Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

dimanche 6 août 2017

Souvenir... Souvenir - Musique de Serge Gainsbourg

20478959_156621478242897_4938318676425179136_n

Posté par jourstranquilles à 10:53 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 12 juillet 2017

Serge Gainsbourg - rue de Verneuil - Street Art

verneuil

Posté par jourstranquilles à 05:54 - Serge Gainsbourg - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 9 juillet 2017

Meurtre à l'extincteur

unnamed (8)

Pour éteindre le feu au cul de Marilou

Un soir n'en pouvant plus de jalousie

J'ai couru au couloir de l'hôtel décrocher de son clou

L'extincteur d'incendie

Brandissant le cylindre

D'acier je frappe paf et Marilou se met à geindre

 

De son crâne fendu s'échappe un sang vermeil

Identique au rouge sanglant de l'appareil

Elle a sur le lino

Un dernier soubresaut

Une ultime secousse

J'appuie sur la manette

Le corps de Marilou disparaît sous la mousse.

 

Serge Gainsbourg

Posté par jourstranquilles à 05:48 - Serge Gainsbourg - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 4 juillet 2017

Jardin Serge Gainsbourg

IMG_0927

Aménagé au cœur du futur quartier de la Porte des Lilas, la première partie du jardin Serge-Gainsbourg a été créée au dessus du boulevard périphérique.

Le jardin porte le nom du père du célèbre « Poinçonneur des Lilas».

A demi sur dalle, il dessine un paysage vallonné autour d'une grande pelouse centrale.

On y trouve jardins partagés, aires de jeux, un bassin central d'une quinzaine de mètres de diamètre... le tout relié par la « ficelle », un chemin en pente douce qui serpente au milieu de la verdure. Accessible aux personnes à mobilité réduite, il relie le Pré-Saint-Gervais.

Le bassin est alimenté grâce à la récupération des eaux de pluie.

L'espace central est constitué de vastes pelouses accessibles au public du mois d'avril au mois d'octobre.

De nombreuses variétés de plantes et d'arbres agrémentent les parties extérieures du jardin

Au bout du jardin, un belvédère offre une vue très dégagée et plongeante sur la Plaine-Saint Denis,  et domine le périphérique.

Depuis le printemps 2011, le jardin s'est agrandi et offre un espace davantage arboré et ombragé, avec deux aires de jeux.

Le terrain destinée à accueillir une bibliothèque et attenant au jardin a par ailleurs été aménagée temporairement par les jardiniers.

En attendant les travaux de réalisation de l'équipement culturel, une allée et des bancs sont à votre disposition sur cette parcelle jusque là en friche.

http://equipement.paris.fr/jardin-serge-gainsbourg-6337

Posté par jourstranquilles à 07:19 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 10 juin 2017

Histoire de Melody Nelson

melody nelson

Posté par jourstranquilles à 19:29 - Serge Gainsbourg - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 5 mai 2017

Gainsbourg film perso super 8

Posté par jourstranquilles à 07:36 - Serge Gainsbourg - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 16 avril 2017

GAINSBOURG EN “TRAV’ HAUT DE GAMME”, RACONTÉ PAR WILLIAM KLEIN

17494897_1867220890210878_5041863745156939776_n

1984. Cette photo a été prise par William Klein, à la demande de Serge Gainsbourg, pour illustrer la pochette de son album “Love on the Beat”. © William Klein / Polka Galerie.

========================

Pour la pochette de l’album “Love on the Beat”, Serge Gainsbourg décide de se transformer en femme fatale. L’auteur de cette photo: William Klein. Le photographe raconte son amitié avec le chanteur, disparu il y a vingt-cinq ans. Serge Gainsbourg, Paris,

“Voyez ce cigarillo, avec cette cendre étonnamment longue. C’était son idée, sa façon de donner un équilibre à la photo. Serge Gainsbourg était quelqu’un qui avait un œil, un vrai sens graphique, une sensibilité aux traits, au dessin, héritée de ses années de peinture. Mais il avait aussi le talent d’un publicitaire. Souvenez-vous du slogan de son spectacle au Casino de Paris: ‘140 francs devant, 110 francs derrière’. C’était lui tout craché, exceptionnel!

Pour cette image, dès le départ, il savait exactement ce qu’il voulait. Il adorait façonner son image. Pendant des semaines, il avait cherché à me joindre alors que je tournais un film en Italie. En pleine nuit, on finit par réussir à se parler au téléphone et il me dit: ‘Je suis en perte de vitesse, il faut qu’on organise mon come-back.’ Première nouvelle! Je ne savais pas que Gainsbourg avait besoin d’un come-back! Il préparait alors son seizième album studio, ‘Love on the Beat’, et voulait se déguiser, se travestir.

Alors je lui demande: ‘En fait, tu veux ressembler à une vieille pute décatie?’ Et il me répond: ‘Non, Bill. Je veux être belle. D’ailleurs, j’ai de beaux yeux et un visage fin. Mes oreilles sont certes un peu décollées… mais j’ai quand même une belle bouche!’

Bon, autant vous dire qu’il y avait du travail. Vous vous souvenez de ce à quoi il ressemblait dans ces années-là? On s’est donné rendez-vous à Paris. Il est arrivé dans mon studio avec sa maquilleuse, les lèvres rouges, de faux ongles… On s’est mis à travailler en noir et blanc, en s’inspirant d’une photo de mode assez similaire, avec un mannequin à la cigarette, que j’avais réalisée pour le magazine ‘Vogue’. Je l’ai prévenu qu’on allait devoir retoucher à mort! Mais il était emballé. Il voulait être un trav’ haut de gamme.

