Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

samedi 30 août 2014

Carnac

Carnac était à l'honneur, hier, dans deux reportages, dans les JT de 13h et 20h de France 2.

Vous pouvez les revoir ci-dessous :

http://www.francetvinfo.fr/carnac-derniers-moments-de-detente-pour-les-vacanciers_680631.html

Posté par jourstranquilles à 12:39 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

ERDEVEN : Vingt ans que la chapelle des Sept-Saints a retrouvé son pardon

L’association pour la rénovation de la chapelle des Sept-Saints fête ses vingt ans, cette année. Les bénévoles, réunis mardi pour préparer le pardon de dimanche, retracent le chemin parcouru :« Quand on a créé l’association, en 1994, la chapelle fissurait et s’écroulait petit à petit. On n’avait même plus le droit d’y entrer. De gros travaux ont été réalisés, et l’évêque a béni la chapelle en 1999 » , déclare Elisabeth Kerzerho, présidente à l’origine de l’association. L’aventure a mobilisé jusqu’à une centaine de bénévoles et requis plus de 4 000 heures de travail :« Les habitants des Sept-Saints, mais aussi des villages alentours et du bourg, ont participé. Pour financer les travaux, on a repris le pardon qui ne se faisait plus, avec un repas, une kermesse, des groupes de musiciens et de danseurs » , poursuit Elisabeth Kerzerho.

Plus de 6 000 fidèles

Autrefois, le pardon avait fait les beaux jours de la chapelle :« Après la construction de la chapelle et la bénédiction du 30 avril 1899, le pardon, qui se célébrait déjà le dernier dimanche d’août, était connu des environs. Il rassemblait jusqu’à 6 000 fidèles » , rappelle Anne-Marie Le Port, présidente. Si les bénévoles ont mis du cœur à l’ouvrage, l’association a su s’entourer. Elle a fait appel à un architecte de Breizh Santel et aux compagnons de France pour la charpente, la toiture, et quelques tailles de pierre.« Les murs et le clocher ont été remontés, pierre par pierre, la charpente et la toiture posées, les vitraux créés, les murs intérieurs enduits, énumère Anne-Marie. L’aménagement intérieur est arrivé à son terme à force de constance des bénévoles. Les sept statues des saints ont été restaurées ainsi que le groupe processionnel des petites statues dit le nuage des saints, et les deux anges. » Les sept saints sont les sept évêchés bretons fondateurs de la basse Bretagne : saint Patern, saint Korentin, saint Pol, saint Tugdual, saint Brieuc, saint Malo et saint Samson. Désormais, les bénévoles veillent sur la chapelle en l’entretenant et en la faisant vivre. Récemment, ils ont lasuré les portes. Ils font trois gros nettoyages par an, dedans, dehors, et à la fontaine qui se trouve à quelques centaines de mètres, au cœur d’un bosquet.« En plus du pardon, il y a deux messes au printemps et à l’automne, deux concerts dans le cadre du festival des chapelles, et la crèche de Noël avec le goûter du quartier » , indique Anne-Marie.

Dimanche 31 août, Pardon des Sept-Saints. Messe dans la chapelle à 11 h, présidée par le vicaire épiscopal Gildas Kerhuel. Procession à la fontaine et bénédiction des enfants. Apéritif avec les habitants du quartier.

Posté par jourstranquilles à 11:06 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Bretagne = Meilleur ensoleillement en juillet...

x5

Posté par jourstranquilles à 10:00 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 août 2014

Vannes teste la collecte hippomobile des corbeilles

collecte cheval

Cet été, à huit reprises, les corbeilles disséminées sur le sentier côtier bordant le golfe du Morbihan à Vannes, ont été vidées à l’aide d’un attelage. Cette opération-test constitue une première dans la ville. Celle-ci avance au rythme tranquille d’un cheval breton ( photo ). Pour cette prestation de service, la ville a fait appel à l’éleveuse qui gère la ferme pédagogique du Vincin située à proximité. Donc pas besoin d’utiliser un transport motorisé pour acheminer cheval breton et voiture hippomobile sur place. Tout bénéfice pour le bilan carbone !

