Partager sur Face Book

Jours tranquilles à Paris

... n'en déplaise à Henry Miller. « Ce pourquoi les autres te critiquent là se trouve ce que tu dois cultiver »

vendredi 3 juin 2016

Génocide arménien. Le ton monte entre Ankara et Berlin

La Turquie a réagi avec colère, hier, à l'adoption, par les députés allemands, d'une résolution qui reconnaît le génocide arménien. Ankara a rappelé son ambassadeur à Berlin et menacé d'une riposte en pleine crise migratoire. Le Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, a voté la résolution à la quasi-unanimité des députés présents. Des personnes présentes dans le public (notre photo) ont alors brandi des panneaux sur lesquels on pouvait lire « Danke » (merci). La chancelière Angela Merkel a souligné, peu après le vote auquel elle n'a pas participé, que son gouvernement voulait favoriser « le dialogue entre l'Arménie et la Turquie » et que les trois millions de personnes d'origine turque vivant en Allemagne en « étaient et restaient » des citoyens à part entière. La France a été, en janvier 2001, le premier grand pays à reconnaître le génocide arménien.   

Posté par jourstranquilles à 12:51 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 16 avril 2016

le pape François dans l'ile de Lesbos - Migration

Posté par jourstranquilles à 14:04 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le pape se rend à Lesbos auprès des réfugiés

Le pape l’avait annoncé, il voulait se rendre auprès des« citoyens de Lesbos, si généreux …» et des migrants et réfugiés qui traversent la mer Égée, depuis la Turquie, au péril de leur vie. Aujourd’hui, François passera cinq heures sur l’île grecque. Celle-ci est devenue, en 2015, la première porte d’entrée clandestine en Europe. Une porte fermée depuis le 20 mars, date de l’entrée en vigueur d’un accord entre l’Union européenne et la Turquie. Depuis, tous ceux qui accostent à Lesbos sont renvoyés vers la Turquie. La visite de François, précise le Vatican, est« strictement humanitaire et œcuménique » . Le leader catholique retrouvera sur place le patriarche Bartholomée de Constantinople, chef spirituel de l’orthodoxie, et le chef de l’Église orthodoxe grecque, Hyéronyme II. Après avoir été accueillis dans l’île par le Premier ministre Alexis Tsipras, les trois dignitaires se rendront dans le centre d’enregistrement ( hotspot )de Moria. Ils déjeuneront avec huit migrants dans un conteneur aménagé.

Droit à émigrer

Ce déplacement rappelle l’esprit du pontificat de François. Le 8 juillet 2013, quelques semaines après son élection, il s’était rendu dans l’îlot italien de Lampedusa, au sud de la Sicile. Il avait lancé un appel en faveur de l’accueil et de la solidarité :« Les migrants, nos frères et sœurs, cherchaient à sortir de situations difficiles pour trouver un peu de sérénité et de paix, un endroit meilleur pour eux et leur famille, mais ils ont trouvé la mort. » Le pape avait fustigé la« globalisation de l’indifférence […]Nous avons perdu le sens de la responsabilité fraternelle. » C’était avant les dramatiques séries de naufrages dans le Canal de Sicile (plus de 1 200 noyés) et la mort du petit Aylan Kurdi, sur une plage turque. Cette visite inattendue à Lesbos pourrait avoir une résonance médiatique et politique en Europe. Le pape argentin se montre une nouvelle fois très attentif au sort des migrants. L’accord avec la Turquie pour limiter les arrivées dans l’Union européenne l’avait irrité. Par la voix du président du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants, François a fait dire qu’il revient quasiment à nier« le droit à émigrer » . De son côté, la Commission européenne a fait ses comptes : depuis le 4 avril, en échange des retours vers la Turquie, trente-sept Syriens réfugiés dans ce pays ont été accueillis en Allemagne, onze en Finlande et tente et un aux Pays-Bas. Article de Mathilde AUVILLAIN.

Posté par jourstranquilles à 09:07 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 25 mars 2016

Génocide

Posté par jourstranquilles à 07:24 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 22 mars 2016

Historique !

barack

Posté par jourstranquilles à 07:34 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 20 mars 2016

La Havane se prépare à la visite historique de Barack Obama

Pour la première fois depuis 88 ans, un président américain se rend en visite officielle à Cuba. Un voyage inimaginable il y a de ça encore un an, avant que les deux pays n’annoncent le rétablissement de leurs relations diplomatiques. Barack Obama arrive ce dimanche à La Havane où il restera jusqu’à mardi prochain, accompagné de sa femme et ses deux filles, preuve qu’il accorde une grande importance à ce déplacement. Une visite très attendue à Cuba où les autorités ont mis les moyens pour accueillir comme il se doit un président qui restera dans l’Histoire.

Jamais les autorités cubaines n’auront mis autant de moyens pour la visite d’un président. La venue de Barack Obama, attendu en fin d’après-midi ce dimanche pour un déplacement historique et qui débutera sa visite officielle demain lundi, a été minutieusement orchestrée comme le détaille Michel, un habitant de La Havane, très impatient d’assister à ce spectacle.

