Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

mercredi 18 janvier 2017

Vu sur instagram - j'aime beaucoup

Posté par jourstranquilles à 03:08 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Last of LOVE Advent - Kate Upton by Doug Inglish - LOVE

Posté par jourstranquilles à 00:37 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 17 janvier 2017

Vu sur instagram - j'aime beaucoup

Posté par jourstranquilles à 07:33 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pour Trump, la France ne compte pas

New York (Etats-Unis), mercredi. Pendant la campagne pour la présidence et dimanche encore, Donald Trump a fustigé la France.

Dans ses interviews au canon, le nouveau président américain critique l’Europe… mais ignore notre pays.

La France n’a jamais eu de relations simples avec les Etats-Unis… et cela pourrait empirer. A trois jours de l’investiture de Donald Trump, l’avenir des relations diplomatiques entre les deux pays est plus qu’incertain. Le président élu, qui a tiré à boulets rouges sur l’Union européenne, dans un entretien accordé dimanche à deux quotidiens conservateurs, « Bild » et « The Times », a complètement ignoré la France.

Le choix de ces titres, respectivement allemand et britannique, en dit long : le successeur de Barack Obama a fait son choix parmi les pays européens. Et il semblerait qu’à ses yeux, la France ne soit plus un allié privilégié. La ferme réplique hier de François Hollande déclarant que l’UE « n’a pas besoin de conseils extérieurs pour lui dire ce qu’elle a à faire » ne va sans doute pas arranger les choses…

Dans ces interviews, le milliardaire ne cite pas une seule fois notre pays. Donald Trump ne serait donc pas franchement intéressé par l’Hexagone. Pour preuve, en février 2016, déjà, dans un entretien à « Valeurs actuelles », il s’était livré à des réflexions souvent approximatives ou exagérées. « Malheureusement, la France n’est plus ce qu’elle était, et Paris non plus. Il y a des quartiers dont on a l’impression qu’ils sont devenus hors la loi », avait-il déclaré.

Pendant la campagne, Trump n’avait pas non plus hésité à fustiger notre pays, estimant qu’il était « infecté par le terrorisme ». Alors candidat républicain à la présidentielle, il avait par exemple donné un avis très tranché sur la situation en France, après l’attentat qui avait coûté la vie à un prêtre en Normandie. « Un ami voulait se rendre en France, il y a trois ou quatre mois […] Je lui ai demandé :  Tu as aimé la France ? Il m’a dit : Finalement je n’y suis pas allé », avait-il raconté lors d’un meeting en Floride, avant d’ajouter, « Ils ne vont pas m’aimer pour avoir dit ça, mais […] la France n’est plus la France ».

Plus coopératif sur le plan économique

Bref, les liens de Donald Trump avec la France paraissent extrêmement réduits. Lui-même a avoué qu’il ne connaissait personnellement aucun homme politique français.

Selon son porte-parole, il n’avait d’ailleurs pas cherché à rencontrer la présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, en visite à New York la semaine dernière et aperçue dans la Trump Tower. Peut-être laisse-t-il à son « haut conseiller et chef de la stratégie », Stephen Bannon, le soin de séduire l’extrême droite française ? Avec son site ultraconservateur Breitbart News, Bannon envisage en effet « d’aider à la victoire de la droite nationaliste ». Mais lui non plus n’a pas rencontré la patronne du FN.

En revanche, sur le plan économique, Donald Trump peut se montrer plus coopératif avec la France. Si la Trump Organization n’a aucune activité dans l’Hexagone, cela n’a pas empêché le président élu de commencer à tisser des liens avec les grands patrons français.

Ainsi le premier Français à l’avoir rencontré, la semaine dernière, est le PDG de LVMH, Bernard Arnault (propriétaire du « Parisien » - « Aujourd’hui en France »). Selon Donald Trump, ils ont parlé d’emplois.

Posté par jourstranquilles à 07:24 - Etats Unis - Commentaires [0] - Permalien [#]

Extrait d'un shooting - ronde et belle

ronde

Posté par jourstranquilles à 07:21 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

Köln - Allemagne

cologne

Posté par jourstranquilles à 07:15 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Allez tous vous faire...

Capture

Posté par jourstranquilles à 07:13 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Création d'Explicite par les ex-iTélé: «On veut être à l'écoute des gens»

explicite

MEDIAS Lundi, les ex-grévistes d'iTélé ont présenté leur nouveau projet de média, Explicite, qui ne vivra que sur les réseaux sociaux...

