, marque culte du streetwear américain, avant que l’ouverture de leur première boutique à Paris, rue Barbette, dans le 3e arrondissement, ne fasse le buzz l’année dernière. « Mais avant j’achetais pour porter, maintenant j’achète pour revendre. Je me demande si j’ai pas trop tardé là, mais, bon, le portefeuille je l’ai payé 475 euros et je pensais en tirer 2 000. Le foulard à 200 euros, peut-être 700. »

supreme-ss17-editorial-preview-03-1200x800

Pour la revente généralement (« resell » dans le jargon, ou « flip », pour bien signifier la bascule), cela se fait directement à la sortie du pop-up store, sur le trottoir, ou un ou deux jours plus tard par l’intermédiaire de groupes Facebook spécialisés ou encore dans une boutique de dépôt-vente comme Afterdrop, rue Tiquetonne, à Paris. Les plus vieux préfèrent les sites comme Vestiaire Collective, sur lequel on a tout de même vu passer des pulls, gilets, sweats Louis Vuitton × Supreme à 10 500 euros. On peut attendre aussi, comme Luca, que les autres fassent leur business et sortir du bois plus tard. Ça a l’air simple. Un vrai jeu d’enfant.

« LE PORTEFEUILLE JE L’AI PAYÉ 475 EUROS ET JE PENSAIS EN TIRER 2 000. LE FOULARD À 200 EUROS, PEUT-ÊTRE 700. » LUCA, 15 ANS

Des enfants, d’ailleurs, il y en avait plein, dimanche 10 septembre, au salon Sneakerness, l’événement de street culture qui tourne dans les grandes villes du monde. On y vend et achète des baskets collector, de grosses parkas et des sweat-shirts à capuche de seconde main en écoutant des DJ mixer et en buvant un cool drink sous un faux palmier. Là, même s’il y a du monde, pas besoin de faire cinq heures de queue. Au sous-sol de la Cité de la mode et du design, où se tenait cette « convention », il suffisait de répondre à la question posée sans préambule : « carte ou espèces ? », et de s’acquitter de 9 euros pour obtenir son bracelet d’entrée.

À l’intérieur, des gamins par grappes de deux ou trois courent dans les allées comme s’ils allaient louper l’affaire du siècle face à des pros qui ont pignon sur rue (les resellers se multiplient dans les grandes villes et sur le Web) ou face à des brocanteurs nouvelle génération venus écouler leur stock de collectionneurs éclairés. Vendeurs et acheteurs ont entre 35 et… 11 ans bien tassés. De grands et de très jeunes enfants qui semblent dealer des sneakers et du textile en fins connaisseurs un peu blasés.

« Un hoodie et des baskets, c’est jeune ou c’est vieux ? »

Chaï Boun, 26 ans, petit bonnet bleu, lunettes rondes et banane portée en bandoulière bien serrée en travers du torse a le sourire. Il est venu donner un coup de main à un ami qui tient un stand. L’ex-étudiant de l’Institut français de la mode (IFM), promotion 2016, dont le mémoire s’intitulait « Sport : une révolution pour la mode ? », adore tout ça… Les fringues, la mode, le luxe, le streetwear.

« Hier, sur le stand, on avait un tee-shirt Supreme, le classique, sauf que le box logo [grand rectangle imprimé sur la poitrine avec la marque inscrite à l’intérieur] n’était pas rouge et blanc mais avait les couleurs de Gucci. Un garçon de 13 ans le voulait. Il n’a pas demandé le prix, alors je lui ai quand même dit qu’il était à 1 500 euros. Il avait les sous », raconte Chaï, pas plus surpris que ça au milieu de centaines de tee-shirts de la marque new-yorkaise soigneusement glissés sous des housses en plastique de pressing et vendus entre 150 et 500 euros la pièce contre une quarantaine d’euros l’unité en boutique. Eh oui ! ce modèle-là, on ne le trouve plus nulle part…

« HIER, SUR LE STAND, ON AVAIT UN TEE-SHIRT SUPREME. UN GARÇON DE 13 ANS LE VOULAIT. JE LUI AI QUAND MÊME DIT QU’IL ÉTAIT À 1 500 EUROS. IL AVAIT LES SOUS. » CHAÏ BOUN, EX-ÉTUDIANT DE L’INSTITUT FRANÇAIS DE LA MODE

Que les gosses cherchent à se distinguer, à exister en portant quelque chose de cool ou d’original, à prendre confiance en eux en étant reconnus par leurs pairs, à appartenir à une chapelle grâce à un logo ou un signe graphique fort… c’est vieux comme la mode. Qu’ils soient surinformés grâce aux réseaux sociaux (merci Instagram), cela se conçoit aussi. Mais que les jeunes qui s’intéressent à toutes ces marques pointues ou inabordables n’aient pour la plupart pas encore passé le brevet des collèges est un phénomène assez récent.