Nous nous étions rencontrés sur le tournage de ‘Mr. Freedom’ en 1967. Je lui avais demandé de composer la musique et en voyant les rushs il m’avait dit vouloir absolument jouer dans le film. J’ai donc créé le personnage de M. Drugstore pour lui. Nous nous sommes liés d’amitié ensuite.

Nous avions beaucoup de points communs: tous deux nés en 1928, tous deux fils d’émigrés juifs d’Europe de l’Est (moi de Hongrie, lui de Russie), avec le même genre d’humeur et d’humour… J’adorais sa façon d’être à l’écart des choses, des médias de masse. J’avais d’ailleurs imaginé un film dont il aurait été la star, mais il est mort avant que nous puissions le réaliser. Cela s’appelait ‘Le retour du pétomane’, l’histoire d’un garçon de café plutôt moche et décati qui s’avérait être un pétomane de génie et que tout le monde allait se mettre à aduler… J’imaginais ce scénario comme une sorte de satire du vedettariat.

C’était aussi une charge contre Yves Montand qui, à l’époque, roucoulait beaucoup à la télévision et passait son temps à parler de politique. Tout le monde le prenait au sérieux. Je voulais que Gainsbourg le pétomane devienne en quelque sorte l’anti-Montand, donnant aussi son avis sur tout. En bref, un pétomane politique en contrepoint de l’animal politique qu’était Montand. L’idée lui plaisait beaucoup!

Je trouve que cette prise de vue pour ‘Love on the Beat’ illustre parfaitement son goût pour la provoc’. C’était son personnage, c’était un jeu. Il était très préoccupé par son allure et c’était un grand timide. J’aime cette photo parce qu’elle nous montre un troisième Serge, ni Gainsbourg, ni Gainsbarre… J’ai toujours trouvé, dans sa façon d’être devant les caméras, devant les appareils photo, dans sa manière de se déplacer pour faire vivre son corps devant le public, qu’il y avait là une sorte de tristesse, une douleur très photographique. Ça me bottait! Et son fameux come-back, ça a marché à fond! ‘Love on the Beat’ a été un formidable succès commercial et public. Pour ma part, je l’admirais.”

Posté par jourstranquilles à 04:02 - Serge Gainsbourg - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 8 avril 2017

Gainsbourg ou Gainsbarre ?

17661764_879648255518996_8481338375440171008_n

Posté par jourstranquilles à 07:27 - Serge Gainsbourg - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 3 avril 2017

En mémoire de Gainsbourg

Paris, hier. Lulu et Bambou ont lancé l’association Serge Gainsbourg.

Serge Gainsbourg aurait eu 89 ans hier. Sa dernière compagne, Bambou, leur fils Lulu et quelques amis, dont Anna Karina et Hugues Aufray, lui ont rendu hommage, hier, dans un cabaret parisien à un jet de Gitane du 5 bis, rue de Verneuil, l’hôtel particulier où il vécut jusqu’à sa disparition en 1991. Jane Birkin, qui fait une grande tournée symphonique avec les chansons de Serge, est passée dans l’après-midi mais ne s’est pas attardée.

La journée était organisée par la toute nouvelle association Serge Gainsbourg, dont Lulu est le parrain et Charlotte Gainsbourg la marraine. Elle a été créée par une poignée de passionnés autour de Jean-Pierre Prioul, qui fut le dernier majordome de Gainsbourg, et Patrick Blais, un collectionneur niortais. « L’association a pour vocation d’honorer la mémoire de l’artiste, de faire rayonner son œuvre à travers le monde et de préserver son illustre domicile parisien, explique le vice-président Loïc Picaud, journaliste qui a coécrit une intégrale Gainsbourg en 2011. Une page Facebook puis un site Internet donneront de plus amples informations sur nos activités et les multiples événements liés à Serge Gainsbourg. »

Lulu s’est félicité de la naissance d’une association qui permette de « garder l’image de l’homme et de l’artiste ». Dans un message vidéo, Charlotte lui a souhaité, émue, « longue vie ». E.B. et Y.F.

https://www.pscp.tv/w/a6_pVDU5MTI2MXwxWmtKekVtVnJsZUd2DPKE6j231yNDqQLa3G-IIE4C8mWHIrPCrsm5lsVrk-M=

Posté par jourstranquilles à 07:35 - Serge Gainsbourg - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 2 avril 2017

Serge Gainsbourg aurait eu 89 ans aujourd'hui...

eurovision gains

parismatch_vintageLes plus belles photos des #archives de @ParisMatch_magazine - #1965 - #SergeGainsbourg et la chanteuse #FranceGall saluant le public venu les accueillir à leur descente d'avion à #Orly. La jeune chanteuse vient de remporter le grand prix de l'#Eurovision de la chanson pour le #Luxembourg, avec la chanson "Poupée de cire, poupée de son" écrite et composée par Serge #Gainsbourg. Photo : AFP 

Serge Gainsbourg, de son vrai nom Lucien Ginsburg, né le 2 avril 1928 dans le 4ᵉ arrondissement de Paris et mort le 2 mars 1991 dans le 7ᵉ arrondissement de Paris, est un auteur-compositeur-interprète, ...Wikipédia

Posté par jourstranquilles à 09:07 - In memorem - Commentaires [0] - Permalien [#]