Lundi, 53 journalistes associés (ayant officiellement payé leur cotisation), pour la plupart des anciens d’iTélé étant partis à l’issue du mois de grève, présentaient leur nouveau bébé :  Explicite. Un projet de média pensé pour être plus près des gens, plus proches des vraies valeurs journalistiques et éviter l’intox qui circule trop sur Internet. Un petit air de déjà-vu ? Oui, mais non. C’est en tout cas ce que les journalistes ont essayé d’expliquer.

Une rédaction « prête à l’emploi »

53, 54, 58 journalistes… Les chiffres n’étaient pas vraiment fixes, et ce n’était pas très grave. « Olivier Predhomme, Olivier Ravanello, Sonia Chironi et les autres du noyau à l’initiative du projet ont appelé les gens qu’ils appréciaient pour leur proposer de s’associer et nombreux ont été ceux qui se sont investis », confie Brice Andlauer, parti après quatre ans à iTélé. Résultat : des profils très différents mais soudés par la grève. « Une rédaction entièrement constituée, va même jusqu’à dire Olivier Ravanello, ancien chroniqueur international d’iTélé désormais président de l’association Explicite. Un ensemble capable de faire du bon boulot avec peu de moyens. »

Un contenu uniquement disponible sur les réseaux sociaux

Comme un cri du cœur, Olivier Ravanello a lancé : « C’est là que ça se passe ! » Là ? Facebook, Twitter, YouTube… Les réseaux sociaux où l’association Explicite estime qu’on voit passer un peu de tout, et en ce moment « pas que des choses bien ». Et leur but est de proposer des contenus « sans contrainte de flux, de temps ou de formats à travers la vidéo, l’écrit ou la photo ». Le président de l’association l’assure : « On veut entendre ce qui se dit et faire remonter la parole politique. »

Une chaîne d’info à la demande

Les chaînes d’info, ils connaissent puisqu’ils en viennent. Et sans renier leur passé, ils veulent faire autre chose. « On peut imaginer beaucoup plus grand en permettant aux gens d’aller où ils veulent grâce à plusieurs directs en même temps, comme dans une régie télé, explique Olivier Ravanello. Les réseaux sont un espace illimité sans contraintes. » Une sorte de chaîne d’info à la demande où chacun pioche ce qu’il veut quand il veut sans avoir à attendre l’heure du journal.

La politique en profondeur

Point essentiel de la conférence : la politique. Explicite sera lancé le vendredi 20 janvier, jour de l’investiture de Donald Trump. L’idée des journalistes est de tourner le dos aux petites phrases et aux thèmes qui montent dans les médias. « Nous allons discuter avec chaque candidat de son programme en profondeur pour voir si ces gens sont préparés et ce qu’ils ont dans le ventre sur le fond, a déclaré Olivier Ravanello durant la conférence. Ça répond à une nécessité presque civique. »

Et Morandini ?

Inévitablement, la grève après l’arrivée de Jean-Marc Morandini sur la chaîne a fait l’objet d’une question. « On est très fiers de ce qu’on a fait à iTélé et de ce qu’on est en train de faire maintenant. » Visiblement, les associés d’Explicite ont laissé leur passé derrière eux et sont résolument tournés vers l’avenir.

Cliquez ici

 

Posté par jourstranquilles à 07:10 - Presse - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu sur internet - j'aime bien

tumblr_oj73b0p0j21ugm7k3o1_540

tumblr_ojglaqqWLp1vezmweo1_540

tumblr_ojgle5mVvm1vezmweo1_540

unnamed

wq1

Posté par jourstranquilles à 07:08 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Sur ARTE ce soir

bb4

Posté par jourstranquilles à 07:05 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Extrait d'un shooting - transparence

373405

Posté par jourstranquilles à 07:04 - MES SHOOTINGS - Commentaires [0] - Permalien [#]

ART 3f - save the date

h44

Posté par jourstranquilles à 05:23 - Visites - Salons - Reportages - Tourisme - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pierre Lescure reconduit à la Présidence du Festival de Cannes

Alors que le Festival de Cannes prépare sa 70e édition, Pierre Lescure vient d’être réélu à l’unanimité Président de l’association organisatrice.

En décembre 2016, le conseil d’administration de l’Association Française du Festival International du Film, qui réunit pouvoirs publics et professionnels du 7e art, a renouvelé sa confiance à Pierre Lescure, et l'a réélu Président du Festival, poste qu'il occupe depuis juillet 2014. Ce nouveau mandat, d’une durée de trois ans, couvrira les éditions 2018, 2019 et 2020. Il garantit ainsi la continuité de la gouvernance du Festival et de ses projets.