Devant un Coca et un smoothie au cassis, un expert du secteur, qui observe les transformations de la mode depuis trente ans, accepte d’évoquer le sujet, uniquement sous couvert d’anonymat. « Il n’y a plus de silhouette de jeune ou de vieux. Un hoodie et des baskets, c’est jeune ou c’est vieux ? Les lycéens portent des pantalons de costard et les banquiers des baskets… Jeff Koons l’artiste en costume, Zuckerberg le patron en claquettes et tee-shirt. Certaines marques de mode masculine font aujourd’hui la plus grande part de leur chiffre d’affaires grâce aux baskets », explique ce spécialiste du secteur. Il démontre avec force arguments que ce qu’on appelait le streetwear ne sert plus à rien en tant que style distinctif, que c’est devenu le basique du vestiaire. Le luxe s’y est mis depuis pas mal de temps maintenant.

supreme-ss17-editorial-preview-04-961x1200

Les 13-18 ans, un nouveau continent

À la base, le but des grandes maisons était de vendre un vestiaire plus décontracté aux quadras dont les goûts évoluaient. Elles ont aussi embauché des designers d’à peine 30 ans. En rajeunissant leur staff et leur style, elles ont par ricochet intéressé les étudiants, puis les lycéens et maintenant les collégiens. Et sont en ce moment en train de se rendre compte de l’enjeu. Cette cible adolescente devient un nouveau marché.

« Avant, la croissance du luxe était possible grâce à une conquête géographique : la Chine, la Russie, le Moyen-Orient, le Brésil étaient dans le viseur avec des succès contrastés, mais c’était le moyen de faire grossir le chiffre. On a atteint les limites de cette expansion géographique, la conquête, désormais, est démographique. »

Le nouveau continent, ce sont les 13-18 ans, qui n’intéressaient pas trop le luxe jusque-là, car il était entendu que cette population dépendait financièrement de ses parents. « Faux !, poursuit notre expert. Aujourd’hui, et depuis l’arrivée d’eBay (comme par hasard partenaire de Sneakerness), ils revendent leurs livres, leurs jeux, les vêtements qu’ils ne mettent plus… Ils ont trouvé une source de revenus. »

Et le moyen de la faire fructifier en faisant la queue des heures pour un tee-shirt un peu rare qu’ils revendront le triple. L’économie parallèle de la « seconde main » est leur terrain de jeu favori. Une économie que certains comparent au deal de cannabis par son aspect « commun » ou au marché de l’art par son côté « averti », au courant de la cote de chaque créateur.

La pénurie, une stratégie

« Tous les six mois, on dit que Supreme n’est plus cool, mais tu peux passer devant le magasin. Ils sont tous là à attendre en espérant entrer », fait remarquer Chaï Boun. La marque lancée en 1994 a trouvé comment faire de ses molletons et jerseys des pièces aussi précieuses que des cachemires numérotés : elle les distribue au compte-gouttes – très peu d’exemplaires par modèle et de nouveaux arrivages chaque jeudi à midi, « sachant qu’à 12 h 01 y a plus rien, explique Luca, tout part en trente secondes, y en a même qui utilisent des bots (logiciels qui permettent d’acheter à leur place) ». Elle génère elle-même la pénurie, donc le manque, donc l’envie, donc la surenchère.

S’aventurer un dimanche en fin de journée rue Barbette, second magasin Supreme à avoir ouvert en Europe après Londres, est une expérience en soi. Derrière un cordon de sécurité, dans cette rue déserte du Marais, neuf personnes s’agglutinent, quinze minutes avant la fermeture du magasin, autour du videur-vigile-vendeur en tendant leurs portables avec sur l’écran la photo de la pièce qu’elles sont venues chercher.

Aussi aimable que le physionomiste d’une boîte branchée, il répond en français et en anglais : « Non, on l’a plus, non celui-là non plus. Il ne reste que du vert de toute façon. Today, green, only in green. Mais là on va fermer, on ne rentre plus. »

Un peu en retrait, un père (anglais ? américain ?) regarde si ses deux filles d’à peine 18 ans parviennent à leurs fins. L’une des deux obtient un « yes, this one, we got it ». Elle sautille et sera la seule à pouvoir entrer une fois que papa aura sorti sous le nez du vigile-vendeur deux billets de 200 euros prouvant qu’elle a les moyens de ses ambitions.