Posté par jourstranquilles à 07:40 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 22 août 2014

Ils ont choisi le pays d’Auray pour leurs vacances

Ils sont charmés par le pays d’Auray. La rédaction est partie à la rencontre de vacanciers pour connaître leurs impressions sur leur séjour. Ils sont plutôt contents !

« Nous venons tout juste d’arriver, le temps de nous installer au camping de Crac’h et voilà », sourit Valérie Lefebvre. Et déjà la famille arpente les rues d’Auray à la recherche des bonnes adresses.« Le coin a l’air très joli. Nous n’étions jamais venus dans le Morbihan. Nous sommes de Honfleur. Nous aimons venir en Bretagne, un peu plus au sud que la Normandie, ça ne fait pas trop de route. » Céline Legendre confie être déjà venu à la pointe du Raz ou dans les Côtes-d’Armor,« nous voulons absolument visiter le site de Carnac », insiste-elle. En tout cas pour le jeune garçon de la famille, Quentin Prévost, le programme est tout trouvé :« Je veux bronzer, aller à la plage ! » sourit-il.« Notre impression est très bonne, résume Valérie,Auray est une très jolie ville, et il fait beau ! »

Chapelles et expositions

Jean, Jaquez et Christophine, eux, arrivent d’Orléans, mais ce n’est pas leur première fois.« Ma famille a une maison à Locmariaquer, confie Christophine,je suis très attachée à cet endroit. » Son compagnon penche plutôt pour la côte de granit rose, où il a en partie grandi.« Mais c’est vrai que le pays d’Auray est aussi très joli. » Surtout, le couple n’est pas seulement en vacances…« Nous préparons notre mariage que nous célébrerons ici en septembre. » Quand ils séjournent dans le pays d’Auray, ils sont pressés de visiter les chapelles, ou encore les expositions.« Celle du sculpteur à côté de l’office de tourisme m’a particulièrement plu » relève le futur jeune marié. Christophine, elle, adore plongée à La Trinité-sur-Mer…« Et nous apprécions beaucoup le contact avec les commerçants, les habitants. » La toute première chose qu’ils font quand ils arrivent ?« Aller manger une glace à l’Igloo, jusqu’ici nous allions à Quiberon. Nous sommes ravis de voir que l’enseigne vient d’ouvrir à Saint-Goustan… »

En quête de kouign aman

Nathalie Rebiai et Ali Faury ont passé une journée à la découverte d’Auray. Le reste du temps, ils ont marché et parcouru une centaine de kilomètres.« Nous avons fait beaucoup de randonnées, à Arzon, Locmariaquer, Saint-Philibert, Quiberon, Plouharnel… » énumère Nathalie. Avec leurs deux filles, le couple a également découvert l’île d’Arz, l’Ile-aux-Moines, Houat et enfin Belle-Ile !« Auray est notre première ville depuis le début de notre séjour. » Originaires de Grenoble, Nathalie et Ali s’étaient promis de revenir en Bretagne. Ils sont installés à Saint-Avé et sont ravis de leurs marches dans le pays d’Auray.« Nous sommes partis de chez nous sous la pluie, résume Ali,et nous sommes arrivés sous le soleil chez vous. C’est une région splendide que vous habitez. Et quand la pluie arrive, elle repart vite. » Nathalie et Ali ont poursuivi leur visite d’Auray, un plan en main, en quête d’un kouign aman… Article de Delphine LANDAY.

pays

Posté par jourstranquilles à 07:26 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

MORBIHAN : En haut du clocher de Kernascléden, des chauves-souris à admirer - c'est ce week-end !

La Maison de la chauve-souris de Kernascléden propose trois journées d’animations. Dont une visite du clocher hébergeant la colonie de chiroptères… avec descente en rappel !