Journaliste, cofondateur de la chaîne Canal+, Pierre Lescure a été Président-Directeur général du groupe Canal+ de 1994 à 2002. Entre 2008 et 2014, il est producteur et directeur des opérations du théâtre Marigny. Il est depuis 2015 Vice-Président de Molotov TV, la nouvelle plateforme numérique d’accès à la télévision.

Aux côtés de Pierre Lescure, Thierry Frémaux, Délégué général, continuera à diriger l’institution et à assurer notamment la sélection officielle qui sera dévoilée, pour l’édition 2017, à la mi-avril.

LE FESTIVAL DE CANNES SE TIENDRA DU 17 AU 28 MAI 2017.

Posté par jourstranquilles à 00:55 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 16 janvier 2017

Vu sur instagram - j'aime beaucoup

Une photo publiée par Emily Emyz (@emyzemyz) le 19 Oct. 2016 à 13h59 PDT

Une photo publiée par Emily Emyz (@emyzemyz) le 11 Oct. 2016 à 0h20 PDT

Posté par jourstranquilles à 21:45 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ecole de journalisme...

Posté par jourstranquilles à 21:41 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Hier soir : «Django Unchained» censuré ?... Pourquoi TF1 n'a pas diffusé la version cinéma du film

django

Jamie Foxx et Leonardo DiCaprio dans «Django Unchained». - The Weinstein Company

Django Unchained est un hommage de Quentin Tarantino au western spaghetti. Mais avec beaucoup de sauce tomate. Sorti en 2013 en France, ce film qui réserve son lot de fusillades, d’énucléation et de bain de sang avait à l’époque été interdit aux moins de 12 ans. Sa violence est telle que TF1 l’a diffusé dimanche soir en présentant une version « modifiée », différente de celle qui fut montrée dans les cinémas. Cette décision a ulcéré plusieurs téléspectateurs qui s’en sont émus sur les réseaux sociaux, parfois en allant jusqu’à parler de « censure ». « C’est Sony [le distributeur] et Quentin Tarantino qui ont légèrement retravaillé deux scènes. TF1 n’est pas intervenue sur ce travail », explique ce lundi la chaîne à 20 Minutes. Les séquences concernées sont celles dans laquelle un esclave est dévoré par des chiens ainsi que la fusillade se déroulant à Candyland, la plantation appartenant au personnage incarné par Leonardo DiCaprio. Ces deux passages ont donc été expurgés des plans les plus dérangeants. TF1 précise que les coupes « représentent une minute et onze secondes du film » qui dure 165 minutes.

« Le CSA n'intervient qu'à posteriori »

« Après visionnage de cette version, nous avons pu le proposer à 20h55 avec le pictogramme "- de 12 ans" », ajoute la première chaîne. Car, si TF1 avait diffusé Django Unchained dans sa version « cinéma », elle se serait peut-être exposée aux foudres du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Un film interdit aux moins de 12 ans en salle est considéré par le gendarme du petit écran comme un programme de catégorie III. Ceux-ci ne peuvent généralement pas être diffusés avant 22 h à la télévision mais une recommandation du CSA avance qu’à « titre exceptionnel, il peut être admis une diffusion après 20h30 de programmes de cette catégorie (…) sauf les mardis, vendredis, samedis, veilles de jours fériés et pendant les périodes de vacances scolaires ». Par ailleurs, une chaîne ne peut pas programmer plus de quatre longs-métrages interdits en salle aux moins de 12 ans par an.

TF1 a donc tenu à rester dans les clous pour se prémunir de toute récrimination de l’instance de contrôle. « Le CSA n’intervient qu’a posteriori [après la diffusion d’un programme], souligne Christophe Triollet, auteur du livre Le Contrôle cinématographique en France (L’Harmattan). C’est la chaîne qui a choisi de diffuser ce film en première partie de soirée. Elle aurait pu le programmer en deuxième partie de soirée dans sa version "salle", mais cela lui aurait apporté moins de revenus publicitaires. » D’autant plus que le film de Tarantino dure près de trois heures – les téléspectateurs auraient forcément été moins nombreux à le suivre à une heure plus tardive.

Django Unchained, suivi par 5.5 millions de téléspectateurs, a permis dimanche à TF1 de se classer en tête des audiences de la soirée devant France 2 qui diffusait Gone Girl. Le thriller de David Fincher a tenu en haleine 4.4 millions de personnes... qui ont été mises en garde par la chaîne au sujet d'une scène particulièrement violente.

taran

Posté par jourstranquilles à 21:06 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le cri...