« Ça a été tout une aventure, raconte-t-il. Les préparatifs ont été réalisés très rapidement. Ce qui n’était pas fait depuis longtemps a été réalisé en moins de deux mois. Mais ce sont des choses qui arrivent quel que soit le pays concerné. Ils ont refait les rues, réparé le stade de baseball, certains immeubles. Mais il reste encore pas mal de choses à faire. D’ailleurs, ce serait bien qu’il vienne tous les mois. »

Amenés par car

Mais les travaux, à quelques heures de l’arrivée du président américain, ne sont toujours pas terminés. Des ouvriers continuent de mettre du bitume sur les voies, réparent également les feux de signalisation et surtout les caméras de surveillance. La sécurité, c’est d’ailleurs la principale préoccupation des autorités, comme le confirme Dieguez.

« Du point de vue des mesures de sécurité, tout a été très bien préparé, assure ce dernier. Les infrastructures également. Les travaux ont surtout été réalisés dans les zones où [Barack Obama] devrait passer. Les autorités ont par exemple tenté de garantir du mieux possible la qualité des voies et des infrastructures qui les entourent. »

Barack Obama va découvrir une capitale rafraîchie où des centaines, voire des milliers de personnes l’attendront sur son parcours. Des Cubains qui ont été, pour la plupart, amenés en bus de régions autres que celle de La Havane. Une pratique courante pour une visite officielle mais qui, selon les habitants de la capitale, a pris des proportions considérables pour la première visite d’un président américain depuis 88 ans.

000_mvd6755785_0

Posté par jourstranquilles à 18:44 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 14 mars 2016

Guerre en Syrie

Posté par jourstranquilles à 19:18 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 1 février 2016

CUBA

Posté par jourstranquilles à 21:05 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

Raul Castro est en France...

castro01

castro02

Posté par jourstranquilles à 07:41 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 28 janvier 2016

Après Rome, Rouhani poursuit son voyage à Paris - Les FEMEN manifestent...

12519294_608384622648757_950166985_n

12446175_947262198682122_894060277_n

 

12523574_973743092671933_345635465_n

28 janvier 2016 - Action des militantes des #Femen contre la venue de Hassan #Rohani, Président d'Iran, en France. Une militante, le torse peint aux couleurs du drapeau iranien, simule une pendaison depuis la passerelle Debilly où est accrochée une banderolle "welcome rohani, executionner of freedom" (ndlr. bienvenue Rohani, bourreau de la liberté). @femen_international #photojournalisme

12555929_908673792543839_1196022586_n

12628043_568599249980067_1597409259_n

Le périple marque le frappant rapprochement entre l’Iran et les puissances européennes depuis la levée des sanctions liées au dossier nucléaire

Plus l'image est frappante, plus les Femen font parler d'elles. Alors, comment accueillir de la manière la plus percutante le président iranien, Hassan Rohani, en visite officielle à Paris ? Les Femen ont tranché, ce sera une fausse pendaison du haut d'un pont ! « Bienvenue Rohani, bourreau de la liberté », peut-on lire le long de la passerelle Debilly à Paris, près de la tour Eiffel. « Nous voulions qu'il se sente comme à la maison », explique la leader du mouvement, Inna Shevchenko, sur son compte Twitter. Effet garanti.

Les forces de l'ordre ont mis près d'un quart d'heure avant d'intervenir, mettant fin à la manifestation et interpellant cinq militantes. « Près de 800 personnes subissent la peine de mort chaque année, et des milliers croupissent dans les couloirs de la mort de la prison d'Evin de Téhéran : féministes, homosexuels, poètes, progressistes accusés d'opposition au régime, etc. C'est également le pays qui exécute le plus de mineurs dans le monde », expliquent-elles sur leur compte Facebook.

À l'occasion de cette visite dominée par des accords économiques avec Total et PSA Peugeot Citroën, l'Iran et la France se sont dits prêts à tisser « une relation nouvelle ». « Oublions les rancoeurs », a déclaré Hassan Rohani en appelant à profiter de « l'atmosphère positive » suscitée par la levée des sanctions contre son pays pour donner « un nouvel élan » aux relations bilatérales.

Honneurs militaires

D'autres manifestations ont eu lieu. La plus importante a rassemblé quelque 800 personnes pour une marche à l'appel du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), coalition d'opposants en exil dont les plus connus sont les Moudjahidin du peuple. Les participants ont défilé de la place Denfert-Rochereau jusqu'aux Invalides, où le président iranien avait eu droit en début de journée aux honneurs militaires. « En tant que haut responsable durant les trente-sept années de la dictature religieuse en Iran, Rohani a trempé dans toutes les atrocités de ce régime », a dénoncé Maryam Radjavi, présidente du CNRI.

Près de l'Assemblée nationale, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées jeudi après-midi à l'appel de plusieurs organisations juives. Les protestataires, dont certains arboraient le drapeau israélien, ont déployé une grande banderole montrant le tapis rouge du perron de l'Élysée se transformant en une mare de sang et clamant « Tapis rouge sang pour Rohani, ne mettons pas les droits de l'homme sous le tapis ». Sur une autre banderole, on pouvait lire « En Iran, en 2016, on exécute une personne toutes les huit heures ». Selon Amnesty International, la République islamique est le pays qui exécute le plus de mineurs au monde. Reporters sans frontières a dénoncé un pays devenu « l'une des cinq plus grandes prisons au monde pour les journalistes ».

Posté par jourstranquilles à 15:37 - Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]