Depuis près de 8 ans, Kernascléden héberge l’unique musée dédié à la chauve-souris en France…« Et même d’Europe ! » , se réjouit Arno Le Mouël, directeur de la Maison de la chauve-souris. Un lieu pour mettre en valeur la colonie de chiroptères qui nichait depuis fort longtemps dans le clocher de cette commune de 400 habitants, proche de Guémené-sur-Scorff. Une aventure démarrée en solo, qu’Arno Le Mouël partage aujourd’hui avec sept autres salariés. Pour la troisième année, la Maison de la chauve-souris propose un weekend complet d’animations, la Kirofest.« Nous nous intercalons entre le pardon du village et la Nuit internationale de la chauve-souris, fin août. »

Cinq cents visiteurs

Au programme de ces trois journées : randonnée, théâtre, concerts, ateliers, et clou du week-end, une incursion au cœur de la colonie de chauve-souris.« Comme on ne peut pas y accéder, on proposera aux visiteurs de monter dans le clocher par l’escalier, pour admirer les animaux mais aussi le paysage. Ils pourront redescendre en rappel. » Une escalade supervisée par une équipe de professionnels venus des Côtesd’Armor. La Kirofest démarre ce vendredi. Près de cinq cents visiteurs étaient venus découvrir le monde merveilleux de ces mammifères volants. Un beau score que l’équipe de la Maison de la chauve-souris espère doubler cette année. Article de Julie SCHITTLY.

chauve

 

Posté par jourstranquilles à 07:02 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 21 août 2014

Francis Huster dans la peau de Kennedy à Carnac

Le comédien sera dans le Morbihan, ce vendredi. Il y présente Comme un cri pour Huster. La tragédie de JFK, hautement politique.

Comme l’an dernier, Francis Huster fait un crochet par le Morbihan. Il sera ce vendredi au Stirwen, la boîte de nuit du chanteur Alain Barrière, à Carnac.« C’est un ami, j’y serai chaque fois qu’il m’y invitera, confie le comédien depuis la Corse.Audelà de ses talents de grand crooner de la scène française, c’est un homme d’exception, au caractère bien trempé. Il a beaucoup d’ennemis dans un milieu d’hypocrites. Je serai toujours à ses côtés. » Le lieu de cette représentation ne laisse pas non plus indifférent.« Il est intéressant, c’est un endroit populaire. Je le préfère aux endroits qui éloignent l’acteur de son public. » Enfin, Carnac, bordé par la mer, est aussi le lieu pour faire vivre John Fitzgerald Kennedy.« La mer a beaucoup compté pour lui. » Car ce vendredi, Françis Huster présentera son spectacle La tragédie de JFK , un récit qui raisonne comme un cri pour le comédien.« La mort de JFK a fait perdre un siècle au monde entier… constate-t-il.Et aujourd’hui, il nous faut d’urgence un Kennedy. » Évoquant les conflits internationaux, Francis Huster lâche un« le président Obama n’est pas à la hauteur. Et c’est insupportable d’entendre que l’Onu ne doit pas s’en mêler. » Au travers ce spectacle, le comédien projette le monde tel qu’il aurait pu être avec Kennedy. Seul espoir dans cette débâcle aux yeux de l’acteur, le pape François.« Il donne la hauteur nécessaire, il manque juste un dernier pas à faire concernant les femmes dans l’église. Mais c’est un homme qui sait rassembler, s’ouvrir… » La pièce est aussi le récit du rapport de JFK aux femmes, de cette mort qui le fait entrer dans la légende.« La durée du spectacle dépend beaucoup de son public. Je suis allé jusqu’à 3 h 30 en Belgique, parfois ça n’a duré qu’une 1 h 30. » Article de Delphine LANDAY.

Voir mon billet du 12 août 2013

c'est ce vendredi 22 août, à 20 h, La tragédie de JFK, suivie d’une rencontre avec Francis Huster. Billet, 30 €, en vente tous les jours de 17 h à 20 h au Stirwen. Tél. 02 97 56 80 80.

Posté par jourstranquilles à 06:27 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 20 août 2014

Auray => Quiberon : Avec le Tire-Bouchon, tous dans le même wagon !