15875818_1238240059545860_6920488745439330304_n

Posté par jourstranquilles à 20:50 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

La lettre de campagne de Laurent Joffrin

Primaire : les deux gauches

Les choses sont de plus en plus claires : malgré la multiplicité des candidats, il y a bien deux gauches qui s’affrontent dans la primaire socialiste. Celle de Matignon et celle de Frangy. Manuel Valls incarne la première, jouant la crédibilité, l’expérience et la prudence coupante de ceux qui se font fort de gouverner, c’est-à-dire de choisir, quitte à laisser le rêve au vestiaire.

Hamon en premier lieu, Montebourg ensuite, incarnent celle de Frangy, quand ils furent tous deux débarqués du gouvernement Valls pour divergence publique. Cette gauche-là veut des projets audacieux, des ruptures, des envolées, quitte à franchir, ici et là, la frontière du possible. La première aime le pouvoir, quitte à y sacrifier le socialisme. La deuxième aime le socialisme, quitte à ne jamais arriver au pouvoir. La première sans la deuxième est infidèle. La seconde sans la première est impuissante. Sur un mode plus affirmé, Macron et Mélenchon, comme dans une extension sur les deux ailes, vont plus loin dans chacune des deux logiques. Tout l’art politique, dans ces circonstances, consiste à réunir ces deux sensibilités. Vincent Peillon tient ce discours. On ne l’écoute pas encore, mais son idée chemine. La gauche française n’a jamais gagné sans concilier les inconciliables. C’est en mariant l’eau et le feu que Mitterrand, Jospin ou Holl ande sont arrivés au pouvoir. Quel qu’il soit, le vainqueur de la primaire devra endosser le costume de ses prédécesseurs. A moins de considérer que l’élection est déjà perdue et de donner tout de suite à François Fillon son billet pour l’Elysée.

C’était aussi hier

• Le débat des primaires de la «Belle Alliance populaire» a attiré 1,470 million de spectateurs, soit moitié moins que le premier. Mais on avait vu l’audience de la primaire de la droite subir la même baisse de moitié lors du deuxième débat sur les chaînes d’information continue, dont la puissance est moindre. En fait, l’intérêt pour cette compétition reste au même niveau.

• Filoche soutiendra Montebourg dans la primaire. Un atout ?

• Marine Le Pen a confirmé qu’elle introduirait, si elle est élue, un «délai de carence» pour que les immigrés en situation régulière puissent bénéficier d’aide sociale ou d’éducation gratuite pour leurs enfants. Mesures parfaitement discriminatoires : les immigrés en situation régulière cotisent comme les autres et paient les mêmes impôts ; mais ils n’auront pas les mêmes droits.

• Samedi, François Fillon a rappelé l’impératif d’unité qui échoit aux leaders de la droite. C’est bien que le problème se pose, en tout cas avec les sarkozystes. Il a aussi déclaré que son projet serait le même mais qu’il sera «enrichi». Il sera donc modifié.

LAURENT JOFFRIN

Posté par jourstranquilles à 20:49 - Elections Présidentielles 2017 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Richard Avedon (photographe) - Métro Hôtel de Ville (M1)

Posté par jourstranquilles à 07:22 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Si vous n’avez pas la vignette…

Les commandes de vignettes Crit’Air ont atteint un pic de 100 000 pastilles par jour la semaine dernière. Si vous ne l’avez pas, pas de panique.

Tous concernés

Que vous soyez immatriculé à Paris, en banlieue, en région ou même à l’étranger, et que vous possédez une voiture, un deux-roues motorisé ou encore un utilitaire, vous devrez arborer une vignette à la forme ronde.

Un délai avant de l’obtenir

Pour l’avoir, quelques clics suffisent sur  www.certificat-air.gouv.fr.Payable en ligne 4,18 €, votre vignette est confectionnée à la demande puis délivrée au plus tard vingt jours après à l’adresse inscrite sur la carte grise. Il est aussi désormais possible d’obtenir un formulaire sur Internet, dans les mairies et les préfectures et de faire sa demande par courrier (avec paiement par chèque ou mandat). Les délais d’impression s’allongent, d’où la mansuétude des autorités qui ne sanctionneront pas (au moins pendant quelques semaines) ceux qui ne l’ont pas.