Tout le monde se déteste

Si Supreme est passé maître dans l’art de gérer sa rareté et ses collaborations, elle n’est pas la seule marque à trouver grâce aux yeux des jeunes gens. Inutile de donner une liste précise de celles qu’ils adulent, elle serait obsolète au moment de la parution, mais les solides Nike, Adidas, Champion, The North Face, Carhartt, Fila tiennent bien le choc face à Comme des Garçons, Gosha Rubchinskiy, Vetements, Pigalle, Hood by Air (que son créateur Shayne Oliver vient d’arrêter pour prendre la direction artistique de Helmut Lang), ou les tauliers du streetwear que sont Thrasher, Bape, Palace (enfin, ça dépend des semaines), etc. Du pointu, du cool, du style en barre.

Enfin, si les fringues le sont (cool), l’ambiance, elle, ne l’est pas toujours… Difficile de se faire confirmer les rumeurs de gamins rackettés à la sortie du pop-up store Vuitton. Mais Luca a bien senti la tension pendant qu’il faisait le pied de grue avec sa marraine.

« Le stress et l’énervement montent très vite, côté vigiles comme côté clients, dit-il. Le problème, c’est que certains revendaient le ticket qu’ils avaient fini par obtenir. Mais ceux qui les achetaient, et qui poireautaient quand même, se faisaient refouler car ton numéro est associé à ton identité sur iPad ; donc, si t’as pas le passeport qui correspond au ticket, tu rentres pas. En plus, les vendeurs ont fait une pause-déjeuner alors que 1 000 personnes attendaient sous la pluie… Franchement, ils auraient pu sauter le repas ou se faire remplacer, quoi ! »

À Sneakerness, quelques participants lâchent en baissant la voix que, dans ce petit milieu de la street culture, tout le monde se déteste, se méfie, craint d’être volé par plus cool et plus malin que soi. En gros, si jadis on avait peur d’entrer dans une boutique de l’avenue Montaigne, maintenant on flippe en arrivant chez Supreme. « On est mal traité, reconnaît Luca, dont le constat est corroboré par les commentaires des clients sur le site de la marque. Y a une personne sympa à l’intérieur ; c’est la seule qui te répond quand tu dis bonjour. Moi, je suis un peu négatif sur Supreme, mais comme y a des rappeurs et des célébrités qui en portent… Si j’en prends, j’ai de la marque connue sur moi, c’est bien. Pour 150 euros maximum en prix boutique, ça va. »

« Le rock d’aujourd’hui, c’est le rap »

Le prof particulier est arrivé. Il patiente avec le père de Luca dans la cuisine en sirotant un café pendant que son élève parle TVA, frais de port, prix « retail ». Grâce à Instagram, le lycéen est au courant de tout ce qui sort et du moindre bout de tissu porté ou lancé par les rappeurs ou modeux Kanye West, Virgil Abloh ou Travis Scott. C’est à celui qui sera le plus vite au courant de qui fait quoi et quand…

Pourtant, toutes les marques qui ont la cote auprès de ces collégiens, lycéens et étudiants vendent les mêmes produits. Au doigt mouillé, on est tenté de penser que rien ne ressemble plus à un sweat-shirt blanc à capuche qu’un autre sweat-shirt blanc à capuche.

Les quadras et quinquas se rappelleront peut-être que, lorsqu’ils étaient adolescents, le placard d’un amateur de new wave ne ressemblait pas du tout à celui d’un fan de ska. Aujourd’hui, être à la mode pour un garçon de 14 ans, c’est forcément porter les mêmes fringues que son voisin de cantine (la panoplie sweat-shirt - tee-shirt - baskets) en se distinguant uniquement par le logo, la marque, le graphisme du tee-shirt, la couleur et le modèle de baskets.

La faute à la musique dont s’inspire toujours la mode. « Le rock d’aujourd’hui, rappelle Chaï, c’est le rap » ; donc un seul style musical et vestimentaire prévaut désormais, celui qui vient de la rue, de la musique, du sport : celui des rappeurs. Ces grands mecs un peu bégueules qui fricotent avec les maisons de luxe, quand ils ne s’appellent pas comme elles (cf. Gucci Mane), et depuis peu avec les créateurs ultrapointus dont certaines rédactrices de mode ont encore du mal à épeler le nom.

Le mariage du luxe et du rap

On retrouve Chaï au lendemain de Sneakerness, à la terrasse d’un café de la rue du Temple. Il a demandé si son ami Moriba-Maurice Koné, 30 ans, lui aussi diplômé de l’IFM (promotion 2012), avec un mémoire titré « Le blogging de mode comme pont entre streetwear et couture », et qui a depuis lancé sa propre marque, Applecore, pouvait se joindre à la conversation. Ils font ça souvent tous les deux : parler du rap et du hip-hop comme vecteurs de mode et comparer à l’infini les apports de Hiroshi Fujiwara, Pharrell Williams, Kanye West, Virgil Abloh, Hood by Air ou Verbal au streetwear d’aujourd’hui.