Chaque été, le train régional Tire-Bouchon fait des allers-retours réguliers entre Auray et Quiberon. Avec lui, fini les embouteillages, et ça, estivants et travailleurs l’ont bien compris.

Reportage

Il est 8 h pile à la gare d’Auray. Le Tire-Bouchon, qui relie Auray à Quiberon, s’ébranle et commence à tracer sa route. A peine le moteur en marche, Laura Le Glohaec sort un plaid jaune de son sac et s’allonge sur deux sièges. Elle termine sa nuit avant d’aller travailler. Toute la saison, la jeune femme travaille dans un magasin d’optique à Quiberon, mais loge à Auray. Le Tire-Bouchon est son train-train quotidien.« Pour moi, c’est plus simple et plus reposant. Il n’y a pas photo, je fais comme ça tous les jours » ,explique-t-elle, avant de remettre ses bouchons d’oreilles.

Pas de problème de stationnement

Une bonne idée d’ailleurs que ces bouchons d’oreilles, car quelques sièges plus loin, Soline, 4 ans, et Valentin, 3 ans, sont bien réveillés. Ils occupent, avec leurs parents Jules et Bénédicte, un carré du train.« On vient d’Issy-les-Moulineaux et on va passer une petite semaine à BelleIle », explique Jules.« On prend le Tire-Bouchon car il est beaucoup plus facile de se garer à Auray qu’à Quiberon. Et puis ça amuse les enfants. Cela nous permet d’être avec eux, plutôt qu’à l’avant de la voiture » , sourit sa femme.« Pour le paysage, ce n’est pas la pire des régions » , glisse Marco. Originaire de Bucarest, ce jeune homme de 19 ans donne des cours de tennis à Quiberon.« Comme je n’ai pas le permis, ça me permet d’habiter à Auray et d’aller au travail. Comme les horaires coïncident très bien, ça m’arrange beaucoup. » Quelques sièges plus loin, Maurice, retraité, vient directement de Quimper. Pour 37 €, il fait l’aller-retour dans la journée et peut aller se balader à Quiberon. «J’ai l’habitude d’aller dans le Sud-Est en vacances et eux ont beaucoup plus le réflexe des transports en commun. Ce Tire-Bouchon est super pratique, la région devrait encore plus communiquer là-dessus » , argue-t-il.

Grands voyageurs

Le Tire-Bouchon va bon train et, par la vitre, on aperçoit des lapins dans les dunes. Au passage à niveau de Penthièvre, de part et d’autre de la route, des voitures s’amassent déjà, attendant que les barrières se relèvent. A les regarder, on se dit qu’on est vraiment pas mal dans le TireBouchon. Et 44 minutes après le départ d’Auray, nous voilà déjà arrivés à Quiberon. A pied, il faudra à peine 10 minutes pour rejoindre Port-Maria. Quelques minutes avant le retour, Danièle et Denise boivent un café avant leur grand voyage. Ces deux Belges ont passé, comme tous les ans, quelques jours à Belle-Ile.« Le Tire-Bouchon n’est que le début du trajet, soupire Danièle.Je n’arriverai qu’à 20 h à Bruxelles, et je dois changer quatre fois de train. » Dans le train du retour, à 10 h, Pascal, en short fluo, s’installe confortablement dans son siège pendant que le Tire-Bouchon se fraye un chemin à travers les fougères.« Ce matin, je suis parti en footing de Kerhostin. J’ai longé toute la Côte Sauvage et je retourne à ma voiture en Tire-Bouchon, idéal ! ». Article de Anaëlle BERRE.

Voir mes précédents billets sur le tire-bouchon : 25/09/2013, 16/08/2013, 13/08/2013, 02/08/2012.

Pour y accéder (après avoir noté les différentes dates) voir l'historique en cliquant sur le lien suivant : http://jourstranquilles.canalblog.com/archives/index.html

90087827_o

Posté par jourstranquilles à 22:02 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

Presqu'ile de Quiberon

Posté par jourstranquilles à 06:35 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 19 août 2014

Pleyben by night

Posté par jourstranquilles à 08:45 - Bretagne - Commentaires [0] - Permalien [#]