Gare aux PV pour les vieux tacots

Si les contrôles ne seront donc d’abord que « pédagogiques » pour les modèles de moins de 20 ans, voitures immatriculées avant le 1 er janvier 1997, utilitaires d’avant le 1  er octobre 1997 et deux-roues d’avant le 1  er juin 2000 risquent eux un PV (de 68 € à 135 €) dès aujourd’hui car ils font partie des véhicules non classés, donc sans vignette. Si c’est votre cas, vous pourrez quand même rouler dans Paris en semaine de 20 heures à 8 heures et le week-end. En cas de pic de pollution, la circulation alternée sera à terme remplacée par une circulation différenciée où seuls les véhicules à pastille les moins polluants seront autorisés à rouler.  Frédéric Mouchon

Posté par jourstranquilles à 07:07 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

"Un sac de billes" - sortie en salles mercredi prochain

Posté par jourstranquilles à 06:55 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Couette ?

couette

Posté par jourstranquilles à 06:29 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Exposition Mexique au Grand Palais, derniers jours

mexiq (1)

Plus que quelques jours pour découvrir Mexique de 1900 à 1950, l'exposition au Grand Palais. À travers un panorama complet de la création artistique (peinture, sculpture, architecture, musique...), l'exposition offre une immersion unique dans un pays d'une créativité sans borne. À voir jusqu'au 23 janvier 2017.

Situé dans le sud de l'Amérique du Nord, le Mexique possède une histoire extrêmement riche, marquée par une succession de cultures passionnantes, telles que celles des Mayas et des Aztèques, et par une période de colonisation violente, où le Mexique fût appelé la Nouvelle-Espagne. C'est à cette époque que les principales villes du Mexique sont créées, les villages rasés et la religion catholique imposée. Enfin, en 1821, l'indépendance est acquise et le Mexique entre dans son histoire moderne, jalonnée de périodes d'avant-garde précieuses et de bouleversements politiques.

60 ans après la dernière exposition consacrée au Mexique, le Grand Palais remet le couvert et propose un très bel aperçu de la culture mexicaine de la première moitié du XXème siècle. On y croise les très célèbres Diego Rivera, Frida Kahlo et Rufino Tamayo, ainsi que toute une génération d'artistes inventifs et un peu fous. Aussi, l'urbanisme est au centre de la modernité pragmatique mexicaine, tandis que la littérature, dont la tendance principale est le réalisme magique, invite le surnaturel à la table de la poésie.

La musique est, bien sûr, également présente, et c'est quasiment en dansant que l'on visite cette rétrospective ultra-réjouissante du Grand Palais. On y découvre un pays à la culture hybride, entre traditions ancestrales et innovations géniales.

===========================

Informations pratiques :

Mexique 1900-1950

Au Grand Palais

Du 5 octobre 2016 au 23 janvier 2017

Tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 20h

En nocturne jusqu’à 22h le mercredi

Tarif normal : 13 €

Réduit : 9 €

mexiq (2)

Posté par jourstranquilles à 06:17 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Iris Brosch

Posté par jourstranquilles à 05:20 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

1988, l'été où Kate Moss est devenue immortelle

untitled-article-1455638230-body-image-1455643088

Owen Scarbiena immortalisait pour la première fois une certaine adolescente anglaise. Jamais publiées, ces photographies célèbrent l'icône Moss comme jamais.

Kate Moss est plus british que la reine d'Angleterre, la pluie, les mecs torse-nu et la Stella. Icône d'hier, d'aujourd'hui et de demain, elle représente l'Angleterre dans toute sa prestance. Son conte de fée, tout le monde (ou presque) le connaît. L'adolescente originaire de Croydon a tout juste 14 ans lorsque Sarah Doukas, la fondatrice de Storm Model Management, la repère à l'aéroport JFK de New York. L'année qui suit, elle pose en couverture d'un magazine britannique - un pas de géant pour toute mannequin en devenir. Elle atteint la gloire au début des années 1990 et devient "l'anti-mannequin" de la décennie. Kate a fait la couverture de plus de 300 magazines au cours de sa carrière et a été l'égérie des campagnes publicitaires des maisons les plus prestigieuses. Ça, vous le saviez déjà. Depuis, plusieurs séries photos, jamais dévoilées jusqu'à lors, refont surface. Récemment, les toutes premières photographies pro de Kate Moss se sont exposées sur la toile et partout dans le monde. j'ai discuté avec le photographe Owen Scarbiena qui a immortalisé l'icône anglaise au prémisses de sa carrière.

untitled-article-1455638230-body-image-1455643137

Salut Owen. Comment t'es-tu retrouvé à shooter Kate Moss ?

Je démarrais dans la photo. J'avais déjà fait quelques shoots mode pour Premier, Select et Storm. Je connaissais Sarah et Caroline de l'agence. Et surtout, j'étais à l'affût de nouvelles têtes. À l'époque, je travaillais sur un nouveau projet : les blouses blanches de créateur et les knickers que portaient les filles à l'école il y a longtemps et Sarah Doukas m'a appelé de Storm pour me dire qu'elle adorait mon travail - très minimaliste - et qu'elle avait cette fille, Kate, que j'adorerais, et voilà, ça a matché.