À les écouter, ce rapprochement de la mode pointue, du luxe et du rap (comme style vestimentaire) doit beaucoup à A$AP Rocky. « Il a fait le grand écart comme peu de gens avant lui », certifie Moriba. Un pied chez Dior, l’autre chez Gucci, le rappeur-producteur, beau gosse né à Harlem en 1988, a, dans son album Long. Live. A$AP, en 2013, fait paraître le titre « Fashion Killa », dans lequel, selon les deux passionnés, il « valide » les créateurs et les marques « rien qu’en les citant ». Anna Wintour, la rédactrice en chef du Vogue américain, peut prendre sa retraite.

S’il fait rimer Nirvana avec Dolce & Gabbana, sa shopping-list ne se limite pas aux enseignes connues et démontre une connaissance assez fine des calendriers des Fashion Weeks… Damir Doma, Thom Browne, Rick Owens, Raf Simons… Le gamin connaît bien sa leçon de mode. Après ça, on a vu Pharrell Williams traîner dans les ateliers des métiers d’art de Chanel et Travis Scott chanter High Fashion tout en fréquentant assidûment les premiers rangs des défilés et en portant (hormis ses maillots Supreme) du Versace, du Vetements, du JW Anderson ou du Helmut Lang.

Mais, à force de fricoter avec le luxe dans des collaborations qui parfois frôlent le mariage de la carpe et du lapin, des voix s’élèvent contre l’institutionnalisation du streetwear qui revendiquait il y a peu d’être l’enfant illégitime du coton et du bitume… Pas celui de la soie et des tapis rouges.

Le grand détournement

Quand Supreme s’adressait à quelques skateurs new-yorkais ou Palace aux cool kids londoniens, c’était plus subversif, regrettent les jeunes qui commencent à avoir un peu d’expérience du haut de leurs 25 ans. Maintenant tout est sous contrat, sous contrôle, y a des copyrights sur les détournements. « Les marques installées mettent toujours un peu de temps à sentir que leur bateau prend l’eau, après elles s’agitent pour raccrocher les wagons, quitte à se dédire ; ce serait un peu exagéré de parler de mode mainstream, mais une chose est sûre, le streetwear n’est plus underground. Qu’on le veuille ou pas, les marques de luxe récupèrent aujourd’hui des tendances qui les répugnaient hier », analyse Chaï Boun.

Des exemples récents donnent raison au jeune homme. Vuitton a poursuivi en justice Supreme il y a quelques années pour utilisation non autorisée de son logo sur des planches de skate avant de conclure un pacte avec son ex-pilleur. Dapper Dan a lui aussi été rejeté, conspué, accusé de vol caractérisé par les maisons de luxe dont il détournait les produits et monogrammes avant de redevenir le roi de la sape pour ces géants du luxe qui désormais lui « rendent hommage » (défilé croisière de Gucci en avril) et collaborent officiellement avec lui (toujours Gucci).

Le détournement est aujourd’hui constitutif de la mode. Et les jeunes excellent à ce jeu-là dans une époque où ce qui est drôle, transgressif, informé et référencé fait souvent mouche. « C’est comme si désormais le luxe, qui pensait n’avoir besoin de personne à part lui-même, écoutait davantage ce que la rue et les jeunes proposent en termes de look ; les rapports ont changé », constate Chaï.

Un article des Inrockuptibles citait récemment Svet Chassol, le manageur des quatre Parisiennes du Gucci Gang, qui racontait que ces jolies gamines, promues par Instagram en icônes de style alors qu’elles avaient à peine 15 ans, étaient depuis plusieurs mois approchées par toutes sortes de marques pour des demandes très variées. Des shootings, alors qu’elles ne sont pas mannequins, ou un travail sur l’image, du stylisme. « On leur demande leur avis, on vient les chercher pour leur univers et leur vision de la mode », rapportait l’hebdomadaire.

Ils sont ainsi plusieurs à distiller leurs conseils auprès de quelques belles maisons désireuses de faire entrer un peu d’air frais dans leurs collections, communication ou carnet d’adresses… Ou à devenir de vraies sources d’inspiration, à l’instar du petit Britannique Leo « Gully Guy » Mandela, âgé de 14 ans, qui vaut son pesant de cacahuètes et de followers. Comme si ces minots qui devaient jusque-là la boucler et filer dans leur chambre étaient désormais autorisés à parler à table.

Les photos sont de Terry Richardson

Posté par jourstranquilles à 07:59 - Société et toute sa complexité - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 septembre 2017

Miley Cyrus - Terry Richardson

myley

Posté par jourstranquilles à 05:58 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 septembre 2017

Terry Richardson

terry38

terry564

Posté par jourstranquilles à 06:35 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]