Comment s'est déroulé le shooting ce jour-là ?

Kate n'avait aucune idée, à l'époque, de la façon dont elle devait se mouvoir ou se tenir. Elle était juste elle, c'était génial. On a fait un test en l'habillant d'une blouse et de kickers, elle était sublime. Un peu étrange aussi, mais naturelle. Je lui disais juste des trucs comme "Il est 4h et tu es devant l'arrêt de bus", je lui racontais une histoire et elle la suivait. On faisait ce jeu à l'école, celui où on devait faire semblant d'être un arbre et ne pas bouger. On a joué à ça avec Kate. En fait elle ne posait pas vraiment, elle suivait les mouvements de l'histoire que je lui racontais. Elle était très ouverte, très confiante. Facile à atteindre. Donc on a beaucoup ri ce jour là. Certaines mannequins qui débutent sont nerveuses ou trop timides, elle pas du tout. C'était comme si on se connaissait depuis toujours. Ma fille était présente ce jour-là aussi, elles se sont parlées, donc j'avais l'impression de photographier une vieille connaissance.

Comment es-tu retombé sur ces photos ? Pourquoi ne jamais les avoir publiées ?

On a shooté beaucoup de mannequins - certaines sont devenues très célèbres mais les photos ne se sont pas toujours retrouvées dans un magazine ou une publicité. Du coup, on les oublie. J'avais même oublié leur existence. L'année dernière, je discutais avec une copine et elle m'a raconté qu'un ami tenait une galerie et que son boulot était de mettre en avant des photos de gens célèbres jamais publiées. Elle m'a dit "T'as pas des photos de Kate Moss ?" J'avais encore les négatifs, donc j'ai fouillé dans mes archives et je les ai retrouvées. Je n'avais même pas de planches contact. Je l'ai tirée en grand et là je me suis dit "Wow, c'est Kate Moss ? elle est magnifique !" Je n'avais que de minuscules formats donc ça m'a fait un choc quand je l'ai vue en grand. Enfin bref, mes amis ont adoré et ont tout de suite voulu l'exposer dans la galerie. C'est comme ça que ça a commencé.

Le jour du shooting, pensais-tu qu'elle deviendrait l'icône qu'elle est aujourd'hui ?

Pas du tout. On peut dire qu'il existe des mannequins normales - Cindy Crawford par exemple - toutes sublimes, bien sûr, mais d'autres étaient plus inquiétantes, moins lisses, surprenantes. C'était le cas de Kate. Donc comme elle ne correspondait pas aux mannequins de l'époque, je me suis dit que ça ne marcherait pas pour elle. Elle n'était pas assez grande. Et puis elle avait ce truc très particulier, ce charme que les autres n'avaient pas.

As-tu eu l'occasion de la reprendre en photo ?

Jamais, non. C'était comme ça : la première et la dernière fois. Très vite après ce shooting je suis parti pour Milan et pendant ce temps, elle commençait à vraiment assurer sa carrière. Je ne l'ai jamais revue. Si, une fois à Notting Hills et c'est tout.

Qu'est-ce qui t'as le plus marqué chez Kate Moss ?

Ce dont je me souviens le mieux, c'est qu'à l'époque où je l'ai photographié, je pensais déjà qu'elle pourrait bosser avec n'importe qui. Elle était tellement facile à vivre. Elle était amie avec une amie à moi, Corinne Day, qui elle aussi a pris de nombreuses photos d'elle.

untitled-article-1455638230-body-image-1455643187

untitled-article-1455638230-body-image-1455643229

untitled-article-1455638230-body-image-1455643324

Posté par jourstranquilles à 04:59 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 15 janvier 2017

Le Palais de l'Elysée comme vous ne l'avez jamais vu....

Posté par jourstranquilles à 18:19 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Neige et verglas : l'Ile-de-France et la Corse en alerte

Neige en fin d'après-midi. «Une perturbation est attendue en fin d'après-midi» à compter de 16 heures dimanche sur l'Ile-de-France. «Elle gagnera l'ensemble de la région avant la nuit et sera accompagnée de faibles chutes de neige» avec des hauteurs de 1 à 3 cm, précise Météo France dans son bulletin de 6 heures. En Corse, les quantités de neige atteindront de 5 à 15 cm à 300-400 m d'altitude et 30 à 40 cm au-dessus de 600 m.

Grand froid à partir de mardi. Ce dimanche, les températures minimales varieront de moins 3 à plus 2 degrés, plus douces sur le littoral atlantique avec 3 à 7 degrés tandis que les maximales seront froides sur la moitié est du pays avec 0 à 3 degrés. A partir de mardi, une vague de grand froid affectera le pays et ce, pour toute la semaine, avec des températures allant de moins cinq degrés le matin près de l'Atlantique jusqu'à moins 15 degrés dans l'Est.

6570228_meteo-dimanche-6-heures

Posté par jourstranquilles à 10:23 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

A la télévision ce soir - sur TF1

bb3

Posté par jourstranquilles à 09:21 - Film, Théâtre, Spectacle, TV, Clip, Court métrage - Commentaires [0] - Permalien [#]

Laetitia Casta par Pierre et Gilles

Posté par jourstranquilles à 09:19 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'Ile-de-France et la Corse placées en vigilance orange neige et verglas

Prudence sur les routes en Ile-de-France et en Corse. Les huit départements d'Ile-de-France, incluant Paris et sa banlieue, ont été placés en vigilance orange neige et verglas, selon le bulletin de Météo France diffusé dimanche 15 janvier. Ces huit départements (Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne et Val-d'Oise) s'ajoutent à la Corse-du-Sud et la Haute-Corse déjà concernées par une alerte diffusée samedi.

Posté par jourstranquilles à 09:02 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Karolina Kurkova

Une photo publiée par Models (@goddessesmodels) le 14 Janv. 2017 à 13h01 PST

Posté par jourstranquilles à 09:00 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

"Power.Body.Machine.Women."

Photographer Baev Maxim's work is empowering, and his vision sets out to distinguish women and nudity as a true art form within society and life itself. Teaming up with models Olga Kobzar & Anna Raise, Maxim sets out on aan erotic journey of sexual exploration and creative expression with styling by Ekaterina Belaya, hair by Alga Amanda and make-up by Akari Sugino.

fg01

fg02

fg03

fg04

fg05

Posté par jourstranquilles à 08:52 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

Milo Moiré (artiste) - son calendrier 2017 (extraits)

miloooooo (2)

miloooooo (3)

miloooooo (4)

miloooooo (5)

miloooooo (6)

miloooooo (7)

miloooooo (8)

Posté par jourstranquilles à 08:33 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

EVA & ADELE : "YOU ARE MY BIGGEST INSPIRATION"

eva (1)

eva (2)

eva (3)

eva (4)

eva (5)

eva (6)

eva (7)

eva (8)

eva (10)

eva (11)

Reportage photographique : Noémie

EVA & ADELE : "YOU ARE MY BIGGEST INSPIRATION"

Jusqu’au 26 février 2017 au Musée d'Art Moderne

Dans les collections permanentes. EVA & ADELE, autoproclamées The Hermaphrodite Twins in Art (Les Jumelles hermaphrodites dans l’art), sont un couple atypique et emblématique de l´art actuel. Les artistes dépassent les frontières des genres dans une transgression affirmée. Toujours vêtues de tenues identiques surprenantes et ultra féminines, maquillées de paillettes et le crâne rasé comme des hommes, elles cherchent à démontrer que l’identité sexuelle n´est pas une question simple. Tout en restant en retrait du système du marché de l’art, EVA & ADELE sont, depuis plus de 25 ans, de tous les vernissages, tous les lieux qu’elles considèrent comme des « socles de représentation ». Créant « l´événement dans l´événement », leurs apparitions ne relèvent pas de mondanités mais sont de véritables performances dont chaque détail est préalablement étudié et répété.

 ==========================

« Wherever we are is museum » Tout lieu où nous sommes est musée. (E&A). Considérant que tout ce qu’elles font est une œuvre d'art, EVA & ADELE fondent leur production artistique sur des idées d'échanges permanents avec le public, dans une véritable symbiose entre art et culture de masse, entre vie publique et sphère privée. Leur action est basée sur une réflexion sur le rôle social de l’artiste dans la société contemporaine.

« Coming out of the future ». Tout droit venues du futur. (E&A)

Refusant toute référence à leur passé avant leur rencontre en 1989, EVA & ADELE déclarent être venues du futur. Adoptant le mot « FUTURING » comme logo, les artistes souhaitent initier de nouveaux modes de vie et de genre.

L’exposition YOU ARE MY BIGGEST INSPIRATION est conçue à partir d’un don fait par EVA & ADELE au Musée d’Art moderne en 2013 : deux installations vidéo, deux sculptures et une édition.

- Hellas (1989/2001/2007), installation vidéo se déployant sur sept projections simultanées, évoque la toute première rencontre des deux artistes et illustre leur évolution progressive vers une identité sexuelle de plus en plus fusionnelle.

- Wings I, II et III (1997/98), vidéos, relèvent d’une démarche de répétition comme mode de progression.

- Non rien de rien (1991) et Biographische Skulptur n°7 (1993/2006), deux sculptures autobiographiques, intègrent des objets personnels.

- Polaroid Diary (1991/2005) est constitué de 1500 autoportraits en polaroïd réalisés quotidiennement par les artistes, selon un rituel très codifié avant de sortir et de se laisser photographier par d’autres.

L’exposition est complétée par une sélection d’œuvres phares, représentatives de leur activité depuis près de 25 ans, tels le camping-car rose (Biographische Skulptur n°2, B-EA 5800, 1999/2006), le premier « double » costume en vinyl rouge (Red Vinyl Costume, 1991), ainsi que plusieurs peintures de la série MEDIAPLASTIC. Dans cette dernière série, EVA & ADELE interrogent les mécanismes de la diffusion de leur image à travers les médias.

Une performance des artistes se déroulera lors du vernissage, et ponctuellement pendant toute la durée de l’exposition, notamment au moment de la FIAC.

Commissaire de l’exposition : Julia Garimorth

Cette exposition est rendue possible grâce au soutien de Swatch aux artistes.

Posté par jourstranquilles à 06:00 - Expositions - Commentaires [0] - Permalien [#]

Gigi Hadid

@gigihadid is a real actress in the @moschino campaign 📷  #fashiontv #gigihadid #moschino #jeremyscott

Une vidéo publiée par 💎 F-Club by FashionTV 💎 (@fashiontv) le 14 Janv. 2017 à 0h35 PST

Posté par jourstranquilles à 05:05 - Publicité - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ren Hang - nouveau livre chez Taschen

Ren Hang est tout sauf un rebelle. De taille modeste, de nature timide et sujet à des crises de dépression, ce photographe de 28 ans, originaire de Pékin, est pourtant au premier rang du combat que livrent les artistes chinois en faveur de leur liberté de création. À l’instar de son défenseur, Ai Weiwei, Ren produit des œuvres jugées dangereuses pour la société et l’État communiste. Ren affirme pourtant: «Les idées politiques exprimées dans mes images n’ont rien à voir avec la Chine. C’est la politique chinoise qui veut s’introduire dans mon art. Une de mes expositions a déjà été annulée par le gouvernement chinois pour “suspicion de sexe”.»

Pourquoi cette accusation? À cause de ses modèles: ses amis et, de plus en plus, ses fans, sont photographiés nus, souvent en extérieur, perchés au sommet des arbres ou au bord des toits vertigineux de Pékin, empilés comme des cubes de béton, la tête enturbannée d’une pieuvre, des fils de téléphone ou des fleurs jaillissant de leurs cavités corporelles, selon ce qui lui vient à l’esprit sur le moment. Il dément toute arrière-pensée sexuelle, et l’on sent un vrai détachement dans la moindre de ses images les plus extrêmes montrant urine, pénétrations, et même des érections. En 2013, lors d’un entretien, le magazine VICE l’interrogeait ainsi: «Il y a beaucoup de bites… N’aimez-vous donc que ça?» Et Ren a répondu: «Ce n’est pas seulement aux bites que je m’intéresse, j’aime représenter chaque organe d’une façon nouvelle, vivante et émotionnelle.»

fo-ren_hang-cover_05318

fo-ren_hang-image_01_05318

fo-ren_hang-image_02_05318

fo-ren_hang-image_03_05318

fo-ren_hang-image_04_05318

fo-ren_hang-image_05_05318

fo-ren_hang-image_06_05318

 

Dans la suite de la discussion, Hang affirmait aussi: «Le genre importe peu, quand je prends des photos, la seule chose qui me préoccupe, c’est quand vais-je avoir un rapport sexuel.», ce qui le place à l’avant-garde d’une nouvelle scène où les genres s’effacent. Ses jeunes fans le suivent avidement sur son site Internet, ses comptes Facebook, Instagram et Flickr. Ses photographies, toutes produites sur pellicule, ont fait l’objet de plus de 20 expositions personnelles et 70 collectives durant les cinq années de sa brève carrière, dans des villes aussi diverses que Tokyo, Athènes, Paris, New York, Copenhague, Francfort, Vienne, et même Pékin. Il a publié 8 monographies en autoédition et à de faibles tirages, dont le prix atteint désormais jusqu’à 600 $. L’ouvrage Ren Hang publié par TASCHEN sera donc sa première anthologie mondiale à parcourir l’ensemble de sa carrière à travers ses photos les plus appréciées et les plus populaires, dont beaucoup d’inédites, montrant hommes, femmes, Pékin, et même des érections.

Posté par jourstranquilles à 01:23 - Photographe - Photographie - Commentaires [0] - Permalien [#]